vendredi 29 avril 2016

Meurtre avec prémédication de d'Olivier Kourilsky - Editions Glyphe

**** Chronique de Jess ****

 
4ème de couverture :
 
Juillet 1974. Joël Lecouedec, chef de clinique en réanimation à l’hôpital Saint-Antoine à Paris, trouve dans son blouson un porte-cartes contenant des papiers au nom d’une certaine Françoise Morvan. Qui a glissé ces documents dans sa poche et pourquoi ? Plus intriguant encore, la propriétaire habite tout près de chez ses parents, en Bretagne nord. Cependant, au cours de ses recherches, Joël apprend qu’elle a quitté sa famille quelques mois auparavant pour s’installer à Paris avec un individu peu recommandable. Lorsqu’il appelle leur domicile, il tombe sur des policiers. La jeune fille vient d’être assassinée.
 
 
 
Je ne vous mettrais pas la totalité de la 4ème de couverture trouvée sur certains site car je trouve qu'elle résume trop le livre et en dévoile trop.
Habituée à lire les livres d'Olivier :Meurtre à la morgue , Le 7ème péché, et Homicide par précaution, je continue mes lectures de l'auteur avec son 2ème polar : Meurtre avec prémédication.
 
Nous voilà dans les années 70, avec un nouveau personnage, Joël Lecouedec, jeune médecin à qui il va arriver une drôle d'aventure. Il retrouve un matin en sortant de l'hôpital, un porte-carte dans sa poche qui appartient à une certaine Françoise Morvan. Chose improbable, ses parents habitent dans la même région que les parents de Joël.
En essayant de la retrouver pour lui remettre ses papiers il va vite apprendre que la jeune femme a été assassinée.
Il se retrouve donc embarqué par cette folle histoire, qui vont le conduire de plus en plus dans la paranoïa. Il va douter de tout ceux qui vont l'approcher de près ou de loin en essayant de retrouver le coupable à ses risques et périls.
 
Bretagne, belle Bretagne....
 
L'auteur nous embarque cette fois-ci loin de Paris, sur la Côte d'Emeraude, il nous fait découvrir par ses écrits la beauté de la Bretagne et j'avoue que ça m'a donné envie d'aller m'y balader.
Je dois dire que ça change des histoires qui se passent à Paris ou dans les grandes villes. Cela donne un petit côté intime et réaliste à l'histoire à laquelle Joël est confronté.
 
Des personnages toujours attachants et un brin naïfs....
 
J'ai remarqué une chose c'est que dans la plupart des romans d'Olivier, ses personnages principaux (en général médecins, je n'ai pas encore tout lu mais je pense pouvoir confirmer qu'il y a toujours un médecin dans l'histoire ;-)) se ressemblent énormément dans leur façon d'être, de voir la vie, dans leur manière de vivre. Sûrement parce que l'auteur met une part de lui dans ses livres. Ils sont donc souvent très attachants, un petit peu naïf, et veulent jouer les héros coûte que coûte malgré les risques. On vit et ressent des choses à travers leurs aventures. C'est toujours un plaisir.
Et puis les personnages et leur famille sont toujours très bien décrits, on à l'impression de faire partie intégrante de la famille ou des amis du personnage.
 
Une intrigue bien menée....
 
Je dois avouer que pour une fois j'ai été bien scotchée par l'intrigue et le dénouement final auquel je ne m'attendais pas du tout. D'habitude en lisant ses romans j'ai toujours un doute sur l'auteur du crime mais sur ce coup là je me suis bien fait avoir!
 
Encore un polar qui se lit tout seul, pour ma part commencé le matin dans les transports et fini le soir.
Donc mon seul reproche que les livres d'Olivier Kourilsky sont trop courts!!
Heureusement il m'en reste encore plusieurs à découvrir ;-)
 

 
 

jeudi 28 avril 2016

Froid comme la mort d'Antonio Manzini - Editions Denoel

4ème de couverture 

Ester Baudo est retrouvée morte dans son salon, pendue. Le reste de l'appartement a été saccagé, et ce qui semble à première vue être un suicide se révèle vite un meurtre. On fait appel à Rocco Schiavone, ce drôle d'inspecteur, amateur de joints matinaux et de jolies femmes. Dans la petite ville grise et froide d'Aoste, il croise et interroge les proches de la victime. Il y a Patrizio le mari, Irina, la femme de ménage biélorusse à l'origine de la découverte du cadavre, ou encore celle qui semble avoir été la seule amie de la défunte, Adalgisa. Si la vie de la victime se dessine peu à peu, le mystère reste entier. Qui pouvait bien en vouloir à la calme et tranquille Ester Baudo ? Cette deuxième enquête de Rocco Schiavone, vice-préfet râleur, macho et doté d'un humour cinglant, ravira les amoureux du commissaire Montalbano, de l'Italie et des polars à l'humour grinçant.


Mon avis

Je remercie les éditions Denoël pour cette lecture :)

Ester Baudo est retrouvée morte, pendue, dans son appartement. Très vite le Vice-Préfet Rocco Schiavone émet des soupçons sur la scène de crime. Est-ce un suicide ? Un meurtre ? Rocco mène l'enquête à l'aide de ses équipiers Italo, Deruta,... En parallèle, nous en apprenons davantage sur la vie privée du vice-préfet, la mort de sa femme...

Pour être honnête, je n'ai pas du tout accroché avec ce roman.
Une lecture longue, j'ai dû prendre sur moi-même pour ne pas abandonner. En effet, pour moi cette histoire est du "déjà vu". Il n'y a pas de fil conducteur mais deux histoires bien distinctes qui n'ont aucun rapport. Les chapitres sont à rallonge avec un manque flagrant d'adrénaline / d'action, des personnages non travaillés mis à part Rocco qui fait l'originalité du roman de part son personnage atypique. J'ai eu du mal à m'y retrouver dans les personnages avec leurs noms italiens. J'ai été plusieurs fois obligé de relire des passages afin de savoir qui parlait.

D'autre part, l'auteur nous dépayse complétement en gardant le vocabulaire italien (par exemple : via pour rue, vice-préfet pour commissaire...).

Si vous souhaitez un roman soft sans prise de tête, il est pour vous, sinon passez votre chemin.

Au final, je dirais que c'est plutôt une déception pour moi, et tout comme son titre ce livre m'a laissé indifférente,... froide...

# By Aurélie :) 


FROID COMME LA MORT d'Antonio MANZINI - Traduit par Anaïs BOUTEILLE-BOKOBZA - 2015 - Editions DENOEL - 249 pages

Charmer, s'égarer et mourir de Christine Orban - Editions Albin Michel

**** Chronique de Jess ****

 
 Présentation de l'auteur :

" C'est Marie-Antoinette que je voulais écouter. L'écouter comme si j'avais été sa confidente. Sa voix résonne dans sa correspondance, dans ses silences, dans les mots effacés et retrouvés. Je l'ai entendu. Les lignes tracées de sa main sont comme des notes sur une partition de musique. Je perçois l'incertitude de son timbre, sa sensualité, je perçois des sons graves et légers comme l'eau d'une rivière, une rivière de larmes. " C. O.

 
 
Merci aux Editions Albin Michel pour cette nouvelle lecture.
 
Chouette une nouvelle biographie de la Reine....
 
Quand j'ai vu qu'un nouveau livre sur la vie de Marie-Antoinette était sorti je me suis jetée dessus en me disant que j'allais passé un bon moment et peut-être apprendre des choses sur la fameuse Reine de France que je ne connaissais pas.
 
Continue ou continue pas....
 
Je dois vous avouer que je l'ai lu en deux fois et qu'après avoir lu 3 chapitres j'ai bien failli ne jamais le reprendre. Je n'aimais pas le style de l'écrivain et au lieu d'un livre sur la vie de Marie-Antoinette j'avais l'impression de lire une autobiographie de l'auteur !
J'ai finalement insisté et finalement l'auteur parle de la vie de Marie-Antoinette mais de façon assez subjective je trouve car elle ne fait que supposer ce que ressens la Reine, et ce qu'il s'est réellement passé dans sa vie trop courte et dans sa tête.
 
Drôle de chronologie....
 
L'auteur commence ses écrits par une journée type de M.A pour ensuite parler d'elle-même et ensuite revenir à M.A en nous racontant le jour où elle monta à l'échafaud et perdit son soulier.
Elle nous raconte les différentes étapes de la vie de M.A mais totalement dans le désordre pour au final revenir à ses premiers chapitres où elle nous raconte le jour de son exécution.
J'aurai préféré je pense pouvoir lire le livre dans "l'ordre" c'est-à-dire par le commencement de son règne. C'est un peu comme si l'auteur avait eu des idées qui lui ont traversé la tête et qu'elle s'est dit "faut que je raconte ça".
 
Malgré tout, les tranches de vie de M.A sont bien racontées mais pour ceux qui comme moi ont lu d'autres biographies de la Reine, vous n'en apprendrez pas plus que ce que l'on sait déjà.
 
C'est donc un avis mitigé que j'ai de cette lecture qui à mon sens n'apporte rien de neuf à l'univers de Marie-Antoinette.
 
 

Détails sur le produit
  • Broché: 230 pages
  • Editeur : ALBIN MICHEL (30 mars 2016)
  • Collection : LITT.GENERALE
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2226325832
  • ISBN-13: 978-2226325839
  • Dimensions du produit: 20,5 x 2,6 x 14 cm

mardi 26 avril 2016

Soul of London de Gaëlle Perrin Guillet - Editions Fleur Sauvage

**** Chronique de Jess ****
 
 
4ème de couverture
 
 
Londres, 1892.
Un climat de peur.
Un flic qui boîte et un jeune orphelin.
Tous deux face à un meurtre...
... dont il ne fallait plus parler.

Jouant avec un côté « Sidekick », Soul Of London nous plonge dans une atmosphère londonienne fort bien documentée. Ce nouveau thriller, de Gaëlle Perrin, se révèle être aussi distrayant qu'angoissant
.
 
 

J'ai connu Gaëlle Perrin avec son polar "Haut le Choeur" qui m'avait vraiment beaucoup plu. Je me suis jetée sur son dernier polar car vu les bonnes critiques je me doutais que j'avais entre les mains une pépite encore une fois.
 
Une machine à remonter le temps....
 
Ce nouveau roman vous embarque dès les premières pages dans une autre époque, un autre pays : Londres en 1892. Tout y est pour nous dépayser et avoir l'impression de lire un livre écrit à cette époque. Le style, les descriptions, la culture... C'est bien simple, Gaëlle a réussi l'exploit de nous faire voyager dans le temps avec son écriture.
 
Deux enquêtes pour un seul homme....
 
Tout commence par des chiens retrouvés mutilés dans l'Underground de Londres, là où seul les vagabonds vivent.
Henry, condamné à enquêter sur des affaires insipides à cause d'un accident qui l'a rendu handicapé va vite se trouver happé par cette enquête qui n'est pas si banale que ça.
 
Il reçoit dans le même temps la visite, un soir d'une femme dont la sœur a été assassiné dans un mauvais quartier de Londres. L'affaire a vite été classé en vol qui a mal tourné et est maintenant close. Alice va demander à Henry d'enquêter discrètement afin de connaître la vérité sur la mort de sa sœur.
Avec l'aide de Billy, un orphelin qu'il a pris sous son aile, Henry va chercher la vérité.
Nous avons donc deux histoires donc qui vont ramener Henry sur le terrain.
 
 
Je dois dire que j'ai été enchanté de ce polar, j'aime quand un auteur me fait voyager, que ce soit dans le temps ou dans un autre pays. Ici, je suis gâtée car les deux sont réunis et c'est une vraie réussite. Cela aurait pu être casse-gueule d'écrire un livre à cette époque et surtout dans un autre pays que la France, mais l'auteure s'en sort à merveille! A croire qu'elle a vécu dans une vie antérieure dans le Londres du 19ème siècle.
 
Si vous aimez les romans d'époque du style de Conan Doyle, je ne peux que vous conseillez le dernier né de Gaëlle Perrin vous ne serez pas déçu!
 
Si vous ne connaissez pas les autres romans de Gaëlle Perrin, je vous conseille également Haut le chœur qui est également un super polar!
 
Ma première rencontre avec Gaëlle au salon de Templemars
 
 



vendredi 22 avril 2016

Quand la neige tombe de Sonja Delzongle - Editions Denoël

**** Chronique de Jess ****
 
4ème de couverture :
 
2014. L'hiver est le plus froid que Crystal Lake ait jamais connu. Cette petite ville paisible proche de Chicago semble pétrifiée, mais la neige et le blizzard ne sont pas les seuls coupables. Depuis un mois, quatre fillettes se sont volatilisées. Les habitants sont sous le choc. Ce matin-là, Joe Lasko s'équipe pour une énième battue dans les bois gelés lorsqu'on lui dépose un paquet. Dedans repose une poupée, une magnifique poupée aux cheveux longs et roux, comme sa fille Lieserl disparue. Comble de l'horreur : la poupée est vêtue exactement comme Lieserl le jour où elle s'est volatilisée. Ce matin de février 2014, toutes les familles des fillettes vont recevoir une poupée... C'en est trop pour Joe. Ce jeune divorcé n'a plus que Lieserl dans sa vie. Il décide de mener sa propre enquête, aidé par Eva Sportis, une détective privée dont il était secrètement amoureux des années plus tôt. Eva comprend très vite que l'affaire la dépasse et appelle à l'aide Hanah Baxter, son ancienne prof de fac, la célèbre et charismatique profileuse et son inséparable pendule. Hanah réalise au fil de l'enquête que quelque part, dans Crystal Lake, quelqu'un s'en prend aux enfants depuis très longtemps. Les détient-il prisonniers ? Sont-ils encore en vie ? Un criminel maintes fois condamné semble être le coupable tout indiqué, pourtant Hanah, Eva et Joe sont persuadés que la police se trompe de coupable. Dans un décor impressionnant de froid et de glace, Sonja Delzongle mène de main de maître une histoire trépidante dont les rebondissements et les fausses pistes trouvent leur sens dans le passé et nous mènent inexorablement vers un final terrifiant.
 

J'ai connu Sonja Delzongle grâce à son polar Dust que j'avais énormément aimé et c'est donc avec impatience que j'ai commencé "Quand la neige tombe". Nous retrouvons la profileuse Hanah Baxter et son fameux pendule qui va enquêter sur une sombre histoire d'enlèvement d'enfants.
 
Une tempête de neige....
 
L'auteure nous avait embarquée dans la poussière et la chaleur de l'Afrique dans Dust, ici revirement total elle nous emmène dans le froid polaire et la neige.
Sonja parle de danse mais je vous dis que vous serez pris dans une véritable tempête de neige tant l'histoire vous emporte et vous malmène!
Tout y est pour qu'on ne s'ennuie pas une seconde!
 
Tout commence par la disparition de 4 fillettes, une enquête qui piétine et qui est quasiment au point mort. Heureusement, Eva, détective privée et amie d'enfance de Joe Lasko (le père d'une des fillettes disparues) va appeler à la rescousse Hanah Baxter célèbre profileuse.
L'enquête va repartir en force et ne leur laissera pas une minute de répit aux protagonistes et par la même occasion nous!
 
Un flou artistique très maîtrisé....
 
En général, lors de mes lectures polar je devine la fin assez rapidement ou du moins j'ai de gros doute. En ce qui concerne celui-ci je me suis bien fait bernée tellement l'intrigue est bien maitrisée ! Jamais je n'aurais pu imaginer un tel scénario. C'est avec brio que l'auteure joue entre passé et présent, en semant les indices au fur et à mesure mais toujours très bien dosés afin que la tension monte crescendo.
 
Des scènes peuvent parfois être un peu choquante mais Sonja ne tombe pas dans le gore ou le malsain. Tout a un sens pour l'histoire, il n'y a pas de violence gratuite.
 
Une vision réaliste...
 
Les personnages sont très bien analysés par l'auteur, on connaît l'histoire de chacun, son passé, son présent, ses interactions avec les autres et avec l'histoire. On peut se demander parfois pourquoi tant de détails et de précisions mais cela permet aussi de nous perdre dans la recherche du coupable.
Nous avons le point de vue de tout le monde: les victimes (que ce soit les morts que l'on rencontre au fil de la lecture, ou les parents des fillettes), les enquêteurs, les autres personnages secondaires qui au final ne le sont pas tant que ça.
 
Si vous ne connaissez pas encore les livres de Sonja Delzongle, je ne peux que vous dire de foncer!
Je trouvais déjà que dans Dust l'auteure était particulièrement douée mais là elle passe à un niveau bien supérieur dans ce nouveau polar.
 
Un coup de cœur pour moi!
 
 
 


 

mardi 19 avril 2016

Désolée, je suis attendue d'Agnès Martin-Lugand

**** Chronique de Jess ****


4ème de couverture :
 
Yaël ne vit que pour son travail. Brillante interprète pour une agence de renom, elle enchaîne les réunions et les dîners d'affaires sans jamais se laisser le temps de respirer. Les vacances, très peu pour elle, l'adrénaline est son moteur. Juchée sur ses éternels escarpins, elle est crainte de ses collègues, et ne voit quasiment jamais sa famille et ses amis qui s'inquiètent de son attitude. Peu lui importe les reproches qu'on lui adresse, elle a simplement l'impression d'avoir fait un autre choix, animée d'une volonté farouche de réussir.

Mais le monde qu'elle s'est créé pourrait vaciller face aux fantômes du passé.

 
Voici encore un livre dont j'attendais la sortie avec impatience. J'adore les romans d'Agnès Martin-Lugand. J'aime ses histoires d'amour, d'amitiés, ses tranches de vie.
 
Dans ce nouveau roman, nous rencontrons Yaël, jeune femme de 35 ans, accroc à son boulot. Nous comprenons assez rapidement le pourquoi de son comportement au travail et de son manque de vie sociale.
Par hasard, elle va se retrouver face à ses fantômes du passé et toutes ses convictions vont être chamboulées.
 
Au bord du burn-out, son patron va l'obliger à prendre ses vacances.
L'ancienne Yaël va-t-elle refaire surface? Car depuis 10 ans elle a beaucoup changé, ce n'est plus la jeune fille espiègle, pleine de vie, qui préférait passer du temps avec sa famille et ses amis plutôt que d'aller à son stage de fin d'année et qui rêvait d'aventures et de tour du monde. C'est en tout cas, ce que souhaite sa sœur et ses amis.
 
Je dois vous avouer avoir plusieurs fois avoir eu envie de voler dans les plumes de Yaël. Au début du roman, quand l'auteur décrit la jeune femme de 25 ans on s'attache tout de suite à ce petit bout de femme pleine de vie. Et quand 10 ans après nous rencontrons la nouvelle Yaël, femme d'affaire impitoyable, on a qu'une envie la gifler et essayer de lui remettre les pendules à l'heure. Mais au fur et à mesure nous allons voir la métamorphose de Yaël. Elle va se redécouvrir elle-même et ce qu'elle pensait être son leitmotiv se briser. Elle qui pensait que sa vie professionnelle était incompatible avec une vie sociale...
 
Encore une fois une très belle histoire, et j'espère que l'auteur va nous faire une suite car je suis restée sur ma faim! Et j'ai adoré le petit clin d'œil à son autre roman : Entre mes mains le bonheur se faufile, où l'on retrouve Iris et Gabriel. C'est toujours agréable de retrouver des personnages auxquels on s'est attaché.
 
Quant à l'histoire on a je pense toutes et tous vécu ce genre d'histoire d'amour passionnel et impossible qui nous rend fou.
 
Je vous recommande donc ce nouveau roman et si vous ne connaissez pas les autres livres d'Agnès Martin-Lugand je vous les conseille fortement!
 

mercredi 13 avril 2016

Les enfants indociles de Marie Charrel - Rue Fromentin Editions


**** Chronique de Jess *****


4ème de couverture :

Un matin, en partant au journal pour lequel elle écrit des horoscopes, Claire Jarnon reçoit une énigmatique enveloppe portant l'inscription "Cap ou pas cap ?" Le message est signé de sa grand-mère, un écrivain célèbre. La même journée, Claire apprend que la vieille dame a disparu et reste introuvable. De nouvelles enveloppes arrivent, toujours avec le même message. A chaque fois, la grand-mère lance un défi à sa petite-fille, comme elle le faisait quand Claire était enfant. Elle la pousse à oser, à ne pas rechercher en permanence la sécurité, à combattre sa réserve, à regarder en face ce qui ne lui plaît pas dans sa vie... A chaque nouvelle épreuve, Claire en apprend plus sur sa grand- mère. Elle découvre les secrets qui sont au cœur de ses romans, elle rencontre même les personnages que l'on retrouve dans ses livres. En apprenant à oser, à sortir de la coquille des conventions, Claire Jarnon parviendra à mieux comprendre le drame de son enfance : la mystérieuse et brutale disparition de son père.




Merci à Marie de m’avoir permis de découvrir ses écrits. On a toujours un doute en lisant un livre dont on ne connait pas l’auteur. Et on a peur de ne pas aimer et de devoir prendre des pincettes pour le dire sans blesser.

Pour le coup je n’aurai pas à le faire car ce livre est une très belle découverte. Il mélange les genres et ça donne tout le charme à ce roman. Moi qui aime les histoires de famille et les intrigues je suis amplement servie et comblée dans ma lecture.

Claire, jeune rédactrice de 25 ans, reçoit un curieux message de sa grand-mère Magda, écrivain célèbre. Elles avaient l’habitude de jouer toutes les deux au jeu cap ou pas cap quand elle était petite fille. Le même jour, elle reçoit un appel de la maison de retraite où sa grand-mère est pensionnaire, qui lui apprend que cette dernière a disparu.

Claire va devoir jouer afin de retrouver sa grand-mère mais pas que… Elle va devoir aussi grâce à ce jeu se retrouver ou plutôt se trouver dans sa vie personnelle. Ce jeu va aussi lui permettre de connaître les secrets de sa famille.

J’ai trouvé cette histoire vraiment passionnante, surtout que j’ai eu l’impression de lire plusieurs livres en un, grâce aux livres de la grand-mère de Claire. En effet, tout au long de son parcours semé d’énigmes, Claire se remémore certains livres de Magda grâce aux différentes personnes qu’elle rencontre. Il se trouve que Magda s’est inspirée de la vie de nombreuses personnes, et chaque personne à une histoire formidable. Je me suis même dit que j’aimerais que Madeleine Jarnon soit vraie, et ses livres aussi, car ça m’a donné envie de les lire !

Ce livre donne à réfléchir sur le sens de la vie, du destin. On voit en Magda une personne pleine de sagesse et de conseil pour qui la vie doit être vécue pleinement et sans regret. Surtout sans regret. Un passage du livre évoque un article de magasine, où une infirmière raconte les derniers mots de personnes en fin de vie à savoir : « Je regrette de ne pas avoir plus profité de mes proches, je regrette de ne pas avoir fait de ma passion mon métier, je regrette d’avoir remis au lendemain certaines choses que je n’ai finalement jamais faites….. »

L’auteure maîtrise l’art de nous tenir en haleine tout le long du livre grâce à une intrigue très bien maitrisée, un style fluide et très riche. Les personnages sont tous attachants et très bien décrits, on se sent proche de Claire, c’est un peu un reflet de nous tous je pense.

Ne passez pas à côté de ce petit bijou littéraire. Je pense que je vais continuer de lire les autres livres de Marie Charrel.
 
Un livre à consommer sans modération !



samedi 9 avril 2016

C'est où le nord de Sarah Maeght - Editions Albin Michel

**** Chronique de Jess ****


Si vous commencez le roman de Sarah Maeght, vous ne le lâcherez plus... Ses phrases galopent, ses mots crépitent. Elle raconte avec rage et pleine d espoir le quotidien d une prof, les errances d une fille de vingt-quatre ans qui ne sait pas très bien où elle va. C est où, le nord ? Elle l ignore. Mais elle y va gaiement.
C est le portrait d une génération, une photographie de la France d aujourd hui, un verre de grenadine avec trois doigts de désespoir et quelques substances interdites. Les jeunes s y retrouveront, les parents qui se posent des questions aussi. Des romans comme celui-là, on les ouvre et on reste planté à tourner les pages, la langue pendante...
Sarah Maeght n a pas peur de l émotion, elle ne triche pas, et c est pour ça que vous allez l'adorer !


 



Merci aux éditions Albin Michel pour cette superbe découverte.
 
Voici un premier roman qui pour moi est une totale réussite! Sarah Maeght va être une auteure que je vais suivre de très très près car elle a un style que j'adore. Je dirais que si elle devait avoir des parents auteurs ce serait Katherine Pancol et Gilles Legardinier tant son style est un mixte des deux.
 
Un livre rafraîchissant
 
Ce livre est une bulle d'oxygène, je l'ai dévoré en 2 jours et j'ai eu beaucoup de mal à le poser (si je n'avais pas été obligé d'aller bosser je l'aurai fini en une journée). Il se lit tout seul, le style est fluide, les personnages hyper attachants.
 
C'est l'histoire d'Ella, une jeune professeur de français de 24 ans, qui descend de son Nord natal pour vivre à Paris avec son amour de jeunesse Victor.
Le jeune homme se retrouve au chômage, et leur couple commence à battre de l'aile.
 
Elle va nous raconter sa vie, comment elle la voit. Nous allons vivre toutes les péripéties avec elle, son boulot, ses collègues un peu farfelus et ses élèves, ses amis, Lou et Théo, un peu farfelus eux aussi, et ses amours.
Elle va se chercher, essayer de trouver son Nord.
 
Un livre moderne qui traite des problèmes et des questions que tous les jeunes d'aujourd'hui et d'hier ont pu rencontrer.
 
Ce livre est bourré d'humour, je dois avouer avoir eu de bons fous rire en lisant certains passages!
 
Voici donc un livre qui met de bonne humeur, comme je les aime. Si l'auteur améliore encore son style elle risque de surpasser certains très bons auteurs contemporains. Affaire à suivre donc !
 
Si comme moi vous aimez Katherine Pancol (ses 2 trilogies) et les livres de Gilles Legardinier je ne peux que vous le conseiller, vous allez adorer!

 

Détails sur le produit

  • Broché: 288 pages
  • Editeur : ALBIN MICHEL (30 mars 2016)
  • Collection : LITT.GENERALE
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2226325999
  • ISBN-13: 978-2226325990
  • Dimensions du produit: 20,5 x 2,5 x 14 cm

L'horizon à l'envers de Marc Lévy - Editions Robert Laffont

**** Chronique de Jess ****
 
4ème de couverture :
 
Où se situe notre conscience ?
Est-ce qu’on peut la transférer et la sauvegarder ?
Hope, Josh et Luke, étudiants en neurosciences, forment un trio inséparable, lié par une amitié inconditionnelle et une idée de génie.
Lorsque l’un des trois est confronté à une mort imminente, ils décident d’explorer l’impossible et de mettre en œuvre leur incroyable projet.
Émouvante, mystérieuse, pleine d’humour aussi… une histoire d’amour hors du temps, au dénouement inoubliable, et si originale qu’il serait dommage d’en dévoiler plus.
Un roman sur la vie, l’amour et la mort… parce que, après, plus rien n’est pareil.


 
Après avoir lu son dernier livre "Elle et Lui" j'avais été très déçu de Marc Levy. J'avais trouvé ce livre insipide et sans intérêt, rien à voir avec ses autres livres. Et si il fait des livres juste car il a des obligations autant passer à des auteurs plus intéressants! Je m'étais donc dit que je ne relirai plus cet auteure autant dire fontaine je ne boirai plus de ton eau!
 
 
Je me suis finalement laissée tenter par son dernier livre et j'ai été agréablement surprise de ma lecture. Je retrouve enfin le Marc Lévy du début! Une super histoire mêlant impossible et amour. Des choses qu'on aimerait possible pour déjouer la mort ou embrasser l'immortalité.
 
Dans la 1ère partie du roman nous rencontrons, Josh, Luke et Hope, 3 amis étudiants  en neurosciences. Josh et Hope vont vite tomber amoureux l'un de l'autre.
Ils vont tous les trois travailler sur un projet : transférer la mémoire et la conscience d'une personne sur un ordinateur.
Malheureusement, l'un d'entre eux va tomber gravement malade et ils vont tout faire pour éviter l'inévitable.
 
Dans la seconde partie du roman nous rencontrons Mélody, jeune pianiste et concertiste, qui va avoir un terrible accident d'hélicoptère. Nous sommes maintenant en 2030 et la science a tellement évoluer qu'il est maintenant possible de survivre à de terrible accident qui nous aurait coûté la vie 30 ans plus tôt. La science a donc fait des miracles et le programme sur lequel travaillaient Josh, Luke et Hope est maintenant au point. Mélody va donc avoir sa mémoire transférer de nouveau dans son cerveaux.
Elle va avoir du mal à se rappeler de certaines choses et va tout faire pour se remettre à 100 % de son accident.
 
Quel est le lien entre c'est deux histoires? On s'en doute un peu au milieu de l'histoire mais on est quand même très surpris à la fin du livre.
Une très belle histoire d'amour, un côté scientifique non rébarbatif. Du Marc Lévy comme je l'aime.
 
Je vous le recommande donc pour ceux qui comme moi avait été déçu par le précédent, vous ne serez pas déçu de celui-ci.
 
 
 
 
 
 
 

mercredi 6 avril 2016

La fille de Brooklyn de Guillaume Musso - Editions XO

**** Chronique de Jess ****




Je me souviens très bien de cet instant. Nous étions face à la mer.
L'horizon scintillait. C'est là qu'Anna m'a demandé :
" Si j'avais commis le pire,
m'aimerais-tu malgré tout ? "


Vous auriez répondu quoi, vous ?
Anna était la femme de ma vie. Nous devions nous marier dans trois semaines. Bien sûr que je l'aimerais quoi qu'elle ait pu faire.
Du moins, c'est ce que je croyais, mais elle a fouillé dans son sac d'une main fébrile, et m'a tendu une photo.
– C'est moi qui ai fait ça.
Abasourdi, j'ai contemplé son secret et j'ai su que nos vies venaient de basculer pour toujours.
Sous le choc, je me suis levé et je suis parti sans un mot.
Lorsque je suis revenu, il était trop tard : Anna avait disparu.
Et depuis, je la cherche.
 
 
 
J'ai hésité à lire le dernier de livre de Guillaume Musso car j'avais été très déçue de son dernier livre "L'instant présent", où je trouvais que ses écrits commençaient à s'essouffler.
J'ai bien fait finalement de ne pas rester sur un mauvais ressenti et d'avoir lu la fille de Brooklyn. Guillaume Musso depuis quelques temps se plonge dans le polar et le suspens et ça lui va comme un gant! Bien que j'admette préférer les livres de son frère qui sont plus psychologiques.
 
Guillaume Musso nous plonge dans une sombre histoire, Anna a une semaine de son mariage joue le jeu de l'honnêteté avec son futur époux et lui livre un terrible secret sous la forme d'une photo. Pris au dépourvu Raphaël prend la fuite. Quand il décide de retourner dans leur chambre d'hôtel pour avoir plus d'explications, Anna a disparu. S'ensuit une enquête afin de la retrouver. Il aura l'aide de son ami et policier à la retraite, Marc Caradec. L'enquête nous emmène de Paris à New York et ne laisse aucun répit aux lecteurs. Lui qui pensait connaître sa nouvelle femme va se rendre compte que finalement il ne la connaissait pas du tout!
 
J'aime beaucoup ses romans surtout quand ils se passent à New York une ville fétiche pour moi.
Il fait une très belle description de New York qui reflète tout ce que je ressens pour cette ville :
 
"Je retrouvais tout ce que j'aimais à Manhattan. L'air électrique, le chant des sirènes, un tourbillon de couleurs, d'odeurs, d'accents. Les chariots métalliques des marchands de bretzels et de hot-dogs, les plots énormes, orange et blanc, d'où s'échappaient des panaches de fumée blanche, la logorrhée des vendeurs à la sauvette qui essaient de fourguer leurs breloques sous les parasols déglingués. Bref, cette impression unique et grisante d'un gigantesque foutoir très organisé."
 
 
Tous les ingrédients d'un bon thriller sont regroupés pour que l'on ne s'ennuie pas une seconde. Un très bon page-turner même si je pense que les anti-Musso nous diront le contraire, ce dernier roman est vraiment du tout bon!
Et un final exceptionnel qu'on n'attend pas du tout.
Bref, du tout bon du début à la fin. Pour ceux qui avaient un peu laissé de côté M. Musso pour d'autres lectures je vous conseille de lire La fille de Brooklyn et vous ne serez pas déçu!

 
 
Ma 2ème rencontre au Salon de St Maur 2015