jeudi 30 juin 2016

Sous la ville de Sylvain Forge - Editions du Toucan

**** Chronique de Jess ****

4ème de couverture :

Adan Settara est brigadier à l’'unité de police judiciaire de Clermont-Ferrand. Il a déjà plus de trente ans de « boutique » et ses origines algériennes lui ont valu de nombreuses vexations et beaucoup de difficultés professionnelles.

Mais elles lui ont aussi permis de nouer d’'utiles relations avec les caïds des cités HLM de Clermont, où se réalise l’essentiel du trafic de stupéfiants.

Quand de jeunes étudiants arrivent au commissariat, après avoir trouvé une clé USB contenant d'’atroces images de meurtre, Adan comprend vite que l’'affaire est sérieuse et qu'’elle le mènera dans les hautes sphères de la société auvergnate.

Mais il décide aussi qu’'il ira cette fois jusqu’'au bout de son enquête, quitte à bousculer les hiérarchies de la ville.

Il n'’a plus rien à perdre.



Merci aux éditions du Toucan pour cette nouvelle lecture.

J'avais connu Sylvain Forge avec son livre "La trace du silure" et j'ai voulu me plonger dans cette nouvelle intrigue policière mêlant passé du temps de la guerre d'Algérie et présent.
 
Un meurtre sans corps...
L'histoire commence par la découverte d'une photo sur une clé USB par deux jeunes. Photo où il apparaît le corps d'une jeune femme égorgée et certainement morte. L'enquête commence donc pour l'inspecteur Adan Serrata et son binôme Marie. Mais sans corps difficile de trouver une piste. Malgré tout ils vont réussir à remonter dans les hautes sphères de la bourgeoisie Clermontoise.
 
Au temps des harkis...
Le passé d'Adan Serrata prend une grande place dans cette histoire. Son père va lui raconter le rôle qu'il a joué pendant cette période. Je me suis demandée tout au long de ma lecture où l'auteur voulait en venir et que venait faire le passé du père de l'enquêteur dans l'enquête. Mais dans ce livre chaque détails à son importance. Vous le comprendrez en lisant ce livre.
 
Plusieurs enquêtes....
Adan et ses collègues vont se retrouver non pas au cœur d'une mais de plusieurs enquêtes criminelles. Une grosse affaire de stup (service où Adan travaillait avant) où il va donner un coup main à ses anciens collègues. Copinage avec le baron de la drogue de sa cité afin d'obtenir des choses pas très légales. Des chats enlevés et jamais retrouvés dans un même quartier. Et cette fameuse photo de jeune fille.
 
L'auteur aurait pu s'emmêler les pinceaux, mais c'est avec brio qu'il mêle toutes ses enquêtes. Les chapitres s'enchainent avec fluidité, le style est très agréable et à la fin de chaque chapitre on a qu'une seule envie continuer la lecture. Livre lu en 3 jours.


Détails sur le produit
  • Broché: 416 pages
  • Editeur : Editions Toucan (1 juin 2016)
  • Collection : TOUC.NOIR
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2810007160
  • ISBN-13: 978-2810007165
  • Dimensions du produit: 14 x 3,5 x 22 cm

mardi 28 juin 2016

Les tribulations d'une secrétaire médicale de Lydie Lefevre

**** Chronique de Jess ****
 
4ème de couverture :
 
Sept ans que je vous accueille, que je vous écoute, que je vous envoie en salle d'attente... Vous m'avez remerciée maintes et maintes fois pour mon amabilité. Vous m'avez méprisée pour ne pas vous avoir passé votre médecin en ligne. Moi, je vous ai observés, et je me suis amusée de certaines de vos anecdotes. Ces situations cocasses, je les ai réunies dans ce livre. Que vous soyez patients, médecins ou secrétaires, après avoir lu ces tribulations, vous ne regarderez plus la secrétaire médicale du même oeil !
 
 
 
 
 
 
Ah ce livre me fait marrer! Moi qui étais secrétaire médicale je retrouve beaucoup de situations auxquelles j'ai été confronté dans ce métier.
Et je peux vous dire qu'en lisant le livre de Lydie je suis sure d'avoir pris la bonne décision en faisant un autre métier!
 
Je pense que dans chaque métier on devrait écrire un livre pour prévenir les gens qui auraient envie de le faire. Après c'est un beau métier, très diversifié, en contact avec les gens. Mais quand je lis certains passages je n'ai pas du tout envie de me retrouver de nouveau dans ses situations où les gens sont mal aimables, sans gêne.
Je pense que ce livre devrait être mis à disposition en salle d'attente ça recadrait peut être certains patients!
 
Un livre qui se lit vite, parfait pour une pause polar, et pour rire un bon coup. Après peut-être que certain trouverons que Lydie est aigrie et qu'elle parle mal des patients ou qu'elle exagère, mais ce qu'elle vit est une réalité malheureusement et parfois c'est dur de rester souriante et polie quand on se retrouve confronter à certaines situation.
 
J'ai donc passé un bon moment de lecture, si vous voulez lire quelque chose de léger et rapide je vous le conseille.


lundi 27 juin 2016

Tu comprendras quand tu seras plus grande de Virginie Grimaldi - Editions Fayard

**** Chronique de Jess ****

4ème de couverture :

Quand Julia débarque comme psychologue à la maison de retraite Les Tamaris, à Biarritz, elle ne croit pas plus au bonheur qu'à la petite souris. Pire, une fois sur place, elle se souvient qu'elle ne déborde pas d'affection pour les personnes âgées. Et dire qu'elle a tout plaqué pour se sauver, dans tous les sens du terme.
Au fil des jours, Julia découvre que les pensionnaires ont bien des choses à lui apprendre. Difficile pourtant d'imaginer qu'’on puisse reprendre goût à la vie entre des papys farceurs, des mamies fantaisistes et des collègues au cœur brisé… Et si elle n'avait pas atterri là par hasard ? Et si l'amour se cachait là où on ne l'attend pas ?


 
 
C'est avec plaisir que j'ai lu le dernier livre de Virginie Grimaldi. J'avais adoré son premier roman "Le premier jour du reste de ma vie" c'est donc les yeux quasi fermés que j'ai foncé sur celui-ci.
 
Coup de tête...
Ce livre est une petite pépite ! J'adore l'écriture de Virginie, son humour, sa façon d'approcher la vie dans ses livres. Celui-ci n'est pas une exception.
Nous voilà dans une maison de retraite, où Julia, décide sur un coup de tête et un coup de déprime de faire un remplacement de 8 mois suite au décès de son père, à sa rupture avec son fiancé et à la disparition de sa maminou.
Elle arrive un peu à reculons en se demandant comment elle va réussir à tenir 8 mois, elle qui a une peur bleue de la vieillesse et de la mort.
 
Des personnages hauts en couleur...
Nous rencontrons donc les pensionnaires de cette maison de retraite, et nous en avons pour tous les goûts : la miss mamie, le vieux grincheux, le rigolo, le couple le plus mignon...
Tous les personnages sont attachants et on a vraiment l'impression de faire partie de l'histoire.
 
Un livre plein de sagesse...
Ce livre nous fait aussi réfléchir, il est plein de sagesse. Julia ressort plus forte de cette aventure, plus sereine sur l'avenir. Et il nous fait aussi réfléchir nous, lecteurs sur comment appréhender la vie, et profiter des instants présents avec nos bien-aimés.
 
Oh surprise...
Je pense que c'est la première fois que je suis surprise par un roman de littérature contemporaine. D'habitude j'ai un retournement de situation en lisant un bon polar et là grosse surprise en lisant ce livre. Je ne m'attendais pas du tout à une fin pareille! Je peux dire que c'est un final de toute beauté et je me suis fait complétement flouée! Bravo Virginie pour ce coup de maître.
 
Vous l'aurez donc compris j'ai complétement adoré ce livre! Gros coup de cœur! Je continuerai donc à lire les livres de Virginie au fur et à mesure de leur sortie.


St Maur en poche 2016

Ma vie en suspens: Ils me croyaient folle. Un médecin m'a sauvée - Susannah Cahalan traduction Elsa Maggion - Edtiions Denoël

**** Chronique de Jess ****
4ème de couverture :
 
Susannah Cahalan, vingt-quatre ans, se réveille entravée sur un lit d'’hôpital. Incapable de bouger ou de parler, elle n’'a aucun souvenir de la raison pour laquelle elle est là. Celle qui, quelques semaines plus tôt, était une jeune fille en bonne santé, vivant sa première relation sérieuse et promise à une brillante carrière de journaliste, se retrouve désormais cataloguée comme psychotique violente, abrutie de médicaments. Que s'’est-il passé?
Ma vie en suspens est l'’histoire incroyable mais vraie d'’une plongée inexplicable dans la folie. Susannah Cahalan raconte sans fard et sans concession cette descente aux enfers et son combat pour reprendre le dessus, retrouver son identité. Adoptant le point de vue de la journaliste, elle dresse la chronique de sa maladie : les crises de violence alternant avec un état de catatonie, les examens coûteux ne donnant aucun résultat, l’'éventualité d’'un internement à vie et enfin, après un mois de calvaire, l'’arrivée d'’un nouveau médecin dont le diagnostic lui sauvera la vie.
 
 
 
Merci aux éditions Denoël pour cette nouvelle lecture.
 
Autobiographie mais pas que....
J'aime les autobiographies-témoignages mais celui-ci est un peu différent de ce qu'on pourrait lire habituellement. Susannah, nous raconte à travers son témoignage et celui de ses proches comment sa vie a basculé du jour au lendemain à cause d'une terrible maladie. Elle a essayé de retrouver tous les témoignages de ce mois dont elle ne se rappelle que quelques bribes. Elle a su décrire sa descente aux enfers, nous décrivant tous les examens, nous expliquant les termes médicaux et statistiques. On sent la touche journalistique à ce roman mais il se lit vite et très bien.
 
Le début....
L'année de ses 24 ans, Susannah commence à être malade : crise d'angoisse, paranoïa, crises d'épilepsie. Elle part consulter différents médecins qui lui disent à peu près tous qu'elle est en parfaite santé et que les examens sont normaux. Elle-même commence à penser qu'elle est en train de devenir folle. Et les médecins sont à deux doigts de confirmer la schizophrénie.
Elle finit par être hospitalisée, s'ensuit tout un tas d'examens médicaux pour essayer de comprendre pourquoi son état se dégrade comme ça et aussi vite.
Elle aura la chance d'être entourée de ses proches : famille, petit ami, amis, collègues qui l'aideront du mieux qu'ils peuvent et qui espère un retour à la normal.
Elle aura surtout la chance de rencontrer un médecin qui fera tout pour trouver le bon diagnostic et qui va la sauver.
 
Un témoignage bouleversant. Ce livre m'a totalement retourné. Grâce à son livre, d'autres personnes ont pu être sauvé. Mais avant son livre combien de personne ont eu le même diagnostic et non pas eu la chance de rencontrer un médecin capable de trouver la solution.
Ce livre m'a fait peur, car ce qui lui est arrivé peut arriver à n'importe qui.
Je pense que tout le monde devrait lire ce livre notamment les médecins pour essayer de détecter plus rapidement la maladie et ainsi sauver des patients.
 
 

Détails sur le produit

  • Broché: 400 pages
  • Editeur : Denoël (26 mai 2016)
  • Collection : IMPACTS
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 220713038X
  • ISBN-13: 978-2207130384
  • Dimensions du produit: 20,5 x 2,6 x 14 cm



dimanche 26 juin 2016

Je vis je meurs de Philippe Hauret - Editions Jigal Polar

4ème de couverture
C’est en noyant sa soixantaine désabusée dans un bar de quartier que Serge croise les yeux de Janis la première fois. 

Elle est jeune, jolie, serveuse de son état mais en proie à la violence quotidienne de son petit ami. De confidences en services rendus, de regards en caresses rêvées, une étrange amitié va alors se nouer… 

De son côté, l’inspecteur Mattis est proche de l’implosion. Divorce, alcool, sexe et dettes de jeux, un grand classique qui dégénère en spirale infernale. S’il tient encore à la vie, il commence sérieusement à être à court d’arguments !

En enquêtant sur une affaire de deal dans une cité, il croise la route de José, le fameux petit ami qui tient ici le business de la dope.

Incidemment, l'engrenage vient de se mettre en place : l'espoir d'une autre vie, les rêves envolés, le fric, la violence, les flingues, la cavale...
Jusqu'à la rédemption !


Mon avis

Je remercie les éditions Jigal Polar pour cette nouvelle lecture :)

Dans un premier temps, nous avons Mattis, un inspecteur de police qui ne vit que pour ses vices (alcool, drogue, sexe, et dettes de jeux). Mais à trop vouloir jouer avec le feu, ne risque-t-il pas de s'y brûler les ailes ?

Dans un second temps, Serge, retraité qui s'ennui et passe ses journées dans un bar jusqu'à ce qu'il y rencontre Janis, une jeune et jolie jeune fille soumise à un petit ami violent. A vouloir aider cette jeune fille, ne risque-t-il par un retour de bâton ?

Enfin, Carlos, José et Sammy, une bande de caïds qui régentent leur petit monde, pour qui la violence est une marque de respect.

Ces destins vont se mêler et s'entremêler... ces personnalités vont se révéler pour mieux s'affronter ! Et pour certains d'entre eux qui se laissaient périr, ils vont prendre leur vie en main pour revenir en force... jusqu'à ce que la rédemption soit à leur portée !

Je vis je meurs est un polar noir avec des chapitres courts qui se lit très rapidement tout en allant droit au but. Une écriture directe et franche qui ne laisse aucun répit aux personnages qui nous dévoilent leurs états d'âmes. Des personnages hauts en couleurs qui pourraient être vrais, "des messieurs et madames tout le monde" que vous pourriez croiser au coin de votre rue. Des faits implacables, où l'action arrive avant la réflexion... et si cela s'était passé autrement ? Mais avec des "si" on peut refaire toute une vie... 

Philippe Hauret nous livre ici un nouveau polar noir social avec un humour grinçant qui nous mènera jusqu'à la rédemption mais jusqu'où êtes-vous prêt à aller ? 

# By Aurélie :) 

vendredi 24 juin 2016

Autobiographie "Comme un enfant perdu" de Renaud Séchan - Editions XO

4ème de couverture
 Je parcourais les rues, Ma guitare sur le dos,
Comme un enfant perdu,
Je traînais des sanglots.
Ma vie n'avait pas de sens,
Et l'amour fuyait mes pas.
Je n'ai jamais eu de chance,
Je n'en aurai jamais, je crois.
Renaud, Lucile, 1969 


Quand vous m'offriez des fleurs et que je vous grognais quelques mots inaudibles – d'aller vous faire voir, que plus jamais je ne chanterai, embrumé dans les vapeurs de l'alcool, je vous ai rendus malheureux, comme j'ai rendu malheureux tous les miens. Je le sais, je l'ai lu dans les milliers de lettres que vous m'avez adressées. Eh bien, dans les mois qui viennent, je vais m'efforcer de vous rendre le sourire. Et qui sait ? Peut-être même allons-nous pleurer ensemble du bonheur de nous retrouver vivants, et sous le même ciel. Toujours debout. 
Renaud, L'Isle-sur-la-Sorgue, 11 mai 2016 

Ce livre est un événement. Après le grand retour de Renaud et le succès triomphal de son nouvel album Toujours debout, le chanteur publie son autobiographie. Dans son livre, Renaud raconte ses amours, ses tourments, sa révolte face aux injustices du monde. Un livre, dit-il, qui permet de comprendre. Sa vie. La vie. Et qui nous bouleverse à chaque page.


Mon avis

Je remercie les Editions XO pour cette proposition de lecture :)

J'ai voulu lire l'autobiographie de Renaud car mon cher et tendre l'admire et qu'ils partagent le même prénom :) A la lecture du communiqué de presse, j'ai été happée par les quelques lignes lues. Je suis très émotive/sentimentale, et j'ai tout de suite voulu en savoir davantage sur sa vie qu'il nous confiait lui-même pour la première fois.

Un rebelle au coeur tendre qui ne cessera de se battre contre l'injustice et la pauvreté...
Renaud nous révèle les faits marquants de son enfance jusqu'à maintenant. La "rébellion" sera son leitmotiv.  Il faut savoir qu'il a une très mauvaise image de lui-même, et se voit comme un martyr autant moralement que physiquement. Il ne cessera de faire des découvertes sur sa famille, notamment son père et son grand-père, ce qui lui causera une grande souffrance qu'il portera une grande partie de sa vie. D'autre part, il ne cessera de faire des donations à différentes associations. 

Artistiquement...
Tout commence en 1968, à l'aube de ses 16 ans, il commence à écrire ses premières chansons dont "Crève salope". Très vite, il sera repéré par différents producteurs et fera des albums qui se succéderont avec un succès qui montera crescendo ! Il écrit ses textes en s'inspirant de faits réels dont il est spectateur dans la rue mais également des événements marquants de sa vie. 

Sentimentalement...
Il se mariera deux fois, Dominique et Romane. Chacune d'entre elle lui donnera un enfant, Lolita et Malone. Malheureusement, la vie étant ce qu'elle est, il divorcera de ses deux femmes et connaîtra une solitude qu'il ne supportera pas.

Quand l'addiction prend le dessus...
Mais Renaud a une personnalité complexe, il a toujours un profond sentiment de culpabilité, s'ajoute à cela le sentiment d'être menacé, traqué... Pour tenir le coup, il sombrera dans l'alcool à plusieurs reprises afin de combattre ses angoisses, en vain... Sa lente descente aux enfers durera plusieurs années sur différentes périodes. Il entreprendra plusieurs cures de désintoxication mais se fera toujours rattraper par ses démons...

Son retour...
Parmi ses amis, Grand Corps Malade jouera un rôle décisif dans son retour. 
A l'heure actuelle, Renaud est en train de reprendre goût à la vie grâce à une jolie ouverture sur la fin qui j'espère se concrétisera.

"Comme un enfant perdu" se lit d'une traite (en deux jours pour ma part) grâce à un style fluide qui va droit au but. Une autobiographie joliment illustrée qui reprend les éléments marquants de la vie de Renaud. Un roman "habité" qui porte bien son titre et qui ne nous laisse pas insensible. En effet, Renaud nous raconte sa vie très humblement avec plein d'émotions aussi bien positives que négatives. Il nous dit tout sans concessions avec une sincérité désarmante ! Un livre poignant qui nous fait partager ses succès, ses envies, ses déboires et notamment son addiction qui aurait pu avoir le fin mot de l'histoire. Renaud, un être fragile qui a une force incroyable car il revient de loin. Il s'est battu pour revenir sur le devant de la scène avec son nouvel album "Toujours debout". J'espère que ses espoirs et ses projets expliqués à la fin se concrétiseront, c'est tout ce que nous pouvons lui souhaiter de meilleur !

Un livre intime que je ne peux que vous recommander que vous aimiez Renaud ou non !!

# By Aurélie :) 

mercredi 22 juin 2016

La crypte du diable de Dominique Faget - Editions Vents Salés.

**** Chronique de Jess ****


4ème de couverture :

Quel lien y a-t-il entre : Le tableau d'une Madone peint durant l'épidémie de peste de 1628 et dissimulé dans l'église Saint-Pierre ? Des cadavres repêchés dans la Garonne avec des symboles religieux fichés dans les chairs ? Une crypte inexplorée qui plonge sous le quartier Saint-Pierre ? Une longue et difficile enquête commence pour la P.J. de Bordeaux qui se retrouve face à l'incompréhensible.

 


Voici un livre que j'attendais avec impatience cette année ;-) J'ai découvert Dominique avec son premier roman "Celui qui ne meurt jamais" où elle nous embarquait en Egypte ancienne avec une mystérieuse malédiction.
Cette fois-ci, Dominique ne nous embarque pas dans un autre pays mais au XVIIème siècle au moment de l'épidémie de peste qui a touchée Bordeaux.
 
Histoire mêlant passée et présent...
Le roman se déroule sur deux époques :
-  Bordeaux de nos jours, où des corps d'hommes sont repêchés dans la Garonne atrocement mutilés.
-  Bordeaux en 1628, avec l'histoire de Catherine et Fabrizzio qui vont vivre un amour interdit sous fond d'épidémie de peste et de chasse aux sorcières.
Comme vous devez maintenant le savoir si vous lisez mes chroniques j'adore les romans qui mêlent passé (plus ou moins lointain) et présent.
Dominique a su manier à la perfection son style en fonction des différentes époques. Et j'avoue avoir eu une petite préférence pour l'histoire se déroulant au XVIIème siècle tellement j'avais l'impression d'être immergée dans l'histoire.
 
Le passé nous poursuit....
Et comme dans son précédent roman le passé et le présent ont un lien. Quel est le lien entre ce qu'il se passe de nos jours, ces corps d'hommes retrouvés atrocement mutilés avec des signes religieux enfoncés dans les chers et ce qu'il s'est passé en 1628? Pour le savoir je vous conseille de lire ce livre ;-)
Les allers retours entre passé et présent font de ce livre un vrai page-turner, la fin de chaque chapitre nous laisse sur notre faim et on a qu'une envie, vite savoir ce qu'il va se passer!
 
Un roman qui nous malmène...
Un roman sous fond de vengeance, très bien mené du début à la fin. L'auteure jongle habilement entre les deux histoires, le suspens est au rendez-vous, le style est toujours très agréable à lire.
Je me suis doutée du pourquoi tout au long de l'histoire et je pense que c'était voulu car la fin est absolument improbable et déroutante! On pense comprendre tout au long du livre et en fait non, j'adore ce genre de ressenti!
Et les petits clins d'œil à certains auteur/lecteur du milieu dans son ouvrage est très sympa!
 
Un polar que je vous conseille vivement ! Et je peux vous affirmer que vous ne serez pas déçu une seule seconde avec les livres de Dominique Faget!

Un grand merci aux éditions vents salés pour cette lecture coup de cœur!

Pour vous procurer le livre voici le lien vers la maison d'éditions.

 
 

Détails sur le produit

  • Broché: 390 pages
  • Editeur : Editions Vents salés (13 mai 2016)
  • Collection : Azur
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2354521456
  • ISBN-13: 978-2354521455

mardi 21 juin 2016

Balle perdue de Mary Louise Kelly - Editions Marabout

4ème de couverture
Caroline Cashion, professeure de littérature française à l'université de Georgetown, apprend avec stupéfaction, lors d'une IRM, qu'une balle est logée à la base de son crâne.

Comment est-ce possible, alors que Caroline n'a jamais essuyé aucun tir, et qu'elle n'a aucune cicatrice ?

Les révélations se succèdent  en cascade, et la jeune femme apprend qu'elle a été adoptée après le meurtre de ses parents biologiques, tués alors qu'elle avait trois ans. Victime d'un coup de feu, la fillette a survécu, mais la balle n'a pas pu être retirée. Une balle restée là pendant 34 ans.
Alors que Caroline retourne dans sa ville natale, déterminée à découvrir pourquoi ses parents sont morts, elle devra choisir : fuir et rester en vie, ou persévérer et se battre.


Mon avis

Je remercie les éditions Marabout pour cette lecture :)

Caroline Cashion, professeure de littérature française est une personne plutôt introvertie qui découvre tout à fait par hasard, suite à des douleurs récurrentes qu'elle a une balle fichée dans la nuque depuis 34 ans. Élément qu'elle pense impensable étant donné qu'elle n'a jamais été en contact de près ou de loin avec des armes. 

Cependant, Caroline va vite déchanter quand elle va apprendre dans un premier temps qu'en effet, une balle est bien logée dans sa nuque, dans un second temps qu'elle a été adoptée et qu'enfin ses parents biologiques ont été assassinés ! 
Que de révélations en si peu de temps qui vont bouleverser sa vie à jamais...

Foudroyée par tous ses éléments nouveaux, elle décide de partir à Atlanta afin d'y mener sa propre enquête. Aidée par un policier ayant enquêté à l'époque du drame, de journalistes et de l'ancienne voisine de ses parents, Caroline va en découvrir davantage. Mais à trop remuer le passé, ne risque-t-elle pas sa vie ?

J'ai été très attirée à la lecture de la 4ème de couverture, car ce livre a une vraie psychologie. Il nous fait réfléchir, nous interroge sur des questions existentielles, sur notre personnalité. Qui sommes-nous réellement ? Dans le cas de Caroline, si vous appreniez que vous n'êtes pas celle que vous croyez être, que vous avez été dupée, comment réagiriez-vous ? Tant de questions sur notre personnalité, nos pensées et façons de faire ? et si nous avions conscience que d'une part infime de nous-même ?

L'auteure nous expose volontairement. En effet, elle nous fait jouer le rôle principal du livre, ce qui le rend d'autant plus addictif ! 

La particularité de ce thriller est qu'il est rédigé à la première personne du singulier. Peu de thriller sont écrits de cette manière, car d'habitude nous sommes plus "spectateur".
L'action est au rendez-vous dès les premiers chapitres, nous ne cessons d'en apprendre un peu plus à chaque chapitre. Un rythme soutenu où les éléments s'enchaînent brillamment. Une écriture sans accroc très agréable qui se lit en un rien de temps !

Si vous aussi vous voulez être au cœur de l'action l'instant d'un livre, n'hésitez plus ! 

# By Aurélie :) 

St Maur en poche 2016 - récapitulatif des 2 jours




 
Saint Maur en poche 2016 !
 
 
 
Je tiens tout d'abord à remercier Gérard Collard et toute son équipe pour ce merveilleux salon qui m'enchante d'année en année! Toutes ses personnes (bénévoles, personnes en caisse, agents de sécurité...) ont été formidables, souriantes, aimables et aux petits soins pour que tout le monde passe un super moment.
 
St Maur c'est le salon que j'attends avec impatience chaque année car je sais que je vais y passer un super moment. Cette année est donc ma 3ème année et comme le bon vin, ce salon se bonifie avec les années.
Cette année a été un cru exceptionnel !
 
Ce salon est toujours l'occasion de rencontrer des auteurs que l'on connaît ou que l'on rencontre pour la première fois. Je prépare ce salon longtemps à l'avance, j'oriente mes lectures en fonction des invités afin de découvrir de nouveaux auteurs.
 
Voici de nouvelles rencontres très sympathique :
 
Boris Dokmak

J'ai eu l'occasion de lire La femme qui valait 3 milliards qui avait été un gros coup de cœur. J'ai donc été rencontré cet alien du polar M. Boris Dokmak


Paul Colize et Hervé Commère
J'avais déjà rencontré le charmant Paul Colize au salon de Templemars en septembre dernier je suis donc allée lui faire un petit coucou et en profiter pour rencontrer Hervé Commère et lui prendre un de ses livres. Je n'ai pas encore eu l'occasion de lire cet auteur ce sera donc une lecture- surprise
 
 
 
Grégoire Delacourt
Une des belles rencontres de ce salon aura été Grégoire Delacourt ! Cet homme est un bout en train, il m'a fait beaucoup rire.
Il faisait partie des auteurs que j'ai rencontré pour la première fois.
David Nicholls


1ère rencontre aussi pour Jean Des Cars écrivain historien. Un homme charmant et un brin bavard qui a bravé la fièvre pour rencontrer ses lecteurs.




M. Jean Des Cars

 


 
Marc Lavoine
 Super rencontre avec Marc Lavoine qui est encore plus charmant en vrai !









Caryl Ferey
Rencontre aussi très sympathique avec Caryl Ferey





Benoit Minville très Rock n roll!
 
 
Sire Cédric

 

Alors  voici une rencontre que j'attendais avec impatience et depuis très longtemps. Rencontrer enfin Sire Cédric a été un grand grand bonheur! On m'avait dit qu'il était sympathique mais c'est encore plus que ça. Un auteur de grand talent! Si vous ne connaissez pas encore ses livres courez ! foncez!














Anny Duperey
 



Rencontre avec une grande dame : Anny Duperey
 

 


 Virginie Grimaldi, une très belle rencontre
 
 
Une autre très belle rencontre avec RJ Ellory, qui m'a scotché tellement il est adorable et proche de ses lecteurs! Un auteur que je n'ai malheureusement pas encore lu! Mais promis je vais m'y mettre très prochainement!




Et St Maur c'est aussi l'occaz de revoir les auteurs qu'on adore et qu'on revoit à tous les salons avec plaisir !
 
 
La pétillante Gaëlle Perrin

 
 
Ma préféréé ! Claire Favan la reine du polar français!
 





Laurent Scalèse toujours un plaisir de le voir tellement il est adorable




 
 

 
 
 
 
Nicolas Lebel qui me fait toujours autant rire! Merci pour le petit cadeau

 
 
La très belle et talentueuse Sophie Loubière
 
 
 
 
Lolo, Karine Giebel, moi, et Lucile venue spécialement de Nice
 
Valentin Musso
Stéphane Bourgoin dont je suis une grande admiratrice de son travail
 
Un de mes grands chouchou Alexis Aubenque
 
 
Sonja Delzongle
 
 
 
Danielle Thiery, Kris et Sonja
 
M. Olivier Norek qu'on ne présente plus!
 
 
Kris, la talentueuse Maud Mayeras
 
 
L'adorable Jacques Saussey
 
 
Nadine Monfils
 
 
 
Ian Manook et son adorable femme Françoise
 
 
Et St Maur c'est aussi l'occasion de rencontrer les copinautes en vrai! ou de les retrouver pour certains et c'est toujours un plaisir que de partager entre nous!
 
 
 
Christelle, Kris, Geneviève qui se cache! Sandrine, moi et Nicolas Lebel

 
 
 
Stéphanie, moi, Sam, Lolo et Christelle





Lolo, Lucille, les copines belges Nathalie et Valérie, et Sandrine
 
 
 
 
Deux jours après j'ai encore des étoiles pleins les yeux! Merci encore pour ce salon j'espère qu'il durera encore des années. Pour ceux et celles qui hésitent encore n'hésitez plus et venez l'année prochaine!
 


 
  
 

dimanche 19 juin 2016

La carte postale de Leah Fleming - Editions Belfond

4ème de couverture
Fin des années 1930. Dans un manoir écossais, Callie mène une vie privilégiée auprès de Phoebe, sa tante actrice. Sa rencontre avec le troublant Toby Lloyd Jones va tout bouleverser. Fascinée par ce séduisant homme d'affaires qui la couvre de bijoux, Callie l'épouse et le suit en Égypte. Mais sous le soleil du Caire couve un drame : elle vient de recroiser son amour d'enfance...
Quelques mois plus tard, c'est une Callie hagarde et enceinte qui rentre en Angleterre, alors que résonnent les premiers échos de la Seconde Guerre mondiale.

Début des années 2000, en Australie. Melissa Boyd se voit confier une mission par son père mourant : retrouver cette élégante Anglaise qui, soixante ans plus tôt, l'a confié à une famille de fermiers australiens, alors qu'il n'était qu'un petit garçon. Seul indice, une carte postale et ces mots : « Maman rentrera bientôt »...
D'un manoir écossais au bush australien, en passant par l'Angleterre en guerre et le désert égyptien, une fresque familiale sur trois générations, qui mêle drames amoureux, disparition d'enfant et secret de famille. Un bouleversant voyage, par l'auteur de "L'enfant du Titanic".

Mon avis

Je remercie les éditions Belfond pour cette lecture riche en émotions qui pour moi s'est révélée être un vrai coup de coeur :)

Lors du prologue, nous faisons la connaissance de Mélissa Boyd, fille de Lew Boyd. Celui-ci l'a fait appeler à son chevet et lui transmet ses dernières volontés, il lui apprend que sa grand-mère n'est pas sa vraie grand-mère et lui demande de retrouver sa vraie mère à l'aide d'une unique carte postale mentionnant "Maman rentrera bientôt..."

Mélissa à l'aide de Mark va donc remonter le temps, pour essayer de retrouver la piste de la mère de son père. Elle découvrira Phoebe Broadman, tante de Caroline (alias Callie). Suite à ses découvertes, Mélissa comprendra qu'il faut qu'elle en apprenne davantage sur Callie. Elle va donc retracer sa vie, de son enfance à de nos jours si elle est toujours en vie...

Tout en passant par l'Ecosse, l'Angleterre, la Belgique, l'Egypte avec son soleil de plomb, puis un brusque retour en Ecosse où elle y donnera la vie. A l'aube de la Seconde Guerre mondiale, Mélissa découvre que Callie a été déportée à Ravensbruck, plus connu sous le nom de "l'enfer des femmes". Qu'est-ce qui aurait pousser Callie à s'engager dans cette guerre ? Que cache tous ces voyages dont un en Australie ? Des malheurs en seraient-ils à l'origine ? Quels secrets y sont enfouis ? Au final, ne reproduirait-elle pas le même schéma que sa mère ? 
Tant de questions auxquelles Mélissa va tenter d'y répondre malgré elle.

Entre les mensonges, les non-dits, les reproches, les trahisons, l'amitié et l'amour,.. que d'émotions ! Les apparences sont souvent trompeuses... et les secrets lourds de conséquences...

Je ne peux vous en dire davantage afin de ne pas vous dévoiler toute l'histoire. Je vous laisse vous faire votre propre opinion en espérant avoir attisé votre curiosité.

En bref, "La carte postale" est un roman de plus de 500 pages et pourtant je l'ai dévoré en 4 jours tant j'ai été happée par l'histoire de Callie. J'ai vécu avec elle toutes ses aventures aussi bien heureuses que malheureuses. Que de péripéties qui nous font voyager à travers le monde entier et le temps puisque le roman se déroule sur une période de 79 ans, en somme toute une vie ! De belles descriptions de paysage sont au rendez-vous. Les personnages sont attachants même ceux ayant des rôles secondaires. 

Un très beau roman, riche de part sa diversité et ses émotions. Un coup de coeur incontestable que je ne peux que vous conseiller. Pour ma part, Leah Fleming que je peux comparer à Victoria Hislop est une belle découverte et désormais une auteure à suivre. Je compte prochainement me procurer ses deux précédents écrits qui j'en suis persuadée seront à la hauteur. 

# By Aurélie :)