samedi 27 mai 2017

Mör de Johana Gustawsson - Editions Bragelonne


**** Chronique de Jess ****

Mör : adj. fém. En suédois, signifie « tendre ». S'emploie pour parler de la viande. 
 
Falkenberg, 16 juillet 2015. Sur les rives d’un lac, on retrouve le cadavre affreusement dépecé d’une femme. Ses seins, ses fesses, ses cuisses et ses hanches ont été amputés de plusieurs kilos de chair.
Londres, le lendemain matin. La profileuse Emily Roy est appelée sur les lieux d’une disparition inquiétante : l’actrice Julianne Bell a été enlevée à l’aube, et ses chaussures ont été retrouvées à proximité de chez elle, emballées dans un sac de congélation.
Ces deux crimes portent la signature de Richard Hemfield, le « tueur de Tower Hamlets », enfermé à perpétuité à l’hôpital psychiatrique de haute sécurité de Broadmoor. Dix ans plus tôt, il a été reconnu coupable du meurtre de six femmes et de celui de l’ancien compagnon de l’écrivaine Alexis Castells. Comment alors expliquer que ses crimes recommencent ?


Block 46 avait été une très belle découverte et un gros coup de cœur (ma chronique ici). C'est donc confiante que j'ai commencé ma lecture de Mör. Et en refermant ce livre une seule pensée me vient à l'esprit :"comment une femme aussi charmante que Johana peut elle écrire des choses aussi horribles?!!". Ce bouquin est un énorme coup de cœur! Un regret : ne pas l'avoir lu dès que je lui ai pris à Polar Lens où je l'ai enfin rencontré.
Revenons donc au livre et à son histoire. Comme dans Block 46, l'auteure nous embarque entre deux pays (Londres et la Suède) et dans deux époques différentes à savoir de nos jours et à la fin du XIXème siècle dans le Londres de Whitechapel et de Jack l'éventreur. Moi qui adore voyager dans mes lectures je suis ravie.
D'entrée de jeu ou de chapitre si vous préférez nous sommes plongés dans cette histoire à tiroirs et nous nous demandons quel est le lien entre le passé et le présent. Le présent avec la découverte d'un cadavre sur les bords d'un lac. Une femme a été dépécée au niveau des parties charnues de son anatomie. Emilie Roy, la célèbre profileuse de Block 46 va être appelé sur l'affaire ainsi que l'auteure Alexis Castells. Cette dernière est directement concernée car il semblerait que le meurtre ressemble étrangement à l'oeuvre du tueur en série qui a sévi dix ans plus tôt et coûté la vie de son fiancé de l'époque. 
Aurait-on affaire à un copycat? De plus, une célèbre star de la TV londonienne vient d'être kidnappée dans des circonstances similaires et s'ensuit une course contre la montre pour la retrouver vivante. 
Vous l'aurez compris, ce livre ne nous laisse pas une seconde de répit. Nous retrouvons avec plaisir les personnages que l'on a connu en lisant Block 46 et nous en rencontrons de nouveaux pour notre plus grand plaisir. Car les personnages de Johana sont toujours très bien travaillés ce qui nous donne l'impression de les connaître vraiment. 
L'histoire et l'enquête sont aussi également très prenantes. L'auteure ne nous épargne aucun détails dans la vie des différents personnages, ni dans ce qu'ils ont pu subir que ce soit les victimes ou les personnes enquêtant sur l'affaire. Mais tout est dosé savamment, pas de gore superflus ni de voyeurisme salace. 
Je suis épatée par la qualité de ce polar qui est une totale réussite et je le redis un énorme coup de cœur. J'avais déjà été très enthousiaste  lors de son premier polar qui était déjà remarquable mais là elle a réussi à monter en gamme dans la perfection. Un livre qui est pour moi une totale réussite du début à la fin. Et quelle fin! Moi qui en général trouve le fin mot de l'histoire relativement vite ici rien! nada! Je suis allée de surprises en surprises. En bref j'ai eu beaucoup de mal à le poser et merci insomnie j'ai même continué ma lecture en plein milieu de la nuit. Un polar donc à ne pas louper, frissons et addiction garantis!

Polar Lens 2017
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire