jeudi 31 décembre 2015

Le loup peint - Jacques Saussey - Edition du Toucan


**** Chronique de Jess ****


4ème de couverture :

Vincent Galtier est vétérinaire dans une petite ville de Bourgogne. Depuis la mort accidentelle de son fils, son couple est à la dérive et il passe d’une maîtresse à une autre, sans autre satisfaction que celle de la chair.

Un soir qu’il vient de quitter le lit de sa dernière conquête, alors qu’il traverse une forêt isolée, une voiture occupée par d’étranges silhouettes tente de le tuer en le faisant sortir de la route. Quelques instants plus tard, c’est une scène de cauchemar qu’il découvre en arrivant chez lui.

De surprises en manipulations, il comprend qu’il est un pantin immergé malgré lui au cœur d’un complot dont l’objectif n’a rien de pacifique…




Mon avis :

Voici l’histoire de Vincent, vétérinaire, qui en une seule nuit voit sa vie basculée dans l’horreur. Il a le malheur de croiser la route de personnes peu recommandables qui vont tout faire pour lui pourrir la vie. Il va passer rapidement de victime à coupable n°1.

Au fur et à mesure de la lecture, mon impression est que Vincent est un personnage secondaire et un autre personnage apparaît plus fort, celui de Sophie, jeune femme sensuelle et un peu caméléon.

Nous allons suivre son parcours sanglant, et comprendre au fur et à mesure le pourquoi, et ainsi remettre les pièces du puzzle dans l’ordre.

Un thriller sensuel ! Voilà les premiers mots qui me sont venus à l’esprit en refermant ce livre. Car l’auteur décrit tellement bien ce personnage que l’on imagine aisément le charme et l’érotisme qui se dégage d’elle dans son parcours de séduction et de cruauté.
Sophie est une sorte de succube, personnes, hommes ou femmes ne va pouvoir lui résister. Une bombe à elle toute seule.

Je n’ai pas lu tous les livres de Jacques Saussey mais sur ce coup-là il m’a bien bluffé dans le côté érotique du livre.

Le fait que ce soit une femme qui tue et non un homme change étrangement la donne. Et je pense que certaines personnes que je connais vont apprécier ce livre car pour une fois, une femme tue et torture des hommes et le tout écrit par un auteur homme ;-)

En ce qui concerne les points de vue, nous avons le point de vue d’à peu près tous les personnages de l’histoire, même les animaux et c’est plutôt sympa car on a une vue globale de l’ensemble de l’histoire.

L’auteur nous sème des indices tout au long de l’histoire, avec en parallèle l’histoire d’un chien qui n’en est pas vraiment un, on se demande pourquoi tout au long de l’histoire jusqu’au final où tout s’éclaire.

Histoire bien menée d’un bout à l’autre. Les indices sont donnés au compte-goutte pour faire de ce polar un page-turner que l’on ne peut pas lâcher avant de l’avoir définitivement fermé !

Ma bonne résolution pour 2016 sera de lire les autres livres de Jacques car vraiment c’est un auteur de talent qui n’a rien à envier aux grands auteurs de polar français ou étranger et ce nouveau polar le prouve encore plus !

Je vous le conseille grandement.



  • Broché: 432 pages
  • Editeur : Editions Toucan (6 janvier 2016)
  • Collection : TOUC.NOIR
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2810006873
  • ISBN-13: 978-2810006878






dimanche 20 décembre 2015

Pars avec lui d'Agnès Ledig - Editions Pocket

**** Chronique de Jess ****


4ème de couverture :


Il y a Roméo, pompier professionnel qui chute très gravement en sauvant la vie d'un enfant.

Il y a Juliette, l'infirmière du service de réa où il va tenter de recoller les mille morceaux de son corps et de son coeur. 
Ils souffrent tous les deux. Roméo de ne plus pouvoir s'occuper de Vanessa, sa petite soeur adolescente, rebelle et fragile. Juliette, d'éprouver des difficultés à concevoir un enfant, dont le désir est plus fort que tout, malgré un compagnon humiliant et violent.
Il y a aussi Guillaume, un collègue infirmier en quête d'équilibre. Et puis Malou, la grand-mère de Juliette, qui, à quatre-vingt-quatre ans, ne croit plus au hasard depuis bien longtemps. 
Cette rencontre accidentelle pourrait bien bouleverser le destin de tous ces personnages dont les chemins se croisent et s'éloignent sans jamais se perdre. Puisque c'est d'amour dont il s'agit. 
Une histoire de vie où des personnages d'une extrême vérité cherchent à se délivrer d'un passé douloureux, trouvent dans le présent et les liens humains les remèdes aux peines de l'existence, et nous enseignent qu'être heureux, c'est regarder où l'on va, et non d'où l'on vient.




Mon avis :

Deuxième livre que je lis de cette auteure, le premier était Juste avant le bonheur qui avait été un gros coup de coeur.
Et de nouveau Agnès Ledig nous emporte dans une histoire de coeur, et de vie avec différents personnages attachants.

Il y a Roméo, pompier, qui a eu un grave accident pendant une intervention et de l'autre côté Juliette, infirmière en réanimation, qui va lui sauver la vie à sa façon en lui redonnant goût à la vie et le forçant à se battre pour se remettre sur pied rapidement.

Il y a Laurent, le fiancé de Juliette, un homme détestable qui passe son temps à humilier Juliette. On a envie de la sauver des griffes de ce sale type. Et on a envie de lui en coller une et de le remettre à sa place.

C'est l'histoire de 2 personnes qui vont se sauver mutuellement. L'auteure parle de l'enfermement psychologique qu'il peut y avoir dans un couple, quand l'un devient le manipulateur de l'autre. Ce qui fait peur c'est que je pense que ça peut arriver à n'importe qui. 
Heureusement dans cette histoire malgré certains malheurs, Juliette va s'en sortir et en ressortir plus forte. 

Il y a pleins d'autres personnages attachants, qui ont chacun leur problème :
Malou, la grand-mère de Juliette qui elle aussi à un passé compliqué; l'arrière grand-père de Roméo qui devient l'amoureux de Malou, et puis Guillaume, le collègue infirmier de Juliette qui tombe amoureux de Vanessa, la soeur de Roméo. Jeune femme, à peine sortie de l'adolescence qui va retrouver le bon chemin grâce à Guillaume et aussi un peu à Juliette.

Ce livre est une bouffée d'air, une belle tranche de vie. J'aime ce genre de livre qui nous font réfléchir au sens de la vie, de l'amour et de l'amitié.

Je le conseille vivement. 


Meurtre à la morgue d'Olivier Kourilsky

**** Chronique de Jess ****

4ème de couverture :
Faculté des Saints-Pères, 1963. Le corps d'une étudiante en médecine est retrouvé sur une table du pavillon d'anatomie, au milieu des cadavres en attente de dissection. Stupeur ! L'auteur présumé de ce crime horrible est rapidement arrêté, condamné et exécuté. Mais d'autres morts s'accumulent autour de la petite bande d'étudiants déjà durement frappée. Ces drames ont-ils un rapport entre eux ? Un des carabins arrive à convaincre un inspecteur de police de reprendre l'enquête, à l'insu de sa hiérarchie.






Mon avis :
C’est toujours avec plaisir que j’ouvre un Livre d’Olivier Kourilsky. J’aime ses histoires policières qui se passent dans le milieu médical. Jamais rien de sanglant, c’est toujours bien écrit, et ça se lit tout seul. Toujours une agréable lecture.

Voici donc le tout premier d’Olivier Kourilsky qui se déroule en 1963. Le corps d’une étudiante est retrouvé dans le pavillon d’anatomie. Un suspect est rapidement arrêté, jugé et condamné à la peine capitale alors qu’il crie à l’erreur judiciaire.

S’ensuit d’autres morts inexpliquées qui passent pour des accidents ou suicide. Un groupe d’étudiants et amis vont vite se rendre compte du lien qui lie tous ses « accidents » mortels. Un des étudiants réussi à convaincre un policier d’enquêter de nouveau sur toutes ses morts étranges.

Pour une fois, je me suis plantée en essayant de deviner qui était le meurtrier présumé. L’auteur a su m’induire en erreur et j’aime ça. L’histoire et l’enquête sont bien menées, et on apprend comment se déroulait les études de médecine à cette époque et c’est très intéressant.

Nous avons plusieurs points de vue de l’histoire selon les différents étudiants. J’ai eu des doutes concernant un des personnages pendant quasiment tout le livre mais nous connaissons le dénouement qu’à la toute fin.
Je conseille donc ce polar.



dimanche 13 décembre 2015

La descente des anges - Emmanuel Prost

**** Chronique de Jess ****

4ème de couverture :

10 mars 1906. 6 h 34. L'explosion qui vient de retentir dans l'ensemble des galeries de la mine va donner lieu à une terrible catastrophe, celle de Courrières. Lorsque, quarante ans plus tard, son petit-fils l'interroge sur le sujet, Oriane replonge dans ses souvenirs. Le demi-siècle qu'elle vient de traverser n'a été qu'une succession de tragédies, mais cet événement reste pour elle le pire de tous. Le jour où tout a basculé. Le jour où son fiancé, Louis, a gagné la fosse 4 pour descendre à la place de son meilleur ami. Une décision de dernière minute qui a donné à la vie d'Oriane une tout autre destinée...




Mon avis :


Il y a des livres qui nous marquent et d'autres qu'on lit sans s'en rappeler, je pense que le livre d'Emmanuel Prost fait parti des livres qu'on n'oublie pas et qu'on peut relire encore et encore. D'ailleurs j'avais très envie de le relire après la dernière page tournée !

Je ne connaissais pas du tout cet auteur et je n'avais pas du tout entendu parler de ce livre. Et c'est au salon de Templemars qu'un auteur que je connais, David-James Kennedy, m'en a parlé et m'a dit qu'il fallait absolument que je le lise. J'étais un peu sceptique sur le coup mais je me suis dit si un autre auteur le vend aussi bien que si c'était son propre livre je pense qu'il vaut le détour. Et grand bien m'a pris de lire ce livre qui est une merveille!
Un énorme coup de coeur en cette fin d'année 2015! Un livre à lire absolument pour tous les amoureux de livres qui raconte des histoires de famille, des tranches de vie si bien raconté.

Cette histoire retrace la catastrophe minière de Sallaumines du 10 mars 1906, catastrophe qui était pour moi inconnue. 
C'est aussi l'histoire d'une femme Oriane. Sa vie, son destin, ses malheurs, ses joies, ses amours.

L'histoire commence donc par raconter cette fameuse journée du 10 mars 1906, et de ses personnages principaux, Louis, parti à la mine au matin pour remplacer son ami Edmond, incapable d'aller travailler, d'Oriane, qui était rassurée de savoir son fiancée, Louis, chez lui car ne commençant à travailler que l'après-midi, et Edmond, au fond de son lit qui ne sait pas le malheur qui est en train de se dérouler, et de la culpabilité qu'il va ressentir bientôt.

Nous passons ensuite au présent de l'histoire, qui se déroule juste avant la seconde guerre mondiale, où nous rencontrons Camille, le petit-fils d'Oriane, à qui la maîtresse demande d'interroger ses proches sur la catastrophe de 1906. Il va donc interroger sa grand-mère sur cette période de l'histoire. Il sait pourtant que c'est un sujet qui rend triste sa grand-mère mais il aimerait comprendre pourquoi.

L'auteur retrace donc ensuite la vie de cette femme, en commençant par raconter la vie de ses parents. Chaque chapitre parle d'un personnage de l'histoire : la mère d'Oriane, son père, elle-même, sa tante et marraine Louise, Louis, Edmond. 
Ce livre retrace plus de 50 ans de vie de famille et d'Histoire car l'auteur parle bien sûr de tous les grands moments de notre histoire.

Un livre qui nous fait réfléchir, qui fait pleurer, sourire, rire. Un livre que je relirai sûrement, un livre qui m'a fait penser à Zola, par son sujet, la vie des mineurs (bien que je n'ai jamais lu Germinal), un livre qui m'a fait penser à tous les livres lus plusieurs fois et qui m'ont marqué profondément (Le parfum de Süskin, des souris et des hommes de Steinbeck, l'Assommoir de Zola...) Un livre qui marque. 

J'espère juste une chose c'est d'avoir réussi à vous donner envie de le lire et de faire connaître cet auteur que j'aimerais énormément rencontrer ;-) 

Gros coup de coeur ! 5/5 ! 

A lire absolument!



dimanche 6 décembre 2015

Trois heures avant l'aube - Gilles Vincent - Editions Jigal

****Chronique de Jess ****



4ème de couverture :

Prier pour le meilleur, se préparer au pire ! Quel lien existe-t-il entre Kamel, jeune Marseillais d’une vingtaine d’années, Sabrina, femme de ménage à Valenciennes, et Grégor, ouvrier d’abattage près de Lorient… Entre les tragédies de notre temps et les personnages laminés par le monde d’aujourd’hui se tisse la chronique d’une époque où les destins hésitent entre fuite, abandon et passage à l’acte… 

Touchée de plein fouet par ces affaires enchevêtrées, la commissaire Aïcha Sadia va, dans cette nouvelle enquête, basculer sous nos yeux de la force à l'anéantissement.



Mon avis :

J'avais rencontré Gilles Vincent au salon du polar de Montigny et je n'avais malheureusement acheté aucun de ses livres. 
J'ai remédié à ce gros problème cette année. 
J'avais commencé par lire Hyena qui m'avait énormément plu.
J'ai donc continué en lisant Trois heures avant l'aube et de nouveau je suis conquise par cet auteur.

Ici, trois histoires, trois enquêtes, un lien mais lequel ?
Nous avons l'histoire de Sabrina, jeune femme un peu paumée qui s'était passionnée dans sa jeunesse pour l'histoire du tueur/ pédophile en série belge qui est en train de demander sa libération conditionnelle.
Elle décide donc de l'empêcher de vouloir sortir de prison par ces propres moyens en tuant des tueurs d'enfants.

Nous avons ensuite, Kamel, le neveu de la commissaire Aïcha Sadia, qui a disparu depuis quelques mois. Il est parti se former au djihad et commence un carnage en plein Marseille.

Et enfin, Gregor Morvan, un breton dont l'usine est en train de fermer. Il décide de se battre pour sauver son honneur et pour cela de kidnapper son patron.

Trois enquêtes donc pour trois inspecteurs : Aicha Sadia, qui va essayer d'arrêter son neveu avant qu'il ne fasse plus de morts; Le cam, qui va s'occuper de rechercher le patron de Gregor et arrêter Gregor par la même occasion; et Pichon, qui suit la trace de Sabrina.

On se demande où l'auteur va nous emmener et comment les trois enquêtes vont se rejoindre. Et je peux je vous dire qu'il fait ça avec brio ! 
Et pour les trois personnes recherchées les choses ne vont pas se passer comme ils l'ont prévu. Mais je n'en dirais pas plus pour ne rien dévoiler ;-)

Je vous laisse donc découvrir ce polar et je peux vous certifier que vous ne serez pas déçu !

Et j'espère que vous aurez un jour l'occasion de rencontrer Gilles Vincent et d'échanger avec lui car en ce qui me concerne j'ai passé un agréable moment. 


Avec tes yeux - Sire Cedric - Editions Presse de la cité


***Chronique de Jess ***




4ème de couverture :

Depuis quelque temps, Thomas fait des rêves atroces. D'épouvantables rêves qui le réveillent en sursaut et morcellent son sommeil qu'il a déjà fragile. Si ce n'était que ça ! Après une séance d'hypnose destinée à régler ses problèmes d'insomnie, il est en proie à des visions. Il se voit, à travers les yeux d'un autre, torturant une jeune femme... Persuadé qu'un meurtre est effectivement en train de se produire, il part à la recherche de la victime. Le cauchemar de Thomas ne fait que commencer. Sire Cedric, maître en suspense et horreur, rejoint la collection " Sang d'encre " et signe un thriller diaboliquement perturbant. 






Mon avis :

J’ai connu Sire Cédric avec sa trilogie sur Eva Svarta que j’avais adorée. Cet auteur a vraiment un style particulier mêlant thriller et fantastique. Cela pourrait donner un mix qui ne passe pas mais je vous rassure ça passe très très bien !
Nouveau thriller fantastique donc que l’on attendait tous et toutes avec grande impatience et je ne suis pas déçue, j’ai retrouvé la patte de Sire Cédric. Il sait nous embarquer loin et nous faire peur.
L’histoire ici commence fort avec des scènes très bien détaillées et limite insoutenables (âmes sensibles s’abstenir) où il décrit un meurtre sanguinolent.
Nous rencontrons ensuite Thomas qui après une séance d’hypnose qui s’est très mal passé va commencer à voir à travers les yeux d’un tueur à chaque fois que ce dernier commet un meurtre/actes de torture.
Nous avons donc l’histoire du point de vue de Thomas qui va essayer de comprendre pourquoi ce phénomène lui arrive et qui est le meurtrier. Pour cela il va être aidé de Fox, une jeune asiatique, pro de l’information qu’il a rencontré sur internet.
On s’attache à Thomas, on se prend d’affection pour ce qui lui arrive et on aimerait bien pouvoir l’aider.
Et nous avons le point de vue de Nathalie, gendarme, relayé au rang de secrétaire à qui on interdit le terrain afin de la surprotéger (en effet son père est lieutenant de la SR de Versailles et fait tout pour ne pas qu’elle prenne de risque lié à son métier). Nous comprenons que ce personnage est très mal dans sa peau.
Elle se retrouve par hasard sur la scène de crime de son amie d’enfance et rencontre par la même occasion Thomas qui lui se trouvait sur les lieux du crime pensant pouvoir arriver à temps pour sauver la victime. Concours de circonstance, il est donc devenu le suspect numéro 1.

Concernant le personnage de Nathalie j’ai eu un peu plus de mal, une envie de lui mettre des tartes en fait…. J’en suis même arrivée au point que j’aurais voulu que l’auteur la fasse tuer !
Et entre 2 chapitres nous avons la vision du tueur, chapitre écrit en italique pour bien montrer le côté à part.
S’ensuit une course poursuite afin de connaitre la vérité et trouver les vrais coupables. Ceux-ci vont être nombreux…. L’auteur fait tout pour nous faire tourner en bourrique.
Un thriller palpitant difficile à lâcher tant qu’on n’a pas lu le fin mot de l’histoire.
Je parlerais quand même d’un point négatif car il me semble qu’il oublie de nous donner quelques explications sur la fin du pourquoi de tel ou tel évènement. Dommage que je ne puisse pas le rencontrer car j’aurais aimé avoir quelques petites précisions….

Biographie de l'auteur

Né en 1974, Sire Cédric vit à Toulouse. Il est l'auteur de sept romans et de deux recueils de nouvelles, aux frontières du thriller et du roman fantastique. Il a reçu le prix Masterton pour son roman L'Enfant des cimetières et le prix Polar (festival de Cognac) pour son thriller De fièvre et de sang. Ses livres sont traduits en anglais, en polonais et en turc.

mercredi 25 novembre 2015

Une vraie famille - Valentin Musso - Editions Seuil

**** Chronique de Jess ***




4ème de couverture :

Il s'appelle Ludovic, c'est du moins le prénom qu'il a donné. Un jeune homme simple et sans histoires. En apparence. Les Vasseur, un couple de Parisiens retirés dans leur résidence secondaire en Bretagne à la suite d'un drame personnel, l'engagent pour quelques travaux de jardinage. Le mystérieux garçon sait rapidement se rendre indispensable et s'installe dans leur vie. Quand les Vasseur commencent à se poser des questions et à regretter de lui avoir ouvert leur porte, il est déjà trop tard. Mais ce qu'ils ignorent, c'est que leur cauchemar n'a pas encore commencé. Car la véritable menace qui pèse sur leur maison n'est pas du tout celle qu'ils croyaient. Avec ce thriller glaçant, plongée en eaux troubles d'un couple ordinaire et d'un jeune homme en quête d'une vraie famille, Valentin Musso donne le meilleur de son talent, après le succès du Murmure de l'Ogre (Seuil, 2012) et de Sans faille (Seuil, 2014).



Mon avis :

Ce livre est le deuxième que je lis de Valentin Musso. Le premier était « Sans faille » que j’avais beaucoup aimé.

J’avais lu beaucoup de bien de son petit dernier et c’est donc avec plaisir que je l’ai ouvert.
J’ai été directement happé par l’histoire et je dois dire qu’encore une fois j’ai eu du mal à le lâcher.

L’histoire commence par une fusillade dans une université. On se demande pourquoi l'histoire commence comme ça mais on comprend vite dans la première partie du livre pourquoi.

En effet le livre se compose en 3 parties, 3 points de vue différents de l'histoire ce qui donne un petit côté original et une façon différente d'appréhender l'histoire et le pourquoi final.

La première partie est le point de vue de François, une des victimes de la tuerie de l'Université, où il était professeur d'Histoire. 

Lui et sa femme ont décidé de partir un temps se reposer et se remettre de ce qui leur est arrivé dans leur maison de Bretagne. 
Il rencontre un jeune homme, Ludovic, qui va vite prendre beaucoup de place dans leur vie. Homme à tout faire qui va finir par vivre dans leur maison d'amis le temps de refaire à neuf la maison d'amis.
François nous décrit son quotidien, et son ressenti vis-à-vis de ce jeune homme un peu particulier, pas très bien élevé, un peu gauche. Le doute commence va commencer à s'immiscer en lui. 
Mais attention, le danger ne vient peut-être pas d'où l'on pense...

La deuxième partie est le point de vue de Ludovic. On va redécouvrir le jeune homme différemment. Comprendre pourquoi il est comme il est et comment il va réagir à certaines choses qui vont se passer. 
On va finalement s'y attacher malgré la première impression négative qu'on aurait pu avoir avec le point de vue de François.

Et enfin la troixième partie est le point de vue de Mathilde, la femme de François, mais sur ce dernier point je n'en dirais pas grand chose pour ne pas vous gâcher l'histoire, ni l'intrigue. Nous allons redécouvrir aussi ce personnage peu présent dans le point de vue de son mari, un peu plus dans celui de Ludovic et comprendre encore plus Mathilde de son point de vue personnel. 

Valentin Musso nous livre un polar psychologique époustouflant, un huit clos très bien ficelé avec des personnages très bien travaillés (ils ne sont pas nombreux mais ont tous un petit quelque chose).

On pense connaitre les victimes d'une tuerie mais au final il y a toujours des victimes collatérales et il faut faire attention aux conséquences si on n'y prend pas garde. 

Je vous le conseille vivement. Un coup de coeur pour moi! 





dimanche 22 novembre 2015

Quand les anges tombent - Jacques Olivier Bosco - Editions Jigal Polar

**** Chronique de Jess ****




4ème de couverture :



Cinq enfants kidnappés… Un truand impitoyable, Vigo, dit le Noir, condamné à perpét’ pour le meurtre de gamins qu’il nie farouchement avoir commis… Un avion en provenance de Russie qui par malheur s’écrase sur une prison… Un procès truqué, une vengeance… Un préfet assoiffé de pouvoir qui brouille les cartes, un flic déboussolé au fond du trou, un malfrat corse en rupture de ban, un cheminot alcoolo, un juge en fin de parcours, une avocate opiniâtre, des parents bouleversés mais combatifs… Et leurs cinq mômes bien décidés à survivre et prêts à tout pour s’en sortir tout seuls !







Merci aux Editions Jigal pour cette nouvelle lecture.

Premier livre que je lis de cette auteur. J'en avais entendu beaucoup de bien et je ne suis pas déçu de l'avoir enfin lu.

L'histoire : tout d'abord un avion qui s'écrase sur un pénitencier.  Ensuite cinq enfants qui se font kidnappés au même moment. Cinq enfants qui représentent cinq pères ou mères impliqués dans une sombre histoire de meurtres d'enfants.



Tout d'abord Salomé fille de Nathalie, avocate à la cour et de Mathéo, dit le Corse, ancien bandit; Choupette la fille d'Erwan, commissaire à la PJ; Maxime fils du Préfet Rollin; Camille, la fille du juge Tranchant; et Enzo fils d'Elvio, chauffeur de métro à la RATP. Cinq individus donc, qui ont tous en commun un homme : Le Noir qu'ils ont fait enfermé dans le fameux pénitencier où l'avion s'est écrasé.



Nous suivons l'histoire du point de vue de chaque protagoniste et c'est intéressant de voir l'histoire de cette façon, car on a le point de vue de tous les personnages que ce soit des enfants ou des parents, en passant par les personnages secondaires. Au début je me suis dit que j'allais m'emmêler les pinceaux car beaucoup de personnages et finalement l'histoire se déroule bien et on ne perd pas le nord :-)
Chaque fin de chapitre (de point de vue si je peux me permettre) est repris par un autre personnage et l'histoire s'enchaîne parfaitement bien ainsi. 

Nous apprenons rapidement que la personne qui a enlevé les enfants n'est autre que le Noir pour prouver que son procès a été truqué. Nous allons donc suivre les différentes enquêtes pour retrouver ses enfants. D'un côté le flic, de l'autre le préfet Rollin, et de l'autre les gosses qui essaient de s'enfuir. Et surtout découvrir qui est vraiment le tueur des piscines et autres surprises en cours d'enquête.

Les personnages sont bien travaillés, on s'y attache ou au contraire on a envie de les claquer ! Chaque personnage à son histoire, ses blessures, ses cicatrices. Et certains personnages qu'on pourrait au premier abord détester, on finit par s'y attacher. 

Un polar bien mené donc que je vous conseille grandement. J'ai vraiment beaucoup aimé et j'en lirais d'autres de cet auteur.


Date de parution : 3 juin 2015

Nombre de pages : 328 pages.

Edition Jigal.




jeudi 19 novembre 2015

Tout le monde te haïra - Alexis Aubenque - Robert Laffont La bête noire

**** Chronique de Jess ****





4ème de couverture :

En Alaska, la ruée vers l'horreur a commencé. La première enquête de Tracy Bradshaw et Nimrod Russell. White Forest, petite ville côtière du sud de l'Alaska, est en émoi. Pris dans les glaces, un navire ayant sombré en 1920 vient d'être découvert. Les corps des marins en ont été extraits, mais manquent à l'appel ceux d'une centaine d'orphelins... C'est dans cette étrange atmosphère que débarque Alice Lewis, avec l'espoir de retrouver sa soeur disparue. Elle engage aussitôt un ancien flic au passé trouble devenu détective privé, Nimrod Russell. De l'autre côté de la ville, la lieutenante Tracy Bradshaw récupère une sordide affaire : pendu par les pieds dans sa grange, un notable a été éventré à l'aide d'un hakapik, l'arme inuit servant à abattre les phoques. Envers, et surtout contre tous, les deux ex-coéquipiers, Tracy et Nimrod, vont devoir travailler ensemble alors que plane sur eux l'ombre des enfants disparus.



Mon avis :


C’est toujours avec plaisir que je commence un livre d’Alexis Aubenque car je sais que je vais passer un bon moment de lecture.
Et je suis ravie car je n’ai pas encore lu tous ses livres.

Nous retrouvons dans ce nouveau polar une nouvelle équipe d’enquêteurs : Tracy Bradshaw et Nimrod Russel. Ils étaient tous les 2 co-équipiers avant que Nimrod se fasse virer de la police et devienne Détective privé. Ils vont être amené à retravailler ensemble sur 3 affaires qui en apparence n’ont rien à voir mais qui au final pourrait bien être lié.
1ère histoire : l’équipage d’un navire échoué retrouvé mort prisonnier des glaces.
2ème histoire : un homme retrouvé éventré dans sa grange.
3ème histoire : Alice, qui recherche sa sœur disparue depuis un mois.

Dès les premières pages, Alexis nous embarque en Alaska où nous rentrons tout de suite dans le vif du sujet. Chapitres courts, descriptions juste ce qu’il faut ni plus ni moins, les différentes scènes et plans s’enchainent merveilleusement bien ce qui fait qu’il n’y a pas de temps mort.

Je pense que j’aurais pu le lire d’une traite si j’en avais eu le temps. Ce livre se lit tout seul tellement l’écriture est fluide et l’histoire prenante. On se demande où il va nous embarquer et on a du mal à le poser avant de connaitre le fin mot de l’histoire.

Les personnages sont très bien travaillés que ce soit les personnages principaux ou les personnages secondaires. On s’y attache ou on les déteste.

Alexis aurait pu s’emmêler les pinceaux avec 3 histoires mais au final tout s’imbrique parfaitement pour un dénouement qu’on ne s’attend pas du tout à lire.

J’ai donc adoré et il faut que je sorte vite tous les livres d’Alexis de mon building à lire.

Je vous conseille donc ce nouvel opus d’Alexis Aubenque et j’espère qu’il nous écrira encore de nouvelles enquêtes avec Tracy et Nimrod.



Biographie de l'auteur


Alexis Aubenque est l'auteur de nombreuses enquêtes qui ont toutes été plébiscitées par les lecteurs. Sa première trilogie River Falls a été récompensée en 2009 par le prestigieux Prix Polar du Festival de Cognac. Après sa seconde trilogie Nuits noires à Seattle et Ne crains pas la faucheuse, Tout le monde te haïra marque son grand retour au thriller pur et dur. Son univers a souvent été comparé à celui d'Harlan Coben pour son sens du suspens, la nervosité de son écriture et la force de ses personnages.

  • Broché: 432 pages
  • Editeur : Robert Laffont (4 novembre 2015)
  • Collection : La Bête noire
  • Langue : Français









lundi 16 novembre 2015

Le fil Rouge de Paola Barbato - Editions Denoël

****Chronique de Jess ****

Le fil Rouge de Paola Barbato

4ème de couverture :

Que fait un homme quand il se retrouve face à l'assassin de son enfant ? Antonio Lavezzi mène une existence solitaire et monotone depuis le jour où Michela, sa fille de treize ans, a été sauvagement assassinée. Sa femme l'a quitté, et le meurtrier n'a jamais été arrêté. Antonio travaille dans le bâtiment avec un ami d'enfance. Ce dernier lui présente inlassablement de petites amies potentielles qui ne l'intéressent pas. Lorsqu'un corps est découvert sur le chantier dont il est responsable, des éléments troublants amènent Antonio à penser que cette affaire et son histoire personnelle sont liées. Contacté par un homme mystérieux, baptisé l'Assassin, qui lui ordonne d'exécuter des criminels ayant échappé à la justice, Antonio décide d'obéir et va s'extraire peu à peu de sa torpeur et de son silence. L'Assassin semble savoir qui a tué Michela, et Antonio, pris dans une spirale meurtrière, est plus que déterminé à venger sa fille. Paola Barbato impose une fois de plus sa vision et son style uniques : le schéma de vengeance privée à l'oeuvre est savamment imaginé et décrit. Le Fil rouge, c'est à la fois un Crime de l'Orient-Express moderne et un Dexter à l'italienne.

Editions Denoël
Date de publication : le 5 novembre 2015
Traduction d’Anaïs Bouteille- Bokobza
368 pages
Prix : 21.90€



Mon avis :

Ceci est mon premier livre de cette auteure que je ne connaissais pas du tout avant. Donc c’est avec un esprit ouvert que j’ai lu ce livre dont je n’avais pas entendu parler et je suis bien contente de l’avoir lu.
Ce polar change des polars habituels que l’on peut lire. Et je dois avouer que j’ai été particulièrement prise dans cette histoire. Ici pas de caricature du policier alcoolique et blessé par la vie, pas de meurtres sanguinolents rien à voir avec ce qu’on peut lire habituellement.

C’est l’histoire d’un Monsieur tout le monde, Antonio Lavezzi, qui voit sa vie bouleversée le jour où sa fille de 13 ans est retrouvée assassinée et violée à son domicile et où lui-même échappe à la mort de peu.

Il tombe dans un profond coma d’une quarantaine de jours et à son réveil il n’a plus de famille car sa femme l’a quitté. Il va alors rentrer dans une routine qui l’obligera à ne pas penser à ce qui lui est arrivé et continuer comme ça. Il va accepter un poste d’ingénieur dans l’entreprise de son ami d’enfance qui va tout tenter pour lui changer les idées.

Mais la petite vie tranquille d’Antonio va être chamboulée par la découverte d’un corps sur l’un des chantiers où il est responsable.
Il va alors être contacté par l’Assassin qui va l’entraîner dans un jeu de piste criminel en lui promettant que l’assassin de sa fille sera enfin retrouvé et que justice sera rendue.

Dans ce roman, comme je le disais il n’y a pas d’enquête policière à proprement parler, on suit les différentes affaires par l’intermédiaire d’Antonio qui va chercher à comprendre qui est derrière toutes ces vengeances : qui sont les victimes, les bourreaux et les complices une fois le bourreau assassiné.

Je dois dire que ce polar est extrêmement bien ficelé et les moyens pour assassiner les bourreaux relativement bien trouvés afin que les crimes soient parfaits !

La fin et l’explication est aussi imprévisible et je dois dire que je ne me suis pas ennuyée une seconde dans ce livre qui a un très bon rythme et qui ne nous laisse pas de répit.

Je conseille vivement ce livre et je pense que je lirais d’autres livres de cette auteure.




vendredi 13 novembre 2015

Les Fauves d'Ingrid Desjours - Editions La Bête Noire

****** Chronique de Jess *****



4ème de couverture  :


Votre pire prédateur : Celui qui vous aura apprivoisé. " Torturez-la ! Violez-la ! Tuez-la ! " À la tête d'une ONG luttant contre le recrutement de jeunes par l'État islamique, l'ambitieuse Haiko est devenue la cible d'une terrible fatwa. Lorsqu'elle engage Lars comme garde du corps, le militaire tout juste revenu d'Afghanistan a un mauvais pressentiment. Sa cliente lui a-t-elle dit l'entière vérité sur ses activités ? Serait-ce la mission de trop pour cet ancien otage des talibans ? Dans cet univers où règnent paranoïa et faux-semblants, Haiko et Lars se fascinent et se défient tels deux fauves prêts à se sauter à la gorge, sans jamais baisser leur garde.

Mon avis : 

Contrairement à d'autres auteurs c'est toujours avec un avis mitigé que je commence à lire les livres d'Ingrid Desjours car je sais que son style peut me mettre mal à l'aise. J'avais commencé par lire Sa vie dans les yeux d'une poupée" et ce livre m'avait apporté un sentiment mitigé.

"Tout pour plaire" m'avait réconcilié avec l'auteur et finalement je dois avouer que plus elle écrit et plus elle s'améliore dans le style et dans le thriller psychologique. 

On peut tout d'abord dire qu'Ingrid Desjours a du style et a un sens de l'écriture excellent !
Elle décrit tellement bien les scènes que l'on peut ressentir ce que les personnages ressentent. On se met à la place des personnages. On doute, on a l'impression de savoir où l'on va mais jusqu'au bout elle nous balade et nous fait revenir sur nos certitudes et nous trouble.

C'est l'histoire d'Haiko jeune femme d'une trentaine d'année présidente d'une association qui empêche les jeunes de partir en Syrie pour rejoindre le Daesh.

Sujet très sensible de nos jours. Elle va être la cible des terroristes quand sa meilleurs amie, membre de l'association,  va se faire assassiner en pleine rue.
Elle va donc embaucher un garde du corps Lars, ancien militaire qui traîne encore avec lui ses casseroles d’Afghanistan où il a été fait prisonnier de Taliban et où il a vécu l'enfer.Lui et 2 autres de associés vont tout faire pour protéger Haiko de tout et de tous. Mais attention la victime peut devenir bourreau et le sauveur peut devenir chasseur. ou l'inverse. Je ne vous en dit pas plus.

Un excellent thriller qui mêle sujet d'actualité à la fiction.

Je le recommande grandement.