mardi 22 novembre 2016

Les sept stigmates de Jean Dardi - Editions City

4ème de couverture 

Paris connaît une vague de crimes sans précédent. Une jeune secrétaire, un imam, un rappeur, un assassin, un voleur... Tous retrouvés égorgés. Aucun lien apparent, si ce n'est ce mystérieux message reçu par chacune des victimes quelques jours avant leur mort. La psychose s'installe. En haut-lieu on panique, on trépigne, on menace. Au 36 Quai des Orfèvres, en plein mois d'août, il ne reste guère que le commissaire Giovanni Dell'Orso, qui ne batifole pas sur les plages. En pleine déprime, il hérite donc de cette affaire qui s'avère particulièrement délicate. D'autant que, des bas-fonds de Paris aux arrondissements les plus chics, le tueur franchit progressivement toutes les limites. Y compris celles de sa folie meurtrière...


Mon avis

Je remercie Jean Dardi ainsi que les Editions City pour leur confiance :)

Comme vous le savez, en ce moment je lis énormément de premiers polars (Sandrine Roy, Denis Zott,...). Aujourd'hui, c'est au tour de Jean de passer sur le grill ;)

Alors commençons par le début, la couverture nous fait rentrer dans le vif du sujet. En effet, le Commissaire Giovanni Dell'Orso est plongé dans une sombre enquête. Plusieurs personnes que tout opposent sont retrouvées égorgées. Sans compter les mystérieux messages qui les accompagnent... "Némésis" suivi d'un chiffre entre parenthèse, qui à chaque fois est différent. Quel est le lien avec la déesse de la colère et de la vengeance des Dieux ? Quel est le dénominateur commun entre tous ces meurtres, ô combien impressionnants ! Quand la psychose s'installe, tout s'embrouille... et si la vérité était juste devant nous ? Je n'en dirais pas plus car je préfère titiller votre curiosité !

Les sept stigmates est un polar percutant de par le rythme que nous impose l'auteur mais pas que... Les personnages bien campés, stéréotypés avec des caractères bien trempés ont chacun leurs personnalités, ce qui nous les rend d'autant plus attachants. Une équipe de haute voltige ! J'ai beaucoup aimé notre commissaire Gio avec ses manies à vouloir passer au-dessus de la hiérarchie et de procéder à des stratagèmes plus ou moins hors procédure. Mais la surprise de ce personnage reste l'attachement que notre protagoniste entretient avec ses trois chattes. Un cœur tendre dans un corps de "brute". Ne serait-ce pas le côté sensible de Jean qui ressort ? ;)

Enfin, j'ai été prise au dépourvu par la "fin" du livre. Pour le coup, on peut le dire, l'auteur nous laisse sur notre "faim" et nous surprend au tout dernier moment. Je pense donc qu'il y aura une suite que j'ai hâte de connaître car tous les ingrédients pour un bon polar sont réunis.

# By Aurélie :)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire