dimanche 18 février 2018

La fille sous la glace de Robert Bryndza - Editions Belfond

4ème de couverture
Le froid a figé la beauté de ses traits pour l'éternité. La mort d'Andrea est un mystère, tout comme l'abominable secret qu'elle emporte avec elle.

Connue pour son sang-froid, son esprit de déduction imparable et son verbe tranchant, l'inspectrice Erika Foster semble être la mieux placée pour mener l'enquête. En lutte contre ses propres fantômes, la super flic s'interroge : peut-elle encore faire confiance à son instinct ? Et si le plus dangereux dans cette affaire n'était pas le tueur, mais elle-même ?

Sur la glace, aucun faux pas n'est permis.


Mon avis
Le corps sans vie d'Andréa est retrouvé sous la glace... Pourquoi Andréa est-elle morte ? Tout lui réussissait : l'argent, la mode, les garçons... et même bientôt le mariage. Une autre interrogation se pose, elle est retrouvée dans un quartier qui ne lui ressemble en aucun cas. Pourquoi était-elle à cet endroit ? Tant de questions que la DCI Foster et son équipe vont se poser... Mais chacun à ses secrets à commencer par Andréa... Cette enquête ne sera pas résolue sans mal. Entre le père d'Andréa qui a des relations hautement placées, le passé de Foster, les rivalités dans l'équipe,... le tout assemblé vous promet une montée vertigineuse. Ici, tout est question de pouvoir, qui aura le dernier mot ?

"La fille sous la glace" s'avérait prometteur et les retours que j'ai vu etaient très positifs. Et pourtant avec moi, ça ne l'a pas fait...Tous les ingrédients qui vous mettent l'eau à la bouche étaient réunis pour faire un super thriller. Jusqu'à quasiment la moitié du livre l'enquête est quasi inexistante (de mon point de vue), elle piétine, reste au point mort... que de longueurs... j'ai essayé de comprendre pourquoi tant de longueurs à ce niveau-là mais je n'ai pas trouvé. Cette moitié du livre "vit" uniquement grâce à notre DCI Foster qui est particulièrement retors. A elle-même, elle fait son histoire avec son passé et son sacré caractère ! Si je n'ai pas abandonné ma lecture, c'est en partie grâce à elle. Ce personnage est particulièrement réussi, bravo à l'auteur. Erika Foster est une femme forte mais embourbée par la tragédie de son passé. Malgré tout cela, elle persévère et sait se faire entendre... ou pas...

Pour ma part, l'enquête démarre réellement à plus de la moitié du livre et là ça devient intéressant. En effet, le DCI Foster donne du fil à retordre à sa hiérarchie qui subit les pressions de la famille richissime d'Andréa. Les bras de fer seront nombreux, les tensions se succèderont... une cold case se greffera l'air de rien et est la bienvenue. La fin va de rebondissements en rebondissements avec des chapitres de plus en plus courts pour ajouter l'urgence de la situation... L'atmosphère est à son apogée dans les quinze dernières pages, et c'est trop bon !

Vous l'aurez compris, je sors de cette lecture avec un sentiment mitigé car cela reste une déception au niveau de l'histoire (qui toutefois se rattrape après la première moitié du livre), mais une réussite au niveau de ses personnages (surtout Foster) ! L'écriture et le style de l'auteur restent fluide et agréable à lire.

J'ai lu pas mal de retours positifs sur cet ouvrage donc faites-vous votre propre avis !

# By Aurélie :)

vendredi 16 février 2018

Un peu, beaucoup, à la folie de Liane Moriarty - Editions Albin Michel

**** Chronique de Jess ****

Trois couples épanouis. De charmants enfants. Une amitié solide. Et un barbecue entre voisins par un beau dimanche ensoleillé : tous les ingrédients sont réunis pour passer un bon moment. Alors, pourquoi, deux mois plus tard, les invités ne cessent-ils de se répéter : « si seulement nous n'y étions pas allés » ?

 
Troisième livre que je lis de l'auteure. Les deux premiers avaient été des coups de cœur (ma chronique sur petits secrets, grands mensonges ici). Il me tardait donc de lire une nouvelle histoire de Liane Moriarty. Comme toujours l'histoire se déroule en Australie, à Sydney. L'auteure aime mettre en avant des couples et surtout aime instiller la curiosité. Tous ses romans commencent de la même façon ou presque. On sait qu'il s'est passé quelque chose de grave, mais quoi? Mystère.
 
Clémentine, Sam et leur deux filles sont invités à boire le thé chez leurs amis Erika et Oliver. Mais au dernier moment le voisin d'Erika, Vid les invite tous à diner chez eux.
Les chapitres alternent présent et passé (le jour du barbecue et l'après). Nous avons donc trois couples : Clémentine et Sam dont le couple se disloque petit à petit à cause de ce qu'il s'est passé à ce fameux barbecue; Oliver et Erika, la meilleure amie de Clémentine; et Vid et Tiffany, les voisins d'Erika qui ont invité tout le monde chez eux pour le barbecue.
Nous allons avoir le point de vue de tous les protagonistes de l'histoire. Chaque couple va passer dans une éprouvette pour nous livrer tout ses secrets. J'ai eu un peu de mal au début à m'habituer aux différents personnages. L'intrigue met du temps à se mettre en place. Liane Moriarty nous donne des informations au compte goutte.
 
Tous les personnages sont particulièrement bien décrits, leur physique, leur psychologique, leur vie passée et présente. Les interactions entre les personnages sont aussi très bien mis en valeur. L'amitié entre Clémentine et Erika est vraiment particulière. On se demande tout du long si elles sont amies ou ennemies. Mais nous comprendrons petit à petit le pourquoi de cette relation particulière. Erika a quasiment été élevé par les parents de Clémentine car sa propre mère est malade psychologiquement. C'est donc une amitié un peu forcée qui s'est créé au fil des ans.
J'ai beaucoup aimé le couple Vid-Tiffany, on a envie de connaître ses personnes. Ils sont francs, naturels, et ont la main sur le cœur. Ils ont été particulièrement touché par "l'accident" le jour du barbecue. Tous ont été touché à leur façon et tous se reconstruisent à leur manière. C'est un peu le thème du livre. Comment vivre avec la culpabilité de ce qui s'est passé ? Se rejeter la faute, se reconstruire, arrêter de se dire "et si on avait ça au lieu de ça" ?

J'ai trouvé qu'il y avait parfois pas mal de longueurs et de passages qui n'apportent rien à l'histoire. Et je dois dire que je m'attendais à autre chose quand enfin on apprend tout du fameux "accident". Je pensais à un truc vraiment horrible. Même si "l'accident" en lui même est traumatisant. En fait j'ai trouvé la réaction de tous les personnages un peu trop excessives comparé à l'accident.
 
J'ai passé un bon moment de lecture mais ce ne sera pas un coup de cœur cette fois en ce qui me concerne.
 

Détails sur le produit

  • Broché: 528 pages
  • Editeur : Albin Michel (31 janvier 2018)
  • Collection : A.M. ROM.ETRAN
  • Prix : 22,90 euros
 

 

mercredi 14 février 2018

Le diable s'habille en licorne de Stanislas Petrosky - Editions Lajouanie

**** Chronique de Jess ****

Requiem, votre curé préféré est de retour ! En plein carnaval de Dunkerque on fait venir notre prêtre quelque peu hors norme pour un véritable cas d'exorcisme. Notre héros est, il faut l'avouer, un peu étonné par cette divine mission, non pas qu'il ne croit pas au démon, c'est quand même un petit peu son boulot, mais il se méfie, c'est tout. Il faut dire que les festivités donnent lieux à de sacrés fiestas mais aussi à de sordides décès. Des lycéens meurent les uns après les autres, après avoir ingurgités des bonbons aux saveurs bien peu catholiques. Requiem réussira-t-il à démanteler ce trafic de « licorne » et à sauver le carnaval ? Vous le découvrirez dans ce troisième tome des aventures de Requiem, le plus déjanté des serviteurs du Seigneur...
 
 
Encore un livre dont j'attendais la sortie avec impatience. Il me tardait de retrouver notre curé chéri, j'ai nommé Estéban Lehydeux dit Requiem !
Le voici envoyé à Dunkerque pour enquêter sur un cas d'exorcisme. Il se trouve en effet qu'une jeune fille est possédée par le malin et requiert les services de Requiem. Malheureusement la pauvre va succomber avant que Requiem ne puisse faire quoique ce soit pour elle. Mais comme il aime bien fourrer son nez (et d'autre chose aussi mais je ne vais pas m'aventurer sur le terrain de notre cher auteur) dans ce qui ne le regarde pas il va enquêter sur ce qu'il se passe dans le milieu catho de Dunkerque. Et tout n'est pas rose et folichon. Les morts s'accumulent et l'enquête piétine.
 
Après avoir lu les deux précédentes histoires de Requiem je m'étais dit que Stanislas ne pouvait pas faire pire (pire dans le sens positif je tiens à le préciser) ou aller plus loin. Et bien si, il l'a fait. Alors je pense que ce style ne peut pas plaire à tout le monde. D'ailleurs je ne le recommanderais pas à ma mère mais plutôt à mon père. Je pense que les histoires de notre curé Rock'n'roll peut lui redonner goût à la lecture ;-)
Requiem est au sommet de sa forme dans cet opus. Alors oui il est vulgaire et grossier mais tellement attachant. Il faut dire que nous lecteurs sommes parti prenante de l'histoire. Requiem nous cause, nous apostrophe, nous insulte aussi parfois mais on aime qu'il nous flagelle ainsi.
 
Dans une précédente chronique je vous avais dit que pour moi Stanislas était un OVNI ou plutôt un OLNI (Objet littéraire non identifié). Un écrivain qui change de style comme de slip (excusez-moi l'expression je pense que Requiem est en train de déteindre sur moi) et qui tape toujours très fort. C'est ce que j'appelle le talent. Je ne sais pas s'il existe une catégorie littéraire pour ce genre de littérature. Mais si non il faudrait en inventer une.
 
Dans cette nouvelle histoire, Stanislas prend pour sujet le terrorisme mais contrairement à ce qu'on peut lire ou voir ça ne touche pas les islamistes mais le catholicisme. C'est vrai qu'il n'y a pas qu'une seule forme d'intégrisme et que toutes les religions sont susceptibles de dégénérer. L'enquête est prenante et pour une fois Requiem y est vraiment embarqué vu que tous les meurtres touchent un lycée privée catholique.
Pas de temps mort, pas de superflu, Stanislas ne s'encombre pas de détails insignifiants il va droit au but (dans tous les sens du terme une fois de plus!)
 
Je finirais par dire que ce tome 3 est une vraie réussite. Une fois de plus je suis sous le charme de notre Requiem et mon Dieu s'il pouvait exister un curé comme ça j'irais à la messe tous les jours! J'ai aussi beaucoup aimé les références à ses copains auteurs tout au long du livre.
Un livre à déguster. Et bravo encore à Caroline Lainé pour cette magnifique couverture.
 
Voici les liens vers mes chroniques sur les 2 premiers tomes :
 
Polar Osny 2018
 

samedi 10 février 2018

L'affaire Mina Marten de Bob Garcia - Editions La mécanique générale

**** Chronique de Jess ****

La belle et mystérieuse spirite Mina Marten est habitée de visions qui ont permis de confondre des criminels. Scotland Yard doute encore. Arthur Conan Doyle, spécialiste du spiritisme et accessoirement agent littéraire de son ami le docteur Watson propose de soumettre Mina Marten à une expérience.
Les visions et les révélations s'enchaînent, aux confins du surnaturel. Londres retient sa respiration. Sherlock Holmes s'oppose est persuadé que tout cela n'est que mystification. La dernière vision de Mina Marten plonge Londres dans l'effroi. Pourtant, la vérité découverte par Sherlock Holmes est bien plus sordide encore… Les londoniens seront-ils prêts à l'entendre ?
Ce récit est tiré d'une enquête réellement menée par Conan Doyle et relatée dans ses mémoires.

Depuis le temps que j'entends parler de Bob Garcia je me décide enfin à découvrir un de ses livres avec L'affaire Mina Marten.
J'aime beaucoup les histoires qui se déroulent à Londres à cette époque. Et dès les premières lignes nous sommes propulsés dans Londres à la fin du 19ème siècle.
Arthur Conan Doyle et le Dr Watson retrouve une fillette qui a été enlevée et séquestrée. C'est grâce à Mina Marten, une spirite, que la fillette a pu être retrouvée saine et sauve.
Lorsque le Dr Watson rentre et raconte l'histoire à Sherlock Holmes, ce dernier est sceptique et lui prouve par A+B qu'il serait arrivé lui-même à retrouver la fillette.
Quand le lendemain le policier Lestrade arrive chez Watson et Holmes avec un couteau qui a été retrouvé dans la cheminée de l'appartement de la dernière victime de Jack L'éventreur il pense avoir une piste. Il veut soumettre la spirite Mina Marten a une expérience pour voir si elle peut retrouver l'assassin. Holmes ne souhaite tout d'abord pas être associé à ses sornettes mais la curiosité va l'emporter et il va tout faire pour démontrer la supercherie.
Lors de la première séance, Mina Marten rentre dans une espèce de transe dès qu'elle va poser la main sur le couteau. Et elle va commencer à raconter de drôles d'histoires qui se seraient déroulées avant la création de Londres. Apparemment le couteau à un drôle de destin pour tout ceux qui vont s'en approcher. Elle va finir sa première séance en disant qu'il y aura 13 visions et que la solution sera dans la dernière.
Après chaque histoire racontée par la médium, Holmes et Watson vont enquêter sur les dires de la médium pour découvrir le vrai du faux. C'est la première fois que je lis un roman qui se construit sous cette forme. Car les 13 histoires pourraient très bien se retrouver dans un livre de nouvelles. Et je trouve que c'est particulièrement réussi car tout se tient.
J'ai trouvé les histoires totalement passionnantes. Et les histoires deviennent de plus en plus captivantes et de plus en plus morbides et glauques. Le Londres de l'époque est vraiment très bien décrit. On a l'impression d'être immergé dans les différentes histoires. Toutes les histoires retracent certains faits historiques de Londres : l'invasion des romains, la grande peste, le grand incendie qui ravagea Londres en 1666, et certaines légendes aussi. Les différentes conditions de vie de l'époque nous sont très bien décrites.
Bob a su reprendre les expressions de cette époque mais tout en restant parfaitement lisible et fluide. Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde dans ce livre. Le duo Watson et Holmes est particulièrement attachant. Et l'atmosphère qui se dégage des différentes histoires reflètent très bien le Londres qu'on peut se représenter à cette époque.
La quête de vérité de Holmes est fascinante. J'ai autant aimé leurs recherches que les différentes histoires de Mina Marten. Et j'avais hâte de savoir où cette expérience allait les mener.
Et quel final! Je n'ai rien vu venir. Un super roman! J'ai vraiment passé un excellent moment et j'espère qu'il vous plaira autant qu'il m'a plu. A découvrir de toute urgence !

Polar Osny 2018


mardi 6 février 2018

Fausses promesses de Linwood Barclay - Editions Belfond

**** Chronique de Jess ****

Il s'en passe de belles à Promise Falls, charmante bourgade de trente-six mille âmes. Des agressions répétées sur le campus, un nourrisson kidnappé par un " ange ", une femme sauvagement assassinée dans sa cuisine. Et vingt-trois écureuils retrouvés pendus à la grille du parc. Ce coin paumé des États-Unis serait-il devenu un lieu de rendez-vous incontournable pour les esprits dérangés ?
C'est bien ce qui affole le débonnaire inspecteur Barry Duckworth, dont la pression artérielle ne cesse de grimper : quel genre de psychopathe aurait pris ses quartiers en ville ? Y a-t-il seulement un lien entre tous ces faits divers ?

La chasse au crime commence. Aidé de David Harwood, père de famille déprimé et journaliste au chômage, Duckworth se lance dans une déroutante enquête, qui ne tarde pas à virer au cauchemar.
Qui a dit que Promise Falls était une petite ville tranquille ?

Voici le deuxième livre que je lis de l'auteur et encore une fois je ne suis pas déçue de ma lecture. Je pense donc que ce ne sera pas mon dernier.
Il y a des auteurs comme çà où l'on sait avant de commencer à lire qu'on va passer un bon moment. C'est le cas des livres de Linwood Barclay.
Ce livre reprend certains personnages de ses romans précédents (Ne la quitte pas des yeux et Les voisins d'à côté). Mais ça ne m'a pas dérangé dans cette lecture. Et ce qui est bien, contrairement à certaines suites, c'est que l'auteur fait des références aux précédents livres sans spolier le dénouement. C'est appréciable si on veut ensuite lire les premiers livres ce que je compte faire ;-)

Promise Falls est une petite ville des Etats-Unis où il se passe de drôle de choses.
En une journée, la police va avoir à gérer un enlèvement, un meurtre, de la maltraitance envers les animaux, une série d’agressions sur le campus et j'en passe. Duckworth en charge des divers enquêtes ne sait plus où donner de la tête. Mais ce n'est pas le seul. David Harwood vient de revenir vivre chez ses parents avec son fils en attendant de trouver un poste et un nouveau logement. Journaliste au Standard de Promise Falls, puis au Globe de Boston, il va finalement reprendre son ancien poste juste au moment de la fermeture du journal.
Il va se retrouver au cœur des différentes histoires quand il va aller chez sa cousine Marla et la trouver avec un bébé qui n'est pas le sien dans les bras. De peur qu'elle se fasse accuser du pire il va mener son enquête de son côté.

L'histoire alterne les différents points de vues et les différentes histoires. On se doute qu'il y a un point commun entre tous les faits qui sont en train de se dérouler. Mais lequel? Bon à la moitié du livre je pense en avoir trouvé une partie et je constate en fin de lecture que mes doutes étaient fondés.

J'aime les histoires qui se passent comme ça dans des petites villes paumées des US. Les personnages sont particulièrement bien travaillés. Soit on s'y attache, soit on les déteste. Mais tous les personnages, que ce soit ceux au premier plan ou les personnages secondaires sont très bien décrits. Ce livre nous offre une enquête avec plusieurs tiroirs. Dès qu'on ouvre un tiroir nous avons un fait criminel qui n'a rien en commun avec les autres excepté le chiffre 23 qui revient plusieurs fois. Que signifie-t-il?

L'alternance des chapitres et des différentes enquêtes font en sorte qu'on ne s'ennuie pas une seule seconde. Le style est fluide, les chapitres s'enchaînent rapidement. On a toujours hâte de connaître la suite et d'arriver au dénouement.
J'aime être tenue en haleine tout le long d'un livre. Aucun temps mort pour Fausses promesses. Ce livre vous promet un très bon moment de lecture.

Mais en finissant les derniers chapitres je comprends qu'il y aura une suite car un seul fait a été résolu.. Une fin en cliffhanger donc pour ce polar. D'après ce que j'ai compris ce livre est le premier tome d'une trilogie. Rrrhhh ça veut dire qu'il va falloir attendre avant la sortie du prochain. Dur dur ! Mais en ce qui me concerne je ne vais pas attendre la sortie française pour connaître la suite des différentes affaires non résolues et je me suis déjà procurée la version originale :-)
 
St Maur en poche 2015
 
 




vendredi 2 février 2018

Polar'Osny 2018


SALON POLAR'OSNY 2018





C'est avec un petit peu de retard que je vous fait un retour sur le premier salon du polar : Polar'Osny 2018.
Une première qui j'espère sera renouveler l'année prochaine et les prochaines années à venir !
Je ne ferais pas de grands discours mais juste un énorme MERCI à Isabelle Bourdial, la MEMO d'Osny et toutes les personnes qui ont participé à la création et l'organisation de ce salon. Je souhaite donc longue vie au salon Polar'Osny.

Voici mon récap en images.


Hommage à notre ami Fabrice Pichon qui n'a malheureusement pas pu être des nôtres

Sandrine Roy

La charmante Caroline Lainé de la team Lajouanie

Ma Lolo

Didier Fossey et Danielle Thiery



Philippe Hauret

Stanislas Petrosky


Jean-Michel Lecoq
 
François-Xavier Dillard

Les copines aussi : Samantha


Ma chérie que je ne présente plus

Laurent

Sandra Martineau

Et je fais ma Jess l'incruste au déjeuner!
 
Jean-Louis Desforges

Ajouter une légende

Sandrine Collette









N'hésitez pas à aller voir le blog de mon ami David qui a fait lui aussi un super article sur le salon. Je le remercie de m'avoir permis de lui piquer la vidéo de notre intervention ;-)

https://cestcontagieux.com/2018/02/01/polarosny-2018-table-ronde-les-blogueurs-passent-aux-aveux/

jeudi 1 février 2018

Les deux soeurs de Jean-Louis Desforges - Editions De Borée

**** Chronique de Jess ****

Lisette Millet a onze ans lorsque la guerre est déclarée. Sous la protection de sa grande soeur, Annie, elle entre au collège, y devient une très bonne élève et fait la rencontre de jeunes garçons.
Une vie ordinaire en apparence ! Car sous cette identité se cache Liesa, Juive autrichienne adoptée par les Millet juste avant le début du conflit. Et cette guerre qui vient d'éclater sera pour Lisette l'amorce d'un long questionnement sur ses origines et sa place dans la société...


C'est avec un grand regret que je referme le livre de Jean-Louis Desforges tellement j'ai passé un moment émouvant en compagnie de Lisette/ Liesa et Annie. Ce livre m'avait fait de l'œil il y a quelques temps et Jean-Louis a eu la gentillesse de me le faire parvenir suite à notre rencontre au salon d'Osny le 20 janvier dernier. Un grand merci donc Jean-Louis pour cette nouvelle lecture et pour votre confiance.
Le sujet de ce livre à savoir la Seconde Guerre Mondiale est une période qui me touche beaucoup. 

Annie a toujours rêvé d'avoir une sœur pour pouvoir partager ses jeux et ses secrets. Au début de la Seconde Guerre Mondiale ses parents lui annonce qu'une jeune fille va venir vivre chez eux. Pourquoi? Comment? D'où vient cette jeune fille? Pourquoi n'a-t-elle plus de parents? Tant de questions trottent dans la tête d'Annie. Mais il va falloir être patiente et apprivoiser cette nouvelle sœur. Liesa , jeune juive a fui son pays l'Autriche où l'envahisseur allemand a débarqué pour commencer son funèbre dessein. Ses parents ont été emprisonnés dans les camps et il y a peu d'espoir de les revoir vivants. Pour Annie tout cela lui semble a des années lumières de ce qu'elle vit à la ferme de ses parents. La guerre n'a pas encore frappé dans son petit village du Vercors.
Il va falloir beaucoup de courage et de travail à Liesa pour s'adapter à sa nouvelle vie. Il est en effet compliqué pour cette enfant de trouver ses marques car avec son accent allemand tout le monde la prend pour une nazie et elle doit fuir les allemands car elle est juive.
Une profonde affection va se développer entre les deux jeunes adolescentes. Elles ne se quitteront plus d'une semelle et deviendront bien plus que des sœurs de sang mais des sœurs de cœur.

Elles vont traverser les épreuves côte à côte. Leur amour plus fort que tout. Lisette va trouver une véritable famille qui va l'aimer comme sa propre enfant. Mais le passé est dur à oublier surtout un passé comme celui de Lisette. Comment se construire quand on a perdu son identité à cause d'une guerre qui nous a volé nos parents et notre vie ? Malgré l'amour de sa nouvelle famille et d'Annie elle va toujours chercher à se trouver. Entre la religion chrétienne et juive son cœur balance.
L'auteur nous retrace la Seconde Guerre Mondiale de ses prémices à sa fin. Il continuera par la guerre qui confrontera la Palestine et Israël.

Il nous raconte toutes ses guerres qui ont séparé des familles entières. Toutes les conséquences qu'elles vont engendrer même aux survivants. D'ailleurs une autre auteure de chez De Borée avait abordé ce thème de la reconstruction après la guerre dans son roman "L'impossible oubli" de Christine Navarro (j'espère que Jean-Louis m'excusera la digression et la comparaison mais c'est aussi un livre que j'ai adoré).

Ce livre est une petite merveille. L'amour transpire entre chaque page. L'amour fraternel entre deux sœurs qui ne le sont pas vraiment mais que la guerre a rapproché. L'amour pour sa famille aussi et pour sa région. Le Vercors y est admirablement décrit. On a envie d'aller courir dans la campagne avec Lisette et Annie. L'auteur nous fait aussi revivre les premiers amours, les premiers émois, les premiers chagrins qui pendant la guerre prennent des tournures dramatiques.
Un livre que je vous conseille vivement.


Mes autres chroniques des livres de Jean-Louis Desforges :