samedi 30 décembre 2017

Nu couché sur fond vert de Jacques Bablon - Editions Jigal Polar

4ème de couverture
Margot et Romain. Deux flics d’une même brigade. Ont en commun l’habitude de sortir du cadre autorisé pour régler à leur manière les affaires criminelles qui leur tiennent à cœur. Margot veut retrouver l’assassin du père de Romain, tué par balle, il y a vingt-cinq ans. Une famille au destin tragique… Romain ne lui a rien demandé. Mais Margot ne supporte pas que des tueurs cavalent librement dans la nature. Romain, lui, traque les auteurs du carambolage meurtrier qui a coûté la vie à l’inspecteur Ivo, son coéquipier. Leurs armes ? Acharnement et patience sans bornes pour Margot… Beretta et fusil à lunette pour Romain ! Une plongée dévastatrice où le hasard n’a pas sa place…


Mon avis
Je remercie les éditions Jigal pour cette lecture noire.

Lorsque j’ai appris que Jacques Bablon sortait un nouveau livre, il était pour moi hors de question de le louper. En effet, j’ai fait la connaissance de Jacques avec « Rouge écarlate » : ma chronique ici :) Il m’avait terriblement chamboulé avec son style plus qu’atypique qui nous piquait et moi pauvre lectrice j’en redemandais. Je voulais donc voir si cet opus serait aussi méconnaissable que le premier.

« Nu couché sur fond vert » est d’un tout autre style mais je vous rassure toujours aussi noir. Je m’explique, le phrasé n’est plus du tout en français vulgaire mais plus réfléchi comme si l’auteur avait voulu montrer une nouvelle facette de lui et pour tout vous dire, j’adhère à 100% ! Un vrai auteur doit savoir se diversifier en nous emmenant là où on ne l’attend pas. Pour ma part, c’est une belle réussite car je l'ai dévoré d'une traite en deux soirées !

L’histoire en elle-même est simple, celle-ci est axée sur deux personnages : Romain et Margot, tous les deux sont de la police. Quand Romain raconte a Margot que son père a été tué quand il avait 6 ans, son sang ne fait qu’un tour surtout que le coupable n’a jamais été arrêté. Afin d’oublier sa vie sentimentale catastrophique et les problèmes de ses filles, elle se lance dans cette enquête à corps perdu alors que Romain ne lui a rien demandé. En effet, il est bien plus préoccupé par de sombres pensées. Quelques temps auparavant, son collègue et lui sont tombés dans un guet-apens où il en sort le seul survivant. Depuis il travaille dur sur sa vengeance. Mais le passé ne finit-il pas par nous rattraper ?

Comme je vous le disais cet opus est vraiment sombre. Il allie deux enquêtes en même temps sans lien. La justice du travail bien fait pour l’un et la vengeance pour l’autre. Les chapitres sont courts et denses en informations. Aucun temps mort. L’auteur va toujours droit au but. Toutes les informations sont à prendre en compte car tout resurgit forcément à un moment donné même si l’on ne sait pas quand. Des scènes « coups de poings » sont présentes au bon moment pour nous mettre la pression. J’ai adoré suivre ces deux histoires en parallèle avec une alternance de chapitres, mélangeant pour Romain son enfance et de nos jours avec sa vengeance. Quant à Margot, elle enquête sur le passé de Romain afin d’oublier ses problèmes familiaux. Les personnages ne sont pas épargnés par l’auteur, chacun traîne son lot de casseroles. 

Monsieur Bablon je vous donne rendez-vous au prochain manuscrit mais quelle sera votre couleur  ? ;) 

 By Aurélie :)

vendredi 29 décembre 2017

Am stram gram de M.J Arlidge - Editions 10/18

**** Chronique de Jess ****

Deux jeunes gens sont enlevés et séquestrés au fond d'une piscine vide dont il est impossible de s'échapper. À côté d'eux, un pistolet chargé d'une unique balle et un téléphone portable avec suffisamment de batterie pour délivrer un terrible message: "Vous devez tuer pour vivre." Les jours passent, la faim et la soif s'intensifient, l'angoisse monte. Jusqu'à l'issue fatale.

Les enlèvements se répètent. Ce sont les crimes les plus pervers auxquels le commandant Helen Grace ait été confrontée. Si elle n'avait pas parlé avec les survivants traumatisés, elle ne pourrait pas y croire.

Helen connaît les côtés sombres de la nature humaine, y compris la sienne; pourtant, cette affaire et ces victimes apparemment sans lien entre elles la laissent perplexe.

Rien ne sera plus terrifiant que la vérité.


Encore un livre que j'avais depuis longtemps dans ma PAL et que j'ai tardé à sortir. Encore un roman dont j'ai entendu beaucoup de bien. Je me suis enfin décidé ce mois-ci à le sortir et le lire. Et je n'ai qu'un seul regret c'est de ne pas l'avoir lu plus tôt. Mais je suis ravie car il me reste d'autres livres de l'auteur et j'ai hâte de lire les autres pour voir s'ils sont aussi bons que celui-ci.

Helen Grace est commandant de police à Southampton. Elle mène une carrière exemplaire et est un commandant respecté par ses pairs. Mais tout n'est que façade. Elle cache une autre face un peu plus sombre que ce qu'elle laisse paraître.
Elle est appelée sur une scène de crime un peu particulière. Un homme a été tué par balle par sa fiancée et est retrouvé dans une piscine désaffectée. Amy, la fiancée, livre une drôle d'histoire à la police. Elle prétend qu'une femme les aurait kidnappé et tenu séquestré dans une piscine désaffectée. Ils se seraient réveillés seuls avec entre eux un revolver et un téléphone avec dedans un message "celui qui veut vivre devra tuer la personne avec qui elle est séquestrée".
Helen ne croit pas une seconde à cette histoire rocambolesque. Mais d'autres personnes vont être à nouveau kidnappé.
Au fur et à mesure, Helen se rend compte qu'elle connaît certaines victimes. Qui est la kidnappeuse? Quel est le lien avec Helen?
Une course contre la montre va commencer. Entre certains chapitres nous avons le récit d'une gamine qui nous raconte le calvaire qu'elle vit chez elle. On se doute que c'est soit Helen soit la tueuse mais je n'ai pas compris le lien.

Ce livre est un vrai page turner. Helen est un personnage fort et fragile à la fois. On sent qu'elle cache quelque chose de grave. On a envie de connaître le dénouement de l'histoire et de comprendre le pourquoi.
Les scènes de séquestration sont horriblement bien décrites. Elles nous font vivre l'enfer des couples séquestrés. Nous ressentons la soif, la faim, le début de la folie face à un dilemme impossible. Comment peut-on sortir indemne d'un cauchemar pareil?
L'auteur ne fait pas de cadeaux à ses personnages. Un conseil ne vous attachez à personne dans ce livre si vous ne voulez pas avoir de peine.
Un thriller excellent tant par son histoire que par son originalité. J'avais un peu peur de lire un remake du film Saw mais finalement pas du tout.


St Maur en Poche 2017

jeudi 28 décembre 2017

Le Gîte de la vallée perdue de Guy Charmasson - Editions De Borée

4ème de couverture
Alors que Georges, qui l’avait recueilli à la mort de ses parents, vient de s’éteindre, Alexandre est convoqué chez le notaire. Il est l’héritier du domaine, une ruine, il faut bien l’avouer, qu’il devra partager avec Annie, son amour d’adolescent, la fille du défunt. Ils ne se sont plus revus depuis que Georges l’a chassé, voici trente ans, après avoir découvert leur liaison. Les retrouvailles remuent le passé tout autant que le présent : tous les deux sont arrivés à un moment charnière de leur existence. Pourquoi ne pas tenter une nouvelle aventure en transformant le vieux mas en un gîte moderne et respectueux de la nature ?


Mon avis
Je remercie les éditions De Borée pour cette belle lecture.

Il y a 30 ans de cela, Annie et Alexandre étaient fou amoureux. Ils vivaient leur premier amour en secret en se cachant de Georges (le père d'Annie). Lorsque Georges les a surpris, il s'est mis dans une colère terrible et a chassé Alex de son domicile. Aujourd'hui, Georges n'est plus de ce monde mais ses dernières volontés doivent être exposées aux différents héritiers : Annie, Alexandre et les fantômes (un couple avec des malformations). Le domaine est donc partagé en trois personnes, ce qui veut dire que personne ne peut vendre si l'un d'entre eux s'y oppose. Quand Annie et Alex se retrouvent chez le notaire, c'est le chamboulement... Ils se plaisent toujours autant. Chacun a fait des choix par défaut, Alex s'est marié avec Danielle quand il a su qu'elle était enceinte et quand Annie a eu vent de cette nouvelle, elle s'est laissée courtiser par Jean-Claude. 

Du jour au lendemain, Alex se retrouve licencié économiquement. Il quitte sa femme et part vivre au domaine même si celui-ci est quasiment en ruine. Alex va prendre le taureau par les cornes et décider de refaire vivre le domaine sous forme de gîte. Annie le rejoindra-t-elle ? Est-ce que tout est écrit d'avance ? Alex réussira-t-il son projet ? Un projet semé d'embûches, aboutira-t-il ?

"Le gîte de la vallée perdue" est une très belle lecture que j'ai lu en très peu de temps. J'ai été littéralement subjuguée par cette histoire et leurs personnages. Des personnages émouvants avec plein de sentiments. Nous avons Annie et Alex qui sont très attachants et qui sont en  totale symbiose. Mais j'ai également été "charmée" par les fantômes : Roberte et Marius. Ils sont tellement attachants, gentils et serviables et pourtant leurs vies n'a pas été simple loin de là. Ils ont  tous les deux été abandonné et ont des malformations terribles qui les ont fait fuir la population pour se retrouver sur une terre éloignée.

L'auteur a excellé dans cet opus qui est traversé par des beaux sentiments forts. L'amour et l'entraide sont omniprésents. Le style de l'auteur est limpide, clair. Il nous raconte son histoire très simplement avec une finesse incroyable. Chaque mot est minutieusement réfléchi et mis à sa place. Il n'y a aucune fausse note dans cette partition. Ce roman est très beau et surtout habité par ses personnages à qui il donne vie à travers les passages écrits en italique où chacun nous dévoile ses pensées pour nous faire rentrer dans son intimité.

Je suis triste d'être arrivé à la fin de ce livre et de dire au revoir à des personnages que j'ai compris, aimé et soutenu tout au long de ma lecture. Toutefois, ceci n'est pas un au revoir car je viens de me rendre compte que j'ai un second ouvrage de cet auteur, il me tarde de le lire pour confirmer mon coup de foudre pour l'écriture et les histoires de cet auteur.

Un ouvrage où vous passerez un bon moment et que je ne peux que vous conseiller ! :) 

 By Aurélie :)

mercredi 27 décembre 2017

Fantazmë de Niko Tackian - Editions Calmann Levy

**** Chronique de Jess ****

Une nouvelle enquête du commandant Tomar Khan.
Comment être un bon flic quand les victimes sont aussi des bourreaux ?

Janvier 2017. Dans une cave du 18e arrondissement de Paris, un homme est retrouvé, battu à mort. Sur place, beaucoup d’'empreintes et un ADN ne correspondant à rien dans les fichiers de police. Le commandant Tomar Khan pense à un règlement de compte. Le genre d’'enquête qui restera en suspens des années, se dit-il.
Mais voilà, l’'ADN relevé sur les lieux a déjà été découvert sur le corps d’'un dealer albanais, battu à mort dans une cave lui aussi. Et bientôt la rumeur court dans les quartiers chauds de Paris, celle d'’un tueur insaisissable, un Fantazmë, le « spectre » en albanais.
Tomar et son équipe se lancent dans l'enquête et seront très vite troublés par le parcours des victimes, qui de leur vivant cultivaient carrément le sordide. Pourtant Tomar s’'accroche à son devoir de flic, d'’autant plus que son avenir lui semble menacé : un lieutenant teigneux de l’'IGPN, la police des polices, a convoqué son adjointe, Rhonda, pour l'’interroger sur un couteau, une pièce à conviction dans une affaire de meurtre mystérieusement disparue des Archives.


Après l'excellent Toxique (ma chronique ici) j'avais enchainé avec La nuit n'est jamais complète (mon avis ici) et je peux vous dire que Niko est une belle découverte livresque 2017. Il me tardait de retrouver son enquêteur Tomar Khan.
Fantazmë est donc la suite de Toxique mais je pense qu'on n'est pas obligé d'avoir lu Toxique pour lire cette nouvelle enquête car Niko fait suffisamment de rappel de l'histoire personnelle de Tomar pour qu'on comprenne son histoire. Mais franchement je vous conseille de lire Toxique qui est vraiment excellent. Surtout dans ces sujets divers qui sont le harcèlement, la perversion et la vengeance.

Encore une fois la vengeance est au cœur de cette nouvelle enquête. Des hommes sont retrouvés battus à  mort dans des caves. Le tueur semble impitoyable et non armé. Il tue avec ses poings. Pour Tomar et son équipe il ne fait aucun doute que l'affaire va s'enliser et que le coupable ne sera jamais retrouvé. Car tout tourne autour de la mafia albanaise, de drogue et de traite de femmes. A priori, les victimes ne vont manquer à personne ! Et rapidement l'équipe de Khan conclut à un justicier masqué.
Le chef albanais Yuri n'est pas un enfant de cœur et se sert des migrants pour avoir de la chair fraîche. Et toutes personnes qui entravent sa route se retrouvent torturées avant d'être coupées en morceaux ou détruit à l'acide.


D'un autre côté, un inspecteur de l'IGPN enquête sur la fameuse affaire où un couteau a disparu des pièces à conviction. L'affaire Müller dans laquelle Tomar a fait justice lui-même. Rhonda va vite être interrogé dans cette affaire mais elle fera tout pour protéger celui qu'elle aime. L'inspecteur est pourtant sûr que Tomar est coupable et va tout faire pour le faire plonger. 


Tomar quant à lui se bat toujours avec ses démons intérieurs et ses cauchemars deviennent très vite réalité. Il se met à avoir des hallucinations en pleine journée. Le nouveau mari de son ex-femme qui est aussi son psy va lui conseiller de vite consulter un neurologue.

J'ai trouvé ce nouveau livre un peu plus axé sur la vie personnelle de Tomar et sur ce qu'il subit depuis son enfance. En ce qui concerne l'enquête tout n'est pas rose et certaines scènes sont assez macabres. Les descriptions sont très visuelles, on en attendait pas moins de Niko qui bosse pour la TV. L'enquête est dans l'air du temps : des migrants, la mafia des pays de l'Est, l'horreur pour les filles kidnappées et retenues contre leur gré.
J'ai carrément dévoré ce polar en 2 jours et maintenant il me tarde de lire d'autres enquêtes de l'inspecteur Tomar.



St Maur en poche 2017 avec Niko et René Manzor

jeudi 21 décembre 2017

Le pacte de Didier Fohr - Editions Lajouanie

**** Chronique de Jess ****

Plusieurs dames d'âge mur sont retrouvées assassinées dans une petite ville proche de Colmar. Un jeune enquêteur désabusé, empêtré dans ses dépits amoureux, prend la direction de l'enquête. Il s'aperçoit rapidement que les victimes étaient venues visiter, cinquante ans auparavant le musée d'Unterlinden et l'incroyable Retable d'Issenheim, le fameux tableau guérisseur de Mathias Grünenwald. Cette enquête improbable embarque le policier dans une course vertigineuse contre le temps. Avec sa séduisante co-équipière il va croiser la route d'étranges mamies-hackers et d'un curieux conférencier et se retrouver face à une malédiction new-âge et à de funestes prophéties. Le « mal des ardents » n'a probablement pas fini de faire des victimes.
J'aime commencer un nouveau roman des Editions Lajouanie car en général ce sont de belles surprises. Encore une fois je ne suis pas déçue de cette lecture et ravie de connaître un nouvel auteur.
Dans ce polar, me voilà partie pour Belfort à la rencontre d'Antoine Chamas, un enquêteur assez atypique je dois le dire. Il ne s'est pas remis de son divorce d'avec sa femme et a du mal à refaire surface et à rencontrer de nouvelles personnes. Pourtant ce n'est pas les femmes qui manquent dans son entourage. Entre sa voisine, sa collègue, la sœur d'un ami d'enfance et une autre nana rencontrer en soirée, on peut dire qu'il va enchaîner les coups de cœur et les coups tout court. C'est qu'il est un peu cœur d'artichaud notre enquêteur.
Il va devoir enquêter sur le meurtre de plusieurs personnes âgées. L'enquête va s'enliser au possible et les morts vont s'accumuler. Le pauvre Antoine va essayer de trouver qui peut être l'auteur de tous ces meurtres. Les suspects vont être très nombreux dans cette enquête. Et si tous ces meurtres étaient le résultat d'une vengeance?
J'ai été complètement happée par cette histoire et cette enquête. Ne cherchez pas à essayer de trouver le coupable c'est impossible à deviner. L'auteur nous offre des rebondissements en veux-tu en voilà. Et au final nous ne saurons pas vraiment la vérité pour le plus grand malheur d'Antoine. Il y aura quand même une hypothèse concrète mais l'auteur de ces crimes a commis les meurtres parfaits.
Tout ce que je peux dire c'est que le ou les coupables sont très ingénieux et très machiavéliques et ont tout fait pour embrouiller la police et par conséquent nous pauvre lecteur. Par contre j'espère que ce livre ne va pas tomber entre de mauvaises mains car ça pourrait être une hécatombe!!!  
La force de ce roman n'est pas forcément l'enquête qui est pourtant très prenante mais son personnage principal. J'ai énormément aimé le personnage d'Antoine. C'est un personnage qui est vraiment très bien travaillé. On a envie de le connaître. D'ailleurs j'ai eu un peu l'impression qu'il était réel. J'ai eu de la tristesse pour lui pendant les coups durs et ses coups de mou. J'ai été désarmée quand un drame le touche personnellement.
Encore une fois les Editions Lajouanie nous offre une petite pépite comme je les aime. Une histoire atypique que l'on a pas l'habitude de lire. J'ai beaucoup aimé ce livre et je suis même déçue de l'avoir fini si rapidement ;-)

mardi 19 décembre 2017

Les événements aléatoires de Véronique d'Anthonay - Editions Rebelle

4ème de couverture
John Wallace va vivre le pire drame que l’on puisse imaginer : perdre sa femme et ses deux fils dans un accident de voiture. Il va tenter de survivre, mais ses efforts seront voués à l’échec. Il va alors transformer progressivement la réalité pour qu’elle corresponde à nouveau à ses désirs. Mais peut-on jouer ainsi avec le destin ?


 Mon avis
Je remercie Véronique d'Anthonay pour l'envoi de son livre ainsi que sa confiance.

"Les événements aléatoires" est le premier roman de Véronique d'Anthonay. De prime abord, la couverture et le titre du livre ne m'ont pas spécialement attirés. Et pourtant, vous passeriez à côté d'un très bon roman ! Ce livre, cette histoire imaginée par Véronique vous prend littéralement aux tripes. J'ai commencé ma lecture sans trop savoir à quoi m'attendre si ce n'est que c'était un thriller. Un thriller proposé par son auteur, c'est toujours délicat quand on doit faire un retour, mais là je le fais avec plaisir !!! 

John Wallace est chirurgien esthétique de grande renommée, beau, riche, marié et trois enfants. En bref, il a tout pour être heureux. Lorsqu'il apprend que sa femme et ses deux fils sont décédés lors d'un accident de voiture, il n'est plus que l'ombre de lui-même. Il lui reste uniquement sa petite dernière de 3 ans, Juliette. Comment redonner le goût de vivre à ce père de famille lorsqu'on a tout perdu ? Dans le but de "guérir" John se remarie avec Sonia qui était l'auxiliaire d'aide pour la petite Juliette. Mais jusqu'où peut-on aller par amour ? Petit à petit, nous voyons John sombrer dans la folie, esquisser des plans diaboliques,... on n'ose pas imaginer la suite et pourtant... La folie peut-elle être stoppée ? Nos actes mêmes s'ils sont désespérés peuvent-ils être non puni ? Au final, qu'est ce le plus important, l'amour qu'on porte aux autres, ou l'amour qu'on a de soi ?

J'ai tout de suite été embarquée dans cette histoire très oppressante ! On comprend relativement assez vite le plan machiavélique que John veut mettre en place. On se dit que non ce n'est pas possible ! On se dit que certains personnages sont bien naïfs de ne pas voir ce qui se trame ! Plus d'une fois, j'ai eu envie de prendre Sonia, et de la secouer comme un prunier pour qu'elle se réveille. Au final, John donne littéralement vie à son plan d'une perversité sans nom. Et là, je me dis, mais d'où pouvez-vous sortir une histoire pareille Véronique ?? John est si torturé qu'il ne voit pas le mal et entraîne tout le monde dans sa folie...

Le style de l'auteure est prenant, hypnotisant et impose un rythme soutenu. Véronique tisse sa toile tout autour de vous comme une araignée pour mieux vous engluer après. L'atmosphère est tendue et ne tient qu'à un fil : le plan de John (que je ne vous dévoilerais pas). Les personnages sont très bien travaillés, surtout John et Sonia. Les pensées de John sont omniprésentes et nous permettent de comprendre l'envergure de sa folie. On se dit qu'il finira par s'arrêter et bien non, il ira toujours plus loin afin d'assouvir ses propres désirs. Pour être honnête, j'ai détesté John du plus profond de mon être. John m'était complètement antipathique et ne parlons pas de son plan ignoble. Quant à Sonia, elle s'est démenée pour sortir John de sa torpeur au péril de sa vie sans s'en rendre compte. 

Nous avons également deux agents de police qui entreront en scène, une sorte de caricature de la police qui risque gros en faisant route vers une fausse piste au début de l'enquête. Ils emploieront des techniques dont une que je n'avais encore jamais lu dans un livre !

Petit bémol, malgré quelques invraisemblances qui me semblent tirés par les cheveux, j'ai adoré cette histoire. Ce roman porte bien son nom car nos vies sont construites sur une succession d'événements aléatoires, car tout ne se passe pas forcément comme on l'aurait souhaité :)

Pour vous donner une idée, ce roman est de la même veine que ceux de Barbara Abel, la reine du roman psychologique ! Alors n'hésitez plus, et donnez votre chance aux nouveaux auteurs !

 By Aurélie :)

vendredi 15 décembre 2017

Le bus de Madeleine Robitaille - Mic Mac Editions

**** Chronique de Jess ****
Quoi de plus banal qu'un court voyage en bus ? D'autant plus que ce trajet de quelques heures s'effectue sur une route de campagne sillonnant une région touristique sans histoires... Jusqu'à ce jour... Parmi la trentaine de passagers qui montent à bord, en cette journée de canicule, personne n'aurait pu imaginer qu'ils allaient droit vers une destination imprévue : l'enfer. Personne ? Pourtant, Mia avait supplié sa mère de repousser son départ. Mais qui donc prête attention aux mauvais pressentiments d'une petite fille de dix ans ? Un thriller haletant et surprenant ! Jamais plus les évènements qui ponctuent votre quotidien, tel un simple voyage en autocar, ne vous apparaîtront banals... Une journée de canicule à donner froid dans le dos...

Je referme ce livre en me disant "Mon dieu comment on peut écrire des choses aussi horribles et surtout comment on peut les imaginer!". Je referme donc ce livre en étant un peu traumatisée...
L'histoire commence banalement : des voyageurs montent dans un bus pour effectuer un voyage. Nous allons suivre certains d'entre eux : Jim le chauffeur, Mia, 10 ans qui voyage avec sa mère, ses deux sœurs et sa grand-mère, Luke, Nancy et Alec un jeune ado. Mia ne voulait pas monter dans le bus, elle a fait toute une crise à sa mère mais cette dernière veut absolument rentrer chez elle et n'a que faire des pressentiments de sa fille de 10 ans.
Le voyage commence et soudain deux hommes armés détournent le bus. Tous les passagers sont emmenés dans un lieu paumé et mis dans un autre bus beaucoup plus petit. Les ravisseurs leur disent qu'ils les délivreront le lendemain matin. Mais tout ne va pas se passer comme prévu et c'est le cauchemar qui attend tous les passagers.
Le lendemain personne ne les délivre. La chaleur commence à grimper. Parmi les passagers il y en a de plus fragile que d'autres : un bébé de 6 semaines, une maman enceinte de jumeaux, et plein de personnes âgées.
L'auteure va faire parler chacun des personnages présentés plus haut, nous allons vivre l'enfer au travers de leur ressentit.
Nous allons aussi suivre l'enquête du côté de la police mais le livre est vraiment plus basé sur ce qu'il se passe dans le bus. Et je peux vous dire que c'est une horreur sans nom. Certaines scènes sont extrêmement dures à lire et à imaginer. Mais je pense qu'il n'y a rien de gratuit dans le fait de décrire certaines scènes au contraire ça donne du réalisme à l'histoire. Je me suis mise à la place de certaines personnes et j'ai eu plusieurs fois les larmes aux yeux devant le désarroi de certains.
Plus on avance dans l'histoire (chaque chapitre décompte les heures) plus l'horreur est indescriptible. J'ai eu chaud, soif, du mal à respirer, faim, je me suis sentie sale, et j'ai eu peur en lisant ce livre.
Je pense que c'est un livre qui me restera longtemps en mémoire! Et j'ai cru comprendre qu'il y aurait une adaptation ciné j'ai très envie de voir ce que ça va donner!
Un livre déconseillé aux âmes sensibles.
Je pense que je vais me pencher sur les autres ouvrages de Madeleine Robitaille car pour le coup j'ai adoré et je me demande comment sont ses autres livres.

lundi 11 décembre 2017

Le chemin de la plage d'Anna Fredriksson - Editions Denoël

**** Chronique de Jess ****
 
Le monde de Jenny s'écroule lorsqu'elle apprend que son mari la trompe. A quarante ans, avec un divorce qui semble inéluctable, l'heure est aux bilans, et force est de reconnaître que sa vie ne s'est pas déroulée comme elle l'aurait voulu. C'est pourquoi, lorsque ses trois amies d'enfance lui proposent de passer la fin de l'été à parcourir la magnifique région d'Österlen à vélo, Jenny y voit l'occasion idéale de reprendre sa vie en main. Un projet qui tombe à pic car cela fait des années qu'elle se consacre totalement à sa carrière, au point d'en négliger ses proches. Pourtant, l'atmosphère joyeuse et détendue tourne rapidement au vinaigre lorsque Jenny découvre que l'une d'entre elles était au courant de l'infidélité de son mari. Les amies de Jenny finissent par comprendre que derrière ses soucis de couple se cachent des problèmes bien plus graves.
 
 
Jenny n'a pas vu ses meilleures amies depuis plus d'un an. Un an sans quasiment donné de ses nouvelles. En fait depuis qu'elle a été promue chef du service du personnel dans la société pour laquelle elle travaille. Ses amies décident de l'embarquer pour une petite semaine de vacances où elles vont parcourir la région d'Österlen à vélo.
Mais pendant ses vacances Jenny va avouer à ses amies que son mari l'a trompé et qu'ils vont divorcer. Ses amies vont tout faire pour lui remonter le moral et pour savoir ce qu'il s'est passé pour que Jenny coupe les ponts pendant autant de temps. Et puis petit à petit les langues vont se délier et Jenny va se rendre compte qu'elle n'est pas la seule à voir ses petits secrets.
 
Les chapitres vont alterner entre le voyage des trois amies et les débuts de Jenny à son nouveau poste. Pas facile quand on a été employé dans un service de devenir responsable du jour au lendemain. Surtout quand le poste était en concurrence avec une de nos amies. Jenny va vite se rendre compte que ses anciens collègues vont vite lui tourner le dos pour prendre le parti de Gunilla, celle qui pour eux aurait dû avoir le poste de chef. Jenny va essayer de prendre ses marques et tout faire pour continuer ses relations avec ses collègues mais tout va aller de mal en pis. Et au final quoi qu'elle fasse elle va se retrouver confronter à un mur. Jenny va se sentir encore plus mal lorsque des lettres de menace vont lui être adressées. Elle aura heureusement le soutien d'un de ses collègues Niklas.
 
J'ai été tout de suite embarquée dans cette balade à vélo en compagnie des 4 copines. J'ai eu envie de soutenir Jenny. Les chapitres qui racontent ce qu'elle vit au boulot sont très prenants. J'avais hâte de savoir comment ça allait se finir. J'ai eu envie de protéger Jenny, de la secouer aussi pour ne pas qu'elle se laisse faire. Le harcèlement finalement ne va pas que dans un sens (du patron vers les employés) mais peut parfois être en sens inverse (des employés vis à vis de leur responsable). Et comment se justifier et prouver qu'on a raison face à des dizaine d'employés qui nous veulent du mal. Je me suis sentie vraiment mal pour elle.
 
Amour, amitié, travail, trahison, harcèlement. L'auteur va traiter de sujets actuels qui nous touche tous plus ou moins. Elle décrit parfaitement les sentiments ressentis par Jenny.
J'ai adoré cette lecture jusqu'à la fin où la déception m'a envahit. Je m'explique, j'ai trouvé que la fin était abrupte. J'ai eu l'impression qu'on avait arraché les 10 dernières pages de mon livre c'est vous dire ma frustration. Je suis restée sur un sentiment d'inachevé. Je voulais connaître le dénouement de l'affaire dans le boulot de Jenny, et de sa relation avec une certaine personne. C'est comme si l'auteure avait oublié de nous écrire l'épilogue en gros!
Alors j'espère que l'auteure a prévu une suite parce que sinon franchement je trouve que ça gâche tout le livre.
 
 
 


Aussi noir que le charbon d'Eric Dupuis - Editions Ravet-Anceau

**** Chronique de Jess ****
En 1970, dans le bassin minier, un terril sépare les riches des pauvres. Deux enfants que tout oppose se lient pourtant d'amitié : François-Xavier de Montjarrieux, fils d'un puissant industriel, et Iwan Kaczmarek, dont le père est mineur. Des années plus tard, le premier est devenu avocat, le second policier. François-Xavier a sombré dans la drogue et l'illégalité en défendant dealers et malfrats. Alors, quand sa famille est retrouvée massacrée, il constitue le suspect idéal. Son seul allié : Iwan, ami de toujours. Au fil de l'enquête, de nouveaux éléments changent la donne. La tuerie semble faire écho à une sombre affaire de meurtres et de viols survenus dans la région trente ans auparavant. Simple similitude ou lien réel ?

François-Xavier et Iwan sont amis depuis plus de 30 ans. Tous les deux se sont connus à l'école et pourtant rien ne laissait présager que ces deux là sympathisent. L'un est issu d'une famille d'industriel bourgeois et l'autre est fils de mineur polonais. Mais malgré cette différence ils vont vite devenir inséparables.
Devenus adultes ils ont continué à se fréquenter. Iwan est devenu policier et FX avocat véreux. Ce dernier a toujours été à la limite de la légalité et plus les années passent plus ils s'enfoncent dans l'alcool, la drogue et l'endettement. Il vit une vie de débauche qui vont lui faire perdre quasiment tout ce qu'il a. Heureusement son ami d'enfance est toujours là pour le relever et lui sauver la mise quand il se fait arrêter.
Mais quand la famille de FX est retrouvée assassiner, tout porte à croire que le fils est le coupable. Iwan va être le seul de son côté mais va avoir du mal cette fois à prouver son innocence et à le sortir du guêpier dans lequel il se trouve.
Au fur et à mesure de l'enquête Iwan va se remémorer le passé. De sa rencontre avec FX, de leurs bêtises, de la descente aux enfers de son meilleur ami. Nous allons découvrir une image de l'homme en total opposé à ce qu'on pouvait penser.
Une ombre a noirci leur enfance, une sombre affaire de meurtres de jeunes filles et l'agression de la sœur de FX. Et si le meurtre de ses parents était lié à cette affaire jamais résolue?

Ne vous attendez pas à des chapitres courts mais plutôt à des chapitres longs et denses en informations. Ce qui rend l'enquête lente et délicate mais sans longueur.
J'ai été totalement immergée dans cette histoire dès les premiers chapitres. L'auteur ne perd pas une seconde son lecteur en revenant sur certains points importants du passé ou de l'enquête. Iwan va devenir le fil conducteur de ses enquêtes. Car nous n'avons pas une mais deux enquêtes si l'on considère l'enquête sur les meurtres de jeunes filles qui n'a jamais été résolue. Iwan est un personnage attachant, fidèle au possible et aux antipodes de FX qui est imbuvable.

Un conseil ne cherchez pas à savoir le pourquoi du comment ni qui est le coupable. J'ai essayé et je me suis pris un uppercut. Jamais je n'ai lu une histoire pareille et jamais je n'aurais pu imaginer un tel scénario et dénouement. L'auteur nous offre des rebondissements et retournements de situation de dingue! J'aime être surprise comme ça mais être autant surprise ça ne m'arrive pas souvent. Je ne m'attendais pas du tout à une telle lecture. C'est une très belle découverte que ce polar.

Eric je te dis merci de m'avoir rappelé à l'ordre et de m'avoir pousser à lire ton livre rapidement car je pense que j'aurai tardé à le lire et je serai passer à côté d'une belle pépite.
L'auteur nous prouve que le crime parfait existe et nous démontre par la même occasion que le polar parfait existe aussi. Un énorme coup de cœur!!


jeudi 7 décembre 2017

Un charmant petit village de Jean-Michel Lecocq - Editions Lajouanie

**** Chronique de Jess ****

La quiétude des habitants de Villecroze, petit village situé au coeur de la Provence verte, est chamboulée par la découverte du double suicide d'un couple, gérant d'une maison d'hôtes. Pour la forme une enquête est diligentée mais la gendarmerie confirme l'hypothèse du suicide et le procureur classe l'affaire. Le maire pourtant, est plus que troublé par la mort curieuse de ses administrés. Il s'en ouvre à son ami Jouve, une vieille connaissance de Sciences-Po, devenu directeur de la police judiciaire. Sans conviction mais par amitié, le grand flic missionne le commissaire Payardelle pour aller enquêter incognito sur place. Il sera hébergé par le maire qui le fera passer pour un de ses amis en villégiature. Le jour de son arrivée le quotidien régional Le Mistral reçoit une lettre anonyme donnant de biens curieux détails sur l'étrange disparition. Cette première missive sera suivie de bien d'autres... Un journaliste est dépêché sur place pour enquêter. Il reconnaît très rapidement en Payardelle un as de la PJ parisienne qu'il a déjà croisé dans le cadre d'une autre enquête...
 
 
 
Lorsqu'un matin Aurélie Poivre découvre le couple chez qui elle fait le ménage dans leur lit main dans la main mort elle prévient tout de suite les gendarmes. Pour les enquêteurs et le Procureur en charge de l'affaire il ne fait aucun doute que le couple s'est suicidé à cause de leur endettement. Mais le Maire du village pense qu'il peut s'agir d'un meurtre. Il va demander de l'aide à une vieille connaissance de la Police qui va dépêcher sur les lieux Théo Payardelle son meilleur commissaire.
D'un autre côté au journal Le Mistral on reçoit une lettre anonyme qui évoque le crime du couple et non un suicide et demande que l'on enquête sur ce crime. Cette lettre sera suivie par plusieurs autres. Benoît Maucolin, journaliste, part de son côté enquêter. Il va rapidement faire équipe avec Théo qu'il avait déjà rencontré. Les deux hommes vont vite sympathiser et mettre leurs lumières en commun pour essayer de comprendre ce qu'il se passe dans ce charmant petit village.
 
Et puis entre certains chapitres, il est évoqué le cas d'un directeur d'école de Moissons qui ait poursuivit par la Mairie pour avoir téléchargé des photos à caractère pornographique sur l'ordinateur portable de l'école.
Quel est le lien entre cette affaire qui date de 1998 et la mort du couple?
 
Tout au long de ma lecture j'ai eu un doute quant au mobile du meurtre du couple Loret : la vengeance. Mais je ne voyais pas le lien entre l'histoire de 98 et ce meurtre déguisé en suicide. D'autres personnes vont se retrouver assassinées. Plus l'enquête avançait et moins je ne voyais de lien. L'auteur a su avec brio me perdre et me flouer. Les histoires de vengeance sont courantes dans les polars mais rien n'est simple dans celle-ci. J'ai été agréablement surprise par ce livre car je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. J'avais hâte de connaître les "pourquoi" qui m'ont hanté tout du long. Et même quand le coupable est enfin découvert (un des personnages que je ne soupçonnais pas une seule seconde) et bien rebondissement de dernière minute et uppercut dans ma tronche (excusez-moi l'expression mais c'est ce que j'ai ressenti!)
 
L'auteur du crime a presque réussi un crime parfait mais comme tout le monde le sait le crime parfait n'existe pas et il y a toujours un inspecteur chevronné pour déjouer les plans du meurtrier.
J'ai beaucoup aimé les deux protagonistes de l'affaire, ce commissaire et ce journaliste qui vont enquêter ensemble. J'ai même eu l'impression que Jean-Michel aurait pu changer la temporalité de l'histoire à une autre époque. J'ai trouvé que le langage utilisé entre les personnages très sophistiqué avec des "Mon cher ami" ou "Mon vieux" aurait très bien pu aller au début du siècle. En effet, si au début de chaque chapitre il n'y avait pas mentionné la date j'aurais pu penser que l'histoire se déroulait à une autre époque.
 
Pour conclure ce livre est une petite perle. Une enquête rondement bien menée qui nous laisse de belles surprises et de bons rebondissements.
 
Je remercie les Editions Lajouanie pour leur confiance et je tiens à pointer encore une fois la qualité de la couverture de ce livre donc bravo Caroline ! 
 

mardi 5 décembre 2017

Sous son toit de Nicole Neubauer - Editions Robert Laffont, Collection La Bête Noire

4ème de couverture
Quand l’avocate Rose Benninghoff est retrouvée morte dans son appartement à Munich, la gorge tranchée, le commissaire Waechter semble tenir le coupable idéal : Oliver Baptiste Junior. Le garçon de quatorze ans était tapi dans le sous-sol de l’immeuble, les mains couvertes de sang. Manifestement battu par son père, un homme que la victime avait fréquenté, Oliver prétend n’avoir aucun souvenir de la soirée qui a précédé le crime.
Par ce rude hiver, le plus froid depuis des années, le commissaire Waechter et son équipe organisent une redoutable chasse à l’homme pour démasquer le meurtrier. Mais le mystère qui entoure Rose, secrète et insaisissable, les ralentit autant que la neige qui recouvre la ville…


 Mon avis
Je remercie les éditions Robert Laffont pour cette lecture.
 
Rose Benninghoff, grande avocate réputée est retrouvée morte dans son appartement. Le suspect principal est Oliver Baptiste, un adolescent de 14 ans. Celui-ci n’est autre que le fils de son ex-compagnon. Oliver est retrouvé les mains pleines de sang...tétanisé dans la cave...présentant des blessures importantes et ne se souvenant de rien... Que s'est-il donc passé ? Le coupable est-il sous nos yeux ? Quel est le mobile ? L’équipe de Waechter va essayer de démêler le vrai du faux dans cette affaire peu commune et où les suspects ont le bras long... Comment mener une enquête quand la hiérarchie s’oppose aux procédures lambdas ? 

L’auteure a choisi d’aborder des thèmes puissants avec les liens de la famille, les blessures internes des enfants maltraités mais aussi les relations complexes au sein d’une même famille.

« Sous son toit » augurait un bon polar. L’ambiance glaciale et lente rappelle les polars nordiques  que j’affectionne tant. Ce livre pouvait que me plaire. Un meurtre arrive très vite, l’enquête se met en place tout doucement, comme le dicton le dit « lentement mais sûrement ». Et pourtant ça ne l’a pas fait. Je ressors de cette lecture déçue car l’atmosphère glaciale n’a pas eu l’effet tant attendu de ma part. L’enquête n’a fait que piétiner/stagner au choix. Alors oui j’aime les lenteurs mais quand elles sont justifiées (bien sûr ceci n’engage que moi), mais ce que j’apprécie dans tout cela c'est l’enquête qui avance lentement tout en nous tenant tout le long en haleine. Et malheureusement ici l’enquête présente dans cet opus ne m’a pas tenu et a fini par me lasser. La fin arrive lentement sans éclats.

De plus les personnages ne sont pas attachants, on n’éprouve pas d’empathie pour eux. Toutefois, le trio d’inspecteurs hors normes est son atout majeur. Chacun a ses démons mais surtout pour une fois ils ne sont pas caricaturés. L’auteure m’a donné envie d’en savoir davantage sur ce trio d’inspecteurs et leurs passés réciproques.

En conclusion, une histoire bien menée sur le début mais  qui fini par s’essouffler comme si l’auteure ne savait plus où donner de la tête. Peut-être qu'un rythme plus rapide sur certains passages (et plus de rebondissements) aurait été nécessaire afin de donner une autre dimension à cette histoire...
 
 By Aurélie :)

lundi 4 décembre 2017

Les chiens de Détroit de Jérôme Loubry - Editions Calmann-Levy

**** Chronique de Jess ****

2013, à Détroit. Cette ville qui a été la gloire de l'Amérique n'est plus qu'une ruine déserte, un cimetière de buildings.
Cette nuit-là, la jeune inspectrice Sarah Berkhamp mène le groupe d'intervention qui encercle une maison et donne l'assaut. Mais aucun besoin de violence, le suspect attend, assis à l'intérieur. Il a enlevé cinq enfants. Et il est sans doute le Géant de brume, le tueur insaisissable qui a laissé derrière lui sept petits corps, il y a quinze ans. Alors pourquoi supplie-t-il Sarah : « Aidez-moi… » ?
L'histoire s'ouvre donc avec l'arrestation du coupable. Et pourtant, elle ne fait que commencer. À Détroit, personne n'est innocent….
 
 
 
L'histoire commence par l'arrestation du coupable Simon Duggan. Donc d'entrée de jeu ce livre est particulier. Il est en effet rare de commencer un polar par le dénouement. Mais nous allons vite comprendre que rien n'est simple dans cette affaire.
Sarah Berkhamp et Stan Mitchell vont enquêter tous les deux sur des disparitions d'enfants. Pour Stan il ne fait aucun doute que l'auteur des faits n'est autre que le géant des brumes, le tueur d'enfant qui a sévit il y a 15 ans et qui n'a jamais été attrapé. C'est son plus grand malheur, ce qui a fait sa mauvaise réputation au sein de la police. Mais cette fois aucun corps n'est retrouvé. Pourquoi le tueur a-t-il changé de mode opératoire et que s'est-il passé entre aujourd'hui et il y a 15 ans?
 
Comme je le disais la première partie du livre commence directement avec l'interpellation du suspect. On enchaine ensuite entre 1998, ce qu'il s'est passé et de nos jours avec l'interrogatoire du suspect qui ne souhaite parler qu'à Sarah. S'ensuit l'enquête en elle-même et ce qui a amené à enfin trouver le tueur. Mais attention ce que vous prendrez pour une certitude risque de vous péter à la tronche.
Tout dans ce roman est fait pour en faire un très bon thriller. Les personnages qu'on pourrait penser vu et revu, mais non ils ont un petit quelque chose en plus qu'on ne trouve pas ailleurs. Même s'ils ont leurs démons intérieurs et ont leurs problèmes on ne peut pas imaginer à quel point ils sont atteints! Car en plus de savoir comment ils ont fait pour attraper le tueur nous avons envie de connaître leur passé.

Ce qui joue énormément dans cette histoire, c'est l'ambiance qui règne dans cette ville :  Détroit. Je pense que si l'histoire s'était déroulée ailleurs il n'y aura pas eu cet effet qui fait tout dans cette histoire. Ce sentiment d'oppression, de désolation, de cette ville quasiment devenue ville fantôme. Les descriptions sont très visuelles on a vraiment l'impression d'y être et de sentir rôder aux alentours ce géant des brumes qui fait si peur à tout le monde.
La fin est tout simplement bouleversante. Les derniers chapitres où l'on comprend enfin ce qu'il s'est passé et le pourquoi du comment est impossible à deviner. J'avais un petit doute sur un point mais je n'avais pas tous les éléments.

Pour un premier polar c'est un franc succès! Je suis bluffée par la qualité de ce livre, de la minutie des différentes enquêtes, du travail effectué sur les personnages et sur cette ville. Et par l'histoire en elle-même qui peut paraître déjà-vu. C'est vrai que les histoires d'enlèvement d'enfants on en a déjà lu mais sur ce coup là j'ai été agréablement surprise de me faire avoir. Ca fait quelques temps que je suis déçue des polars que je lis et bien pour le coup celui-ci ne m'aura pas déçu une seconde.


 

vendredi 1 décembre 2017

La griffe du diable de Lara Dearman - Editions La Bête Noire

**** Chronique de Jess ****

« Je n'ai pas peur du noir… juste de ce qui s'y cache. »
Poursuivie par ses démons, Jennifer Dorey a quitté Londres pour retourner dans sa maison d'enfance avec sa mère, à Guernesey, où elle est devenue reporter au journal local. Elle pensait pouvoir souffler un peu. Elle avait tort.
Quand le cadavre d'une jeune femme s'échoue sur une plage, la journaliste mène sa propre enquête et exhume plusieurs morts similaires qui s'étendent sur une cinquantaine d'années. Plus troublant encore, toutes les victimes avaient sur le bras des marques semblables à un symbole gravé sur un rocher de l'île : les « griffes du diable », dont la légende veut qu'elles aient été laissées par Satan lui-même…
Une île si proche de la France et pourtant si méconnue : Découvrez Guernesey, ses habitants, son folklore, ses plages, ses petits meurtres.
 
 

 
Jennifer Dorey a quitté Londres depuis 2 ans pour retourner vivre avec sa mère à Guenersey suite au décès accidentel de son père. Elle travaille comme journaliste dans le journal local. Elle a fui plus qu'elle n'a quitté Londres et pensait pouvoir laisser ce qu'il s'est passé là-bas.
Mais son passé continue de la hanter notamment lorsqu'elle reçoit plusieurs emails de menace.
 
Un soir de fête sur l'île elle entend une femme crier sur la plage. En arrivant elle découvre le cadavre d'une jeune femme. Tout porte à croire que cette dernière s'est suicidée ou a été victime d'un accident. Mais quand sa mère lui raconte que sa meilleure amie est morte noyée il y a 50 ans Jenny décide de rouvrir d'anciens dossiers.
Elle va travailler étroitement avec Mickael Gilbert qui mène l'enquête sur la jeune femme de la plage.
 
Les chapitres vont alterner trois points de vue. Tout d'abord Jenny, ensuite Mickaël et pour finir le tueur. Pour ce dernier nous allons le suivre de son enfance à nos jours. L'auteure nous décrit très bien les trois personnages centraux de l'intrigue : leur psychologie, leur faille, leur problème, leur peur profonde. Chacun a eu son lot de malheurs. Elle nous décrit aussi parfaitement bien cette petite île d'Angleterre. Ca m'a d'ailleurs donné envie de la découvrir. J'aime beaucoup les histoires dont l'intrigue se déroule sur une île. Ca donne une atmosphère particulière et un petit plus je trouve à l'histoire. Le rythme de cette histoire est plutôt lente mais ça ne m'a pas dérangé plus que ça au contraire j'ai savouré ma lecture. On s'imprègne des personnages et des lieux petit à petit. On essaie de trouver qui peut se cacher derrière tous ses meurtres qui ont eu lieu sur une si grande période.
 
J'ai beaucoup aimé connaître les coutumes et légendes de l'île qui sont captivantes. Ca donne un effet encore plus flippant des différents meurtres. L'auteure a su aussi très bien détailler les moments d'angoisse de Jenny lors de ses différentes crises d'angoisse et lorsqu'elle se trouve dans une mauvaise posture. J'ai pu ressentir moi-même la peur qu'elle instillait petit à petit.
Pour ma part je n'ai pas deviné une seconde qui aurait pu être l'auteur des meurtres et ce fût une grande surprise pour moi à la fin.
 
J'ai fini ma lecture sur ma faim en réalisant qu'il y aurait une suite car il y a beaucoup de zones qui n'ont pas été évoquées et résolues. J'ai tellement hâte de savoir la suite. Mais il va falloir attendre au moins 1 an pour la version originale (heureusement que je lis en anglais du coup je vais pouvoir sauter dessus à sa sortie ;-))
J'avais peur d'être déçue en commençant ce livre et bien au final pas du tout. J'ai passé un excellent moment de lecture sur cette île de Guenersey. L'intrigue m'a tenu en haleine tout du long. Même certaines longueurs sont les bienvenues dans cette lecture.
Un polar que je conseille fortement. 
 

lundi 27 novembre 2017

Madame veuve Emilie de Joseph Farnel - Editions De Borée


**** Chronique de Jess ****
 
Madame Veuve Emilie, c'est Emilie Dumarais, la patronne du café tabac. Quand elle a quitté son Auvergne pour monter à Paris, en 1936, elle a commencé une de ces vies obscures dont on parle rarement. On entre dans le milieu des « bougnats » des petits quartiers de Paris.
Un mariage urgent avec le fils de la patronne, trois filles, dont l'une est de monsieur Georges le client si distingué.
Le veuvage quand son mari meurt à la Première Guerre mondiale, un enfant juif qu'on soustrait aux rafles ; et les trois filles qui grandissent, avec les amours vrais et les mauvais mariages.

Quand Emilie, remariée sur le tard, regagne l'Auvergne, elle passe le flambeau à Jeannine, la plus jeune, et c'est comme si tout allait recommencer.

Un roman où les destins se croisent et rencontrent l'histoire : la Deuxième Guerre mondiale, la déportation, la résistance, la naissance d'Israël, l'Algérie…
Un roman pourtant sans fioriture dont les pôles sont Paris et l'Auvergne, et les héros, des gens « ordinaires ». Une belle histoire qui nous touche droit au cœur.

 
 
J'ai connu les écrits de Joseph Farnel grâce à Chez Julotte (ma chronique ici) que j'avais beaucoup aimé. Quand j'ai vu qu'il y avait un autre roman de l'auteur dans la liste des sorties de la rentrée je me suis empressée de le demander et à peine reçu il est déjà lu.
 
Emilie est montée sur Paris à sa majorité pour travailler dans un café-tabac tenu par Mme Dumarais et son fils Joseph. Les deux jeunes gens vont vite tombés amoureux l'un de l'autre et quand Emilie tombe enceinte ils vont vite célébrer les noces malgré le désaccord de la belle-mère.
La seconde guerre mondiale éclate et Jospeh part au front. Il va mourir dans un accident au tout début de la guerre. Pendant ce temps, Emilie a cédé à la tentation et à la cour de Monsieur Georges et se retrouve une troisième fois enceinte. Elle va se retrouver seule à élever ses trois filles et sera à la tête du café-tabac.
Un jour, un jeune juif, Maurice, se réfugie dans son café demandant pitance. Elle décide de s'occuper du jeune homme jusqu'à la fin de la guerre.
Les années passent et ses filles grandissent. Un nouveau bougnat arrive dans le quartier, Gaston dit Gastouné, qui vient lui aussi d'Auvergne comme Emilie. Il va vite la courtiser mais Emilie va le faire patienter pour faire passer ses filles en priorité.
Mais le destin d'une femme parfois se transmet à sa descendance. Les filles d'Emilie vont vivre des histoires de cœur peu communes. Lucette, l'aîné va épouser un homme qu'elle n'aime pas. Elle est secrètement amoureuse de Maurice, Jeannine, va quant à elle tomber amoureuse de son beau-frère et la dernière Irène va rencontrer un amour impossible. Je n'en dirais pas plus pour ne pas trop vous dévoiler l'histoire. 

J'ai beaucoup aimé cette histoire qui reprend les points forts de l'Histoire de France (la Seconde guerre mondiale, la guerre d'Algérie, le conflit Israélo-palestinien). Emilie est une femme forte qui au départ a eu une faiblesse qui se répercutera dans son futur. Comme quoi chaque acte à ses conséquences. Au départ, elle me semblait bien superficielle peut-être dû à son jeune âge quand elle se maria et tomba enceinte la première fois. Mais ensuite avec les conséquences de la guerre elle deviendra une femme forte, humaine et droite. J'ai énormément aimé le personnage de Gastoné. Avec ses discours en patois, sa générosité, son sens de l'observation affûté. C'est le genre de bonhomme qu'on a envie de connaître. Emilie va vite tomber sous son charme rustre. Emilie ne pouvait trouver meilleur second mari que Gastouné.

 

Encore une fois je suis sous le charme des histoires de Joseph Farnel. J'ai adoré passé d'une époque à l'autre de vivre l'Histoire au travers d'Emilie. De voir les années passées et voir ses filles grandir et vivre leur propre histoire d'amour. Je retrouve ce que j'aime dans les romans édités chez De Borée.  


samedi 25 novembre 2017

Le chasseur d'arc-en-ciel de Leno Solveig - Editions Librinova

**** Chronique de Jess ****

En emménageant dans sa nouvelle maison, Leno découvre un manuscrit. Au soir de sa vie, Gabriel, un mystérieux écrivain, raconte les moments forts de son parcours tourmenté. Il décrit les coups de boutoir de ses démons intérieurs, cherchant à les comprendre. Pour Gabriel, c’est le cœur qui compte. Vivre, c’est chasser les arcs-en-ciel, à chaque fois qu’on en croise un. Il les poursuit éperdument, jusqu'au dernier chapitre, qui l’entraîne sur l’île de Noirmoutier...

Au fil des pages, Leno se prend d’affection pour cet homme cherchant à échapper aux démons qui l’assiègent ; il se retrouve sans doute un peu dans sa quête de rêves insaisissables. Que lui réserve la fin de l’histoire ? Qu’est donc devenu Gabriel ? Et d’ailleurs, a-t-il réellement existé ? Leno en découvrira peut-être autant sur lui-même que sur l’écrivain dont il part à la recherche.

Je remercie Leno qui m'a fait confiance pour lire et donner un avis sur son livre.
Leno vient d'emménager dans une nouvelle maison et il tombe par hasard sur une enveloppe accrochée sous un bureau. Il va y découvrir un manuscrit écrit par l'ancien propriétaire. Intrigué il va commencer la lecture de ce manuscrit et découvrir Gabriel et sa vie.
Gabriel se considère comme un homme dans la moyenne. Il pense que sa vie s'est déroulée sans surprises. Petit, il s'est amusé à s'imaginer le jour où il allait mourir. Il a en effet vu que la moyenne d'âge d'un homme né la même année que lui est de 62 ans et demi. Il se dit donc que comme il est dans la moyenne, il n'y a aucune raison pour qu'il vive un jour de plus après sa 62ème année.
Il décide donc d'écrire sa vie, d'essayer de se rappeler ses souvenirs enfuis et pas seulement les plus mauvais. Une introspection qui est très bien menée et où les exemples donnés m'ont beaucoup fait sourire.
Gabriel nous retrace donc les moments importants de sa vie, ceux qui ont comptés, qui l'ont marqués.
Le style de l'auteur est très agréable ce qui rend le personnage de Gabriel très attachant. Mais sous son côté attachant il a un autre côté un peu fou. Ses émotions prennent souvent le dessus et quand Gabriel aime, il aime haut et fort et si on lui résiste il aime encore plus. Son attitude pour conquérir ou reconquérir ses partenaires sont toutes plus farfelues les unes que les autres. Mais quand on souffre intérieurement d'être abandonné et de confiance en soi c'est difficile de se restreindre.
J'ai été un peu déstabilisée parfois au niveau de la temporalité de l'histoire. On passe d'une rencontre lors d'une soirée à une rupture un an et demi après. Je pense que l'auteur a voulu privilégié les peines de Gabriel et son mal-être. Mais du coup j'aurais bien aimé connaître les débuts de son histoire avec Ludivine par exemple. J'ai aussi eu du mal à savoir à quelle période de sa vie ont eu lieu certaines rencontres.
Il y a de nombreuses belles phrases dans ce livre notamment les chansons écrites par Gabriel qui sont de belles déclarations d'amour, même si elles peuvent le faire passer pour un psychopathe parfois!
Je me suis un peu retrouvée dans l'attitude de Gabriel face à ce sentiment qui est l'Amour. Il est fou tout ce qu'on peut faire par amour et surtout cette attirance que l'on peut avoir sur quelqu'un qui nous rejette.
Sa dernière histoire m'a le plus touchée et il me tardait de savoir ce que cette dernière histoire avec Elisa allait donner. Les derniers chapitres m'ont donc tenu en haleine jusqu'à la dernière page.

Un roman  très sympa à lire sans prise de tête avec de belles paroles et de belles images de la vie en général. Un roman prometteur.



jeudi 23 novembre 2017

L'écharpe de la promise de Maurice Bouchet - Editions De Borée

4ème de couverture
Un corps est retrouvé en bas de la cascade. Léonie, l'ancienne du village, parle du diable, puisque ce n'est pas le premier corps retrouvé à cet endroit. Cette funeste découverte, qui fait suite à la disparition de la jeune Isabelle quelques semaines plus tôt, plonge les habitants dans le désarroi. Les gendarmes mènent l'enquête. C'est Eric Malet, la jeune recrue, qui va reconstruire le puzzle. Amoureux de la montagne, des chemins escarpés et des sentiments, lui seul peut résoudre cette affaire...


Mon avis
Je remercie les éditions De Borée pour cette lecture.

Un cadavre est retrouvé suspendu au pied de la cascade. Cette cascade qui fait tant parler d'elle est-elle maudite ? Car ce n'est pas le premier incident qui arrive... Il y a très longtemps, un drame s'était déroulé avec une "promise". Léonie, l'ancienne du village pense que c'est l'oeuvre du diable mais qui prêtera attention à ses paroles ? Verdier ce vieux flic usé, qui apprécie la tranquillité de son petit village, Morel son coéquipier qui ne manque pas un ordre de Verdier, ou la nouvelle recrue, Eric Malet ? 
Léonie a "baptisé" cette cascade maudite "l'écharpe de la promise". Quels sont les secrets que renferment cette cascade ? Quelques mois auparavant, un suicide d'une jeune fille a eu lieu. Que s'est-il passé pour qu'elle en arrive à cette extrémité ? Eric Malet va prendre très à cœur cette affaire et va essayer de la résoudre du mieux qu'il le peut... Y arrivera-t-il ? 

Décidément, en ce moment je n'ai pas de chance, un livre sur deux me déçoit... et celui-ci en fait partie. L'histoire est sympa mais trop simple à mon goût, pourtant j'avais été attirée par la 4ème de couverture. Il n'y a pas de réel suspens entretenu avec des pistes tout azimut. On peut se douter très vite de petites choses qui se confirment. 
D'autre part, le style avec les scènes chez Moune ou le "patois" employé, les mots à demi-machés/coupés ne m'ont pas emporté dans l'histoire. Le charme n'a tout simplement pas opéré.

Toutefois, j'ai apprécié le personnage du jeune gendarme Eric Malet, avec sa poésie, son intelligence... J'ai également adoré les descriptions des cascades, des paysages, et des diverses ballades en raquette au sein de la nature. Eric est très à l'écoute de celle-ci, et c'est appréciable. Je ne suis pas resté insensible à ces cadres de vue.

La fin de notre histoire est sans surprise, tout se déroule parfaitement même trop...et pas de chute incroyable. Une histoire linéaire sans rebondissements.
Peut-être n'était-ce pas le bon moment pour moi pour lire ce livre trop "doux" à mon goût mais je vous laisse vous faire votre propre opinion car l'histoire en elle-même ne sort pas du lot, mais rien que pour les superbes descriptions de la nature (cascade, montagne), ça vaut le coup d'être lu. 
 
 # By Aurélie :)