mercredi 25 novembre 2015

Une vraie famille - Valentin Musso - Editions Seuil

**** Chronique de Jess ***




4ème de couverture :

Il s'appelle Ludovic, c'est du moins le prénom qu'il a donné. Un jeune homme simple et sans histoires. En apparence. Les Vasseur, un couple de Parisiens retirés dans leur résidence secondaire en Bretagne à la suite d'un drame personnel, l'engagent pour quelques travaux de jardinage. Le mystérieux garçon sait rapidement se rendre indispensable et s'installe dans leur vie. Quand les Vasseur commencent à se poser des questions et à regretter de lui avoir ouvert leur porte, il est déjà trop tard. Mais ce qu'ils ignorent, c'est que leur cauchemar n'a pas encore commencé. Car la véritable menace qui pèse sur leur maison n'est pas du tout celle qu'ils croyaient. Avec ce thriller glaçant, plongée en eaux troubles d'un couple ordinaire et d'un jeune homme en quête d'une vraie famille, Valentin Musso donne le meilleur de son talent, après le succès du Murmure de l'Ogre (Seuil, 2012) et de Sans faille (Seuil, 2014).



Mon avis :

Ce livre est le deuxième que je lis de Valentin Musso. Le premier était « Sans faille » que j’avais beaucoup aimé.

J’avais lu beaucoup de bien de son petit dernier et c’est donc avec plaisir que je l’ai ouvert.
J’ai été directement happé par l’histoire et je dois dire qu’encore une fois j’ai eu du mal à le lâcher.

L’histoire commence par une fusillade dans une université. On se demande pourquoi l'histoire commence comme ça mais on comprend vite dans la première partie du livre pourquoi.

En effet le livre se compose en 3 parties, 3 points de vue différents de l'histoire ce qui donne un petit côté original et une façon différente d'appréhender l'histoire et le pourquoi final.

La première partie est le point de vue de François, une des victimes de la tuerie de l'Université, où il était professeur d'Histoire. 

Lui et sa femme ont décidé de partir un temps se reposer et se remettre de ce qui leur est arrivé dans leur maison de Bretagne. 
Il rencontre un jeune homme, Ludovic, qui va vite prendre beaucoup de place dans leur vie. Homme à tout faire qui va finir par vivre dans leur maison d'amis le temps de refaire à neuf la maison d'amis.
François nous décrit son quotidien, et son ressenti vis-à-vis de ce jeune homme un peu particulier, pas très bien élevé, un peu gauche. Le doute commence va commencer à s'immiscer en lui. 
Mais attention, le danger ne vient peut-être pas d'où l'on pense...

La deuxième partie est le point de vue de Ludovic. On va redécouvrir le jeune homme différemment. Comprendre pourquoi il est comme il est et comment il va réagir à certaines choses qui vont se passer. 
On va finalement s'y attacher malgré la première impression négative qu'on aurait pu avoir avec le point de vue de François.

Et enfin la troixième partie est le point de vue de Mathilde, la femme de François, mais sur ce dernier point je n'en dirais pas grand chose pour ne pas vous gâcher l'histoire, ni l'intrigue. Nous allons redécouvrir aussi ce personnage peu présent dans le point de vue de son mari, un peu plus dans celui de Ludovic et comprendre encore plus Mathilde de son point de vue personnel. 

Valentin Musso nous livre un polar psychologique époustouflant, un huit clos très bien ficelé avec des personnages très bien travaillés (ils ne sont pas nombreux mais ont tous un petit quelque chose).

On pense connaitre les victimes d'une tuerie mais au final il y a toujours des victimes collatérales et il faut faire attention aux conséquences si on n'y prend pas garde. 

Je vous le conseille vivement. Un coup de coeur pour moi! 





dimanche 22 novembre 2015

Quand les anges tombent - Jacques Olivier Bosco - Editions Jigal Polar

**** Chronique de Jess ****




4ème de couverture :



Cinq enfants kidnappés… Un truand impitoyable, Vigo, dit le Noir, condamné à perpét’ pour le meurtre de gamins qu’il nie farouchement avoir commis… Un avion en provenance de Russie qui par malheur s’écrase sur une prison… Un procès truqué, une vengeance… Un préfet assoiffé de pouvoir qui brouille les cartes, un flic déboussolé au fond du trou, un malfrat corse en rupture de ban, un cheminot alcoolo, un juge en fin de parcours, une avocate opiniâtre, des parents bouleversés mais combatifs… Et leurs cinq mômes bien décidés à survivre et prêts à tout pour s’en sortir tout seuls !







Merci aux Editions Jigal pour cette nouvelle lecture.

Premier livre que je lis de cette auteur. J'en avais entendu beaucoup de bien et je ne suis pas déçu de l'avoir enfin lu.

L'histoire : tout d'abord un avion qui s'écrase sur un pénitencier.  Ensuite cinq enfants qui se font kidnappés au même moment. Cinq enfants qui représentent cinq pères ou mères impliqués dans une sombre histoire de meurtres d'enfants.



Tout d'abord Salomé fille de Nathalie, avocate à la cour et de Mathéo, dit le Corse, ancien bandit; Choupette la fille d'Erwan, commissaire à la PJ; Maxime fils du Préfet Rollin; Camille, la fille du juge Tranchant; et Enzo fils d'Elvio, chauffeur de métro à la RATP. Cinq individus donc, qui ont tous en commun un homme : Le Noir qu'ils ont fait enfermé dans le fameux pénitencier où l'avion s'est écrasé.



Nous suivons l'histoire du point de vue de chaque protagoniste et c'est intéressant de voir l'histoire de cette façon, car on a le point de vue de tous les personnages que ce soit des enfants ou des parents, en passant par les personnages secondaires. Au début je me suis dit que j'allais m'emmêler les pinceaux car beaucoup de personnages et finalement l'histoire se déroule bien et on ne perd pas le nord :-)
Chaque fin de chapitre (de point de vue si je peux me permettre) est repris par un autre personnage et l'histoire s'enchaîne parfaitement bien ainsi. 

Nous apprenons rapidement que la personne qui a enlevé les enfants n'est autre que le Noir pour prouver que son procès a été truqué. Nous allons donc suivre les différentes enquêtes pour retrouver ses enfants. D'un côté le flic, de l'autre le préfet Rollin, et de l'autre les gosses qui essaient de s'enfuir. Et surtout découvrir qui est vraiment le tueur des piscines et autres surprises en cours d'enquête.

Les personnages sont bien travaillés, on s'y attache ou au contraire on a envie de les claquer ! Chaque personnage à son histoire, ses blessures, ses cicatrices. Et certains personnages qu'on pourrait au premier abord détester, on finit par s'y attacher. 

Un polar bien mené donc que je vous conseille grandement. J'ai vraiment beaucoup aimé et j'en lirais d'autres de cet auteur.


Date de parution : 3 juin 2015

Nombre de pages : 328 pages.

Edition Jigal.




jeudi 19 novembre 2015

Tout le monde te haïra - Alexis Aubenque - Robert Laffont La bête noire

**** Chronique de Jess ****





4ème de couverture :

En Alaska, la ruée vers l'horreur a commencé. La première enquête de Tracy Bradshaw et Nimrod Russell. White Forest, petite ville côtière du sud de l'Alaska, est en émoi. Pris dans les glaces, un navire ayant sombré en 1920 vient d'être découvert. Les corps des marins en ont été extraits, mais manquent à l'appel ceux d'une centaine d'orphelins... C'est dans cette étrange atmosphère que débarque Alice Lewis, avec l'espoir de retrouver sa soeur disparue. Elle engage aussitôt un ancien flic au passé trouble devenu détective privé, Nimrod Russell. De l'autre côté de la ville, la lieutenante Tracy Bradshaw récupère une sordide affaire : pendu par les pieds dans sa grange, un notable a été éventré à l'aide d'un hakapik, l'arme inuit servant à abattre les phoques. Envers, et surtout contre tous, les deux ex-coéquipiers, Tracy et Nimrod, vont devoir travailler ensemble alors que plane sur eux l'ombre des enfants disparus.



Mon avis :


C’est toujours avec plaisir que je commence un livre d’Alexis Aubenque car je sais que je vais passer un bon moment de lecture.
Et je suis ravie car je n’ai pas encore lu tous ses livres.

Nous retrouvons dans ce nouveau polar une nouvelle équipe d’enquêteurs : Tracy Bradshaw et Nimrod Russel. Ils étaient tous les 2 co-équipiers avant que Nimrod se fasse virer de la police et devienne Détective privé. Ils vont être amené à retravailler ensemble sur 3 affaires qui en apparence n’ont rien à voir mais qui au final pourrait bien être lié.
1ère histoire : l’équipage d’un navire échoué retrouvé mort prisonnier des glaces.
2ème histoire : un homme retrouvé éventré dans sa grange.
3ème histoire : Alice, qui recherche sa sœur disparue depuis un mois.

Dès les premières pages, Alexis nous embarque en Alaska où nous rentrons tout de suite dans le vif du sujet. Chapitres courts, descriptions juste ce qu’il faut ni plus ni moins, les différentes scènes et plans s’enchainent merveilleusement bien ce qui fait qu’il n’y a pas de temps mort.

Je pense que j’aurais pu le lire d’une traite si j’en avais eu le temps. Ce livre se lit tout seul tellement l’écriture est fluide et l’histoire prenante. On se demande où il va nous embarquer et on a du mal à le poser avant de connaitre le fin mot de l’histoire.

Les personnages sont très bien travaillés que ce soit les personnages principaux ou les personnages secondaires. On s’y attache ou on les déteste.

Alexis aurait pu s’emmêler les pinceaux avec 3 histoires mais au final tout s’imbrique parfaitement pour un dénouement qu’on ne s’attend pas du tout à lire.

J’ai donc adoré et il faut que je sorte vite tous les livres d’Alexis de mon building à lire.

Je vous conseille donc ce nouvel opus d’Alexis Aubenque et j’espère qu’il nous écrira encore de nouvelles enquêtes avec Tracy et Nimrod.



Biographie de l'auteur


Alexis Aubenque est l'auteur de nombreuses enquêtes qui ont toutes été plébiscitées par les lecteurs. Sa première trilogie River Falls a été récompensée en 2009 par le prestigieux Prix Polar du Festival de Cognac. Après sa seconde trilogie Nuits noires à Seattle et Ne crains pas la faucheuse, Tout le monde te haïra marque son grand retour au thriller pur et dur. Son univers a souvent été comparé à celui d'Harlan Coben pour son sens du suspens, la nervosité de son écriture et la force de ses personnages.

  • Broché: 432 pages
  • Editeur : Robert Laffont (4 novembre 2015)
  • Collection : La Bête noire
  • Langue : Français









lundi 16 novembre 2015

Le fil Rouge de Paola Barbato - Editions Denoël

****Chronique de Jess ****

Le fil Rouge de Paola Barbato

4ème de couverture :

Que fait un homme quand il se retrouve face à l'assassin de son enfant ? Antonio Lavezzi mène une existence solitaire et monotone depuis le jour où Michela, sa fille de treize ans, a été sauvagement assassinée. Sa femme l'a quitté, et le meurtrier n'a jamais été arrêté. Antonio travaille dans le bâtiment avec un ami d'enfance. Ce dernier lui présente inlassablement de petites amies potentielles qui ne l'intéressent pas. Lorsqu'un corps est découvert sur le chantier dont il est responsable, des éléments troublants amènent Antonio à penser que cette affaire et son histoire personnelle sont liées. Contacté par un homme mystérieux, baptisé l'Assassin, qui lui ordonne d'exécuter des criminels ayant échappé à la justice, Antonio décide d'obéir et va s'extraire peu à peu de sa torpeur et de son silence. L'Assassin semble savoir qui a tué Michela, et Antonio, pris dans une spirale meurtrière, est plus que déterminé à venger sa fille. Paola Barbato impose une fois de plus sa vision et son style uniques : le schéma de vengeance privée à l'oeuvre est savamment imaginé et décrit. Le Fil rouge, c'est à la fois un Crime de l'Orient-Express moderne et un Dexter à l'italienne.

Editions Denoël
Date de publication : le 5 novembre 2015
Traduction d’Anaïs Bouteille- Bokobza
368 pages
Prix : 21.90€



Mon avis :

Ceci est mon premier livre de cette auteure que je ne connaissais pas du tout avant. Donc c’est avec un esprit ouvert que j’ai lu ce livre dont je n’avais pas entendu parler et je suis bien contente de l’avoir lu.
Ce polar change des polars habituels que l’on peut lire. Et je dois avouer que j’ai été particulièrement prise dans cette histoire. Ici pas de caricature du policier alcoolique et blessé par la vie, pas de meurtres sanguinolents rien à voir avec ce qu’on peut lire habituellement.

C’est l’histoire d’un Monsieur tout le monde, Antonio Lavezzi, qui voit sa vie bouleversée le jour où sa fille de 13 ans est retrouvée assassinée et violée à son domicile et où lui-même échappe à la mort de peu.

Il tombe dans un profond coma d’une quarantaine de jours et à son réveil il n’a plus de famille car sa femme l’a quitté. Il va alors rentrer dans une routine qui l’obligera à ne pas penser à ce qui lui est arrivé et continuer comme ça. Il va accepter un poste d’ingénieur dans l’entreprise de son ami d’enfance qui va tout tenter pour lui changer les idées.

Mais la petite vie tranquille d’Antonio va être chamboulée par la découverte d’un corps sur l’un des chantiers où il est responsable.
Il va alors être contacté par l’Assassin qui va l’entraîner dans un jeu de piste criminel en lui promettant que l’assassin de sa fille sera enfin retrouvé et que justice sera rendue.

Dans ce roman, comme je le disais il n’y a pas d’enquête policière à proprement parler, on suit les différentes affaires par l’intermédiaire d’Antonio qui va chercher à comprendre qui est derrière toutes ces vengeances : qui sont les victimes, les bourreaux et les complices une fois le bourreau assassiné.

Je dois dire que ce polar est extrêmement bien ficelé et les moyens pour assassiner les bourreaux relativement bien trouvés afin que les crimes soient parfaits !

La fin et l’explication est aussi imprévisible et je dois dire que je ne me suis pas ennuyée une seconde dans ce livre qui a un très bon rythme et qui ne nous laisse pas de répit.

Je conseille vivement ce livre et je pense que je lirais d’autres livres de cette auteure.




vendredi 13 novembre 2015

Les Fauves d'Ingrid Desjours - Editions La Bête Noire

****** Chronique de Jess *****



4ème de couverture  :


Votre pire prédateur : Celui qui vous aura apprivoisé. " Torturez-la ! Violez-la ! Tuez-la ! " À la tête d'une ONG luttant contre le recrutement de jeunes par l'État islamique, l'ambitieuse Haiko est devenue la cible d'une terrible fatwa. Lorsqu'elle engage Lars comme garde du corps, le militaire tout juste revenu d'Afghanistan a un mauvais pressentiment. Sa cliente lui a-t-elle dit l'entière vérité sur ses activités ? Serait-ce la mission de trop pour cet ancien otage des talibans ? Dans cet univers où règnent paranoïa et faux-semblants, Haiko et Lars se fascinent et se défient tels deux fauves prêts à se sauter à la gorge, sans jamais baisser leur garde.

Mon avis : 

Contrairement à d'autres auteurs c'est toujours avec un avis mitigé que je commence à lire les livres d'Ingrid Desjours car je sais que son style peut me mettre mal à l'aise. J'avais commencé par lire Sa vie dans les yeux d'une poupée" et ce livre m'avait apporté un sentiment mitigé.

"Tout pour plaire" m'avait réconcilié avec l'auteur et finalement je dois avouer que plus elle écrit et plus elle s'améliore dans le style et dans le thriller psychologique. 

On peut tout d'abord dire qu'Ingrid Desjours a du style et a un sens de l'écriture excellent !
Elle décrit tellement bien les scènes que l'on peut ressentir ce que les personnages ressentent. On se met à la place des personnages. On doute, on a l'impression de savoir où l'on va mais jusqu'au bout elle nous balade et nous fait revenir sur nos certitudes et nous trouble.

C'est l'histoire d'Haiko jeune femme d'une trentaine d'année présidente d'une association qui empêche les jeunes de partir en Syrie pour rejoindre le Daesh.

Sujet très sensible de nos jours. Elle va être la cible des terroristes quand sa meilleurs amie, membre de l'association,  va se faire assassiner en pleine rue.
Elle va donc embaucher un garde du corps Lars, ancien militaire qui traîne encore avec lui ses casseroles d’Afghanistan où il a été fait prisonnier de Taliban et où il a vécu l'enfer.Lui et 2 autres de associés vont tout faire pour protéger Haiko de tout et de tous. Mais attention la victime peut devenir bourreau et le sauveur peut devenir chasseur. ou l'inverse. Je ne vous en dit pas plus.

Un excellent thriller qui mêle sujet d'actualité à la fiction.

Je le recommande grandement. 




Ça peut pas râter de Gilles Legardinier - Fleuve Editions

**** Chronique de Jess *****





4ème de couverture : 





Mon avis :

J'avais acheté ce livre à une séance de dédicace au Grand Cercle d'Eragny où j'avais attendu très longtemps avec Aurélie mais ça a été un super moment car cet auteur est adorable et prend le temps de parler avec chacun de ses lecteurs ( voilà le pourquoi des 2h30 d'attente).

J'avais déjà lu "Demain j'arrête" et "Et soudain tout change" et j'avais particulièrement aimé son style d'écriture et son humour. De plus, les personnages principaux de ses livres sont souvent des femmes et je trouve ça épatant qu'un homme puisse écrire avec une telle sensibilité et sensiblerie. Je lui en avais d'ailleurs fait part quand ce fut mon tour de papoter avec lui et il avait été touché par la remarque ;-)


J'ai donc lu en ce début de moi "ça peut pas râter" l'histoire de Marie qui après 10 ans de relation avec son copain se fait larguer comme une moins que rien. 
Et la gentille Marie décide qu'elle en marre des hommes et de leur muflerie et elle compte bien les faire payer.

S'ensuit une vendetta contre son ex, qui j'avoue la bien chercher ! Et l'aventure commence pour Marie et ses copines. 

En plus du vilain petit copain, elle monte une deuxième vendetta contre son patron et je dois avouer que certaines scènes sont hilarante.
Puis un mystérieux amoureux rentre en jeu et envoie à Marie des lettres anonymes qui vont fissurer la muraille qu'elle avait réussir à construire contre l'amour et les hommes. 

Je ne suis pour l'instant pas du tout déçu des histoires de Gilles Legardinier. Je continuerais à le lire et ce sera je pense toujours avec plaisir que j'ouvrirai à l'avenir ses romans.

J'avais aussi lu entre temps "complètement cramé" qui était aussi très drôle et très divertissant.

De mauvaise langue pourrait dire que ses livres sont des attrapes-gonzesse à cause des petits minous mignons sur les couvertures mais franchement je ne pense pas ;-)

Je vous conseille grandement ses livres qui changent un peu quand on veut faire une pause polar ou roman noir.




Les apparences de Gillian Flynn - Editions Livre de poche

4ème de couverture : 

Amy et Nick forment en apparence un couple modèle. Victimes de la crise financière, ils ont quitté Manhattan pour s'installer dans le Missouri. Un jour, Amy disparaît et leur maison est saccagée. L'enquête policière prend vite une tournure inattendue : petits secrets entre époux et trahisons sans importance de la vie conjugale font de Nick le suspect idéal. Alors qu'il essaie lui aussi de retrouver Amy, il découvre qu'elle dissimulait beaucoup de choses, certaines sans gravité, d'autres plus inquiétantes. 


Mon avis : 

Nous découvrons Amy et Nick qui vont fêter leur 5ème anniversaire de mariage. A chaque anniversaire Amy organise une chasse au trésor. Or pour ce 5ème anniversaire, tout va être bouleversé ! Amy ne sera pas aux côtés de Nick cette fois-ci... Elle disparaît ! Nick fait appel à la police. Au fur et à mesure de l'enquête, Nick va découvrir sa femme sous un autre angle, qu'il était loin d'imaginer... Et il va devenir le suspect n°1 !

En toute honnêteté, je me suis ennuyée jusqu'à la moitié du livre... je trouvais vraiment cela banal, vide de sens... une alternance de chapitres entre Nick aujourd'hui et le journal d'Amy. Et à pile la moitié du livre, gros revirement de situation, toute la première partie du livre prend son importance... J'ai donc lu avidement cette partie. Je n'en dirais pas plus pour ne pas spoiler le livre.

Malheureusement la fin du livre ne m'a pas convaincue, j'ai eu le sentiment de quelque chose d'inachevé. Une fin fataliste qui ne surprend pas et qui nous laisse sur notre faim.

En résumé, un début très lent jusqu'à la moitié du livre, une course effrénée pour la deuxième partie qui fini comme un cheveu sur la soupe.
Point positif tout de même sur la psychologie des personnages bien travaillée et mise en avant.

Maintenant par curiosité, je vais regarder le film "Gone Girl" qui a été inspiré par le livre.

# By Aurélie :)

samedi 7 novembre 2015

Principes mortels de Jacques Saussey - Editions les Nouveaux Auteurs

4ème de couverture : 

Eté 1979. Franck Servin, 18 ans, fuit le naufrage du foyer familial pour réviser son bac. Il trouve refuge chez son oncle et sa tante, dans une ferme isolée de la Creuse où quatre ans plus tôt, son cousin a trouvé la mort sur une route qu'il connaissait pourtant depuis son enfance. Cette tragédie a ouvert une. plaie qui ne s'est jamais refermée. Elle ronge insidieusement le coeur de ses proches et attend son heure pour frapper de nouveau.




Mon avis :

Franck se réfugie chez sa tante pour fuir le drame familial de chez lui. Mais à trop fuir, cela ne finit-il pas par nous rattraper ? Lorsque Franck arrive chez son oncle et sa tante, tout son passé lui saute à la figure. Accident ou meurtre de son cousin ? Au fil du temps, des failles vont apparaître et il va enquêter sur ce qui s'est réellement passé... Tout va aller de mal en pis, à croire qu'il a fui une situation pour la retrouver dans un autre endroit. Tout au long de son enquête, Franck va se poser mille questions, et je me suis prise au jeu de l'aider... tous les personnages ont été suspectés.... pour ne pas en dévoiler plus, je m'arrêterais là ! Une fin inattendue et spectaculaire ou tout est expliqué en détails.

Une écriture fluide avec une alternance de chapitres passés/présents, un style qui nous immerge totalement et tout de suite dans l'histoire, des personnages attachants. En résumé, tous les ingrédients réunis pour un vrai page-turner !
En trois mot, je dirais que c'est un excellent roman noir ! 
Bravo Jacques !

# By Aurélie :)