jeudi 27 avril 2017

Entre mes doigts coule le sable de Sophie Tal Men - Editions Albin Michel

**** Chronique de Jess ****

Pas facile de concilier médecine et vie privée quand on est internes à l'hôpital ! Marie-Lou, qui a quitté sa Savoie natale pour Brest, et Matthieu, le ténébreux surfeur, sont tombés amoureux au premier regard. Mais entre leurs stages en psychiatrie et en neurochirurgie, les nombreuses gardes à effectuer, les apéros au « Gobe-mouches » et les fêtes carabines, leur histoire d’'amour n'est pas un long fleuve tranquille. C'est plutôt la valse des sentiments… Surtout quand leurs proches deviennent leurs patients.
Matthieu parviendra-t-il à vaincre ses peurs et à laisser Marie-Lou entrer dans sa vie ? Marie-Lou apprendra-t-elle à laisser glisser le sable entre ses doigts ?

Voici enfin le deuxième opus des aventures de Marie-Lou et de Matthieu que j'attendais avec impatience. J'avais adoré Les yeux couleurs de pluie (ma chronique ici).
C'est un peu comme si je retrouvais des amis que je n'ai pas revu depuis un an.
Marie-Lou s'est bien acclimatée à la Bretagne et son quotidien est rythmé par l'hôpital, son petit-ami Mathieu et ses amis. Ils doivent tous les deux changer de stage pour six mois. Marie-Lou va partir en psychiatrie quant à Matthieu il sera en neurochirurgie. Mais les longues gardes, le stress du métier et le passé de Mathieu vont avoir un effet néfaste sur sa relation avec Marie-Lou.
Arriveront-ils à surmonter tous ces problèmes et vivre enfin leur histoire d'amour ?
Certains personnages qui étaient secondaires dans le premier tome deviennent plus important, notamment Josic, l'ami de Mathieu. Il va se retrouver hospitalisé dans l'hôpital où travaille Marie-Lou et va avoir un rôle important dans leur histoire.
De nouveaux personnages font leur apparition : Hubert le chef de service de l'hôpital de Marie-Lou et Eric l'infirmier. Ces deux personnages sont hauts en couleurs et particulièrement attachants.
Ce livre comme le premier est une petite bouffée d'oxygène. Une super pause polar qui fait du bien. Nous retrouvons des personnages attachants qui vivent des histoires comme n'importe qui pourrait les vivre. Les pages se tournent vite, trop vite même et l'on regrette déjà de quitter Marie-Lou. Il me tarde donc de les retrouver dans le prochain mais il va encore falloir attendre...
Si vous aimez les romans frais, pétillants qui font du bien à l'image des livres d'Agnès Ledig je vous conseille vraiment les livres de Sophie Tal Men.

Détails sur le produit

  • Broché
  • Editeur : Albin Michel (3 mai 2017)
  • Collection : LITT.GENERALE

lundi 24 avril 2017

Malgré elle de David-James Kennedy - Editions Fleuve Noir

**** Chronique de Jess ****
 
Paris, 1989. Au très chic lycée Henri-IV, les réputations se font et se défont. La magnétique Emma n'’a pas conscience du pouvoir d'attraction quelle exerce sur les garçons. Yann, Arno, Manu… La liste est longue de ses prétendants en première S2. Mais c'est en Tom,  ado solaire, fou de sensations fortes, qu'elle a trouvé le confident idéal, lui qui la connaît si bien. Un drame va survenir et jouer à assombrir le tableau de cette adolescence parfaite.

 Paris, 2015. Leurs chemins se sont séparés. Emma est devenue médecin, comme son père, et partage sa vie avec un chirurgien. Son existence répond en tous points à ce qu'on attendait d'’elle. Tom est resté ce casse-cou invétéré qui faisait tomber les filles, et profite de la revente de sa boîte pour vivre plus passionnément encore. Son coeœur reste à prendre.
Rien de nouveau sous le soleil, en somme... jusqu'au jour où Luko, un vieux copain de Tom, lui adresse deux messages désespérés pour lui demander son aide. Tom vole jusqu'en Suède pour lui porter secours,  mais il arrive trop tard. Il ne retrouve que la dépouille de Luko, flottant non loin de la côte. Et dans la maison voisine, un ordinateur portable, sur lequel défilent des photos d'Emma... Il semblerait que, pour les deux anciens meilleurs amis, l’'heure des retrouvailles ait sonné. Mais pas forcément pour le meilleur...
 
 

Quel plaisir de retrouver la plume de David James Kennedy! J'attendais son nouveau polar depuis quelques années maintenant et je ne suis pas du tout déçue de ma lecture.
 
Un gros pavé que j'ai englouti en 2 jours tellement j'ai été pris dans ce polar bourré de suspens.
 
L'histoire commence en 1989 au lycée Henry IV à Paris. Nous rencontrons une bande de copains dont Emma est le centre. Jeune fille qui attire les regards et dont tous les garçons sont sous le charme. Mais un drame va ternir leurs bonheurs.
 
En 2015, quand Tom reçoit un appel inquiétant d'un ancien ami de lycée, il ne réfléchit pas deux fois et fonce à sa rescousse. Arrivé en Suède malheureusement il est trop tard pour sauver son ami Luko. Il va découvrir dans l'ordinateur de Luko un mail de menace et en pièces jointes des photos de son amie d'enfance Emma.
Il n'a pas revu Emma depuis 26 ans, mais quand cette dernière reçoit un appel de Tom elle fonce le rejoindre en Suède. Ils vont avoir des tueurs à leur trousses et vont essayer de savoir pourquoi leurs anciens amis de lycée sont tués les uns après les autres.
Plusieurs flashback seront présents au cours de la lecture pour nous éclairer sur les évènements actuels ou nous embrouiller habilement sur ce drame qui a plongé Emma 26 ans plus tôt.
 
L'auteur nous offre un tour du monde du suspens. Entre la Suède, l'Ecosse, en passant par la Suisse, New-York et pour finir en Grèce, Tom et Emma vont vivre une course poursuite infernale qui ne va pas leur laisser de répit. Et pour nous non plus. J'avais peur qu'il y ait quelques longueurs mais pas du tout. Ce polar est très bien maitrisé et tout est là pour qu'on passe un super moment. Le petit côté scientifique n'est pas pour me déplaire bien au contraire.
On se demande tout le long du livre qui est derrière tous ces morts qui s'accumulent et on ne connaît que le fin mot de l'histoire à la fin du récit. Nous savons juste que c'est une histoire de vengeance mais laquelle? Mystère. Le final m'a étonné je ne m'attendais pas à une telle fin!
 
David James a bien fait de nous faire patienter autant pour son deuxième livre car celui-ci est terriblement trépidant! Un polar qui va à 100 à l'heure et dont le rythme ne faiblit que rarement grâce aux chapitres qui sont très courts. J'ai passé un excellent moment en compagnie de Tom et d'Emma. J'ai vécu à travers eux à travers tous ses pays. J'ai ressenti l'angoisse, l'adrénaline.
Une fois commencé vous ne pourrez plus refermer ce livre donc assurez vous d'avoir du temps devant vous :-) 
 
Je remercie les éditions Fleuve noir pour cette lecture.

Détails sur le produit

  • Broché: 576 pages
  • Editeur : Fleuve éditions (13 avril 2017)

dimanche 23 avril 2017

A sa place d'Ann Morgan - Editions Presse de la Cité

**** Chronique de Jess ****

De l'avis général, Helen et Ellie, de vraies jumelles, se ressemblent « comme deux gouttes d'eau ». Un jour, Helen décide de jouer un jeu à son entourage : l'une se fera passer pour l'autre, pour voir… Les deux soeurs échangent leurs habits, leur coiffure, répètent leur rôle. La farce fonctionne à la perfection : même leur mère n'y voit que du feu !
Mais lorsque Ellie refuse de reprendre sa place, le cauchemar d'Helen commence. Sa vie ne sera plus désormais qu'une suite de malentendus qui la mènera au bord du gouffre et aux limites de la loi.
Huit ans plus tard, Ellie, devenue présentatrice vedette du petit écran, se trouve à l'hôpital dans le coma. C'est pour Helen l'occasion de régler ses comptes avec le passé ainsi qu'avec sa mère, une femme prête à tout pour sauver les apparences.

Je remercie Babelio pour cette nouvelle lecture.

J'aime beaucoup les histoires sur la gémellité. J'en ai lu plusieurs : Deux gouttes d'eau de Jacques Expert, Pas de deux de Sophie Aubard (ma chronique ici). Et pour l'instant je n'ai jamais été déçue.
Dans cette nouvelle histoire nous avons des jumelles : Ellie et Helen. Des jumelles qui contrairement à certains jumeaux ne sont pas du tout fusionnels. Et malgré le fait qu'elles se ressemblent comme deux gouttes d'eau, elles sont psychologiquement différentes. A la naissance, Ellie est née avec le cordon autour du cou et en a gardé quelques séquelles. Elle est plus lente, plus maladroite, et ne suit pas très bien à l'école. Au contraire d'Helen qui est brillante, meneuse, et qui martyrise un peu sa sœur. Même leurs tenues vestimentaires sont différentes ainsi que leurs coiffures.
Comment un simple jeu va avoir des conséquences dramatiques....
Un jour, Helen décide pour s'amuser d'échanger leur rôle. Helen deviendra Ellie et inversement. Mais ce qui ne devait être qu'un jeu devient plus problématique. Ellie ne va jamais vouloir reprendre sa place et Helen va se retrouver emprisonnée dans la vie d'Ellie. Elle aura beau dire à tout le monde qu'elles ont échangé, personne ne la croira.
La nouvelle Ellie n'aura pas la vie à laquelle elle était destinée. Entre délinquance, drogue, internement et prostitution elle va toucher le gouffre. Tomber dans la déchéance.
L'auteur nous raconte la vie d'Ellie en alternant habilement les chapitres entre passé et présent.
Le passé à partir du moment où elles ont eu l'idée d'échanger leur place et le présent quand 9 ans après la nouvelle Helen, qui est devenu une célèbre animatrice TV, a eu un grave accident de voiture et se retrouve dans le coma.
Ce livre traite aussi d'une maladie, la bipolarité et comment une personne atteinte de cette maladie peut vivre un enfer. J'ai eu de la peine pour Ellie, j'ai ressenti sa colère de ne pas être cru même par sa mère. Mais j'ai eu aussi envie de la secouer quand elle faisait tout pour que finalement on ne la croie pas. Les sentiments sont très présents dans ce roman. Le personnage principal est très bien travaillé tant psychologiquement que physiquement.
On a envie de connaître la fin, on s'attend à une bombe, a quelque chose de dingue, un retournement de situation ou autre. Et finalement grosse déception sur le final. C'est vraiment dommage car ce livre est vraiment très bien mené.
Mais si comme moi vous aimez les histoires qui parlent de gémellité je vous le conseille.

mercredi 19 avril 2017

Bronx la petite morgue de Laurent Guillaume - French Pulp Editions

**** Chronique de Jess ****
Mike Dolan sort de prison et se retrouve dans le New-York des années sombres. La grosse pomme à pourri, la ville est devenue un taudis à ciel ouvert où les cadavres se ramassent à la pelle. Entre flics véreux, truands pervers et femmes fatales, il va avoir fort à faire pour retrouver les assassins de son frère. Sa solution ? Faire exploser la ville. Mais survivra-t-il au raz de marée qu'il va provoquer ?


Laurent Guillaume nous a concocté un roman noir aux petits oignons. Il nous embarque dans le New-York des années 50 dans un milieu qui n'est pas vraiment tout rose.
Mick Dolan vient de sortir de prison après 8 ans d'incarcération. Il a été condamné pour le braquage d'un joaillier à qui il aurait volé des diamants. 
A peine sortie il retourne dans le quartier où il a toujours vécu dans le Bronx. Mais en 8 ans les choses ont empirées. De plus en plus de règlement de comptes laissent les cadavres s'accumuler en plus des junkies qui pullulent à chaque coin de rue.
C'est dans cette cour des miracles que Mick va essayer de résoudre une enquête personnelle : trouver pourquoi son frère a disparu il y a 8 ans et qui se cache derrière cette disparition. Il va aussi en profiter pour faire un grand ménage.

Avec ce roman noir j'ai fait un bon dans le passé. J'ai plongé dans l'univers new-yorkais des années 50 pour mon plus grand plaisir. Moi qui adore New-York !
Mais le New-York des années 50 surtout dans certains quartiers tel que le Bronx était loin du New-York que l'on peut connaître. En lisant ce livre j'ai eu l'impression d'être en train de regarder un film de gangster où tous les coups sont permis et où les états d'âme sont remisés au vestiaire.

Un roman noir plein de sentiments que nous offre Laurent Guillaume. J'aurais pu lire ce livre en une journée tellement j'ai été immergé dans l'histoire et dans la quête de Mike.
Je verrais bien une adaptation sur grand écran de ce livre car les scènes et les descriptions sont tellement bien décrites qu'on a l'impression de vivre à travers Mike.
L'auteur nous prouve encore une fois que c'est un auteur de talent. Il a su créé un personnage profond dans un univers impitoyable, on sent qu'il transpire la douleur et le devoir de rétablir l'ordre des choses. Il m'a profondément touchée dans sa quête de vérité. Il veut s'en sortir et faire en sortee que les personnes qu'il aime s'en sorte aussi. Mais il m'a parfois énervé dans certains de ses choix. Tous ses choix s'expliquent ensuite. Les autres personnages ont tous un rôle important au sein de l'histoire. Il a su leur donner à tous une profondeur dont on ne s'attend pas habituellement dans ce genre de livres ou alors pas aussi bien approfondi. 

Un roman noir bouleversant qui encore une fois m'a changé de mes lectures habituelles. Une chose est certaine c'est que les livres de Laurent Guillaume sont une valeur sûre.
 
Je remercie French pulp Editions pour cette lecture.

Biographie de l'auteur

Ex-flic de la BAC et des stups, Laurent Guillaume décrit les bas-fonds de notre société dans des polars sombres et tourmentés. Après un séjour de plusieurs années en Afrique en tant que coopérant, il consacre désormais toute son énergie à malmener ses personnages à travers des romans noirs et des scénarios pour la télévision. "Borderline", un téléfilm qu'il a coécrit avec Olivier Marchal a reçu le prix du meilleur téléfilm au festival de la fiction TV de La Rochelle en 2015. Il est également cocréateur et scénariste de la série d'Europa Corp "Section zéro" diffusée sur Canal plus début 2016. 



Détails sur le produit

  • Broché: 240 pages
  • Editeur : French Pulp Editions (4 avril 2017)
  • Collection : Polar
Salon du Polar de Montigny 2014

mardi 18 avril 2017

Dieu pardonne lui pas ! de Stanislas Petrosky - Editions Lajouanie

**** Chronique de Jess ****

Estéban Lehydeux, dit Requiem, est de retour. Le curé exorciste débarque cette fois sur le port du Havre. Il y découvre un docker bien sous tous rapports ? si, si ça existe ?, accusé de meurtre ; une boîte d'import-export d'objets et de matériel pas bien catholiques ; un syndicaliste forcené mais pas mauvais bougre ; des fanas du troisième Reich ; et bien évidemment une jeune femme tellement mal fringuée qu'il s'empresse toujours, dès qu'il la croise, de la déshabiller ! Entouré de ces drôles de paroissiens notre héros, un Don Camillo carburant à la bière plus qu'à l'eau bénite, va devoir jouer du goupillon et faire quelques entorses aux règles de son ministère pour parvenir à distinguer le bon grain de l'ivraie... Ce deuxième épisode des aventures de Requiem est basée sur un fait réel : l'histoire de Jules Durand, qui défraya la ville du Havre en 1910. Cette sorte d'affaire Dreyfus dans le monde ouvrier est encore dans les mémoires de nombreux havrais.
 
 
 
C'est avec plaisir que je retrouve les aventures de notre curé préféré, Estéban Lehydeux appelé Requiem. J'étais tombée sous son charme lors du premier opus Je m'appelle Requiem et je t'... dont vous retrouverez ma chronique ici.
Je m'étais même dit que s'il existait en vrai j'irai de suite me faire baptiser c'est vous dire si j'avais apprécié le bonhomme!
 
Donc Requiem qui s'ennuie un peu dans son église tombe sur un fait divers au Havre. Un chef d'équipe bossant sur les docks se fait tuer et un employé, Jules Durand est accusé du meurtre. Comme Requiem avait été passionné par un fait divers similaire en 1910 avec un autre Jules Durand, il pense que c'est un signe et qu'il doit partir enquêter.
Le voilà donc partie au Havre et grâce à ses connaissances diverses et variées il va réussir à se faire embaucher dans la fameuse usine d'import-export. Il va y rencontrer de drôles de gugusses et je peux vous dire que les descriptions qu'en fait l'auteur valent de l'or! Je me suis bidonnée à chaque fois qu'il nous décrivait un personnage c'est vous dire. Ce n'est pas de simples descriptions, non, nous les vivons, sentons, touchons. Et personnellement pour certaines j'aurais préféré ne pas sentir.  
 
Encore une fois, Estéban va vivre son enquête à 100 à l'heure pour notre plus grand bonheur. Le langage est toujours aussi fleuri si ce n'est plus que dans le premier. Notre séducteur de curé ne va pas s'ennuyer non plus côté gonzesses, un vrai tombeur!
Il y a des polars où tout est axé sur l'intrigue mais ici que nenni tout est basé sur le fou rire et ça fait un bien fou de lire quelque chose qui change. J'ai beaucoup aimé les petits clins d'œil aux copains auteurs et copine bloggeuse :-)
Et le fait que le personnage d'Estéban s'adresse directement à nous lecteur nous donne vraiment l'impression qu'on se connaît et qu'on est intime.
 
Encore une fois je suis ravie de lire un livre de mon auteur extra-terrestre préféré. Et je me demande ce que va donner le 3ème volet mais j'ai hâte de le lire et de retrouver Estéban.
J'aimerai beaucoup que Stanislas écrive un livre à 4 mains avec Nadine Monfils parce que je pense que ça vaudrait le détour.  
 


 
 
 

lundi 17 avril 2017

Tout ce qu'ils méritent de Patricia Rappeneau - Editions De Borée

**** Chronique de Jess ****

Fin 1908 : Rose Caleu, jeune femme à la beauté sculpturale, bonne du curé le jour, devient aux heures sombres une prédatrice redoutable et une tueuse psychopathe implacable et insoupçonnée. Violentée dès son plus jeune âge, victime d'inceste et d'abus sexuels, la jeune gourgandine use et abuse de ses charmes pour torturer à plaisir et tuer à foison les amateurs de chair fraîche et de lubricité. Nouvelle recrue de la Maréchaussée, le gendarme André Colinot est chargé de l'enquête. Inflexible, intègre, fin limier, observateur hors pair, mais surtout femme travestie en homme, le gendarme se trouve confronté à ses pulsions en la personne de Léon Dubreuil, cafetier robuste et fort en gueule, dont l'intelligence rivalise avec ses attributs masculins... Ensemble, ils vont déjouer de nombreux pièges et recueillir les indices nécessaires pour mener l'enquête à son terme et démasquer la coupable.


Moi qui disais dans ma dernière chronique qu'il était rare de lire un polar où le tueur psychopathe est une femme voilà que j'en lis deux d'affilée. Il me tardait de lire ce livre car j'en entendais parler sur les réseaux sociaux via l'auteur. Il me tardait donc de connaître la plume de Patricia. C'est maintenant chose faite et je ne suis pas déçue une seule seconde. Voici un polar comme je les aime. Un polar qui change, d'une car il se déroule au début du 20ème siècle. L'auteur a su nous plonger dans l'univers de la France profonde de cette époque. Un polar que je décrirais de féministe car elle nous offre deux personnages principaux hors du commun.
Tout d'abord Rose Caleu, jeune bonne du curé, qui n'a connu qu'inceste et viol de la part de ses frères et du curé. La plupart des hommes qu'elle rencontre sont plus dégoutants les uns que les autres. L'auteur ne nous laisse pas dans le flou une seconde et nous dépeint la vie sordide de Rose dans le détails. Beaucoup de scènes de sexe, mais rien de vulgaire. Tout est nécessaire à la compréhension des actes de Rose. C'est un personnage touchant et l'on comprend le pourquoi de ses actes. Tous les hommes qu'elle va tuer vont mériter leur sort.
Une véritable mante religieuse qui va user de ses charmes pour tuer. Et tous les hommes vont succomber à ses attributs.
Et puis, André Colinot, gendarme trentenaire, qui n'est autre qu'une femme travestie en homme pour pouvoir exercer le métier qu'elle a toujours voulu faire. Mais à l'époque les femmes ne pouvaient pas travailler dans certains domaines. Elle va vite tomber sous le charme de Léon Dubreuil. Il sera aux antipodes de ses valeurs. Il est tenancier de bar et de bordel. Mais l'attirance est là des deux côtés, ce qui va troubler aussi Léon qui pense pendant un instant qu'il est devenu homosexuel.
André, va tout faire pour découvrir qui se cache derrière tous les meurtres sordides qui s'enchainent dans le village. Elle sera une des seules capables de résoudre cette enquête. Elle va tout faire pour mettre en place les processus de police scientifique que nous connaissons de nos jours. Mais malheureusement ses collègues ne sont pas autant informés qu'elle et vont tout faire pour lui mettre des bâtons dans les roues.
Encore un très bon roman des Editions De Borée que je remercie encore pour leur confiance. C'est toujours un plaisir de lire et découvrir de nouveaux auteurs surtout lorsqu'on sait qu'on va passer un bon moment de lecture.

samedi 15 avril 2017

La fille de Kali de Céline Denjean - Editions Marabout

**** Chronique de Jess ****
Toulouse : Éloïse Bouquet, de la Section de Recherches de la Gendarmerie, découvre Maurice Desbals, un ingénieur a priori sans histoire, dont le corps décapité a fait l'objet d'une macabre mise en scène : sur le mur, un swastika tracé avec le sang de la victime et, au pied du lit, un tas de piécettes et des pétales de fleurs faisant penser à une offrande. La tête du défunt, quant à elle, demeure introuvable…

Vengeance, règlement de comptes, acte de barbarie à connotation sectaire ?

Alors que l’'enquête peine à démarrer, un meurtre identique est perpétré un mois plus tard à quelques kilomètres de la ville rose. Le spectre redouté d'’une tueuse en série s'’inspirant de la déesse Kali se matérialise alors….

Je remercie les Editions Marabout pour cette nouvelle lecture.
Toulouse mai 2013, un homme est retrouvé chez lui décapité. Tout porte à croire à un crime rituel. Eloïse Bouquet va tout faire pour être affecter à l'enquête. Mais les mois passent et pas l'ombre d'un indice n'aide à faire avancer l'enquête. Et le pire c'est qu'un mois plus tard un autre homme est retrouvé décapité. Tout laisse penser que l'auteur des crimes est une femme. Une première pour l'équipe en charge de l'affaire.
D'un autre côté nous avons, Amanda Kraft, jeune journaliste très ambitieuse qui va tout faire pour couper l'herbe sous le pied des enquêteurs et chercher qui se cache derrière ces meurtres. Mais à trop chercher la petite bête elle va être prise à son propre piège.
Et puis nous avons Dany Chang, un détective privé, embauché par la fille d'un homme retrouvé mort noyé. L'enquête a confirmé un suicide mais sa fille n'y croit pas et fait appel à Chang pour connaître la vérité. Sans le savoir, il va enquêter sur la tueuse que tout le monde redoute et qui reste intouchable.
Il est rare de lire un polar en connaissant d'entrée de jeu le tueur ou dans ce livre la tueuse. Il est rare aussi de lire une histoire de tueuse en série et je dois dire que ça fait plaisir et ça change. Curieusement je n'ai pas ressenti d'antipathie envers elle. J'ai plus eu d'antipathie pour la journaliste que j'ai eu envie de baffer plusieurs fois. J'ai même souhaité qu'elle finisse décapitée elle aussi! Quant à Eloïse, la gendarme en charge de l'enquête, idem je l'ai trouvé détestable. En fait, toute la gendarmerie est un peu la risée de cette enquête car ils ne vont pas être fichu de trouver la moindre piste. Alors que de leur côté, Chang et Amanda vont faire des bonds fulgurants dans l'enquête. Chang, un personnage haut en couleur qui contrairement aux autres personnages m'a beaucoup touché.
C'est donc une enquête suivi par 3 enquêteurs différents que nous offre l'auteure. Un polar qui change de ce qu'on peut lire habituellement. On est spectateur des enquêtes et on comprend au fur et à mesure le pourquoi du comment.
Une intrigue tirée au cordeau, tout s'imbrique correctement. On se demande quand et comment ils vont réussir à attraper la coupable. La psychologie de la tueuse est très bien détaillée. Nous apprenons certains aspects de la culture hindouiste. Le titre prend tout son sens en cours de lecture. L'écriture de Céline Denjean est très agréable et finalement les 500 pages défilent à une vitesse vertigineuse.
Un très bon polar que je ne peux que vous conseiller.

Détails sur le produit

  • Broché: 504 pages
  • Editeur : Marabout (28 septembre 2016)
  • Collection : Marabooks

mardi 11 avril 2017

Le plus loin possible de Maureen Maccarthy - Editions Denoël

4ème de couverture
Tess, vingt et un ans, vit avec son mari Jay et leur petite fille de trois ans dans une ferme isolée en Australie. Elle est régulièrement battue par son mari, mais les frères et la mère de Jay font semblant de ne rien voir. Un jour, un jeune couple qui voyage à travers le pays s’arrête dans leur village. Tess décide de saisir sa chance et, à l’aube, en cachette de tous, elle monte dans la voiture des inconnus avec sa petite fille. Un périlleux chemin vers la liberté commence alors...



Mon avis
Je remercie les éditions Denoël pour cette lecture.

Tess est la cadette d'une famille qui n'a pas eu de chance, avec un père qui s'est suicidé et une mère qui a fuit le foyer familial. Beth leur grande sœur fera tout pour que ses sœurs et son frère ne manquent de rien. Un jour, Tess part en vacances avec ses amies pendant une semaine, elle y fait la rencontre de Jay. Cette rencontre scellera le destin de Tess. Elle qui était considérée comme le vilain petit canard de la famille (résultats médiocres...). Elle sera flattée que Jay s'intéresse à elle et tombera dans son piège. Jay commencera à s'approprier Tess en lui faisant renier sa propre famille ainsi que ses amis. Malheureusement, il ne s'arrêtera pas en si bon chemin, il travaillera dur afin de la rendre psychologiquement dépendante de lui. Un jour, Tess se réveille à l'hôpital et a enfin le déclic pour fuir avec sa petite fille de trois ans. Mais jusqu'où iront-elles ? Harry, un jeune homme abîmé par un accident de moto et dont elle fait la connaissance pendant cinq minutes l'emmènera le plus loin possible. Mais peut-elle lui faire confiance ? Jay arrivera-t-il à la retrouver ?

Maureen McCarthy traite de sujets bien connus tels que le harcèlement physique mais aussi psychologique avec des violences domestiques qui montent crescendo. Le personnage de Jay est tout simplement méprisable et odieux !
 
"Le plus loin possible" avait bien débuté. Les sentiments de Tess mit à fleur de peau. On se met à sa place et on angoisse avec elle. On se demande si elle va réussir à aller au bout de son plan. Va-t-elle craquer avant et rebrousser chemin ? Pour la compréhension de l'histoire, l'auteure fait appel à la mémoire de Tess avec des retours dans le passé afin de comprendre pourquoi Tess en est là. Un livre qui vous plonge littéralement dans la peur. Les sentiments de Tess sont plus que palpables, son angoisse, ses cauchemars, ses délires... Toutes ses descriptions sont très réalistes. Le travail de sape qu'entretient Jay pour dépersonnaliser Tess est bien construit. On constate l'ampleur des choses au fil de notre lecture.
 
Tous les ingrédients étaient réunis pour une belle réussite mais la chute est quasi inexistante. Je regrette cette fin bâclée. J'ai le sentiment que l'auteure n'a pas su terminer son histoire et c'est bien dommage.

Un livre qui mérite d'être lu mais ne vous attendez pas à une fin mémorable.
 
 # By Aurélie :)

lundi 10 avril 2017

Du feu de l'enfer de Sire Cédric - Editions Les presses de la cité

**** Chronique de Jess ****

Manon maquille les cadavres, Ariel maquille les voitures. Elle est thanatopractrice, il est délinquant. Ils sont frère et sœur. Un jour, l'une des combines d'Ariel tourne mal et Manon se retrouve complice malgré elle. Lorsque les assassinats les plus sordides s'accumulent autour d'eux, traçant un jeu de piste sanglant vers une secte satanique, le capitaine Raynal s'intéresse à leur cas. Commence alors une traque qui brouillera les limites entre alliés et prédateurs et mettra à l'épreuve les liens du sang.
 
 
 
Si vous êtes un(e) habitué(e) des livres de Sire Cédric vous verrez que celui-ci est très différent de ses autres romans. Fini le côté surnaturel mais le côté horreur est toujours présent à mon plus grand bonheur.
 
Dès le prologue, l'auteur nous plonge dans l'horreur et nous savons d'entrée de jeu que nous allons nous aussi avoir peur.
Le sujet est vu et revu, une secte satanique qui organise des soirées très particulières où des femmes et des animaux sont sacrifiés. Mais ce n'est pas n'importe quel auteur qui en parle et avec Sire Cédric le vu et revu devient nouveauté.
 
Manon, depuis l'enfance a toujours essayé de régler les problèmes de son petit frère Ariel. Elle ne veut plus entendre parler de lui, mais une nuit, il débarque chez elle car il n'a nulle part où aller. Et de bonté de cœur elle finit par céder. Le lendemain, elle trouve une tâche de sang sur son plafond et découvre le corps sans vie de son voisin. Tout porte à croire que ce dernier s'est suicidé.
Mais le jour même son frère se rend compte que des personnes le suivent et sont à sa recherche. Pourquoi? Qu'a-t-il bien pu faire encore? Malheureusement pour lui cette fois il s'est attaqué aux mauvaises personnes. Il va se retrouver embarqué dans une drôle d'histoire et sa sœur va être malgré elle, emmenée dans le même bateau.
 
L'auteur ne va pas nous laisser une seconde de répit. Manon et Ariel vont essayer de sauver leur peau chacun à leur façon. Un frère et une sœur que tout sépare. Elle est une jeune femme responsable qui essaie de vivre convenablement. Ariel d'un an et demi son cadet lui ne fait rien de sa vie à part se droguer et tomber dans la délinquance.
Ce personnage est absolument détestable. Le travail sur les personnages est vraiment excellent.
 
Encore un excellent roman de Sire Cédric qui m'a fait engloutir ses plus de 500 pages en très peu de temps. Pas de temps mort, pas de longueurs. Les chapitres sont courts, le rythme impensable. Des rebondissements en veux-tu en voilà, des personnages tantôt sympathiques tantôt détestables. Des scènes assez horribles ponctuent le roman de part en part. En bref, foncez vous ne le regretterez pas du tout.  
 
Polar Lens 2017

La file d'attente pour avoir une dédicace de Sire Cédric à Polar Lens
 

jeudi 6 avril 2017

Le jour du chien de Patrick Bauwen - Editions Albin Michel

**** Chronique de Jess ****

Les ténèbres sont mon domaine. Le métro, ma cité des morts. La souffrance de mes victimes, mon plaisir. Je suis le Chien. Inquisiteur ou Guerrier Saint, comme vous voudrez. Dieu est avec moi. Djeen, je croyais l'avoir tuée. C'était il y a trois ans. Déchiquetée par les roues du métro. Et voilà qu'elle me menace... Je dois la retrouver avant que Kovak ne le fasse. Et ce jour-là signera l'apogée du mal. Sur les traces d'un tueur psychopathe, dans un Paris souterrain plus hallucinant que l'Enfer, le nouveau thriller de Patrick Bauwen, un des maîtres du genre depuis L'Oeil de Caine.


Imaginez : Un soir dans le métro, une coupure de courant et une jeune femme en train de se faire agresser par deux jeunes qui s'amusent à filmer la scène. Christian Kovak va essayer de s'en mêler et se prend une balle dans l'épaule.
A son réveil, il décide de regarder la vidéo de son agression avec son beau-frère Sam. Et sur la vidéo ils voient apparaître, Djeen, la femme de Chris décédée trois ans auparavant sauvagement assassinée.
D'entrée de jeu ou je dirais de chapitre, l'auteur m'a harponnée !

La jeune femme du métro, Audrey, décide de remercier Chris et ils se revoient pour une balade. Il apprend par la même occasion qu'elle est Juge et lui raconte son histoire. A eux deux, ils vont essayer de comprendre ce qu'il se passe. Est-ce que Djeen est toujours vivante? Où est passé le tueur en série qui s'est échappé de l'asile psychiatrique où il était enfermé?
Comme il n'a pas confiance en la police il va décider d'enquêter lui-même.

Et d'un autre côté nous avons le Chien, tueur sans scrupule qui vit dans les Catacombes. Pourquoi en veut-il autant à Christian et sa femme? Mystère... En tout cas nous avons là un être d'une noirceur peu commune. Nous avons là le Mal en personne.

Chris va vivre les prochaines semaines comme une course poursuite. Il va voir sa vie chambouler du jour au lendemain et va vivre des rebondissements comme jamais. Poursuivre un tueur en série ne va pas être de tout repos. Cette course va l'emmener dans de drôles d'endroits qu'il n'aurait jamais pensé découvrir. Et je peux vous dire que les scènes et lieux sont tellement bien décrits qu'on a l'impression de faire partie de l'enquête avec Christian. J'ai personnellement été happée par l'atmosphère angoissante qui se dégage de ce bouquin!

Voici un excellent thriller comme je les aime. L'auteur nous entraîne dans une chasse entre les différents protagonistes. Les chapitres courts nous embarquent dans un suspens qui monte qui monte. Nous allons de rebondissements en rebondissements. Et ne cherchez surtout pas à comprendre le fin mot de l'histoire car quand on vous révèle une partie de la vérité il y en a toujours une autre partie bien cachée. Jusqu'à la fin qui vous laissera littéralement sur le cul!
Un thriller passionnant, haletant qui une fois commencé sera impossible à lâcher. La preuve je l'ai quasiment lu en une journée. Un véritable page-turner.
Je n'avais lu que l'Œil de Caine de Patrick Bauwen qui était déjà très bon. Il faut absolument que je lise les autres qui m'attendent dans ma bibliothèque.
Et je finirais en disant que j'ai eu un peu l'impression d'être dans le film "Ne le dis à personne" basé sur le roman d'Harlan Coben, une histoire entre présent et passé qui resurgit mais qui là est encore bien meilleure!

Biographie de l'auteur

Patrick Bauwen dirige un service d'urgence dans un hôpital de la région parisienne. Il partage sa vie entre ses deux passions : l'écriture et la médecine d'urgence. L'Oeil de Caine (2007, 40 000 exemplaires vendus en librairie), a obtenu le prix Polar des lecteurs du Livre de Poche et le Prix Carrefour du 1er roman, Monster (2009), le prix Maison de la Presse, et Seul à savoir (2010) a reçu le prix Littré.

Détails sur le produit

  • Broché: 428 pages
  • Editeur : Albin Michel (29 mars 2017)
St Maur en Poche 2015



mercredi 5 avril 2017

Pamphlet contre un vampire de Sophie Jomain - Editions Mosécu

**** Chronique de Jess ****

S'il y a bien un truc qui m'agace, ce sont les romans à l eau de rose sauce vampire. Mais qu'ont-elles, à la fin, ces amoureuses de Dracula d opérette ? Ça ne tourne vraiment pas rond chez elles et ça commence à bien faire ; il est grand temps de rétablir la vérité : les vampires n'existent pas. Comment ça, « et s'ils existent ? » ? Eh bien, s'ils existent, je vais m'occuper de leur refaire le portrait, ça changera ! Je vais jeter sur mon blog un pamphlet ; un pamphlet contre les vampires. Et si, par le plus grand des hasards, un certain Hugo Rivoire un garçon aussi mignon qu'effrayant décide de me faire fermer mon clapet, il trouvera à qui parler ! Parfaitement ! Sauf que mon petit doigt me dit que je risque de le regretter...

 
Si vous ne le savez pas encore, je suis une grande fan de la saga Twilight (chose que j'assume totalement). Je pensais en lisant ce livre qu'il serait anti-twilight et que ce serait un livre qui ferait sourire les fans de la série ou les fans d'autres livres du même genre. En effet, Satine Müller, 17 ans, décide pendant ses vacances d'écrire un pamphlet contre les vampires. Pourquoi elle fait ça? Pour sauver sa meilleure amie qui pense que les vampires existent vraiment et qui attend son "vampire" charmant.
Mais à son retour au lycée, son blog a pris des proportions qu'elle n'imaginait pas. Hugo Rivoire et sa bande ne sont pas vraiment contents de la satire et demandent à Satine de le supprimer. Cette dernière trouve leur réaction disproportionnée. Pourquoi des jeunes gens comme eux, premiers de la classe, beaux et riches s'intéressent à des histoires de vampires?
Satine va se faire prendre à son propre jeu sur ce coup là! Elle qui pensait ne jamais finir comme les héroïnes qu'elle ne supporte pas elle va être servie!
 
Ce livre est une très belle surprise. Je ne connaissais pas du tout les livres de Sophie Jomain et quel plaisir de découvrir une nouvelle auteure à suivre de près. J'ai complètement adoré l'histoire. Il y a tout ce que j'aime : une histoire impossible, du suspens, des rebondissements, de l'amitié, de l'humour et des histoires de lycéens. J'ai adoré les personnages, surtout Satine et Hugo avec leurs caractères bien trempés. Je suis juste déçue de l'avoir terminé aussi vite, j'aurais aimé rester avec les personnages et connaître la suite de leurs aventures. Car j'espère bien qu'il y aura une suite ça ne peut pas être autrement je veux les retrouver! Ou sinon je pense que je serais prête à le relire une deuxième fois.
 
Une lecture géniale entre deux polars qui m'a fait passer un très bon moment. Je vais m'empresser d'aller voir les autres romans que Sophie Jomain a écrit car s'ils sont de la même veine je pense que vais apprécier!
 
Je remercie les Editions Mosécu pour cette lecture :-)
 

Détails sur le produit

  • Poche: 419 pages
  • Editeur : Mosesu (3 avril 2017)
  • Collection : POCHE
 
 


mardi 4 avril 2017

Ragdoll de Daniel Cole - Editions La Bête Noire

**** Chronique de Jess ****

La police découvre un cadavre composé de six victimes démembrées, assemblées entre elles par des points de suture telle une marionnette, et que la presse va rebaptiser Ragdoll, la poupée de chiffon. L'inspecteur Fawkes, qui vient juste d'être réintégré à la Metropolitan Police de Londres, dirige l'enquête sur cette épouvantable affaire, aidé par son ancienne coéquipière, l'inspecteur Baxter. Le tueur nargue la police en diffusant via les médias une liste de six noms, et en précisant les dates auxquelles il compte les assassiner.

Fawkes et Baxter réussiront-ils à sauver ces six personnes, quand le monde entier garde les yeux braqués sur chacun de leurs mouvements ?
 

Je remercie La Bête Noire pour cette nouvelle lecture.

Suite aux nombreuses éloges que j'ai pu lire sur ce livre et à l'avis de Gérard Collard qui en fait le polar à ne pas rater j'avais hâte de me plonger dedans.
Et comme la plupart des romans qui sont encensés par le public je suis déçue. Peut-être parce que je m'attendais à une grosse claque et à avoir un gros coup de cœur.

L'idée de départ pour l'intrigue est vraiment très bien trouvée. Un cadavre découvert dans un appartement, composé de six corps différents. L'inspecteur est personnellement visé quand on s'aperçoit que le cadavre pointe le doigt vers son appartement. De plus, son ex-femme, Andréa, qui est journaliste reçoit une liste de six noms avec six dates qui correspondent à leur mort. Commence alors un compte à rebours pour essayer de protéger les personnes sur la fameuse liste.
Mais quoi que fasse la police, le tueur semble impitoyable et trouve toujours un moyen d'arriver à ses fins.
Et d'un autre côté, les enquêteurs essayent de trouver l'identité des six corps qui compose "Ragdoll".
 
L'enquête n'est pas focalisée que sur la police londonienne mais aussi sur le rôle des journalistes. Ces derniers vont empiéter sur l'affaire et mettre à mal l'avancement de l'enquête.
Les personnages ont tous une part importante dans le livre. Il y en a énormément  dans ce livre et parfois j'ai dû faire marcher ma mémoire pour me rappeler quel était le rôle de certains. Fawkes, ce flic meurtri par une autre affaire. Il est plus que borderline et a deux doigts de se faire virer de la police.
Baxter, jeune enquêtrice au caractère bien trempé qui va faire de son stagiaire son souffre-douleur. Edmunds, le stagiaire de Baxter, qui va devenir plus qu'un simple stagiaire tellement il va se donner dans l'enquête.
 
Toute l'intrigue est bien menée, on se demande à chaque fois comment le tueur va réussir à tuer les personnes de la liste malgré la présence des policiers et garde du corps. Et ne cherchez pas à deviner comment le tueur va les tuer c'est impossible à deviner!
Par contre, je pensais avoir un rebondissement de dernière minute en fin de roman et bien non. Du coup aucune surprise pour moi car j'avais compris une partie du dénouement quasiment dès le départ. Une fin donc décevante en ce qui me concerne j'aurai aimé quelque chose de plus abouti et avoir certaines explications qui je pense sont manquantes.
 
Toutefois, c'est quand même un excellent premier roman, et je lirais le suivant car au vu de ce premier roman la suite risque d'être très prometteuse.

En écartant les branches de Marieke Aucante - Editions Marivole

4ème de couverture
Hermine de Saint Marc découvre la Sologne, la forêt, sa beauté, son mystère, sa secrète profondeur... Les fragrances d'un printemps humide et ses verts tendres, un automne à cor et à cri, les brouillards et la pureté d'un hiver rigoureux aux ciels bleu métal. Délaissée par un mari qui lui préfère la politique Hermine s'abandonne au désir, aux plaisirs de la chair, à la liberté première avec son garde-chasse. Une femme nouvelle découvre la promesse de la résurrection spirituelle et charnelle, dans une quête de l'absolu?! En écartant les branches, la jeune Hermine de Saint-Marc épouse la nature originelle, la vérité des choses. Une passion dévorante surgit au coeur de la forêt... Jusqu'à ce drame.



Mon avis
Je remercie les éditions Marivole pour leur confiance.

La jeune Hermine s'est mariée en partie pour la fortune de son mari. Grâce à la richesse de Charles-henry, Hermine s'installe en Sologne, mais une Sologne chère à son cœur qui lui rappelle la Russie. Son mari préférant la ville restera la plupart de son temps sur Paris et laissera le soin à Hermine de gérer la propriété.
Elle fera la connaissance de Pierre Germain, l'un de ses domestiques. Après un travail épuisant en usine, Pierre se reconverti en garde-chasse. Celui-ci a trouvé le métier et l'environnement qui lui plaît au sein des Hautes Bruyères, en plein cœur de la forêt. Très vite Hermine sera délaissée par son mari qui lui préfère ses relations publiques et politiques.
Selon le souhait d'Hermine, Pierre lui construira un mirador dans les arbres. Celui-ci sera l'unique témoin de leurs ébats silencieux, tendres,...une vraie passion qui pourrait leur brûler les ailes. Une tornade de sentiments s'abattra sur eux jusqu'au drame...

Commençons par la couverture du livre qui dévoile énormément de choses sur l'histoire que nous raconte Marieke Aucante. On aperçoit des branches d'arbres d'une forêt et entre toutes ces branches, une esquisse de silhouette avec de belles courbes. Une vraie tentation cette silhouette. Après avoir refermé ce livre, je peux dire que la couverture colle en tous points à l'histoire.

Marieke Aucante signe ici un livre plein de poésie, de grâce, agrémenté d'un style plein de métaphores et d'images. Un livre avec des passages érotiques plaisants qui pourraient vous émoustiller tant la plume de l'auteure est légère. Ici, rien de vulgaire, tout est poétique et empli de délicatesse.

"En écartant les branches" est un roman du terroir réel qui nous apprend les us et coutumes des solognots comme le travail du garde entre la préparation de la chasse ou encore le vidage des étangs pour la pêche. Des expériences sûrement vécues par notre auteure étant donné qu'elle est elle-même solognote.
Un ouvrage qui fait penser aux éditions De Borée qui ont également une ligne éditoriale du terroir.

"En écartant les branches" est une ode au sexe, à l'amour, au bonheur, à la nature mais aussi à la vie !
 
 # By Aurélie :)