jeudi 29 septembre 2016

La lettre et le peigne de Nils Barrellon - Editions Jigal

**** Chronique de Jess ****
 
4ème de couverture :
 
Avril 1945. Anna Schmidt erre dans les rues dévastées de Berlin à la recherche d'un abri.
Janvier 1953. Elle confie à son cousin Heinrich une mystérieuse lettre qu'elle lui demande de remettre à son fils Josef si un jour celui-ci se sentait en danger et venait la réclamer.
Septembre 2012. La capitaine Hoffer enquête sur l'assassinat d'un gardien du musée d’'Histoire de Berlin. Le mobile du crime semble être le vol d'un peigne tristement célèbre… Quelques mois plus tard, Jacob Schmidt est sauvagement agressé en sortant d'un club. En déposant plainte, il croise la capitaine Hoffer, très intriguée par son histoire. Depuis, Jacob se sent traqué. Et le souvenir de cette lettre dont Josef, son père, lui avait parlé lui revient en mémoire… De Francfort à Paris en passant par Berlin, il décide alors de tenter l'impossible pour la retrouver….
 

C'est avec plaisir et étonnement que j'ai appris il y a quelques semaines que Nils sortait un nouveau polar et chez Jigal en plus! Après la "bouderie" passée, histoire de taquiner Nils qui ne m'avait pas prévenu, j'ai sauté dessus pour découvrir cette nouvelle histoire.
 
Alors changement à 360° dans ce polar qui se passe en majorité en Allemagne! Ca aurait pu être un point négatif pour moi qui déteste ce pays mais je suis très vite rentrée dans l'histoire car pour une fois j'ai trouvé qu'on rentrait assez vite dans l'histoire contrairement à ses précédents où je trouvais que c'était long à démarrer... mais je le taquine encore!

Plusieurs affaires criminelles... une raison....
Donc nous voici en Allemagne où nous suivons l'histoire d'une famille sur une durée de 60 ans. L'histoire débute en 44 pendant la guerre où Anna cherche un refuge. 
S'ensuit un vol dans un musée de Berlin, de nos jours, où un des gardiens va trouver la mort et  quelques mois plus tard le kidnapping râté de Jacob, jeune trentenaire, vivant à Frankfort.
Quel est le lien entre le vol du peigne et Jacob? Pourquoi sa grand-mère avait écrit une lettre à son père à lire qu'en cas de danger? Comment récupérer cette lettre? Jacob va partir à la recherche de son passé.

Quand l'histoire nous rattrape...
L'auteur va alterner passé et  présent. Tout au long du roman nous allons apprendre l'histoire de la famille de Jacob jusqu'au dénouement final. 
Nils nous fait voyager à travers l'Europe dans une course poursuite effrénée. Jacob va se sentir traqué et la seule solution va être de fuir et de retrouver cette lettre avant ses assaillants. Une enquête trépidante qui nous laisse très peu de répit, des rebondissements en veux tu en voilà, un personnage attachant et d'autres très rebutants. On vit à travers Jacob, on souffre, on a peur, on a envie de connaître la vérité. J'ai été plusieurs fois choqué par certaines scènes et j'avoue en avoir voulu à Nils de nous faire ça à nous pauvres lecteurs!
 
Nils a fait un travail de recherche remarquable en ce qui concerne l'Histoire de l'Allemagne. Le côté historique aurait pu être lourd à digérer mais il est parfaitement bien intégré dans l'histoire (Nils tu peux te reconvertir en prof d'Histoire si jamais tu n'aimes plus ce que tu enseignes ;-)). Petit Bémol, nous ne parlons pas tous allemands et j'aurai aimé avoir la traduction de certains échanges qu'il y a dans le livre ;-)
Un final dont on ne s'attend pas une seule seconde et j'ai adoré le pied de nez fait à l'Histoire!
Si vous aimez les polars qui vous embarque entre passé et présent, avec un petit côté historique je vous conseille fortement ce livre car vous ne serez pas déçu une seule seconde. Et voir l'Histoire de la seconde guerre mondiale du point de vue allemand est passionnant.

A vos librairies!

Détails sur le produit

  • Broché: 296 pages
  • Editeur : Jigal (10 septembre 2016)
  • Collection : Polar
  • Langue : Français
 

lundi 26 septembre 2016

Kamel Léon d'Emmanuel Prost - Editions Aconitum

**** Chronique de Jess ****
 
4ème de couverture :
Kamel est un aspirant comédien qui se découvre métamorphe. Grâce à ce pouvoir, il fait exploser sa carrière et cherche à conquérir le cœur d'une star. Mais à tout vouloir, tout avoir, le jeune artiste ne risque-t-il pas de se perdre ? Roman fantaisiste traitant les thèmes de l'ambition, de l'amitié ou de l'amour, Kamel-Léon est un conte philosophique qui pourra, sans rougir, côtoyer les œuvres de Marcel Aymé ou Boris Vian.
 

Si vous ne le savez pas encore je suis une grande admiratrice des livres d'Emmanuel Prost. J'avais plus qu'adoré ses trois premiers livres. Il m'avait prévenu que son nouveau roman "Kamel Léon" était différent des autres et qu'il fallait que je sois indulgente (comme si j'étais méchante.....).
J'avais donc très hâte de commencer ce livre et connaître un autre univers d'Emmanuel.
 
Emmanuel nous avait habitué à des belles histoires d'amour, et de tranches de vie dans le milieu des mineurs et il nous fait découvrir un tout autre univers, en effet il nous emmène dans ce roman dans le monde du spectacle et du show avec Kamel Lainet, jeune homme qui rêve de monter sur les planches afin de montrer à tout le monde ses spectacles. Issu d'une famille modeste, il vit ses rêves en travaillant dans un grand cabaret, travail alimentaire, mais qui lui permet d'être proche de son rêve. Il est marié à Adeline, qui l'a suivi de son Nord natal pour "monter" (car de n'importe quel endroit de France où l'ont vit on "monte" toujours à Paris) sur Paris et soutenir son mari. Il est très proche de Pierrot, serveur tout comme lui.
Un soir, un des comédiens ne se présente pas pour faire son numéro et pour éviter de se faire engueuler, Kamel décide de prendre sa place. Il y a de plus dans la salle son actrice préférée et il souhaite se faire remarquer.
Devant son audace, il se fait virer par son patron, et inviter à la table de la star, qui lui promet monts et merveilles et surtout un contrat avec son agent.
Malheureusement, ce n'était que des paroles d'ivrogne et le pauvre Kamel se retrouve à quitter le domicile conjugal et à déprimer.
Un matin, après une nuit de folie avec son copain Pierrot, il se réveille dans la peau d'un autre homme rencontré la veille. Il va se rendre compte qu'il a un don, celui de métamorphe, et qu'il peut se transformer en n'importe qui.
Il va alors utiliser son don pour créer un spectacle hors du commun et par la même occasion séduire son idole.
 
Je suis tout de suite rentrée dans cette histoire. Kamel, jeune homme un peu naïf, qui vit une belle histoire d'amour avec sa femme et une belle amitié avec Pierrot. Je l'ai trouvé très attachant et certaines anecdotes m'ont beaucoup fait rire!
J'ai vécu à travers lui ce don extraordinaire. Et je me suis posé aussi la question de comment je l'utiliserais si jamais j'avais un don pareil.
 
L'histoire se découpe en 3 parties. La première partie est la vie de Kamel avant son don, de son train de vie avec sa femme, de tous les castings ratés, du pessimisme qui commence à pointer le bout de son nez. La seconde nous raconte la gloire de Kamel et son succès, et la troisième "le tombé de rideau" est le côté noir du don.
Kamel aurait pu vivre de sa gloire, mais il s'est laissé prendre par le côté obscur du don. Car à force d'utiliser un don à mauvais escient les conséquences peuvent être désastreuses. Un don qui aurait pu être un coup de pouce dans sa vie mais qui va lui jouer de bien mauvais tours. A trop en vouloir on finit toujours par se mordre les doigts et ne plus rien avoir du tout.
Je pense aussi que la rencontre avec Irénée, son idole, sera aussi le début de sa perte. Personnage très particulier, star imbue d'elle-même mais qui est sur le déclin, elle ne m'a pas du tout été sympathique dans sa façon d'être et de traiter Kamel. Elle préfère voir la beauté physique et le matériel chez un homme plutôt que la beauté intérieure mais l'histoire ne la loupera pas. On lui trouvera quelques circonstances atténuantes mais pas assez à mon goût pour me la rendre sympathique. Elle aura une mauvaise influence sur Kamel qui sera complètement aveuglé par son amour pour elle. Nous verrons aussi tout ce dont on peut être capable par amour...
 
Emmanuel nous offre ici un roman original, fantastique, mais qui ne dérangera pas les lecteurs allergiques au surnaturel bien au contraire.
Ce roman nous fait réfléchir sur la vie en général, sur ce que l'on a et qu'on souhaiterait avoir et le prix à payer pour l'avoir. Je décrirais ce livre comme une fable burlesque avec une morale finale à ne pas négliger qui a été adaptée au stéréotype de notre époque où le paraître et l'argent sont très importants. Les personnages sont tous caricaturés ce qui donne beaucoup de charme à ce livre atypique.
 
Un roman à découvrir au plus vite donc amis lecteurs! Foncez chez vos libraires. Et un grand merci à Gaylord des éditions Aconitum pour cette lecture.
 
 
 
 
Détails sur le produit
  • Broché: 305 pages
  • Editeur : Aconitum (22 septembre 2016)
  • Collection : ROMAN FANTAISIE
  • Langue : Français

jeudi 22 septembre 2016

Je l'ai fait pour toi de Laurent Scalèse - Editions Belfond

**** Chronique de Jess ****


4ème de couverture :

Bienvenue à Lazillac-sur-Mer, dans l'univers du commandant Samuel Moss dont les armes sont le charme, la séduction et l'art du détail : rien ne lui échappe, que ce soit sur une scène de crime ou au quotidien.
Cette histoire débute quand la romancière à succès Jade Grivier est retrouvée morte chez elle, dans son bureau, suicidée. Après avoir inspecté les lieux, à sa façon, Samuel Moss conclut qu'il ne s'agit pas d'un suicide mais d'un homicide, dont il identifie immédiatement le coupable. Le plus compliqué, maintenant, pour Samuel Moss, est de comprendre comment le meurtrier a procédé et de prouver sa culpabilité, avec élégance bien sûr, et surtout sans salir ses nouvelles chaussures sur la plage de Lazillac...



Je vais finir par me répéter mais voici encore un livre que j'attendais avec impatience et je remercie vivement les éditions Belfond pour cette lecture en avant-première et Laurent pour la très belle dédicace et cette fabuleuse enquête.

Laurent nous a concocté un super polar avec un personnage très fort qui m'a beaucoup fait penser à un Dr House version commandant de police avec un petit mélange de Columbo et de Monk pour le côté toc/maniaque.
Un super flic bourré de névroses mais qui ne le dérangent aucunement et qui en font un excellent détective. Il est spécialisé dans les crimes "presque" parfait et est prof de criminologie à la fac. Un personnage qui déroute et énerve un peu au premier abord et dont on n'a pas forcément l'habitude mais qu'on finit par beaucoup apprécier. On lui confie une nouvelle coéquipière la belle Cheyenne qui va avoir du mal à le suivre et à vouloir rester, mais qui n'a pas un tempérament à se laisser faire. C'est donc un drôle de duo qui va devoir enquêter sur un suicide qui n'en est finalement pas un.

L'histoire commence par la mort de Jade Grivier, auteur à succès, la soixantaine, retrouvée morte une balle dans la tête par sa belle-fille de 15 ans. Pour tout le monde il ne fait aucun doute que c'est bel et bien un suicide mais pas pour Moss qui trouve d'entrée de jeu qui est le coupable. Quant à Cheyenne, elle se trouve un autre coupable plus par esprit de contradiction et de désir d'embêter Moss qu'autre chose. S'ensuit un jeu entre les deux flics pour savoir qui a raison et surtout comment prouver le meurtre.

Un style percutant, plein d'humour, des personnages qu'on ne risque pas d'oublier de si tôt, Laurent nous offre donc un polar original et très instructif car nous en apprenons beaucoup sur le monde de l'édition et sur la criminologie ce qui est très intéressant.
De plus Laurent nous a inventé une nouvelle station balnéaire, la ville de Lazillac, qui semble vraiment être un coin de paradis et dont j'ai imaginé chaque endroit tellement les lieux et endroits y sont bien décrits.

Il est très intéressant de lire un polar où l'on connaît d'entrée de jeu le tueur mais où il reste à découvrir le comment et le pourquoi pour pouvoir appréhender le coupable. Une histoire donc qui change et ça me plait de lire un polar autrement. Et malgré tout, ce livre nous offre de belles surprises et rebondissements qui ne sont pas pour me déplaire.
Un coup de cœur donc pour ce polar et ce nouveau personnage très "attachiant", très gentleman. J'ai vraiment très envie de le lire dans de nouvelles aventures avec Samuel Moss.


1ère rencontre à la Fnac

St Maur en poche édition 2015


Biographie de l'auteur


Laurent Scalese est auteur de romans policiers et scénariste pour le cinéma et la télévision. Il a notamment créé la série à succès Cherif, diffusée sur France 2. Après La Voix des âmes (Belfond, 2015), J'ai tué pour toi est son neuvième roman.


Détails sur le produit

  • Broché: 352 pages
  • Editeur : Belfond (22 septembre 2016)


mercredi 21 septembre 2016

La poule borgne de Claude Soloy - Editions Lajouanie

4ème de couverture
L’homme est jeune et partage sa vie entre son boulot de manoeuvre et des visites coquines à l’accorte mais peu farouche Geneviève. Cette très, très jeune fille, distrait les consommateurs du bistrot de ses parents adoptifs en les laissant se glisser sous le comptoir pour se rincer l’oeil et plus si affinités… Tout irait donc pour le mieux dans le plus glauque des mondes, si l’homme - précision indispensable - borgne ne tombait amoureux de l’apprentie péripatéticienne ; si son oeil crevé par un père confit dans l’alcool ne le tourmentait plus que de raison ; si deux souteneurs venus de la capitale n’espéraient enrôler Geneviève à son corps plus ou moins défendant ; si une infirmière plus portée sur les câlins que sur les pansements n’entrait dans la danse ; si sa soeur…

Bref, dans la drôle de tête de l’homme, tout s’embrouille, tout s’enchevêtre. Et c’est sous l’oeil unique, eh oui !, de sa poule de compagnie, qu’il se laisse emporter par ses démons. Bientôt les cadavres s’accumulent.

Un curieux enquêteur s’ingénie à démêler les noeuds de ce maelström de sang, de fureur, de sexe et de désespoir…



Mon avis

Je remercie les éditions Lajouanie pour cette nouvelle lecture ! :) J'en profite pour saluer les jolies couvertures des romans qui sont toujours étroitement liées aux histoires ;)

Claude Soloy nous raconte l'histoire d'un homme nommé Macon et qui a une particularité. Il est borgne depuis sa jeunesse à cause de son père. Le borgne a une poule de compagnie qu'il a baptisé "Saloperie" et qu'il a plus ou moins domestiqué. Leur point commun ? Ils sont borgnes tous les deux ! En effet, lors de leur rencontre, il est rentré en collision avec et Saloperie a perdu son oeil dans la bataille !
Dès lors, un vrai dialogue se crée entre eux, elle sur sa petite table en guise de perchoir avec la mission de pondre son oeuf quotidiennement.

Macon a ses habitudes au bar "La Louvette" mais il y va aussi surtout pour Geneviève dont il est tombé éperdument amoureux. Geneviève qui l'appelle son "petit mari" mais qui accorde aussi ses faveurs aux autres consommateurs sous la houlette des ses parents adoptifs.
Seulement, un jour, deux gars débarquent au bar et là tout change, une vraie pagaille va s'installer.
Tous les mauvais souvenirs de sa jeunesse resurgissent, sa mère soumise et battue, les regards appuyés en direction de sa soeur et l'accident qui l'a rendu "cyclope"...

Et puis, nous avons Dumbo (a cause de ses oreilles) qui va devoir résoudre un meurtre. Mais Dumbo résout les enquêtes avec des moyens loufoques dont ses réflexions intérieures.

Ce livre fait partie des pépites des Editions Lajouanie, Claude Soloy ne fait pas dans la dentelle et nous livre un roman atypique avec un langage propre à lui-même. Un vrai dialogue de chartier, tour à tour, brusque, cru et vulgaire avec chaque personnage tirant la couverture à lui-même. Son écriture déroutante ne nous épargne rien. Claude Soloy réalise avec brio un roman innovant qui mérite d'être lu.

Un roman policier mais pas que... car on suit principalement la vie d'un borgne (il fallait oser!) dans son petit village avec son lot de "saloperies" (prostitution, règlement de compte, violence...).

Vous voulez un roman original et qui vous percute, vous choque ? Lisez la poule borgne, un roman qui vous décape de la tête aux pieds. Originalité est le maître mot pour décrire ce roman.

# By Aurélie :) 

vendredi 16 septembre 2016

Un si long chemin jusqu'à moi de Fabienne Périneau - Editions Denoël

***** Chronique de Jess ****


4ème de couverture :

Tout commence à Roissy, ce fameux jour de 2010 où le volcan islandais au nom imprononçable, le Eyjafjöll, s'est brusquement réveillé, stoppant ainsi tout le trafic aérien et provoquant un chaos intégral. C'est aussi ce jour-là que Mathieu, obstétricien de renom, et Arielle, restauratrice de tableaux, devaient s'envoler pour le Japon. Leur vol est annulé, impossible de trouver un taxi pour rentrer à Paris.
Mathieu est fou de rage, Arielle curieusement apathique : elle vit depuis des années sous la coupe de son mari qui l'a isolée de ses amis, poussée à ne plus travailler et à prendre des médicaments pour la calmer, dit-il…. D'autant plus que Daniel, son frère jumeau, son confident, est mort brutalement il y a quelques mois. Son chagrin est immense et pourtant, plus elle pleure, plus il la rejette, la malmène, l'humilie…. Dans le chaos de l'aéroport, à travers ses larmes, Arielle aperçoit Jack.
Jack est séduisant et étonnamment généreux. D'ailleurs, il leur proposer de les ramener en voiture à Paris. Hasard ou coïncidence ? En tout cas, ce sera l'amorce d'une renaissance pour Arielle. Est-ce le volcan islandais qui se réveille ce jour-là ou bien est-ce Arielle, enfin décidée à se battre et à sortir de sa torpeur existentielle et conjugale ?
Je remercie les éditions Denoël pour cette nouvelle lecture. 
Depuis 4 mois, Arielle vit dans le chagrin, depuis qu'elle a perdu sa moitié, son jumeau. Rien n'arrive à la consoler et à lui faire atténuer sa peine.
L'histoire commence à l'aéroport où Arielle et son mari son bloqués à cause du fameux volcan. Ils y rencontrent Jack, un anglais, qui propose de les raccompagner chez eux.
Dès le départ nous sentons que Jack porte un intérêt à Arielle et qu'il semble la connaître  mais ensuite l'auteure nous laisse dans le flou pour nous raconter la vie d'Arielle.
 
La vie qu'elle endure avec son mari, car sous ses airs de médecin généreux, amoureux de sa femme se cache un pervers narcissique possessif qui ne supporte pas que sa femme vive une vie normal.
J'ai ressenti beaucoup de peine pour Arielle, et beaucoup de haine contre ce mari impitoyable. L'auteur nous décrit très bien comment un homme peut arriver à soumettre une femme insidieusement sans qu'elle sans rende compte. Comment il va la cloitrer chez lui, comment il va la couper de ses amis pour qu'elle pense que la seule personne qui compte est son mari.
Avant elle avait son frère à qui se confier et qui lui disait de faire attention mais depuis qu'il est parti son mari a de plus en plus d'emprise sur elle en la gavant de somnifères.
Heureusement pour Arielle, elle va revoir Jack qui va lui apporter tout ce dont elle n'a jamais eu et qui lui rappelle son frère décédé. Il va réussir à la faire sortir de sa torpeur. Va-t-elle s'en sortir? Elle va aussi apprendre que son frère avait un jardin secret et que finalement il n'était peut-être pas ce qu'elle croyait.

Un très beau roman, très bien écrit, qui se lit vite (pour ma part en une journée dans les transports). Petit bémol j'aurai aimé une autre fin ou une fin un peu plus aboutie car je suis restée sur ma faim comme s'il manquait un chapitre ou un épilogue.


Date de sortie : Le 22 septembre 2016

mercredi 14 septembre 2016

Rural noir de Benoît Minville - Editions Gallimard

**** Chronique de Jess ****
4ème de couverture :
Adolescents, Romain, Vlad, Julie et Christophe étaient inséparables; ils arpentaient leur campagne et formaient un "gang" insouciant. Puis un été, tout bascule. Un drame, la fin de l'innocence.
Après dix ans d'absence, Romain revient dans sa Nièvre désertée, chamboulée par la crise, et découvre les différents chemins empruntés par ses amis.
Évoquant à la fois La guerre des boutons de Louis Pergaud et la tradition du "country noir" américain, oscillant entre souvenirs de jeunesse et plongée nerveuse dans la réalité contemporaine d'une "France périphérique" oubliée de tous, Rural noir est un roman à la fois violent et tendre; évoquant l'amitié, la famille, la culpabilité.
Romain, après 10 ans d'absence décide de retourner dans sa Nièvre natale et de retrouver son frère Chris.
Il retrouve donc avec affection son frère et apprend par la même occasion qu'il est en couple avec Julie, leur meilleure amie d'enfance. Il apprend aussi que son meilleur ami Vlad continue de tremper dans des magouilles avec son ennemi d'enfance Cédric. Le jour de son retour, Vlad vient d'être passé à tabac et est entre la vie et la mort. Les deux frères décident donc de retrouver qui a pu s'en prendre à l'un des leurs.
 
La vie en noire....
Tout n'est pas rose dans les campagnes et l'auteur nous dépeint un tableau assez rustre et noir des campagnes françaises. Les trafics de drogue ne sont pas l'exclusivité des grandes villes. Romain se rend compte que malheureusement rien ne change si ce n'est la montée de la violence et des trafics dû à la désertification des campagnes et du chômage.
Ce roman est l'histoire avant tout d'une profonde amitié commencé à l'adolescence. L'histoire du "gang" cette bande d'amis, de ce qu'il s'est passé le fameux été de leur 14 ans, d'une amitié à la vie à la mort. 
 
Mais si le passé venait pourrir le présent...
Les chapitres alternent passé et présent. On sent qu'il s'est passé quelque chose 15 ans auparavant, que Romain garde un secret. Que s'est-il passé? Vous ne le saurez qu'à la fin amis lecteurs.
J'aime beaucoup les romans qui alternent passé et présent, et quand en plus ce sont les histoires d'une bande d'adolescents j'apprécie encore plus.
Un livre qui se lit vite où l'on a envie de connaître le fin mot de l'histoire. Qui a pu tabasser à mort Vlad? Romain va-t-il arrêter les trafics en tout genre dans sa campagne? Et si la vérité n'était pas celle que l'on croit?
J'aurais cependant un point négatif, on a parfois du mal à savoir de quel personnage parle l'auteur, que ce soit dans les dialogues ou les descriptions des scènes et j'ai souvent dû revenir en arrière de quelques lignes pour le savoir. Sentiment un peu déroutant mais sans ça ce livre se lit tout seul.
Si vous ne connaissez pas encore Benoit Minville, je vous conseille vraiment de lire son livre, un roman noir, plein d'émotions, de rancœur, d'amitié, de culpabilité et de regrets. Et si vous croisez Benoît pendant un salon n'hésitez pas à aller le voir car sous ses airs de rockeurs méchants il est très sympa ;-)
 
St Maur en poche 2016

lundi 12 septembre 2016

Luz de Marin Ledun - Edition J'ai lu

**** Chronique de Jess ****
 
4ème de couverture :
 
"La pluie tombe en continu, sa robe déchirée est trempée, l'air est lourd malgré tout mais Luz grelotte un peu. [...] Elle pense, elle rêve, elle ne sait pas vraiment. Elle revoit son maillot de bain, pendu à un cintre dans le magasin de la rue piétonne. Le sourire de la vendeuse, le refus de sa mère, son insistance, les essayages, son envie de l'avoir, ce maillot de bain, de l'enfiler, de le porter. Et ce sentiment de liberté quand sa mère a finalement cédé." Premier dimanche des vacances d'été. Luz claque la porte de chez elle, furieuse après ces adultes qui restent à table jusqu'au milieu de l'après-midi, qui rient et qui boivent trop. Légèrement grisée par le soleil brûlant, l'adolescente gagne les rives de la Volte où se prélassent des groupes de baigneurs. Elle rencontre bientôt Thomas, un élève de troisième qu'elle connaît peu mais qui lui plaît, accompagné d'une amie. Tous trois décident de se rendre jusqu'à un point d'eau difficile d'accès, mais beaucoup moins fréquenté...
 
 
 
J'ai profité de la rencontre/discussion avec Marin Ledun à la librairie Humeur vagabonde à Paris pour compléter ma bibliothèque avec ses livres. J'ai donc vite lu Luz petit roman qui se lit d'une traite samedi soir.
 
Ce livre nous raconte l'histoire d'une journée de Luz, jeune ado de 14 ans au premier jour des grandes vacances. Comme tous les ados, Luz veut fuir ce repas de famille qui traine en longueur. Elle veut aller se baigner et étrenner son nouveau maillot de bain.
Elle veut aussi fuir les mains baladeuses du voisin et fuir son père, éméché, qui ne la défend pas.
Elle retrouve au bord de la rivière Thomas, un garçon de son collège plus âgé qu'elle et une copine de classe avec qui elle n'a jamais vraiment parlé.
Une journée ordinaire, qui au début promet d'être géniale et  qui va vite prendre un autre tournant. Car on est bien naïf quand on a 14 ans et on ne voit pas encore tous les dangers autour de nous. Et les dangers apparaissent souvent là où nous nous y attendions le moins.
La tension monte tout le long de ce roman. Nous vivons les craintes et les angoisses de Luz. Nous ressentons ce qu'elle a pu ressentir, son malaise vis-à-vis de son corps et du regards des hommes.
 
Marin a su dans ce roman décrire le harcèlement dont les jeunes ados peuvent subir. Comment dire non, comment décrire ses sentiments nouveaux, comment l'alcool peut changer le comportement des garçons tout comme la nature qui peut être magnifique et dangereuse la nuit tombée. Il nous parle aussi de l'amitié, et comment une situation dramatique peut rapprocher certaines personnes qui n'auraient sûrement pas sympathisées dans d'autres circonstances.
 
Un livre que tous les adolescents et parents d'adolescents devraient lire afin de les prévenir des dangers de l'alcool et des conséquences qui peuvent en résulter.
 
 

dimanche 11 septembre 2016

Sur l'île, une prison de Maurizio Torchio - Editions Denoel

4ème de couverture
Depuis le tréfonds d'une cellule s'élève une voix. Celle d'un homme emprisonné pour avoir enlevé la fille d'un patron local, surnommée «la Princesse du café». Le jour où il tue un gardien, il est alors condamné à perpétuité et décide de tout raconter : les relations entre gardiens et détenus, les rivalités et la solidarités entre les prisonniers eux-mêmes. Il décrit la nourriture, le sexe, le monde extérieur, l'attachement désespéré aux objets, les jours et les nuits qui se confondent – tous les détails, même les plus infimes, sont rapportés avec une minutie sans pitié. 

Sur l'île, une prison est un roman puissant et hypnotique qui plonge le lecteur dans un univers où l'espace et le temps, le bien et le mal, la lâcheté et le courage tels qu'on les connaît n'ont plus cours. À l'image d'Un prophète de Jacques Audiard, Maurizio Torchio nous livre un récit fascinant et inoubliable, dépourvu de tout jugement ou complaisance, sur la vie carcérale.




Mon avis

Je remercie les éditions Denoël pour cette lecture :)

On s'interroge tous sur la vie carcérale. Quelle est en réalité la vie en prison ? Dans quelles conditions vivent-ils ? Les reportages qu'on voit à la télévision noircissent-t-ils ou embellissent-t-ils la prison ? Avec ce récit, Maurizio Torchio nous plonge dans son univers avec toute sa noirceur sans complaisance. Il nous dévoile tous les "secrets", "habitudes", "pièges", "astuces" tant du côté des détenus que des matons.

J'ai fait la demande de ce livre car il m'a tout de suite attirée et aussi parce-que je trouve qu'il n'y a pas assez d'ouvrages parlant de la prison en elle-même.

J'ai donc commencé ma lecture, pleine d'espoir, malheureusement j'ai vite déchanté.... cependant, je n'ai pas abandonné, j'ai persisté car le style malgré qu'il soit très singulier et les chapitres courts rendent cette lecture fluide.

Une lecture en demi-teinte car le style comme je le disais est assez spécial, l'auteur passe du "je" au "nous", on ne sait pas qui parle réellement. Tour à tour, plusieurs personnages dont Toro prennent corps mais aucun marqueurs de temps ou géographiques ne sont visibles. Pourtant, j'ai fini par être attiré par l'histoire que nous raconte le personnage qui a enlevé "la princesse du café", et celui qui a une histoire avec "la professeure". 

Au final, je me suis beaucoup perdue dans cette lecture qui malgré tout était intéressante mais sans émotions... 

# By Aurélie :) 


SUR L'ILE, UNE PRISON de Maurizio TORCHIO - Traduit par Anaïs BOUTEILLE-BOKOBZA - 2016 - Editions DENOEL - 256 pages

samedi 10 septembre 2016

Une fôret obscure de Fabio M. Mitchelli - Editions La bête Noire (Robert Laffont)

**** Chronique de Jess ****
4ème de couverture :
" Je n'ai rien d'un monstre. Je suis là uniquement pour nourrir l'esprit de la forêt, en lui offrant la chair de la jeunesse. " Daniel Singleton, alias Robert Christian Hansen (1939-2014), le monstre d'Anchorage. À Montréal, Luka diffuse sur le Web les images des animaux qu'il torture, puis celles de son amant qu'il assassine à coups de pic à glace. Pour enquêter sur une telle affaire, il faut un flic borderline comme Louise Beaulieu.
En Alaska, dans la petite ville de Juneau, deux jeunes filles sont découvertes en état de choc. Pour comprendre, il faut un flic comme Carrie Callan, qui va exhumer les vieux secrets et regarder le passé en face.
Le point commun à ces deux affaires : Daniel Singleton, un tueur en série. Du fond de sa cellule, il élabore le piège qui va pousser Louise à aller plus loin, toujours plus loin... Jusqu'à la forêt de Tongass, là où le mensonge corrode tout, là où les pistes que suivent les deux enquêtrices vont se rejoindre.
Ce roman est librement inspiré du meurtre commis par Luka Rocco Magnotta en 2012, ainsi que des crimes de Robert Christian Hansen, qui a violé et assassiné 17 femmes entre 1971 et 1983.

Voici un des livres que j'attendais impatiemment pour cette rentrée littéraire, le petit nouveau de Fabio. J'avais adoré la compassion du diable et j'ai voulu confirmer par ce livre que Fabio était un auteur à suivre. Et en ce qui me concerne je continuerai à le lire avec grand plaisir et à en parler autour de moi.
Une histoire quasiment vrai...
Comme pour la compassion du diable, l'auteur s'inspire de faits divers. Je pense que l'exercice ne doit pas être très facile car reprendre la vie de quelqu'un qui a vraiment existé pour en faire une fiction ça peut être casse-gueule mais Fabio a su le faire avec brio.
Une histoire qui nous parle...
Il nous embarque donc dans le froid de l'Alaska et du Canada où nous allons suivre les aventures de deux femmes flics. Carrie en Alaska et Louise à Montréal. Le personnage de Louise est vraiment très imagé! J'avais vraiment l'impression de l'entendre parler avec son accent et ses expressions quebecoises! L'auteur a eu le talent d'imager les sons, j'avais déjà expérimenté l'odeur dans le "parfum" de Suskind et maintenant j'ai l'ouïe avec une forêt obscure, chapeau Fabio!
Un roman noir et obscure...
La plupart des personnages de ce roman ont été marqué par des drames dans la vie. La perte d'un enfant, la maladie, la disparition.Et en Alaska, il y a énormément de secrets bien gardés.
L'auteur a fait un très bon travail sur la psychologie des personnages, leur faiblesse et leur mal être et notamment sur celle des deux flics. En général, nous avons le plus souvent le stéréotype du flic borderline, alccolique et un homme et c'est donc une agréable surprise de tomber sur ses drôles de dames et de suivre leurs enquêtes respectives, les voir se rencontrer et collaborer ensemble.

Plusieurs enquête, un lien entre toutes... 
L'histoire commence par la découverte de deux jeunes femmes retrouvées complètement hagardes à Juneau. Carrie va s'occuper de retrouver les personnes qui ont kidnappé et séquestré les deux jeunes femmes. Au même moment, Luka passe au level supérieur, après avoir tué des chats,il tue et dépèçe son coup du soir. L'équipe de Louise est sur le coup pour le retrouver et l'arrêter. Et entre les deux un troisième individu Daniel Singleton, tueur en série, qui va devenir le maître du jeu. Notre flic canadienne va le rencontrer dans le cadre de son enquête. Elle va se retrouver en Alaska et de fil en aiguille rencontrer Carrie.

Ce thriller est assez différent de ce qu'on peut lire habituellement, car d'entrée de jeu nous connaissons les coupables du kidnapping. Mais nous ne connaissons pas le pourquoi et c'est ce qui est très intéressant. Chaque secret a un lien avec ce qu'il se passe à Juneau.
Les histoires et drames passées des différents protagonistes ressurgissent et nous comprendrons que tout est liés. Encore une fois tous ses secrets et drames auraient pu être casse-gueule mais les pièces du puzzle s'imbriquent parfaitement pour donner un thriller proche de la perfection. Et malgré le fait que le lecteur connaisse les coupables nous avons quand même de belles surprises et retournements de situation.

Le final nous laisse sur notre faim mais si j'ai bien compris il devrait y avoir une suite et j'en suis ravie car j'ai eu du mal à quitter les aventures de Carrie et Louise et il me tarde de les retrouver.
Un gros coup de coeur donc en ce qui me concerne.
J'ai encore la certitude que les auteurs de cette maison d'édition sont très bon et je remercie la Bête noire pour cette lecture.

Sortie le 15 octobre 2016.

mercredi 7 septembre 2016

Petits secrets, grands mensonges de Liane Moriarty - Editions Albin Michel

**** Chronique de Jess ****

Jane, mère célibataire, vient déménager à Sydney avec son petit garçon et un secret qui est le sien depuis cinq ans. Le jour de la rentrée scolaire, elle rencontre Madeline, un personnage haut en couleur avec lequel il faut compter – elle se souvient de tout et ne pardonne jamais – et Céleste, une femme à la beauté époustouflante mais qui, paradoxalement, est toujours mal à l'aise. Elles prennent toutes deux Jane sous leur aile, en faisant attention de dissimuler leurs propres secrets. Cependant, quand un simple incident impliquant les enfants de chacune des trois femmes survient à l'école, les choses s'enveniment : les commérages vont bon train, les rumeurs empoisonnées se propagent jusqu'au point où il est impossible de démêler le vrai du faux.
 
 
 
 
J'avais adoré le "Secret du mari" et c'est avec plaisir que je me suis lancée dans le nouveau roman de Liane Moriarty.
 
Comme dans "Le secret du mari", l'auteur nous dépeint la vie de plusieurs femmes et mères de famille. Une histoire à la "desperate housewives" pleine de faux-semblant, de rumeurs et de coups bas. J'ai été totalement emporté par ce livre et je suis partie vivre en Australie le temps de ma lecture en témoin impuissant face au déroulement de l'histoire.
Nous avons l'histoire de trois femmes totalement différentes : Madeline, toujours bien pomponnée, amie et épouse fidèle, qui ne supporte pas l'injustice; Jane, jeune mère célibataire de 24 ans qui vient d'emménager en ville avec son fils Ziggy; et Céleste, femme riche et magnifique, meilleure amie de Madeline mais qui cache un profond mal-être.
Jane et Madeline vont se rencontrer par hasard, quand Jane porte secours à Madeline. Cette dernière va ensuite lui présenter Céleste et les trois femmes vont devenir inséparables. Et puis il y a les autres mères, le gang des serre-têtes et les mamans carriéristes.
 
Le début est un peu long à se mettre en place, et je conseille de lire plusieurs chapitres afin de vous mettre tous les personnages dans la tête et de vous plonger dans l'histoire.
Nous savons d'entrée de jeu qu'il s'est passé un drame au cours d'une soirée quizz à l'école des enfants et qu'une enquête est en cours. Mais l'auteur nous laisse dans un flou artistique pendant toute notre lecture, nous forçant à tourner les pages vite pour enfin connaître le fin mot de l'histoire. Nous savons donc qu'il y a eu un meurtre mais nous ne connaissons pas l'identité de la personne décédée et ce qui a pu se passer.
L'auteur nous renvoie 6 mois avant le drame et nous comprenons à la fin l'importance de ce retour en arrière.
La fin m'a étonnée au point où j'ai lâché un "p****n" dans le train, les personnes à côté de moi ont dû me prendre pour une folle! J'avais pourtant imaginé mon propre scénario dans ma tête voir même plusieurs car j'avais des doutes mais jamais je n'aurais imaginé une fin pareille.
Quand je vois que ce livre va être adapté en série TV j'ai qu'une hâte de voir le résultat et de replonger dans cette histoire.

Liane Moriarty est une valeur sure pour moi, j'en ai eu la confirmation avec son deuxième roman qui est tout aussi bien que le précédent si ce n'est mieux! Une lecture très agréable, avec des personnages auxquels on s'attachent  et dont on n'a pas envie de quitter.
Si comme moi vous aimez la série desperate housewives ou si vous aimez les histoires de secret et de rumeurs ce livre est fait pour vous!

Merci encore aux Editions Albin Michel pour cette lecture.
 
 

Détails sur le produit

  • Broché: 500 pages
  • Editeur : ALBIN MICHEL
  • Collection : LITT.GENERALE
  • Langue : Français

lundi 5 septembre 2016

Lynwood Miller de Sandrine Roy - Editions Lajouanie

4ème de couverture
Elle est jeune, belle et capable de déplacer des objets à distance et de guérir par l’impositions des mains.
On cherche à la tuer.

Il est beau, américain et coule une retraite paisible et prématurée dans les montagnes françaises. Lynwood Miller est un ancien des forces spéciales. Il veut la sauver.

Ils se sont rencontrés dans des circonstances peu communes : deux malfrats avaient kidnappé la belle et projetaient de l’exécuter. Pas de chance, ils opéraient à deux pas de la bergerie de l’ancien soldat…

Gravitent autour de ce duo, deux psychiatres allemands au passé chargé ; un jeune hacker un brin introverti partageant son temps entre balades en montagne et curieuses missions à travers le monde ; une brigade de policiers d’outre-Rhin ; un commissaire français débonnaire et un sacré nombre de gens bien décidés à faire disparaître définitivement l’héroïne.

De l’action, de l’amour, du suspense, des rebondissements… tous les ingrédients, en somme, d’un roman que ne renierait pas Marc Lévy.


Mon avis

Je remercie les éditions Lajouanie pour la découverte du premier roman de Sandrine Roy.

Lynwood Miller d'origine américaine est un ancien membre des forces spéciales qui aspire à la tranquilité dans les montagnes où il vient d'emménager. Mais c'est sans compter sur son voisin, Simon, hacker plein de fougue qui va se lier d'amitié avec.
Un soir, Lynwood est témoin de l'agression d'Elie et sans hésitation, il se porte à son secours. 
Il va être attirée par Elie dès les premiers instants. Qu'a-t-elle de si spécial qui hypnotise notre Américain ? Pourquoi tient-on absolument à la supprimer ? Accompagné de son ami Simon, ils vont tenter de retrouver les commanditaires de cet acharnement.

Je m'arrêterais là car je ne veux pas spoiler l'histoire car elle vaut vraiment le détour :) Je vous laisse donc vous procurer son livre sans tarder et vous en conviendrez vous aussi que c'est une très belle découverte !

Commençons par le début, il faut avouer que la couverture est très belle, elle nous attire irrémédiablement et en lisant, on se rend compte qu'elle représente une scène du livre. 

Personnellement, j'ai adoré la plume de Sandrine Roy, une très belle plume qui nous enveloppe, nous happe pour ne plus nous laisser de répit. Tour à tour, délicate, sensible mais aussi violente. Un livre qui se lit d'une traite tellement l'écriture est fluide.
Un suspens mesuré qui ne cesse de monter crescendo et qui contribue à un style addictif !
Les descriptions des personnages tant physiquement que psychologiquement sont très bien décrites et nous immergent d'autant plus dans l'histoire. Les personnages sont tellement attachants qu'on n'a pas envie de les quitter. La qualité de l'écriture les rend réels, ils prennent littéralement vie sous nos yeux. 

Lynwood Miller est un roman policier mais pas que... en effet, j'ai vraiment apprécié la romance en arrière plan de l'histoire qui ne m'a pas laissé de marbre. De belles émotions en perspective. Mais Sandrine Roy ne s'arrête pas là, elle y associe une touche de surnaturel pas déplaisante ;)

En bref, les éditions Lajouanie ont déniché une auteure qui nous promets de belles aventures, je n'ai qu'une hâte c'est de retrouver ces personnages si attachants. Le rendez-vous est pris, à très bientôt Sandrine Roy :)

# By Aurélie :) 
**** Chronique de Jess ****
Alors que vous dire de plus que ma copine Aurélie pour vous donner envie l'envie de lire ce livre?
Je vais tout d'abord vous parler des personnages car ils sont tellement bien travaillés qu'ils m'ont semblé réels et je vais avoir beaucoup de mal à me passer d'eux. J'attends donc la suite de leurs aventures avec impatience.
Vous allez rire mais la dernière fois que j'ai ressenti des sentiments aussi fort pour un personnage de livre c'était pour Edward dans Twilight (on ne se moque pas svp chacun ses défauts et j'assume pleinement celui là). Donc pour moi c'est un compliment ++++
Je suis donc tombée sous le charme de Lynwood Miller, ancien GI, riche, beau, possessif et qui vole au secours des demoiselles en détresse. Dans cette histoire il vole au secours d'Eli, jeune femme de 27 ans au physique de femme-enfant. Lui qui pensait avoir un cœur de pierre va tout de suite tomber sous son charme.
Il y a aussi Simon, le voisin, geek, fumeur d'herbe qu'il fait pousser lui-même, vivant toujours chez sa mère, et qui va vite devenir ami avec Lynwood. On a tous envie d'avoir un pote comme Simon. Et j'ai adoré la petite anecdote sur le nom de son chien Maurice, petit clin d'œil à une pub qui m'avait fait beaucoup rire!
Et puis il y a l'histoire, qui sans le côté surnaturel aurait été quelque peu banale. L'histoire d'une jeune femme qui se fait enlever et violer. Heureusement Lynwood passait par là et la sauve in extremis. J'ai eu quelques belles surprises pour l'intrigue mais ce n'est pas ce qui a fait que j'ai adoré ce livre.
J'ai aimé le duo Simon/Lynwood, j'ai aimé le déroulement de l'enquête, j'ai aimé la relation Eli/Lynwood, j'ai aimé la description des sentiments, j'ai aimé le petit côté surnaturel qui change des polars habituels (si vous souhaitez lire d'autres livres mélangeant polar et surnaturel je vous conseille les livres de Sire Cédric et les vestiges de l'aube de David Khara), j'ai aimé être embarqué à travers la France et l'Allemagne, j'ai aimé être totalement au cœur de l'action et ne pas m'ennuyer une seule seconde, j'ai aimé le petit côté Jason Statham de Lynwood.
En bref, j'ai adoré ce livre, un coup de cœur donc en ce qui me concerne et j'ai hâte de retrouver Lynwood,Simon et Eli dans de nouvelles aventures! Donc Sandrine s'il te plaît vite vite la suite!!! Et de savoir que ce livre est le premier livre de Sandrine je tiens à lui dire un grand bravo et je lui souhaite tout le succès qu'elle mérite car ce premier roman est une totale réussite.
Et encore une fois les éditions Lajouanie nous offre de belles lectures et je les remercie de nous avoir offert ce livre.


vendredi 2 septembre 2016

Ne sautez pas de Frédéric Ernotte - Editions Lajouanie

**** Chronique de Jess ****
4ème de couverture :
Est-ce forcément mal de ne pas faire le bien ? Assis sur le toit d'un des plus hauts gratte-ciel de Bruxelles, Mathias est songeur. Les jambes du laveur de vitres balancent dans le vide à plus de cent mètres du sol. Alors qu'il réfléchit au travail d'intérêt général que la justice lui a imposé (vendre en porte à porte des gadgets pour une association humanitaire), un homme paniqué surgit derrière lui. Mathias ne le sait pas encore, mais la minute qui va suivre va radicalement changer sa vie. Un engrenage impitoyable vient de s'enclencher...


Merci aux éditions Lajouanie de m'avoir fait découvrir ce livre et la très belle plume de Frédéric Ernotte.
Voici un livre dont on entend beaucoup parlé en ce moment sur les réseaux sociaux. Le titre nous ordonne de ne pas sauter et pourtant j'ai sauté dans ma lecture à pied joint et je ne l'ai plus lâché.

Voici l'histoire de Mathias qui vit une vie tranquille avec sa copine Elsa. Il est laveur de vitre et subit des travaux d'intérêt général suite à des excès de vitesse en vendant des objets pour une ONG.
Un jour pendant sa pause en haut du plus haut building de Bruxelles, un homme pense qu'il veut se suicider et lui propose de l'argent. Mathias va alors avoir une idée venue de nulle part et qui va changer sa vie.

Ne vous attendez pas à un polar et à du suspens car comme l'éditeur le précise si bien "roman pas policier mais presque...".
C'est un livre qui change, qui nous fait voir la vie différemment, du point de vue de Mathias, jeune homme plein d'états d'âme et de questionnement. Un personnage super attachant qu'on aimerait connaître et être l'ami.

C'est un livre qui nous explique comment nous pouvons commettre des délits sans se sentir coupable car nous le faisons pour améliorer le quotidien et le bien-être des plus démunis.
Un roman plein de bon sens et d'humour qui parle de problèmes actuels.

Les éditions Lajouanie confirme la qualité des auteurs qu'elles publient. Encore un super roman que j'ai adoré et que je vous conseille grandement.

Quant à Fédéric Ernotte c'est un auteur que je vais suivre de près car son écriture est très belle. J'ai lu de magnifiques phrases dans ce livre que je regrette de n'avoir pas relevé d'ailleurs.

A vos librairies !

Détails sur le produit
  • Relié: 291 pages
  • Editeur : Editions Lajouanie (26 août 2016)
  • Collection : Roman policier, mais pas que...
  • Langue : Français

L'Avis d'Aurélie :

Mathias est un jeune homme qui a une profession peu commune, il est laveur de vitres. Il passe la plupart de son temps sur une nacelle à nettoyer des buildings de vitres.

Tout démarre avec son jugement pour excès de vitesse où il propose de vendre en porte-à-porte des figurines pour une ONG. Tout bascule à sa pause-déjeuner, les jambes dans le vide, sur la terrasse de l'immeuble d'une grosse société. Un homme lui propose de l'argent pour le supplier de ne pas sauter de ce toit... Mathias va alors agir et changer sa vie à jamais...

J'ai beaucoup aimé suivre les péripéties de Mathias qui essaye d'apporter de l'aide aux associations humanitaires. Est-ce qu'une personne seule peut agir pour une association ? Comment se rendre compte si cela va vraiment aider ces personnes ? A-t-on le droit de démunir des personnes pour en donner à d'autres ? Désormais Mathias s'en soucie et a le besoin irrépressible de faire le bien autour de lui et de soutenir les associations humanitaires. Néanmoins, il ne peut pas le faire seul, alors il élabore des plans aussi fou les uns que les autres... Une jolie leçon de vie, une vraie morale donnée par Mathias, un personnage plein de questionnements qui nous fait passer par tout un panel d'émotions.

Frédéric Ernotte se distingue de part son écrit pas commun. Son écriture est remarquable. J'ai noté de jolis phrasés tels que :
"On n'a jamais le temps. Il faut le prendre et le dompter pour en faire un prisonnier docile" 
"L'horizon est bien plus lointain lorsqu'on ne pointe pas son nez en direction de ses chaussures" 
"Je sais maintenant que la meilleure manière de tourner une page est de ne pas la lire à tout le monde" 
"Entraîner quelqu'un dans sa chute ne la rend pas moins douloureuse"
Un roman pas policier mais presque... et qui mérite le détour ! Les éditions Lajouanie innovent encore et toujours. Une maison d'édition qui ose à ses risques périls et qui n'a pas hésité à sauter dans le roman de Frédéric Ernotte !

# By Aurélie :)