lundi 31 juillet 2017

Sois zen et tue le de Cicéron Angledroit

**** Chronique de Jess ****



Depuis le temps que j'avais ce livre dans ma bibliothèque je me suis dit qu'il fallait que je le sorte et que je fasse connaissance avec la plume de Cicéron Angledroit (pseudonyme de Mr Claude Picq).

Cicéron Angledroit est détective privé. Il vient d'être embauché par Mme Costa qui lui demande d'enquêter sur la mort de son mari, décédé 10 ans auparavant. Il trouve cette requête bizarre mais tant que l'argent rentre il ne va pas cracher dessus.
Tous les matins il va prendre son café à la brasserie du centre commercial de l'Interpacher. Un matin il est témoin de l'explosion d'une bombe. Comme il est très curieux il va s'intéresser de près à l'enquête grâce à René qui travaille pour le supermarché. Et tous les jours une nouvelle attaque à lieu dans la ville.
Nous allons donc suivre de près les enquêtes de Cicéron en plus de ses histoires de cœur.

J'ai passé un agréable moment de lecture avec les aventures de ce détective très sympathique. Un livre qui se lit quasiment d'une traite qui est à mon avis plus porté sur les interactions entre les personnages que sur l'enquête en elle-même. Les personnages sont tous très sympathiques on a l'impression de les connaître et d'être au cœur de leurs histoires.

J'aime beaucoup l'humour de l'auteur, je me suis bien marrée plusieurs fois pendant ma lecture. L'humour est parfaitement dosé sans être lourd ce qui aurait pu gâcher la lecture.
Une lecture donc très sympa, je regrette de ne pas l'avoir lu avant. Je me rattraperai en achetant d'autres livres de l'auteur que je rencontre régulièrement en salon.



samedi 29 juillet 2017

Quelqu'un pour qui trembler de Gilles Legardinier - Editions Pocket


**** Chronique de Jess ****
Un médecin parti au bout du monde apprend que la femme qu’il a autrefois quittée a eu une fille de lui. Décidé à découvrir celle qui n’est plus une enfant, il rentre. Quelle place peut-il trouver auprès de cette jeune femme pour qui il a moins fait que pour n’importe quel inconnu ?

Avec les livres de Gilles Legardinier, on est toujours sûr que l'on va passer un bon moment de lecture. Une lecture sans prise de tête avec des personnages sympathiques, attachants et des histoires toujours agréables à lire.
Ce livre ne déroge pas à la règle. J'avais attendu avant de le lire et je pense que pour ma pause polar c'est un très bon choix.

Thomas, médecin humanitaire vit dans un petit village d'Inde. Il est parti de France depuis 20 ans et a vécu dans différents pays où il a vu la guerre, les conflits, les maladies et la pauvreté.
Un jour, un de ses amis lui rapporte des photos. Ce sont des photos d'une jeune femme de 20 ans. Thomas apprend que la femme qu'il aimait avant de partir a eu une fille et qu'il est son père. Il décide donc de rentrer en France afin de rencontrer sa fille.
Mais il n'est pas facile pour Thomas de revenir à la vie française. Tout a changé en 20 ans pour lui qui a vécu dans des lieux du monde très reculés.
Il trouve un poste de directeur de maison de retraite dans un petit établissement qui compte que très peu de pensionnaires et une infirmière. Il va très vite se prendre d'affection pour tous les habitants et ces derniers vont bien lui rendre.
Il ne va pas aller voir directement sa fille mais essayer de la connaître de loin en la suivant tous les jours. Il ne veut pas débarquer dans sa vie et tout chambouler sur son passage.
Thomas va donc vivre des aventures parfois périlleuses en entraînant avec lui les pensionnaires et les amis qu'il va rencontrer.

Encore une fois, Gilles Legardinier nous offre un roman très agréable, plein de sagesse et d'humour. Les personnages sont tous attachants. Le lecteur est intégré dans l'histoire comme s'il en faisait partie et on est un peu triste de les quitter en refermant le livre.
Cette fois l'auteur décrit la relation père-fille, la paternité et comment du jour au lendemain l'instinct paternel peut vous sauter au visage.
Bon ce n'est pas le roman que j'ai préféré de l'auteur mais ça reste un roman qui fait du bien et qui ne prend pas la tête et parfois c'est tout ce qu'on demande à un livre.

Dans le même style de lecture, un livre qui m'a fait penser à cette histoire est le livre de Virginie Grimaldi Le premier jour du reste de ta vie. Peut-être le fait que les deux histoires se passent dans une maison de retraire avec des pensionnaires hauts en couleur et sympathiques!


vendredi 28 juillet 2017

Examens de passage de Jean-Claude Ponçon - Editions Marivole

4ème de couverture
Après avoir bravé les interdits de la Braconne en pays Dunois, sous la houlette d'Arthur, vieux garçon marginal, trousseur de filles et braconnier de haute volée, le petit Jean connaît maintenant les vicissitudes d'un fils d'instituteur dans un village du Gâtinais. C'est l'année du « Certif », il doit se faire une place parmi les grands de sa classe, mais aussi conquérir les demoiselles de la cour des filles et connaître les déconvenues et les petits bonheurs des premières amours... autant d'examens de passage à l'adolescence, dans la France trouble des années d'après-guerre. Une belle histoire, drôle, profonde, surprenante, mais aussi un véritable document sur la vie d'une école et d'un village à cette époque. 


Mon avis
Je remercie les éditions Marivole pour cette lecture du terroir.

Nous sommes à l'après-guerre, Jean et sa famille se sont installés à Moineville, un petit village où tous les secrets ne le sont plus, où tous les commérages sont permis,...
Cette année est un enjeu scolaire, Jean et ses camarades doivent passer le Certif. Mais avant de passer le Certif, il va falloir que Jean amadoue le village et ses habitants. Il fait la rencontre de Verdier, un grand costaud, Mimi, Baulon, Zannini....  L'intégration de Jean serait plus simple si son père n'était pas l'instituteur de l'école et le secrétaire de mairie... Son père n'hésite pas à le blâmer devant tout le monde. Comment faire sa place quand on est fils d'instituteur ? Comment se démarquer des autres et être avec les "grands" ?

Jean ne cessera de parcourir son village à pied puis à vélo et d'aller de découvertes en découvertes. Nous sommes spectateur de la vie de Jean ainsi que de ses pensées dans l'arrière pays. C'est les prémices de l'adolescence, la découverte de soi, le dépassement de soi... Jean passera par plein d'émotions (solitude, amour, ennui,...). Il se cherche comme tous les jeunes à cet âge et c'est parfois difficile...

"Examens de passage" est une lecture plaisante où nous évoluons à travers les actions et pensées de Jean. Il est vrai qu'il est difficile de s'intégrer dans un petit village lorsqu'on a le statut de "nouveau". Rajoutez à cela le fait d'être le fils de l'instituteur... Un beau roman avec de belles descriptions de paysages (forêt, montagne, grotte...). Une plume qui se laisse porter au gré des pensées de Jean. Un livre qui se lit vite et qui le temps d'un instant remontera le temps, le temps d'avant.

L'auteur a choisi de revenir dans le passé pour nous enrichir car au fil de ma lecture, j'ai pu apprendre plein de choses et découvrir l'avant-guerre sous un autre horizon, celui d'un adolescent de 14 ans. 

 # By Aurélie :)

mardi 25 juillet 2017

Je m'appelle Birdy de Franco Mannara - Editions Calmann Lévy

4ème de couverture

ÊTES-VOUS PRÊT À JOUER À LA ROULETTE RUSSE ?
ÂMES SENSIBLES S’ABSTENIR

Paolo, guitariste underground, fait de la filature pour un détective privé. Sa mission : suivre Birdy, jeune femme en péril qui a fui son milieu huppé pour vivre avec des squatteurs.

Au même moment, une crise sanitaire éclate. Des douzaines de jeunes meurent après avoir consommé une nouvelle pilule bleue, sorte de « roulette russe chimique » qui fait fureur dans la nuit parisienne. L’inspecteur Ibanez est chargé de l’enquête.

Birdy est-elle liée à cette dérive macabre ? Comment stopper cette drogue qui cible les moins de trente ans ? Des bas-fonds de Paris aux salles de répèt, Je m’appelle Birdy est un polar toxique. Un voyage choc dans les ténèbres de la nuit, un scénario aussi haletant qu’effrayant.

« Foisonnant, provocateur, musical, drôle et trash,
avec des personnages déjantés… Accrochez-vous,
on ne lambine pas en chemin ! »
CARYL FÉREY



Mon avis
Je remercie les éditions Calmann Lévy pour cette lecture rock'n roll.

D'un côté, nous avons Pablo, musicien et détective amateur pour une agence, de l'autre Birdy, une punkette "clocharde", et enfin Ibanez, notre inspecteur gitan. Le destin de ces trois personnages vont se rencontrer pour ne plus se quitter le temps de notre histoire. Et quelle histoire ! Pablo prend en filature Birdy et finit par s'accrocher inconsciemment à elle. Birdy attire les ennuis comme les moustiques aspirent notre sang. Comme si cela ne suffisait pas, elle est contrainte à des déviances horribles. En parallèle, une mystérieuse pilule bleue apparaît sur le marché, tue énormément de monde, mais pas forcément au même moment... Birdy semble être liée à ce macabre scénario. L'inspecteur Ibanez est chargé d'enquêter sur ces morts mystérieuses mais il est loin d'imaginer ce qui l'attend...

Je trouve la couverture de ce roman top ! Elle correspond vraiment à l'histoire et à l'atmosphère complètement trash et rock'n roll de ce livre. Au passage, j'ai trouvé super d'intégrer la fameuse pilule bleue dans la couverture et je dois admettre que je ne l'ai pas tout de suite vu.

Pablo, Birdy et Ibanez pimentent ce livre atypique et collent à la perfection à la personnalité de l'auteur, rockeur dans l'âme. Franco Mannara a choisit de nous mettre face à la décadence de notre monde. Ici, l'auteur dénonce tout un tas de "saloperies", toutes plus horribles les unes que les autres, entre délits sexuels, drogue, domination, religion, secte,... L'auteur est cash et nous éclabousse de violence, car il faut admettre que certaines scènes peuvent être dures à lire,... Personnellement, je me suis faite à cette inexorable dégénérescence.

Franco a su allier une ambiance tantôt électrisante, tantôt glauque avec un rythme effréné qui vous ne laissera aucun répit. Inexorablement, il nous plonge dans son monde sordide, noir... Des scènes semblent même être vécues en tant qu'acteur ? spectateur ? En tout cas, cela crache et on en redemande. Un rythme qui vous promet une danse endiablée. On veut toujours en savoir plus, ce livre est vrai page-turner !

"Je m'appelle Birdy" est un premier roman et un pari osé réussi ! Ce thriller est complètement novateur et j'adore ! Un polar d'un genre nouveau, un polar qui tranche dans le vif du sujet. Un polar rock, un polar qui vous procurera des sensations fortes.

 # By Aurélie :)

lundi 24 juillet 2017

Sharko de Franck Thilliez - Editions Fleuve noir

**** Chronique de Jess ****

Eux, c'est Lucie Henebelle et Franck Sharko, flics aux 36 quai des Orfèvres, unis à la ville comme à la scène, parents de deux petits garçons.
Lucie n'a pas eu le choix : en dehors de toute procédure légale, dans une cave perdue en banlieue sud de Paris, elle a tué un homme. Que Franck ignore pourquoi elle se trouvait là à ce moment précis importe peu : pour protéger Lucie, il a maquillé la scène de crime. Une scène désormais digne d'être confiée au 36, car l'homme abattu n'avait semble-t-il rien d'un citoyen ordinaire et il a fallu lui inventer une mort à sa mesure.
Lucie, Franck et leur équipe vont donc récupérer l'enquête et s'enfoncer dans les brumes de plus en plus épaisses de la noirceur humaine. Cette enquête autour du meurtre qu'à deux ils ont commis pourrait bien sonner le glas de leur intégrité, de leur équilibre, et souffler comme un château de cartes le fragile édifice qu'ils s'étaient efforcés de bâtir.

Je suis totalement fan des aventures et enquêtes de Franck Sharko et Lucie Hennebelle que je suis depuis de nombreuses années maintenant. C'est donc toujours un plaisir de les retrouver.
Dans ce nouvel opus, Lucie se retrouve dans une situation peu commune. Sa tante lui demande un service. Son mari, flic à la retraite, enquêtait en off sur une histoire d'enlèvement. Il était persuadé d'avoir trouvé le coupable mais n'a pas eu le temps d'aller plus loin car une crise cardiaque l'en a empêché.
Lucie décide donc sans en parler à Franck d'aller enquêter. Elle rentre illégalement dans le logement d'un suspect pensant qu'il était absent. Malheureusement Julien Ramirez était bien chez lui et tente de la tuer. Dans la bagarre elle le tue accidentellement.
Franck prévenu, il va maquiller le meurtre afin de récupérer l'affaire et tout faire pour détourner l'attention de Lucie.
Mais le fameux Julien Ramirez est plus proche du diable que de l'ange et Lucie d'un côté a éliminé un sacré criminel sans le savoir.
S'ensuit une enquête qui va les porter au-delà de ce qu'ils auraient pu imaginer.
Ce que j'aime chez Franck Thilliez c'est le réalisme de ses enquêtes et surtout qu'il touche du doigt des problèmes sanitaires. Dans ce livre le sujet principal va être le sang et je peux vous dire que ça fait peur. Je me demande où il peut aller chercher des trucs pareils et où il trouve ses idées de romans. C'est carrément dément et addictif pour nous lecteur.
Et si vous avez peur d'être perdu avec le côté scientifique (qui prédomine de plus en plus dans les romans de Franck Thilliez) ne vous en faites pas car tout est clair, limpide et merveilleusement expliqué.
Et en plus du caractère scientifique nous avons le côté humain de l'enquête car nos personnages sont au cœur même de l'enquête cette fois. Eux qui ont si souvent été torturé, qui ont vécu le pire, vont se retrouver acculer et sur la sellette. Nous allons avoir peur pour eux tout au long du livre et prier pour que Lucie ne se fasse pas arrêter.
Tous les personnages sont toujours très bien travaillés et les enquêtes toujours plus prenantes. Car dans ce thriller nous avons deux enquêtes en une. D'une part le meurtre de Julien Ramirez et l'enquête qui va découler de sa mort dans ce que les enquêteurs vont découvrir au fur et à mesure.
Moi qui avait fait une pause polar car j'avais vécu plusieurs déceptions en matière de polar je peux vous dire que Franck Thilliez m'a rabiboché avec le polar et le thriller. Ce livre est tout simplement excellent! Un véritable page-turner. Pour moi le meilleur de la série Sharko-Hennebelle jusqu'au prochain :-)

vendredi 21 juillet 2017

Par amour de Valérie Tong Cuong - Editions J.C Lattès

**** Chronique de Jess ****

"Tout comme mes grands-parents, ma mère parlait peu de la guerre. Ou bien seulement avec d'autres Havrais. Je devinais pourtant qu'’ils avaient vécu l'enfer. Un jour, j'ai saisi les raisons de ce silence. La ville n'avait pas seulement été occupée par les Allemands. Nos propres alliés, les Anglais, l'avaient bombardée sans relâche, puis détruite, assassinant nombre de ses habitants. Ce n'était pas une chose à dire.
Alors, j'ai voulu comprendre. Il a fallu retrouver des témoins du drame. Exhumer des archives. Ce que j'ai découvert m’'a éclairée sur ce qu'est le courage, l'abnégation, et sur l'amour, qui était demeuré leur seul carburant."
Voici donc l'’histoire de deux familles havraises emportées dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale. D’'un côté, Joffre et Emélie, concierges d’'école durs au mal, patriotes, et leurs enfants ; de l’autre, le clan de Muguette, dont l'’insouciance sera ternie par la misère et la maladie.
Du Havre à l’'Algérie où certains enfants seront évacués, des chemins de l’'exode au sanatorium d'’Oissel, ce roman choral met en scène des personnages dont les vies secrètes s'’entremêlent à la grande Histoire, et nous rappelle qu’'on ne sait jamais quelles forces guident les hommes dans l'adversité.

Je continue ma pause polar en lisant un livre que je voulais lire depuis longtemps. J'en ai entendu tellement de bien et cette partie de l'Histoire me plaît tellement qu'il me tardait de le lire.
Ce roman qui retrace la Seconde Guerre Mondiale est différent des livres que j'ai pu lire à ce sujet. En général je lis des livres biographiques sur les camps de concentration. Ici, nous suivons la vie d'une famille Havraise : Joffre, Emélie, Jean, Lucie, Muguette (la sœur d'Emélie), ainsi que ses enfants Joseph et Marline.
Chacun va raconter sa vision de la guerre. Les chapitres alternent entre les différents protagonistes pour remonter l'Histoire au fur et à mesure, en passant de l'exode de 1940 à la fin de la guerre en 1945.
En lisant ce roman, j'ai appris énormément de choses que je ne connaissais pas sur l'aspect de cette guerre. Notamment le départ des enfants en Algérie dans des familles d'accueil pour les protéger des bombardements. Quel cruel dilemme se devait être pour une mère de se séparer de leurs enfants!
Je ne savais pas non plus que le Havre avait été autant détruit pendant cette guerre.
L'auteure a fait un travail de recherche et de documentation formidable pour nous livrer un roman passionnant. Elle a su capter mon attention dès les premières lignes grâce à un style délicat et tout en finesse.
 
J'ai eu l'impression de faire partie de cette famille pendant le temps de ma lecture. J'ai vécu avec eux les différents drames qui les ont frappés. Et malgré tous ces drames il y a l'amour, l'amour entre un mari et une femme, entre un frère et une sœur, entre une famille d'accueil et leurs enfants de cœur, entre des amis. L'amour est donc le ciment de ce livre qui aide à surmonter les malheurs de la guerre.
Un roman magnifique, passionnant, émouvant, et beau. A lire urgemment!



jeudi 20 juillet 2017

Hanna de Laurence Peyrin - Editions Pocket

**** Chronique de Jess ****

Suffirait-il de partir pour tout oublier ? En tout cas, c'est ce qu'a voulu croire Hanna. Pour effacer le souvenir de son amant, la jeune femme a quitté l'Irlande et a ouvert à New York une librairie, Pemberley, un endroit chaleureux où l'on vient piocher un bon livre et rester des heures à grignoter les meilleures pâtisseries de Manhattan. Au milieu de cette nouvelle vie il y a la petite Eleanor, 6 mois, qui, bien malgré elle, complique tout… et rend l'oubli impossible.
Hanna l'ignore encore, mais elle n'est pas la seule à avoir enfoui un secret trop grand pour elle. Bientôt, elle va découvrir que ses proches ont tous quelque chose à lui cacher : son mari, sa sœoeur, et même la mystérieuse Zelda Zonk depuis l'au-delà ! Que se passera-t-il pour Hanna lorsqu'un tout petit événement, presque anodin, fera éclater la vérité ? Après La drôle de vie de Zelda Zonk, Prix Maison de la presse 2015, Laurence Peyrin redonne vie à ses personnages pour notre plus grand bonheur dans une nouvelle histoire savoureuse et intense.


Après avoir lu et adoré La drôle de vie de Zelda Zonk (ma chronique ici) je n'ai pas pu m'empêcher de lire la suite tout de suite après. J'avais trop envie de retrouver Hanna et tous les personnages de ce livre.
Et bien celui-ci est encore mieux que le premier et j'ai passé un excellent moment mais trop rapide car je l'ai englouti en deux soirées!

Nous retrouvons donc Hanna, qui vit désormais à NY. Le décor de ce livre m'a beaucoup plus moi qui adore cette ville :-) Donc nous voilà à NY, Hanna essaie tant bien que mal d'oublier son amant, mais difficile en ayant sous les yeux le fruit de leur amour en permanence. Elle décide d'ouvrir une librairie chaleureuse avec l'aide de sa belle-soeur Sybil. Son couple bat de plus en plus de l'aile c'est tout juste s'ils s'adressent la parole.
Jeff que j'avais trouvé sympathique dans la première partie du premier roman devient un homme plein de mensonges.
Un événement imprévu renvoie Hanna en Irlande. Elle en profite donc pour régler ce que Zelda lui a légué en mourant. Mais celui qu'elle cherche à éviter et à ne plus revoir va refaire surface et la vérité va devoir finir par éclater.

J'ai adoré la relation d'Hanna avec son âme sœur. Mon côté romantique je pense. On a tous envie de vivre une relation passionnelle et amoureuse comme celle-ci. On ne souhaite qu'une seule chose c'est qu'elle quitte ce mari qu'elle n'aime plus pour vivre pleinement sa passion.
Nous retrouvons aussi une part de mystère avec une fameuse boite laissée par Zelda pour Hanna. Ce petit côté secret et mystérieux est un petit plus à l'histoire.

Un roman plein de sentiments une fois de plus avec des termes abordés qui peuvent que nous plaire : amour, trahison, secret, famille, amitié. Ce deuxième tome est pour moi une totale réussite. Autant certains deuxième tome ne serve pas à grand chose autant celui-ci était nécessaire pour voir comment Hanna allait remonter la pente et prendre sa vie en main.


mercredi 19 juillet 2017

Le bohémien aux yeux clairs de Didier Callot - Editions Marivole

4ème de couverture
Le destin tout tracé de Denis, jeune paysan berrichon, a pris un tournant inattendu et décisif lorsqu'il a rencontré Carmen, une jeune et belle gitane venue vendre des paniers dans la cour de la ferme familiale. Attirés l'un vers l'autre, les deux jeunes gens ressentent vite l'urgence de s'aimer avant d'être séparés par la prégnance de leurs milieux sociaux et culturels. Mais leur amour sera plus fort que les obstacles qui présageaient une union impossible et ils partiront, par monts et par vaux, à la recherche l'un de l'autre. Après de nombreuses aventures et mésaventures, ils finiront par se retrouver et pourront enfin espérer vivre heureux autour du fruit de leur amour, mais la Grande Guerre viendra à nouveau les séparer, comme une sorte de malédiction s'acharnant sur leur bonheur. Porté disparu à la suite d'une expédition nocturne dans les lignes ennemies, Denis ne donnera plus signe de vie et Carmen, se rendant à l'évidence de sa perte, reprendra sa vie de nomade au sein de son clan, mais avec malgré tout, au fond d'elle-même, une lueur d'espoir qui refuse de s'éteindre...

Sollicité par de nombreux lecteurs de son premier roman La Gitane, Didier Callot a repris sa plume pour redonner vie à cette belle histoire d'amour ou persiste une énigme autour de la disparition de Denis... Pour en connaître le dénouement, il vous suffira de vous laisser entraîner dans cette suite captivante, pleine de voyages et de rebondissements de La Gitane.


Mon avis
Je remercie les éditions Marivole pour cette très belle lecture.

La Grande Guerre est arrivée non sans heurts, car elle a de nouveau séparé Carmen (la gitane) et Denis (le jeune paysan berrichon). En effet, celui-ci a été mobilisé en tant que soldat. Il effectue des reconnaissances nocturnes. Denis ne supporte plus cette guerre et le fait d'être privé de Carmen et de son fils. Dès lors, il élabore un plan pour se faire prisonnier de l'ennemi... Sauf que les choses ne se passent jamais comme on le prévoit... Il est tout d'abord "embauché" en tant que fermier pour les allemands mais très vite, il va se retrouver dans une situation inextricable tant au niveau de la ferme, qu'au niveau de ses camarades prisonniers. Il va devoir fuir et vite ! Nous allons suivre Denis avec ses doutes, ses peurs, ses frustrations. D'évasion en évasion, nous allons vivre une foule d'événements. Un voyage périlleux mais en vaut-il la peine ? 
De son côté, Carmen aura toujours une lueur d'espoir que son Denis revienne de la guerre, mais elle aussi ne sera pas épargnée par la vie... Elle devra affronter d'avoir été répudiée par ses parents à cause des lois de son clan ainsi que le poids des traditions. Carmen réussira-t-elle à réintégrer son clan sans craindre un retour de bâton pour sa famille ?

Ce roman est un vrai coup de cœur qui raisonnera longtemps en moi. Tout d'abord, la couverture est magnifique et représente bien l'histoire. Le titre est remarquable, très doux et énigmatique, il donne envie d'en savoir davantage. Le geste suivant est assez aisé à prédire, puisqu'il entraîne immédiatement la lecture de la quatrième de couverture qui est tout autant alléchante. On ne peut qu'être attiré par cette histoire et la dévorer ! 

"Le bohémien aux yeux clairs" livre de belles leçons de vie mais pas que... on découvre le mode de vie des gitans ainsi que le très important carnet anthropométrique (qui s'appelle maintenant le livret de circulation). Denis va également voyager via une troupe italienne de cirque, et c'est avec plaisir que j'ai suivi le quotidien d'une troupe et que j'ai pu constater un bel esprit, celui de la solidarité. Denis, Carmen, Margarita et d'autres personnages sont terriblement attachants, on pourrait se damner pour eux. Je suis triste de quitter de si beaux personnages.

Didier Callot a un vrai talent d'écriture, une belle écriture riche qui donne vie à tout ce que l'auteur écrit. Une écriture qui nous apprend plein de choses réelles, qui nous fait vivre un tas d'émotions à travers ses personnages et ses descriptions de paysages. Un livre avec de courts chapitres accompagné d'un style fluide et plaisant qui sait tenir son lecteur en haleine. 

Ce livre, cette atmosphère que dépeint l'auteur dégage une force incroyable. Un témoignage de bravoure à travers une belle histoire d'amour que la guerre n'a pas su entamer. On le sait tous, l'amour nous donne des ailes ;)

Je n'ai qu'un regret, c'est de n'avoir pas lu "La gitane" qui doit être tout aussi captivant !

 # By Aurélie :)

lundi 17 juillet 2017

La drôle de vie de Zelda Zonk de Laurence Peyrin - Editions Pocket

**** Chronique de Jess ****

Et si tout le monde pouvait changer de vie ? Foutu mardi, foutue pluie... Sur cette route d'Irlande qu'Hanna a prise tant de fois pour aller à son atelier, c'est l'accident. À l'hôpital, la jeune femme se lie avec Zelda, sa voisine de chambre de 85 ans, positive et joyeuse, experte en broderie. Mais Hanna sent un mystère chez la vieille dame, qui esquive toute question précise sur son passé. Que peut-elle avoir à cacher, à son âge ? Bientôt, Hanna découvre que Zelda Zonk était le nom d'emprunt de Marilyn Monroe quand elle voulait passer inaperçue. Hanna sait bien que c'est absurde, Marilyn est morte il y a presque cinquante ans, et pourtant... Tout en menant l'enquête, Hanna commence à réfléchir au sens de sa propre vie. Est-elle vraiment épanouie dans ce hameau perdu, dans ce mariage routinier ? Si vraiment Zelda est Marylin, si elle a réussi à passer de la lumière à l'anonymat, pourquoi elle-même ne pourrait-elle pas changer de vie ?
J'ai connu Laurence Peyrin grâce à son dernier roman Miss Cyclone qui avait été un coup de cœur (ma chronique ici). Je me suis donc vite plongée dans ses autres écrits en lisant La drôle de vie de Zelda Zonk. Moi qui avait besoin d'une bonne pause polar car plusieurs grosses déceptions ce mois-ci m'ont fait comprendre qu'il fallait que je change de style.
Je me suis donc dit qu'un livre de Laurence Peyrin était un bon choix. Et je ne regrette absolument pas ce choix! A peine refermé j'ai qu'une seule envie me plonger dans les aventures et les histoires de cœur d'Hanna.
Hanna vit en Irlande avec son mari Jeffrey et sa nièce Patti. Sa sœur qui est hôtesse de l'air revient seulement quelques jours dans le mois entre 2 vols. 
Par un mardi pluvieux Hanna a un grave accident de la route. Sa vie va être chamboulée par cette accident et elle va remettre toute sa vie en question.
Elle va passer de longues semaines à l'hôpital et faire la connaissance de sa voisine de chambre. Cette dernière est une vieille femme de 85 ans qui va devenir une très bonne confidente. Mais Hanna sent que la vieille femme cache un secret.
Hanna va remettre en question sa vie, son couple.
Laurence Peyrin nous offre encore un super roman plein de sentiments (amour impossible, amitié, famille). Je pense que chacun peut se reconnaître dans les situations que l'auteure nous décrit. Les personnages sont tous très attachants. Laurence parle si bien des paysages d'Irlande que j'ai eu envie encore plus d'y aller.
J'ai adoré la relation entre Zelda et Hanna, leurs échanges, leurs discussions, le mystère qui entoure la vieille dame.
Le style est vraiment très agréable à lire. On ne voit pas les pages se tourner et on arrive à la fin avec un petit goût de trop peu. Une excellente pause entre deux polars. Laurence Peyrin est une auteure que je vais suivre de très très près maintenant.
Encore un petit coup de cœur pour un livre de Laurence. Je m'empresse donc de lire la suite Hanna.
Et si par hasard vous la croisez sur un salon surtout n'hésitez pas à aller à sa rencontre car elle est aussi charmante que ses livres!

dimanche 16 juillet 2017

Viens mourir avec moi de Karen Sander - Editions Albin Michel

4ème de couverture
Dusseldorf. Une avocate est retrouvée sauvagement assassinée chez elle. Le meurtrier a glissé une minuscule poupée nue dans le ventre de sa victime, comme un message à déchiffrer.Ce modus operandi n'est pas sans rappeler une récente affaire au commissaire Georg Stadler, qui sollicite l'aide de Liz Montario, psychologue et profileuse reconnue. Liz accepte de collaborer. Mais très vite, elle devient la cible de menaces et de lettres anonymes émanant de quelqu'un qui en sait apparemment long sur elle. Lorsqu'une de ses amies subit le même sort que les précédentes victimes, Liz doit se rendre à l'évidence : l'homme qui la poursuit et le tueur recherché sont une seule et même personne. 

Un thriller vertigineux, best-seller en Allemagne, qui révèle un duo à suivre.
Mon avis
Je remercie les éditions Albin Michel pour cette nouvelle lecture.

Grâce à la sélection des éditions Albin Michel, j'ai pu découvrir une nouvelle auteure allemande, Karen Sander. Et je peux vous dire que je ne suis pas du tout déçu par ce premier opus.

Nous avons deux personnages principaux : le commissaire Georg Stadler et la profileuse/professeur Liz Montario. Tous les deux ont de fortes personnalités et ne se laissent pas marcher dessus. Georg enquête sur une affaire lugubre avec des femmes éventrées. Ces meurtres lui rappelle une autre affaire. Pour se faire aider, il décide de faire appel à Liz officieusement puis officiellement. Acceptera-t-elle de l'aider ? Car lors d'une entrevue avec Liz, il lui dit qu'il sait qui elle est réellement. Liz, prise au dépourvue réagit très mal... Un secret qui pimente notre histoire et que l'auteure a su garder sous silence une bonne partie du livre. A ce propos, je n'ai eu de cesse de me poser des questions sur ce secret si bien gardé. Quand le voile a été levé, le rythme déjà bien lancé s'est accéléré à l'ivresse ! 

Indépendamment de tout cela, Liz reçoit de mystérieuses lettres anonymes. Lors de la réception de l'une d'entre elle, Liz décide de mettre son assistant à l'université (et hacker à ses heures perdues) sur le coup, celui-ci est retrouvé écrasé... est-ce une réelle coïncidence ? 

Vous l'aurez compris, Karen Sander ne nous laisse aucun répit et c'est très bien comme cela. Au travers de ces deux enquêtes, je n'ai eu de cesse de vouloir toujours en savoir plus. Karen a su garder sa ligne de conduite pour nous tenir en haleine tout au long du livre. Aucune longueur n'est à déplorer, c'est un succès qui vous tient captif tant que le mot "fin" n'était pas écrit. Une excellente combinaison avec de courts chapitres ainsi qu'une écriture et un style qui vont droit au but, tout est précis et placé minutieusement afin de dérouler le final. 

Une auteure allemande qui a su tirer son épingle du jeu ! A découvrir et à suivre de toute urgence !
D'ailleurs, mon petit doigt m'a dit que nous devions retrouver Georg et Liz dans de prochaines aventures et je ne peux que m'en réjouir !

 # By Aurélie :) 

samedi 15 juillet 2017

Un sac de Solène Bakowski - Milady Thriller

**** Chronique de Jess ****

En pleine nuit, une femme attend face au Panthéon, seule, un petit sac dans ses bras frêles qu'elle serre comme un étau. Cette femme, c'est Anna-Marie Caravelle, l'abominable, l'Affreuse Rouquine, la marginale.
Lorsque, vingt-quatre ans plus tôt, Monique Bonneuil décide de prendre en charge, en secret, à l'insu du reste du monde, l'éducation de la petite Anna-Marie, fille d'un suicidé et d'une folle à lier, elle n''imagine pas encore le monstre qu'elle abrite sous son toit et que, lentement, elle fabrique. La petite fille, poussée par ses démons, hantée par son histoire, incapable de distance, tue, un peu, beaucoup. Elle sacrifie, règle ses comptes, simplement.
Mais que fait-elle là, cette jeune femme agenouillée en plein Paris, au beau milieu de la nuit ? Et que contient ce mystérieux sac qui semble avoir tant d'importance ?
Voici l'histoire d'Anna-Marie Caravelle.

Après avoir lu et adoré Une bonne intention (ma chronique ici) je me suis dit qu'il fallait absolument que je lise Un sac au vu des très bonnes critiques que j'avais lu.
Et bien déception! Encore une ce mois-ci! Je ne sais vraiment pas quoi penser de ce livre une fois avoir lu la dernière page.

C'est une histoire noire, très noire. L'histoire d'Anna-Marie qui commence alors qu'elle est encore dans le ventre de sa mère. Fille d'un père suicidé et d'une mère qui va perdre la raison. Elle va se retrouver élevée par la voisine qui va la cacher au reste du monde. Mais le mal est ancré en elle. A 13 ans elle fuit l'appartement et se retrouve à la rue. Elle va rencontrer Camille, un jeune marginal de 20 ans avec qui elle va passer les 10 prochaines années. Ils vont vivre de prostitution et d'un semblant d'art. Mais le mal qui ronge Anna-Marie va finir par revenir plus violent qu'auparavant.

J'ai ressenti un malaise tout au long de ma lecture. La noirceur y est tellement présente qu'elle nous encercle nous lecteur. Le style de l'auteur est très bon voir même un peu pompeux à mon goût. J'ai largement préféré son dernier livre.
La fin par contre est étonnante et vraiment très triste. Rien de gai dans ce livre. Il n'y a que du négatif dans cette histoire. On souhaiterait un happy end pour Anna-Marie mais malheureusement pas de bonheur en prévision pour elle.
Une histoire à la Zola, qui dépeint la décadence et la déchéance d'une vie dans la rue et les conséquences psychologiques d'une enfance malheureuse.

Un avis donc mitigé en ce qui me concerne. Au vue des commentaires élogieux je m'attendais à aimer voir adorer ce livre. Il me laisse un sentiment bizarre, un mal être.
J'avais eu le même ressenti quand j'ai lu Sa vie dans les yeux d'une poupée d'Ingrid Desjours.


jeudi 13 juillet 2017

Projet Anastasis de Jacques Vandroux - Editions Robert Laffont

**** Chronique de Jess ****
Jean Legarec, responsable d'une agence privée de renseignements, n'a qu'une vague idée de ce qu'il va affronter lorsqu'il accepte une demande inhabituelle : enquêter sur la disparition d'un enfant de six ans, petit-fils d'un homme politique français influent. Pour un million d'euros, il va se lancer dans des recherches qui lui feront prendre tous les risques et le confronteront à son propre passé. Passant d'une ville de Paris secouée par des attentats sanglants aux neiges munichoises, de l'apparente douceur de l'île de Malte aux sombres forêts vosgiennes, le privé va croiser des témoins qui lui apporteront, pièce par pièce, la preuve d'un complot prenant racine dans le mal absolu. Ses alliés : un déporté des camps de la mort encore vigoureux, une historienne allemande sans tabou, d'anciens mercenaires aux méthodes très personnelles, une Alsacienne au charme discret, mais efficace, un ancien militaire qui rêve de sa Provence, des diplomates qui n'ont jamais vraiment pris leur retraite? Quand l'argent et le pouvoir sont en jeu, l'imagination ne connaît pas de limite, et la vie n'a plus de prix.


Je remercie les Editions Robert Laffont pour cette nouvelle lecture.

Quand j'ai lu la quatrième de couverture j'ai tout de suite été emballée par ce livre. Ceux qui me connaissent savent que tous les livres qui touche à la Seconde Guerre Mondiale m'intéresse.
Je peux vous dire avec certitude que ce livre est un énorme coup de cœur et je l'ai su dès les premières pages! L'auteur sait dès le départ nous harponner et nous plonger dans l'histoire.

L'histoire de Jean Legarec, ancien para, qui tient une agence de renseignement. Un homme qui connaît beaucoup de monde et qui ne se laisse pas faire. Quand Maud Clairval l'embauche pour retrouver son fils kidnappé il hésite à accepter le contrat. Ce n'est pas dans ses habitudes de retrouver des enfants perdus. Mais plus on lui fournit d'informations plus sa curiosité est titillée et ce n'est finalement pas qu'une simple affaire de kidnapping sur laquelle il va enquêter. Il va mettre la main dans un nid de guêpes et il va avoir du mal à s'échapper de l'essaim qui va le poursuivre.
Pendant sa recherche il va rencontrer des personnes toutes plus intéressantes les unes que les autres. Il est rare je trouve dans un polar que les personnages secondaires soient aussi bien travaillés. On s'attache aux personnages qui vont aider Jean et on déteste ceux qui lui veulent du mal.
Je me suis vraiment attachée à Jean, le personnage principal qui est un peu bourru. Mais on comprend très vite qu'il s'est passé quelque chose dans son passé qui le hante encore et l'empêche de s'ouvrir complètement. C'est une personne qu'on aimerait connaître et qu'on aimerait avoir à ses côtés pour sa fidélité, son engagement et sa loyauté. Une personne sur qui l'on peut compter.

Nous enquêtons donc avec Jean, nous voyageons entre différents endroits (les Vosges, Malte, Munich), nous cherchons la vérité et le pourquoi sans s'ennuyer une seule seconde. Vu la taille du livre (+ de 500 pages) on pourrait s'attendre à des longueurs ou des passages à vide et bien même pas! Ce livre vous emporte du début à la fin sans que vous vous en rendiez compte.
J'avais peur d'être perdu quand l'auteur aborderait les aspects techniques et scientifiques mais pas du tout. Tout est fluide et percutant.
Jacques Vandroux nous offre un polar passionnant et d'une qualité exceptionnelle, une enquête hors norme qui nous embarque très loin. Je referme ce livre triste de quitter Jean et ses amis, j'aurais aimé que l'aventure dure plus longtemps et ne jamais refermer ce polar.

Biographie de l'auteur

Ingénieur de formation, Jacques Vandroux a commencé à écrire dans le train et dans l'avion, au cours de ses nombreux déplacements professionnels. Il y a vite pris goût et a décidé de s'autopublier afin de partager ses histoires au grand public. Et le succès a été au rendez-vous puisqu'il est devenu, en moins de cinq ans, un véritable phénomène de l'autoédition, avec plus de 400 000 exemplaires vendus dans le monde.


lundi 10 juillet 2017

Flower of Scotland - La liberté en héritage - Tome 1 : L'Héritière de Sophie Damgé

4ème de couverture
A l’aube de fêter ses sept cents ans, la Fondation Wallace, créée en l’honneur de William Wallace, est menacée de tomber entre les mains de la mafia irlandaise.
Seule l’héritière légitime du Clan Wallace peut encore préserver son existence et ainsi lui permettre de continuer à œuvrer pour la Liberté à travers le monde.
Leena Normand voit sa vie basculer lorsqu’elle découvre qu’elle est cette héritière.
Commence alors pour elle une quête improbable et périlleuse qui la conduira sur les traces de son valeureux ancêtre, à travers l’Ecosse et son Histoire.
Pour sauver la Fondation et découvrir ses racines, il lui faudra affronter ses ennemis et surmonter bien des épreuves. Elle trouvera en chemin une aide inattendue, celle de… Sir William « Braveheart » Wallace.


Mon avis
Je remercie Sophie Damgé pour sa confiance en me faisant découvrir son roman.
 
Des siècles en avant, nous découvrons William Wallace et sa tragique mort... La "Fondation" est créée en l'honneur de William Wallace... 
En 2005, Leena Normand vient d'être diplômée, elle est médecin-urgentiste. La vie de Leena bascule du jour au lendemain à la suite d'un accident. Un 4x4 fonce droit sur elle, mais son unique et meilleur ami, Tom s'interpose et se retrouve à l'hôpital. Il est donc obligé de lui révéler son Histoire et le rôle de la Fondation créée en l'honneur de son ancêtre William Wallace. En quête de son passé, Leena s'affirmera et prendra son rôle très à cœur pour se jeter à corps perdu au sein de la Fondation. Elle sera bien entourée pour arriver au but ultime, cependant, comme dans toute mission, ses ennemis ne seront jamais loin d'elle...
 
J'admets que depuis que j'ai lu la saga "Le cercle de pierre" avant qu'elle ne ressorte sous le nom plus connu d' "Outlander", je me suis découvert une vraie "passion" pour tout ce qui a attrait à l'histoire de l'Ecosse ainsi que ses coutumes et sa langue : le gaélique... C'est donc avec plaisir que j'ai accepté de lire le livre de Sophie Damgé.
 
"Flower of Scotland - Tome 1 : L'Héritière" est un premier roman qui mérite d'être connu. Celui-ci est basé sur l'Histoire de l'Ecosse à travers le personnage William Wallace. Ce roman d'aventure allie à la fois l'Histoire mais aussi du suspens semé de rebondissements. Le style d'écriture de Sophie n'est pas que de la narration pure, son écriture est riche d'informations et nous apprend énormément de choses. J'ai adoré voyager à travers les yeux de l'auteure car je n'ai jamais réellement pu voyager. J'ai apprécié les jolies descriptions de paysages/villes. On a l'impression d'y être même sans y avoir été. J'y ai aussi découvert une partie gastronomie avec les plats typiques de l'Ecosse. Les personnages tels que Leena, Tom, Sean sont très bien travaillés et sont très attachants, forts de caractère, remplis de sympathie et d'humour. Néanmoins, les "méchants" ne sont pas si maltraités que cela. 
 
Un livre qui parle d'Histoire, de vengeance, mais aussi des réelles valeurs comme l'amitié, l'amour, la romance, mais aussi la famille et l'entraide. Un beau roman qui ne peut que se retrouver entre vos mains sans que vous ne vous en rendiez compte.
 
Pour les fans d'Outlander, foncez et les autres aussi ! 
 
Pour en savoir plus sur Sophie Damgé et commander ses ouvrages, c'est par ici ! Le Tome 2 vient de sortir, j'ai hâte de retrouver mes personnages favoris ! La suite au prochain épisode !
 
 # By Aurélie :) 

vendredi 7 juillet 2017

Le prix de la vérité de Florent Marotta

**** Chronique de Jess ****

Élisa est morte. Six mois après le suicide de sa femme, Paul sort de l’hôpital psychiatrique où il a dû se battre contre ses hallucinations.
Comment reconstruire sa vie ? Que lui reste-t-il si ce n’est sa fille placée par un juge ?
Quand il apprend que ce sont ses beaux-parents qu’il n’avait jamais vus qui ont la garde de son enfant, Paul vacille.
Alors, lorsqu’une lettre de la banque lui annonce que sa femme avait un compte caché, son monde s’écroule.
Dès lors, Paul n’a plus qu’un objectif, traquer la vérité.
À n’importe quel prix.
 

J'ai connu Florent Marotta grâce à son livre Pandore que j'avais particulièrement aimé.
Donc quand il a proposé à certains bloggeurs de lire son nouveau livre je n'ai pas hésité. J'ai été curieuse de voir comment il s'en sortait dans le thriller psychologique, car il est très facile de se prendre un mur avec ce genre littéraire. Et bien je dois vous dire que pour une première Florent s'en est très bien sorti !
 
Paul vient de sortir de l'hôpital psychiatrique où il a passé 6 mois suite au suicide de sa femme. Il ne se remet pas de la mort de cette dernière et culpabilise beaucoup. Mais dès qu'il sort tout lui retombe dessus. Il apprend que ses beaux-parents ne vivent pas en Italie mais à quelques kilomètres de chez lui et qu'en plus ils ont la garde de sa fille! La relation entre lui et ses beaux-parents est plus que tendue. Il sait que son beau-père le déteste et le rend responsable de la mort de sa fille.
Un matin, Paul reçoit un courrier d'une banque lui annonçant la fermeture d'un compte que sa femme avait ouvert derrière son dos. Il va rapidement découvrir une sombre machination. Mais est-ce son imagination qui lui joue des tours ou est-ce la vérité? Va-t-il retourner en HP?
Avec l'aide de son amie et collègue Eva, il va tout faire pour découvrir la vérité sur la mort de sa femme et qui est véritablement le responsable de son suicide.
 
Tout s'enchaine à la perfection dans ce livre. Dès les premiers chapitres nous voulons connaître la vérité comme Paul. Il n'y a aucun temps mort et ce livre pourrait se lire d'une traite tellement tous les éléments s'enclenchent et se déroulent.
Pas mal de rebondissements sont bien placés pour notre plaisir. J'ai cherché à deviner la trame de l'histoire et surtout la fin mais aucun indice ne m'a éclairé. Une bonne surprise donc pour moi cette lecture.
 
Donc si vous voulez lire un thriller sympa qui se lit tout seul je vous conseille de lire ce livre.
Il est en précommande sur Amazon a 2€99 et ça permet de soutenir  l'auteur pour le concours plumes francophones d'Amazon.
 
 

jeudi 6 juillet 2017

Lynwood Miller : Pas de printemps pour Eli de Sandrine Roy - Editions Lajouanie

**** Chronique de Jess ****
Lynwood Miller, le retour ! Le beau mais ténébreux ex-GI coule le parfait amour avec la jeune, belle mais très curieuse Éli. Tous deux profitent béatement des douceurs de l'été pyrénéen lorsqu'un coup de téléphone vient rompre cette quiétude : le père de Lynwood est décédé. L'ancien membre des forces spéciales américaines va devoir retourner au Texas pour l'enterrement. Il va lui falloir aussi révéler à ce qui reste de sa famille qu'il n'est pas mort depuis vingt ans ! Sa fiancée est, bien sûr, du voyage. Tout juste arrivé dans le ranch familial pour les obsèques, le couple découvre que des truands font pression sur James, le frère de Lynwood, qui doit juger - et condamner - un redoutable trafiquant...
Drogue, assassinat, enlèvement, poursuites, massacre, rien ne manque à cette nouvelle aventure de Lynwood Miller au pays des cow-boys et... du gaz de schiste. Il faudra toute la détermination et les compétences particulières de l'ancien soldat et les pouvoirs quelque peu stupéfiants d'Éli pour sauver leurs proches des agissements de la pègre. Suspense, amour, rebondissements et pouvoirs extraordinaires garantis.
Il y a des personnages de saga auxquels on s'attache plus que d'autre. Il nous tarde du coup de les retrouver et de voir leur évolution dans les prochains livres. J'étais tombée sous le charme de Lynwood et je pense que ma binôme Aurélie est du même avis que moi (d'ailleurs voici nos avis respectifs sur le premier opus ici). C'est donc avec impatience que depuis septembre nous attendions la suite.
Nous retrouvons donc Lynwood et Eli qui après leurs aventures et leurs séparations se sont enfin retrouvés pour, nous l'espérons, ne plus se quitter. Ils vivent d'amour et d'eau fraîche dans le chalet de Lynwood et ne voudraient voir personne d'autre.
Mais c'est sans compter sur les aléas de la vie. Un matin Lynwood reçoit un appel des USA qui lui annonce que son père est décédé. Il décide d'aller assister aux funérailles en emmenant Eli avec lui. Son frère, James, pense que Lynwood est décédé 24 ans auparavant. Ce dernier appréhende un peu la réaction de son frère.
Arrivé sur place tout se passe bien jusqu'à ce que le fils de James, Meri, se fasse kidnapper par des barons de la drogue. James étant juge dans l'affaire en cours, le coupable a trouvé un moyen de pression pour se faire acquitter.
Lynwood va donc partir à la recherche de son neveu avec l'aide d'Eli et de Smith, un des employés de James.
Encore une fois pas de temps mort pour les nouvelles aventures d'Eli et de Lynwood. Même si j'ai trouvé que le livre était plus axé sur leur relation amoureuse que sur l'enquête en elle-même. De petits rebondissements en cours de route sont très plaisants. Nous sentons la tension tout au long du récit et n'avons qu'une hâte c'est de tourner les pages.

Pas de doute pour moi cette saga est vraiment excellente. Si vous ne connaissez pas encore je ne peux que vous conseiller les livres de Sandrine Roy.

dimanche 2 juillet 2017

Que Dieu me pardonne de Philippe Hauret - Editions Jigal

**** Chronique de Jess ****
Ici, une banlieue tranquille, un quartier résidentiel et ses somptueuses maisons dans lesquelles le gratin de la ville coule des jours paisibles… À quelques encablures, une petite cité, grise et crasseuse. Avec sa bande de jeunes désoeœuvrés qui végètent du matin au soir. Deux univers qui se frôlent sans jamais se toucher.


D'’un côté, il y a Kader, le roi de la glande et des petits trafics, Mélissa, la belle plante qui rêve d’'une vie meilleure… De l'’autre, Rayan, le bourgeois fortuné mais un peu détraqué… Et au milieu, Mattis, le flic ténébreux, toujours en quête de rédemption.

 Une cohorte d'’âmes égarées qui n'’auraient jamais dû se croiser…
Des destins qui s’'emmêlent, des illusions perdues, des espoirs envolés… Et puis, cette petite mécanique qui se met en place comme une marche funèbre… implacable !
Je devais lire Je vis je meurs mais j'ai tardé. Je vais y remédier rapidement car Que Dieu me pardonne est une très belle découverte et j'ai hâte de retrouver la plume de Philippe Hauret. Voici un polar atypique, un roman noir qui change des polars habituels que l'on peut lire.
L'auteur reprend le personnage de son polar Je vis je meurs, Franck Mattis. Flic intègre qui ne supporte plus les débordements de son collègue Dan. Ce dernier est un facho et ne se gêne pas pour faire régner sa propre loi.
Franck rencontre Kader, un jeune d'une vingtaine d'année, qui file un mauvais coton. Il aimerait que ce jeune puisse s'en sortir et arrête ses conneries. Mais Kader n'a pas une vie facile. Il vit dans une cité, il a été déscolarisé de bonne heure et a cédé à la facilité de l'argent facile et des petits délits.
D'un autre côté nous avons Rayan, qui se fait arrêter régulièrement par Mattis à bord de sa Porsche pour excès de vitesse. Rayan est aux antipodes de Kader. Il est un riche rentier qui ne sait plus quoi faire de ses millions et délaisse sa femme devenue alcoolique à force de supporter les frasques de son mari.
Mattis décide d'aider les deux hommes à sa façon en les mettant en relation. Il demande à Rayan d'embaucher Kader pendant un mois pour lui éviter un retrait de permis. Il pense qu'en faisant cela il va aider les deux hommes. Puis nous avons Melissa, l'amie de Kader, jeune femme qui voudrait sortir de la cité mais qui galère à trouver du travail malgré ses diplômes.
Tous ces personnages n'auraient pas dû se rencontrer mais la vie les a mené sur le même chemin. Tout ne va pas se passer comme prévu et un incident va remettre Kader en prison. Mélissa et Mattis vont tout faire pour essayer de prouver son innocence.
Un roman noir très réaliste, avec des personnages tantôt attachants tantôt détestables. Il n'y a pas de longueurs tout est bien dosé, pas de détails superflus. Les différents personnages ont tous leurs problèmes personnels. Des problèmes que n'importe qui pourraient rencontrer.
Ici l'auteur démontre qu'il ne faut pas juger trop vite une personne sur son niveau social ou sur sa couleur de peau. Il réussit à nous faire aimer des personnages qu'on aurait pas forcément aimé dans la vraie vie.
Ce polar a été une très bonne lecture. Un livre qui se lit rapidement et dont on est triste de refermer la dernière page.

Merci aux Editions Jigal pour cette lecture.
L'avis d'Aurélie sur Je vis je meurs ici