mercredi 31 août 2016

L'affaire Bella Rosa de Monia Boubaker - Librinova

**** Chronique de Jess ****

4ème de couverture :

Enfin des vacances pour Mélina Corneille ! C’est en Italie, dans un petit village de Toscane, qu’elle a choisi de se ressourcer pour profiter pleinement de ce repos bien mérité. À peine arrivée, Mélina fait la connaissance de Laurent et Annabelle, un couple de Français avec qui elle sympathise ; mais la mystérieuse disparition de cette dernière pourrait bien tourmenter ces vacances tant attendues. Et pas facile de résoudre cette affaire avec des employés de l’hôtel pour le moins étranges et un inspecteur atypique pas très concerné... De plus, la jeune femme semble cacher quelques secrets et son mari ne s'avère pas savoir grand-chose d'elle... Qui est vraiment Annabelle ? Pourquoi a-t-elle disparu ? Guidée par son instinct et son irrépressible curiosité, Mélina ne peut faire autrement que de s'en mêler !
 
 
 
 
 
Je remercie Monia pour m'avoir gentiment envoyé son livre.
Voici un livre qui a été très agréable à lire. Ce n'est jamais évident de se lancer dans un premier roman et je peux vous dire que Monia m'a scotché! Je le voyais passé son livre sur mon groupe et enfin je me suis lancée et j'en suis ravie car ce polar est rondement bien mené.
 
L'auteure nous embarque en Italie où Mélina a décidé de poser ses valises afin de se reposer après une année harassante de travail. Mais deux jours plus tard Annabelle, la femme d'un couple avec lequel elle a sympathisé disparaît mystérieusement.
Pas de temps mort nous rentrons tout de suite dans l'histoire. Mélina est un personnage très attachant, on se la représente comme une bonne copine toujours prête à nous donner un coup de main. Elle va se plonger dans cette affaire et essayer de retrouver Annabelle.
 
Tous les ingrédients d'un bon polar sont réunis, des petits secrets de famille, des personnages détestables ou attachants, des rebondissements, du suspens, et une fin et un dénouement qu'on n'a pas vu venir ! L'humour et la fraîcheur sont aussi au rendez-vous.
 
Une belle découverte, j'ai beaucoup aimé ce livre et j'attend la suite des aventures de Mélina Corneille avec impatience.

lundi 29 août 2016

En douce de Marin Ledun - Editions Ombres noires

**** Chronique de Jess ****

4ème de couverture :

Sud de la France.
Un homme est enfermé dans un hangar isolé. Après l’avoir séduit, sa geôlière, Émilie, lui tire une balle à bout portant. Il peut hurler, elle vit seule dans son chenil, au milieu de nulle part.
Elle lui apprend que, cinq ans plus tôt, alors jeune infirmière, elle a été victime d’un chauffard.
L’accident lui a coûté une jambe. Le destin s’acharne.

La colère d’Émilie devient aussi puissante que sa soif de vengeance.


 
 
Je remercie les Editions Ombres noires pour cette nouvelle lecture.
J'avais bien sûr entendu parler de Marin Ledun mais je n'avais encore jamais lu un de ses livres. Pourtant j'en ai un à lire depuis longtemps. Ce livre est donc pour moi une découverte. Et je peux vous dire que c'est une très belle découverte.Au vue des très bonnes chroniques que j'ai lu, je suis rentrée dans ma lecture confiante.
 
L'auteur nous embarque dans un roman noir avec l'histoire d'Emilie, jeune femme qui n'a jamais été trop gâtée dans la vie. Elle perd la jambe suite à un accident de voiture. Quatre ans après, le mal être et la haine qu'elle ressent sont toujours là et de plus en plus violent. Elle décide donc de se venger de la vie en général en kidnappant celui qu'elle pense responsable de son état et de son mal de vivre, Simon, qui a percuté sa voiture.
 
Nous rentrons tout de suite dans le vif du sujet, et dans la tête d'Emilie. Jeune femme très perturbée. Nous ressentons son mal qu'il soit physique ou psychologique. Mal qui se transforme petit à petit en folie. Nous suivons sa descente aux enfers, ce qu'elle a vécu pendant ces quatre années, comment les personnes autour d'elle l'ont perçus, comment elle a perdu son travail, comment elle s'est senti diminuée par les autres et par la société en général.
 
Un huit clos qui nous embarque dans les noirceurs de l'âme. Un roman très bien mené, où la violence est là où on ne l'attend pas. L'analyse sociologique et psychologique y sont très bien décrite et on a qu'une seule envie connaître le dénouement de cette histoire. Dénouement qui m'a agréablement surprise.


Biographie de l'auteur
Marin Ledun est l’auteur d’une douzaine de romans dont No more Natalie, Dans le ventre des mères et Au fer rouge.
Il a reçu de nombreuses distinctions, notamment le Grand Prix du roman noir 2012 pour Les Visages écrasés qui est en cours d’adaptation télévisuelle avec Isabelle Adjani pour Arte.
Le prix Amila-Meckert 2014 lui a été décerné pour son roman L’homme qui a vu l’homme.

 

Détails sur le produit

  • Broché: 251 pages
  • Editeur : Ombres noires (24 août 2016)
  • Langue : Français

vendredi 26 août 2016

Le don d'Hélène de Gérard Pussey - Editions Lajouanie

**** Chronique de Jess ****
 
 
 
4ème de couverture :
 
Hélène, coiffeuse au passé trouble, a fait ce qu'il est convenu d'appeler un beau mariage en épousant le richissime Norbert, force de la nature, animal politique, grand chasseur de femmes et de chevreuils. Aîné des fils du clan Bonamour, ce conquérant est propriétaire d'une bonne partie de la région. Pour l'apprentie notable qu'est Hélène, la vie s'écoule, provinciale et bourgeoise, paisible et vaguement ennuyeuse, quand un accident brise le tonitruant Norbert. Le guerrier est soudain désarmé et sa Femme conduite à enquêter sur ce mari qu'elle croyait pourtant bien connaître. Aux doutes d'Hélène succèdent alors d'insupportables certitudes tandis qu'un don étrange lui vient, oui, un don vraiment étrange...
 

Je remercie les Editions Lajouanie pour cette nouvelle lecture et la découverte de Gérard Pussey.
 
Hervé est un homme qui sait ce qu'il veut dans la vie et qui prend tout sur son passage. Rien ne lui résiste et quand on a de l'argent on arrive à avoir ce qu'on veut, même la femme que tout le monde désir. Il épouse une coiffeuse, Hélène, qui a débarqué de son Brest natal pour fuir un passé qu'elle veut oublier.
Hélène est en admiration devant son mari, et tout s'effondre quand son mari se retrouve dans un coma profond après un terrible accident de voiture.
Elle va petit à petit connaître une vérité qu'elle n'était pas forcément prête à accepter de la part de son mari. : monsieur avait une double vie. Ce qui amène à une question : connaît-on vraiment la personne avec qui l'ont vit? Elle va donc partir à la recherche de cette autre femme. De plus, les "amis" de son mari vont se faire un plaisir d'essayer de la consoler... Bel esprit ! Elle va se retrouver petit à petit coupé du monde jusqu'à temps qu'elle se remette à sortir et travailler dans le but de faire ce qu'elle veut mais aussi embêter un peu sa belle-famille.
 
L'histoire nous est raconté par une fille du village, spectatrice de tout ce qui se passe. Je me suis demandée tout le long du livre qu'elle était son rôle dans cette histoire. Nous l'apprendrons à la fin du roman.
 
L'auteur nous raconte donc le destin d'Hélène, et le don exceptionnel qu'elle va acquérir. J'aimerais bien avoir le même car ce doit être intéressant. Elle va se servir de son don afin de mettre un peu la pagaille dans cette petite ville tranquille pleine de faux semblant et enfin découvrir la vérité sur son mari.
 
Un roman qui se lit quasiment d'une traite, très bien écrit, qui dépeint la vie "bourgeoise" d'une fausse bourgeoise et qui décrit les travers de tous les acteurs de cette bourgade.
J'ai passé un très bon moment de lecture avec ce livre que je vous conseille.
 

jeudi 25 août 2016

Régis de James Osmont - Auto-édition.

**** Chronique de Jess ****
 
4ème de couverture :
 
Régis aime la littérature et l'automne, les décibels et l'errance. Il n'a pas choisi le mal qui le ronge. Vivant la plupart du temps en lui-même, il perçoit une réalité déformée et angoissante, où tout fait sens. Dans sa psychose, il s'accroche à de fragiles repères : des personnages sans nom, des impressions sans fondement, des chansons sans espoir... Pourtant, peu de temps avant les attentats du 13 novembre 2015, le retour d'un mystérieux persécuteur va faire vaciller son équilibre précaire. Jusqu'au point de non-retour...
 
 
 
 
 
 
J'ai entendu parlé de ce livre sur pas mal de groupe Facebook. Sa couverture m'avait tout de suite fait de l'œil. Tous les avis avaient l'air positif. J'ai donc sauté dans le train en marche et contacté James afin de lui acheter son livre. Je remercie James pour sa gentillesse tout au long de nos conversations et sa réaction quand je lui ai donné mon avis sur son livre. Ca change de certains auteurs qui ne supportent pas qu'on leur dise ce qu'on pense de leur livre.
 
Donc j'ai fini Régis mardi soir. Et quelle déception! Déception dans le sens où je n'ai pas adhéré du tout à ce livre. Je suis déçue car en voyant tous les avis de mes amies lectrices je m'attendais à moi aussi adorer ce bouquin. Peut-être en attendais-je trop? 
 
J'ai eu un peu de mal à me faire au style  de James (qui est très bon rassurez-vous) mais auquel je ne suis pas habituée. Mais je pense aussi que ce style était volontaire afin de nous faire rentrer dans l'univers de Régis. Un univers perturbé, l'univers d'un schizophrène.
 
Les passages musicaux ont aussi un peu perturbé ma lecture même si je dois reconnaître que ça doit être un sacré boulot de pouvoir intégrer les paroles de chanson à ce que peuvent ressentir Régis ou Sandrine.
 
Mais contrairement à certaines critiques que j'ai pu voir j'ai ressenti de l'empathie pour Régis et Sandrine. Je me suis mise à la place de Sandrine car je pense que si je faisais le même métier je m'attacherais aussi à certains patients (j'ai bossé dans le médical aussi.. mais pas en psychiatrie).
Le sujet du livre (la psychiatrie) est très intéressant et l'auteur a su très bien définir l'atmosphère qui s'en dégage.

Je vous conseille quand même de lire ce livre afin de vous faire votre propre opinion car au vu des très bonnes critiques je pense qu'il peut plaire à beaucoup de monde.

mardi 23 août 2016

Riquet à la houppe d'Amélie Nothomb - Editions Albin Michel

**** Chronique de Jess ****
 
 

Honte à moi je n'avais jamais lu un livre d'Amélie Nothomb et pourtant j'en entends parler sur mon groupe! Mais il y avait tellement d'avis contradictoires que je n'osais sauter le pas. Quand j'ai vu qu'il était au programme d'Albin Michel au mois d'août je me suis enfin décidée à me faire ma propre idée. Je remercie donc les éditions Albin Michel pour cette découverte.
Quelle surprise! J'ai totalement adoré ce livre! Moi qui m'attendais à un style bizarre, un peu déjanté et bien pas du tout bien au contraire.
L'auteur reprend un célèbre conte comme vous l'aurez compris dans le titre et l'adapte à notre génération.
 
Nous rencontrons donc Déodat, et Trémière (j'ai adoré les prénoms un peu bizarres de ce livre, ça donne beaucoup de charme à l'écriture). Déodat, est le fils unique d'Enide et d'Honorat, enfant qu'ils ont eu sur le tard. Devant la laideur de leur bébé, ils ont décidé de ne pas le sortir et de le laisser vivre dans la bulle de leur appartement. Ils se sont rendus vite compte que Déodat était un enfant extraordinaire et très intelligent qui va vouer une passion pour les oiseaux (je verrai les oiseaux différemment maintenant et j'ai trouvé l'analyse de l'auteur passionnante). D'un autre côté nous avons Trémière, fille de Rose et de Lierre, qui à l'inverse de Déodat est magnifiquement belle mais très bête. Elle a vite créé une relation fusionnelle avec sa grand-mère avec qui elle a décidé de vivre.
 
L'auteur dans ce roman, nous parle sans que l'on s'en rende compte des problèmes actuels de notre société. De comment nous sommes perçus que nous soyons beaux ou non et que de toute les façons nous serons toujours critiqués. Qu'il ne faut pas se fier aux apparences, que quelqu'un de très laid peut avoir une vie passionnante contrairement aux idées reçues. De comment la télévision peut nous abrutir au lieu de nous ouvrir l'esprit. De comment les médias se servent de nous.
De comment il faut laisser vivre l'esprit des enfants, sans les forcer à faire ce que l'on veut mais les laisser s'épanouir dans ce qu'ils aiment.
J'ai trouvé ce roman d'une sagesse extraordinaire, j'ai passé un moment très agréable à lire ce livre. Si comme moi vous ne connaissez pas les histoires d'Amélie Nothomb je ne peux que vous le conseiller.
 
Date de sortie : 18 août 2016.
 

lundi 22 août 2016

Rivales de Fabrice Brunon

**** Chronique de Jess ****

4ème de couverture :

Quand l'appréhension se transforme-t-elle en inquiétude ? À quel moment la crainte se mue-t-elle en angoisse palpable ? À quel instant précis l'effroi se métamorphose-t-il en une terreur innommable qui vous dévore les entrailles ?

Lorsque votre mari et votre fils sont en retard ? Quand ils ne donnent plus signe de vie ? À la seconde où vous découvrez que leur existence est peut-être le fruit vénéneux de votre imagination gangrenée ?

Seule dans l'imposante demeure familiale et coupée du monde par les éléments déchaînés, Lénore devra affronter les démons du passé et faire face à une terrible vérité qui pourrait bien ébranler sa raison vacillante et remettre en question l'essence même de son être.

Au gré de révélations macabres et de découvertes bouleversantes, ce thriller psychologique à l'ambiance oppressante tient le lecteur en haleine jusqu'à une conclusion tout aussi inattendue qu'implacable.



Attention gros coup de cœur! Et en parlant de cœur je pense que toutes les femmes rêveraient d'un cadeau pareil (en tout cas moi j'en rêve!) car ce livre a été écrit pour la femme de Fabrice Brunon, c'est lui-même qui nous l'avoue sur les réseaux sociaux.
Il aurait pu se planter en beauté car n'est pas auteur de thriller psychologique qui veut! Et bien pour une premier roman je dois dire que c'est un coup de maitre!
 
J'ai lu ce livre dans la journée, j'ai été complétement happé et retourné dans tous les sens par cette histoire. L'histoire de Lénore, qui commence à angoisser dans sa grande demeure quand son mari et son fils ne rentre pas. S'ensuit une alternance de chapitre entre passé (Lénore a 13 ans) et présent (Lénore a 35 ans). Nous comprenons vite que Lénore a des problèmes psychiatriques. Tout au long du livre je me suis demandée ce qui était vrai ou faux. L'auteur a su très bien jouer avec mes sens et m'embrouiller le ciboulot. J'aime comme vous le savez être chahutée et me prendre des "claques" (littéraire biensûr!)
Et la fin est stupéfiante mais je n'en dirais pas plus.

J'espère que l'auteur va vite écrire un nouveau roman. Un auteur que je vais suivre de très près. Un seul bémol, ne pas l'avoir lu plus tôt!
 
Un conseil si comme moi vous aimez les thrillers psychologiques bien menés ce livre est pour vous, vous ne le regretterez pas une seconde.
 
 
Biographie de l'auteur :
 
Passionné par le piano et la langue anglaise, Fabrice Brunon étudie à l’École normale de musique de Paris, et décroche un diplôme linguistique de l’Université de Cambridge et un diplôme de traduction de l’Université de Londres.
Professeur de piano pendant plusieurs années, il abandonne ses activités musicales pour se consacrer à la traduction dans les domaines de la littérature, du jeu vidéo et du cinéma.
En 2015, il couche sur le papier une première nouvelle d’horreur qui fera partie des finalistes d’un concours de booktubers.
En 2016, il écrit "Rivales" pour faire un cadeau à son épouse qui ne trouve plus de bons thrillers à se mettre sous la dent.


vendredi 19 août 2016

La théorie du baiser de Lucie Crisa - Auto-édition

**** Chronique de Jess ****
 
 
 
4ème de couverture :
La théorie du baiser raconte la folle quête d'une jeune architecte, Zélie Dumont, qui pense avoir découvert son prince charmant lors d'une soirée costumée organisée par son patron. Déguisé en Zorro, un complet étranger se met à l'embrasser un instant et s'enfuit l'instant d'après, ne lui laissant ainsi pour le retrouver que le goût de ses lèvres. Persuadée qu'il s'agit de l'homme de sa vie, Zélie se met en tête, fortement influencée par son excentrique colocataire, Rachel, d'embrasser tous les hommes qui sont susceptibles d'avoir assisté à la soirée et d'être son homme masqué. Ainsi, Zélie va donner tout son sens à l'expression « to find a prince, you gotta kiss some toads ». Pas facile cependant à réaliser quand on est maladroite, que l'on déteste être touchée, que l'on se retrouve irrésistiblement attirée par le fils du patron fraîchement arrivé des Etats-Unis et qu'un CDI est en jeu.
 
 
Attention coup de cœur! En tout cas en ce qui me concerne. Bon je vais vous avouer quelque chose je suis une grande romantique et j'ai eu une période pas si lointaine où je dévorais tous les livres de style Chicklit ou New romance. Donc me revoilà plongé dans une histoire de cœur. C'est difficile de ne pas tomber dans le culcul la praline avec ce genre de livre. Ca peut vite être très ennuyeux à lire où déjà vu.
Ici vous retrouverez quelques clichés forcément mais ce livre est bien écrit, l'histoire nous emporte.
 
Zélie, jeune architecte, se retrouve à une soirée déguisée pour son boulot. A peine arrivé un inconnu déguisé en Zorro l'embrasse fougueusement. Pour Zélie c'est sûr c'est l'homme de sa vie! Malheureusement pour elle, il disparaît aussi vite qu'il est arrivé. Elle va donc tout faire pour le retrouver.
S'ensuit l'arrivée à son boulot du fils du patron fraichement arrivé des Etats-Unis, qui fait tout de suite horreur à Zélie tant il est arrogant et sûr de lui.
 
Bon sur le coup (et sûrement parce que j'en ai lu énormément) j'ai tout de suite su qui était le fameux "Zorro" mais ça ne m'a gâché en rien le plaisir de lecture. Tout comme je m'attendais à la fin et aux divers rebondissements mais c'est ce qu'on trouve dans tous les livres du même genre.
 
Nous voyons Zélie tombée follement amoureusement, et l'auteure nous décrit tellement bien les sentiments qu'on a envie d'être à la place de Zélie! Et oui je vous dit je suis une romantique qui croit encore au prince charmant! C'est beau de rêver!
En gros, ce livre plaira aux romantiques comme moi qui aime les belles histoires, la passion. Qui ne rêve pas de ça? D'un homme beau, qui nous aime et nous fait vibrer au lit.
En bref, ce livre regroupe tout ce qu'il faut pour passer un bon moment. On ne s'ennuie pas une seconde, on s'attache aux personnages, on rit, on pleure, on vibre avec eux, on n'a pas envie de les quitter. D'ailleurs j'aimerais beaucoup lire une suite des aventures de Zélie!

Et soyons indulgent car ceci est le premier livre de l'auteure. Je pense que pour une première c'est très prometteur! Merci à elle de m'avoir fait découvrir son livre.
 
Ce livre est une petite bulle de fraîcheur qui m'a fait faire une pause entre deux polars ;-)
 
 

jeudi 18 août 2016

Parjures de Gilles Vincent - Editions Jigal

**** Chronique de Jess ****
 
4ème de couverture :
 
Aïcha Sadia, commissaire de police, est une femme désespérée depuis la mystérieuse disparition de son compagnon Sébastien au large d’une plage.

Mais quand plusieurs cadavres décapités d’'ex-taulards sont découverts dans des entrepôts abandonnés de la ville, c'’est elle et son équipe qui se retrouvent en première ligne.

Certains indices laissent penser que quelques extrémistes pourraient avoir trouvé là, un moyen radical de remettre la peine de mort au goût du jour.

À sa sortie de prison, Abdel Charif, condamné pour meurtre puis finalement gracié, leur échappe de justesse… Et pour sauver sa peau et obtenir sa réhabilitation, il propose à Aïcha un étrange marché : elle prouve son innocence, il la mène jusqu'’à Sébastien…

Manipulations, horreurs et parjures vont alors guider Aïcha dans une enquête libératrice.
 
 
Voici encore une lecture sure, dans le sens où je sais que je vais passer un bon moment et que je ne vais pas m'ennuyer. Après avoir adoré Hyena je me suis lancée dans la suite des péripéties de la commissaire Aïcha Sadia.
Nous revoilà dans la cité phocéenne qui n'est pas très ensoleillée dans ce polar, mais sombre, grise et pluvieuse ce qui donne une atmosphère lugubre à cette histoire. 
 
Suite à la disparition de son compagnon Sébastien Tourraine, Aïcha est au 36ème dessous. Elle patauge dans une enquête complexe où des anciens condamnés sont retrouvés la tête tranchée. Pas le moindre indice pour avancer jusqu'au jour où débarque dans son bureau Abdel Charif qui a échappé de peu à un enlèvement et qui demande une protection.
Accusé du meurtre et d'actes de torture à l'encontre de sa patronne il a toujours crié  son innocence et veut qu'Aïcha rouvre le dossier. Il a été gracié deux jours avant quand un témoin s'est rétracté.
Et pour la forcer à l'aider il lui tend une carotte mais quelle carotte : savoir ce qui est arrivé à Sébastien.
Je pense que tout ceux qui ont lu ce livre ou qui vont le lire verront une ressemblance avec une autre affaire connu sous cette phrase : "Omar m'a tuer" ;-)
 
D'entrée de jeu nous sommes happés par l'histoire. Il n'y a aucun temps mort dans ce livre qui pourrait se lire d'une traite. Nous savons dès le départ qui sont les "bourreaux" des anciens condamnés sauf une personne : le chauffeur de la camionnette. Nous sommes plongés dans l'enquête avec Aïcha, cette enquête qui nous mène de cadavres en cadavres vers la vérité. Une enquête qui peut s'avérer être l'enquête la plus importante de sa carrière car au bout il y a l'amour de sa vie et son avenir.
 
Une histoire en apparence banale si ce n'est un scénario très bien pensé! Nous allons de rebondissement en rebondissement jusqu'à la dernière page. Un peu comme un puzzle, une pièce par-ci, par-là et on pense même que l'auteur a oublié une pièce mais non tout s'emboite à la perfection. Je pense que Gilles Vincent adorait les casse-têtes chinois quand il était gosse car ce n'est pas donné à tout le monde de mener les lecteurs par le bout du nez et nous garder dans le suspens pendant tout un roman!

Un livre à lire et un auteur à découvrir si vous ne le connaissez pas encore! 

 
 
 
 
 

mercredi 17 août 2016

La femme du monstre de Jacques Expert

**** Chronique de Jess ****
 
 
4ème de couverture :

Quand elle a épousé le monstre, elle n'avait que vingt-deux ans. Elle admirait sa force, son charme, n'en revenait pas qu'il ait pu la choisir, elle qui n'était pas belle, que personne n'avait jamais remarquée. Quand la police est venue arrêter le monstre, le pays tout entier s'est soudain intéressé à elle, une femme de trente-huit ans, ordinaire. Mais, entre les deux, il y a seize années de vie de couple, seize années durant lesquelles elle a été une mère dévouée, une épouse loyale, une bonne voisine, une femme sans histoire qui ne pouvait pas se douter. A moins que...

 
Jacques Expert est un auteur que j'affectionne beaucoup. J'ai aimé tous les romans que j'ai pu lire de lui pour l'instant et celui ci ne déroge pas à la règle.
 
Ce livre est écrit sous forme d'autobiographie. Mme Darget nous raconte sa vie à partir du jour où la police est venue arrêter son mari Simon. Commence alors le récit de sa vie passée et le procès de son mari en cours. Il est jugé pour le meurtre et le viol d'une adolescente.
 
Comment fait-on pour passer 16 ans avec quelqu'un et ne se rendre compte de rien?
Petit à petit nous découvrons comment son mari la traitait et là on se dit que forcément elle a dû avoir un doute à un moment donné. Et on se demande aussi comment on peut rester avec quelqu'un comme son mari. Il y a des scènes assez choquantes entre eux.
Et même si elle n'a rien fait, je pense qu'elle a une part de responsabilité dans toute cette histoire. J'avais de l'empathie pour elle au début qui s'est vite transformé en antipathie.
 
Elle m'a fait beaucoup pensé à un autre personnage d'un des livres de Jacques Expert celui de la mère dans Hortense. J'avais lu une critique sur Hortense où un lecteur disait que certains personnages de Jacques Expert se ressemblent et je viens d'en avoir la preuve.... C'est assez déroutant en fait.
Cette femme à une personnalité assez particulière : immature, ultra-conventionnelle, docile, raciste, soumise à son mari particulièrement pervers, le poussant aux mesquineries et à la méchanceté tout en restant dans son ombre.
 
Un livre qui se lit vite où la psychologie des personnages est très bien travaillé. Mais je vous déconseille de lire Hortense juste avant ou juste après car vous aurez l'impression de voir le même personnage.


Biographie de l'auteur

 Jacques Expert est directeur des programmes de Paris Première. Il a été grand reporter à France Inter et France Info pendant quatorze ans et a couvert un grand nombre de faits-divers célèbres qui l'ont amené à s'intéresser à ces femmes qui partagent leur vie avec des meurtriers ou des violeurs, sans le savoir, ou sans vouloir se l'avouer. "La Femme du monstre", fruit d'une longue enquête, est son premier roman.

mardi 16 août 2016

Un goût de cannelle et d'espoir de Sarah Mccoy - Editions Pocket

**** Chronique de Jess ****

4ème de couverture :

Allemagne, 1944. Malgré les restrictions, les pâtisseries fument à la boulangerie Schmidt. Entre ses parents patriotes, sa sœur volontaire au Lebensborn et son prétendant haut placé dans l'armée nazie, la jeune Elsie, 16 ans, vit de cannelle et d'insouciance. Jusqu'à cette nuit de Noël, où vient toquer à sa porte un petit garçon juif, échappé des camps...
Soixante ans plus tard, au Texas, la journaliste Reba Adams passe devant la vitrine d'une pâtisserie allemande, celle d'Elsie... Et le reportage qu'elle prépare n'est rien en comparaison de la leçon de vie qu'elle s'apprête à recevoir.
 

J'ai un avis très mitigé concernant ce livre. Je pensais vraiment que j'allais adorer au vu des critiques que j'avais lu.
J'aime beaucoup les livres qui se passent pendant la seconde guerre mondiale et dans ce livre nous avons la guerre perçue par les allemands et non les juifs comme dans la plupart des livres sur cette période. Peut-être que c'est cela qui m'a un peu dérouté pendant ma lecture.
Ce livre se déroule sur deux périodes, en 2007 lorsque une jeune journaliste Reba fait un article sur la boulangerie d'Elsie et en 1944 en Allemagne.
 
Elsie, jeune fille de 17 ans vit en Allemagne à la fin de la guerre. Ses parents sont très patriotique et pro-Hitler. Sa sœur vit dans une Lebensborn - en gros dans ces centres les allemandes de type "aryenne" se prostituaient (je ne vois pas d'autres termes!) et tombaient enceinte afin de perdurer la race aryenne - son fiancé est un officier nazi, et ses parents collaborent avec la gestapo pour faire tourner leur boulangerie.
Un soir, un jeune juif s'échappe et frappe à la porte de la boulangerie. Elsie le cache dans sa chambre et n'en parle à personne. Et petit à petit ses convictions vont s'effriter.
 
En 2007, nous avons Reba, jeune journaliste qui se cherche, fiancé à Rikki un agent de police des frontières. Elle doit faire un article sur les fêtes de Noël dans les différents pays et décide de faire un article sur la boulangerie d'Elsie. Elle va se rapprocher d'Elsie et de sa fille Jane.
Je pensais qu'il y aurait un dénominateur commun entre Reba et Elsie et que finalement au lieu d'écrire un arcticle sur Noël, Elsie allait lui raconter ce qui s'était passé en 44. Mais au final non. Donc je n'ai pas vu l'intérêt de faire deux histoires en une. Juste l'histoire de Reba aurait suffit.
 
Donc pas de coup de cœur pour moi, une histoire qui ne m'a pas touchée, un peu trop de longueurs, mais rien ne vous empêche de vous faire votre propre opinion ;-)
 
 
 
 
 
 
 
 

dimanche 14 août 2016

T'as le blues, baby ? d'Alessandra Sublet - Editions J'ai Lu

4ème de couverture
"A bien y réfléchir, je pense que mon baby blues a commencé avant même la naissance de ma fille. Devant un étalage de pommes très exactement. A un moment, tu ne sais pas pourquoi, tu commences à te prendre la tête pour des trucs complètement débiles. Ce jour-là, on était au supermarché et mon homme n'avait pas choisi les bonnes pommes. Ce n'était pas les pommes que je voulais. Et je me suis mise à pleurer comme une madeleine. 

Mais après l'accouchement, en retrouvant le sommeil et ma ligne, enfin familiarisée avec les gestes et toute cette logistique compliquée de la parfaite jeune maman, je pensais le baby blues chassé à jamais. Je me disais que voilà, ça avait été un moment difficile à passer et qu'à présent, j'allais à nouveau croquer la vie à pleines dents. Tu parles !"




Mon avis

Je remercie Sarah Quesnel pour le prêt de ce livre que j'ai lu en deux heures dès sa réception !

Qui ne rêve pas d'être un jour maman, de donner la vie et de fonder à son tour sa propre famille ? Ce moment je l'ai rêvé depuis un certain temps déjà et enfin il est arrivé ! Beaucoup de messages circulent sur la maternité, des messages plus que positifs mais qui nous prépare pas à l'avalanche d'émotions autant positives que négatives qui s'abat sur nous sans précédent. 

Alessandra Sublet nous fait entrer dans le monde de la maternité avec l'accouchement de sa fille, Charlie, qui ne s'est pas passé comme elle l'imaginait (la pose de la péridurale, la cicatrice de sa césarienne...). 
" Que les choses soient dites : une salle d'accouchement, c'est glauque. C'est blanc, c'est vert, l'éclairage, c'est 100 % néon.Déjà, tu pues, t'es orange, t'as les traits tirés, mais en plus, on te colle un projecteur bien blanc sur la tronche. Et là, même si, courageuse, tu essaies de sourire, tu as juste l'air de sortir du casting de l'Exorciste. "

Mais elle ne s'arrête pas là, elle continue de se mettre à nu en nous dévoilant une partie de son intimité en nous racontant tout naturellement son retour à la maison avec ses trous de mémoire à savoir, comment on prépare un biberon ou comment on lave les oreilles d'un bébé, ou bien encore, comment choisir un body, quelle taille de couche,..., son baby-blues qui s'est transformé en dépression post-partum puis par la suite en burn-out. Des chocs successifs violents émotionnellement.

Ce récit écrit avec simplicité alterne différentes parties où Alessandra écrit des lettres à sa fille pour quand elle-même sera enceinte, mais nous avons aussi la bonne copine qui prodigue plein de conseils tantôt sur un ton grinçant, tantôt sur un ton humoristique.

Ce témoignage me parle particulièrement car ayant moi-même accouché il y a un mois et demi, je me retrouve en plein dans ce qu'Alessandra nous décrit sans encombre avec une franchise désarmante, un sujet sensible dont personne ne parle, même pas le corps médical. 

Un grand merci Alessandra car je suis NORMALE ! 

# By Aurélie :) 

vendredi 12 août 2016

Plusdeproblème.com de Fabrice Pichon - Editions Lajouanie

**** Chronique de Jess ****

4ème de couverture :

C’est la drôle d’histoire d’un cadre criblé de dettes – harcelé par ses créanciers ; humilié par le juge du surendettement ; méprisé par sa famille mais chéri par sa maîtresse – qui se décide à se lancer dans l’élimination de ses semblables... C’est aussi la drôle d’enquête d’un commissaire qui traquant un monstrueux pourvoyeur de chair fraîche, croise la route d’un insaisissable tueur à gage...

C’est donc, mais pas que, la drôle d’histoire de Sylvie, Marc, Marie, et... Walter.

plusdeprobleme.com est un polar excellent et classique . À ceci près que le narrateur est un sacré schizo, grand amateur de whisky ; que le commissaire est une jeune femme, branchée demoiselle (on la retrouvera dans d’autres aventures) ; que le juge est pris pour un souteneur par le milieu, etc...



Voici encore un auteur que je voulais découvrir depuis longtemps. Et malgré la taille gargantuesque de ma PAL j'ai sorti ce livre très rapidement sachant que je l'ai acheté au salon d'Esquelbeck début juillet.
Ne vous fiez pas à la taille du bouquin et que surtout cela ne vous effraie pas car je peux vous assurer qu'il se lit tout seul et très vite! Et je dois me confesser... J'avais tellement envie de le finir que je suis allée m'enfermer aux toilettes de mon boulot pour pouvoir finir tranquillement! Oui je sais je suis un peu bizarre parfois!

Roman policier mais pas que....
Donc voici un nouveau polar, encore un polar me diriez vous mais je l'ai trouvé différent de ce que l'on peut lire en général. Et comme vous commencez à le savoir j'aime le changement.
Ici nous avons le point de vue d'à peu près tous les personnages et surtout on connaît d'entrée de jeu qui fait quoi et comment. Qui tire les ficelles, et les marionnettes sont les forces de l'ordre : Marie Salvan commissaire de Police et sa hiérarchie. Plutôt futée notre commissaire, et pas du genre à se laisser marcher sur les pieds par qui que ce soit.

La cause au système...
Fabrice Pichon nous embarque dans une drôle d'aventure où il dépeint notre monde de manière très cynique mais d'un côté très vrai : les problèmes du quotidien qui s'accumulent, comment finir les fins de mois, comment gérer sa famille, ses enfants, son travail où l'on nous en demande toujours plus.
Son personnage principal Marc, s'est endetté. Malgré une bonne situation professionnelle il s'est laissé tenter par le système, l'argent facile sauf que maintenant l'heure est au passage à la caisse et les fonds de tiroirs sont vides! Et rien ne va être facile, ni le Juge, ni ses enfants.... Seulement sa maitresse Sylvie, une jeune prostituée. Il va avoir la solution idéale pour régler tous ses problèmes.

Puis il y a la Baleine, un baron de la prostitution Roumain dont tout le monde entend parler mais que personne n'a jamais vu. Quel est le lien entre ces deux histoires? Je ne vous dirais rien de plus! Ce que je peux seulement vous dire c'est que Marie Salvan se retrouve avec des cadavres à ne plus savoir qu'en faire et un gros sac de nœud à démêler. Quels sont les points communs entre toutes ses victimes? Nous avons de la chance car nous lecteurs savons tout avant Marie. Mais ne vous inquiétez pas l'auteur nous réserve quelques surprises tout au long du livre.

Un polar addictif tant on veut connaître la fin et un polar qui change de ce qu'on peut lire habituellement où des personnes comme vous et moi peuvent tomber dans le côté obscur...



Salon d'Esquelbeck juillet 2016


Détails sur le produit

  • Nombre de pages de l'édition imprimée : 650 pages
  • Editeur : Éditions Lajouanie; Édition : 1 (29 janvier 2016)


lundi 8 août 2016

Alex de Pierre Lemaitre - Editions Albin Michel

**** Chronique de Jess ****
 
4ème de couverture :
 
Qui connaît vraiment Alex ?
Elle est belle. Excitante.
Est-ce pour cela qu'on l'à enlevée, séquestrée et livrée à l'inimaginable ?
Mais quand le commissaire Verhoeven découvre enfin sa prison, Alex a disparu.
Alex, plus intelligente que son bourreau.
Alex qui ne pardonne rien, qui n'oublie rien ni personne.
Un thriller glaçant qui jongle avec les codes de la folie meurtrière, une mécanique diabolique et imprévisible où l'on retrouve le talent de l'auteur de Robe de marié.
 

Voilà un livre qui était depuis longtemps dans ma PAL. Et à force d'en entendre parler je me suis enfin lancée dans cette lecture.
 
Un roman découpé en 3 parties. Nous découvrons Alex, jeune femme d'une trentaine d'années qui se fait enlever un soir. Nous allons la découvrir pendant toute sa captivité et sa libération.
Les chapitres sont une alternance entre Alex et Camille Verhoeven qui enquête sur l'enlèvement d'Alex. Cette première partie je dois vous l'avouer m'a particulièrement ennuyée. Je me suis même posée plusieurs fois la question à savoir je continue ou j'arrête? Mais comme je n'aime pas arrêter un livre en cours de route j'ai continué et j'ai bien fait!
 
Dans la deuxième partie nous découvrons un autre visage à Alex. Là, personnellement je suis à fond dans ma lecture et je me dis mince je l'ai pas vu venir celle-là!
 
Et enfin une troisième partie que je qualifierais d'explicative. La réponse à toutes les questions qu'on s'était posé dans la seconde partie, pourquoi?  Et il y en a beaucoup des pourquoi! Et quand on comprend on se prend une autre pichenette sur le nez.
Je pense que c'est la première fois que je passe par autant de sentiment pour un personnage de livre. J'ai d'abord ressenti de la pitié pour Alex, de la voir enfermée, enlevée, et de ne pas savoir ce que son bourreau lui voulait et allait lui faire. Ensuite, un sentiment de peur et de malaise, le sentiment d'avoir été berné... Et finalement, de la pitié de nouveau et un grand respect pour ce qu'elle a accompli.
 
Ce livre est bourré de rebondissements. Je pense par contre que la maison d'Editions aurait pu changer la 4ème de couverture car du coup on sait qu'elle va réussir à échapper à son ravisseur et ça gâche une partie du plaisir.
 
Et quand on sait on se dit que Pierre Lemaitre est vraiment très fort pour nous mener en bateau. Je n'aurai jamais pensé à une histoire pareille.
Ames sensibles s'abstenir car il y a beaucoup de scènes assez insoutenables!
 
Un thriller psychologique et gore comme je les aime!
Je vous le conseille si vous n'avez pas encore sauté le pas. 
 

jeudi 4 août 2016

Fidèle au poste d'Amélie Antoine - Editions Michel Lafon


**** Chronique de Jess ****
4ème de couverture :
Mai 2013. Chloé et Gabriel, mariés depuis plusieurs années, mènent une existence heureuse à Saint-Malo, jusqu’au jour où la jeune femme trouve la mort au cours d’une baignade. 

Gabriel, incapable de surmonter seul son chagrin, se décide à chercher du soutien auprès d'un groupe de parole. Il fait alors la connaissance d’Emma, une photographe récemment arrivée en ville, qui l’aide à traverser cette épreuve du deuil. 
Pourtant, Chloé semble toujours très présente – trop peut-être ? - et Gabriel ne parvient pas à l’oublier et à se reconstruire aussi facilement. 
Que s’est-il réellement passé ? 
Qu'est-il véritablement arrivé à la jeune femme ? 
Emma est-elle vraiment celle qu’elle semble être ? 
Et si la réalité n'était pas telle que le jeune veuf la voit ? 





J'avais beaucoup entendu parler de ce livre sur mon groupe Facebook. Il y a de très bons retours j'ai donc sauté le pas afin de me faire ma propre opinion.

Chloé et Gabriel sont mariés depuis 3 ans et vivent une histoire assez passionnelle. Gabriel est très amoureux de sa femme. Très protecteur.
Un jour, Gabriel n'a plus de nouvelle de sa femme pendant toute une journée. Le soir il reçoit un appel lui annonçant que Chloé a été retrouvé noyé.
Commence alors pour Gabriel la descente aux enfers. Comment vivre sans l'amour de sa vie?
On se met forcément à la place de Gabriel dans ce roman et on se demande comment on aurait réagit en pareil circonstance.

Il se décide à rejoindre un groupe de deuil pour l'aider à surmonter sa peine.
Il y rencontre Emma, jeune photographe, bénévole au sein de l'association, qui rêve de partir à l'aventure avec son appareil photo en bandoulière.
Ils vont se rapprocher au fil des mois et finir par avoir une histoire. Mais Chloé semble toujours très présente.  Nous avons son point de vue à chaque chapitre comme si elle voyait sa propre vie de l'au-delà.

Dès le départ on sent que quelque chose de louche va se passer. Mais quoi ? Mystère!
Un style fluide, les chapitres s'enchaînent au fil des mois. Nous voyons l' évolution du deuil de Gabriel. 

Une chute au 3/4 du livre qu'on ne peut pas deviner. Un livre qui se lit très vite (une soirée pour moi), et heureusement car une fois qu'on l'a commencé et qu'on a reçu le 1er choc on ne peut plus le poser! Et un final qui peut étonner mais personnellement je m'y attendais.

C'est un roman dans l'air du temps et vous comprendrez pourquoi en le lisant. Les codes de notre société y sont bien présents et cette histoire pourrait vraiment arriver ce qui d'un côté fait un peu peur. Vous vous dites sûrement que je ne vous dis pas grand chose de l'histoire mais il est difficile de vous parler de ce livre sans vous gâcher l'intrigue.

Un livre à lire si vous voulez vous faire avoir comme moi. Un roman qui change!

Dans le même style (deuil et fin improbable/ retournement de situation) je peux vous conseiller L'amante d'Etretat de Stanislas Petrosky. Ma chronique ici


mercredi 3 août 2016

Le temps est assassin de Michel Bussi - Éditions Presses de la Cité

**** Chronique de Jess ****



4ème de couverture :
Eté 1989
La Corse, presqu'île de la Revellata, entre mer et montagne. 
Une route en corniche, un ravin de vingt mètres, une voiture qui roule trop vite... et bascule dans le vide. 
Une seule survivante : Clotilde, quinze ans. Ses parents et son frère sont morts sous ses yeux. 
Eté 2016
Clotilde revient pour la première fois sur les lieux de l'accident, avec son mari et sa fille ado, en vacances, pour exorciser le passé. 
A l'endroit même où elle a passé son dernier été avec ses parents, elle reçoit une lettre. 
Une lettre signée de sa mère. 
Vivante ?





Michel Bussi est pour moi un génie. A chaque roman que je lis j'en ai la confirmation. Certains auteurs s'essoufflent au fil de leur roman et certains se bonifient. Michel Bussi est de ceux qui se bonifient.

Je viens littéralement de dévorer ce nouveau roman.
Il y a 27 ans Clotilde a perdu toute sa famille dans un accident de voiture en Corse. Accident où elle aurait dû mourir elle aussi. Mais que s'est il réellement passé ce soir du 23 août 1989. Accident,meurtre, sabotage?
 27 ans après Clotilde retourne en Corse avec son mari et sa fille et va essayer de trouver ce qui a pu se passer cette fameuse nuit.

Entre passé et présent. ...
L'histoire se découpe entre passé et présent. Le passé en 1989 avec la lecture du journal de Clotilde qu' elle a écrit pendant des vacances. Quelqu'un a récupéré son journal, quelqu'un qui lui veut du mal mais qui? Vous le saurez en lisant le livre :-)
Et le présent avec l'enquête de Clotilde, les rencontres avec son passé  (anciens amis, ancien amour, ancien parent)

Un suspens de bout en bout....
Ne cherchez pas vous ne trouverez jamais le fin mot de l'histoire avant la fin du roman. Même avec la meilleure imagination possible il vous sera impossible de deviner la trame de cette sombre histoire. Michel Bussi connait l'art de nous surprendre et de retourner les situations. Et c'est ce que j'aime avec cet auteur.

Encore une fois je suis subjuguée par le talent de l'auteur. De comment il nous mène par le bout du nez. Michel Bussi est une valeur sûre et si vous ne connaissez pas encore ses livres foncez dans votre librairie et laissez vous tenter par ses livres je vous garantis que vous ne serez pas déçu!

Détails sur le produit

  • Broché: 400 pages
  • Editeur : Presses de la Cité (4 mai 2016)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2258136709
  • ISBN-13: 978-2258136700