jeudi 31 août 2017

Le Valet de Pique de Marie de Palet - Editions De Borée

4ème de couverture
Parti à la recherche d'un ancien château pour rendre service à son cousin André, Damien se demande bien pourquoi il a accepté d'aller se perdre sur ces petites routes sinueuses de campagne ; d'autant que, pour faire plaisir à sa grand-mère, il a promis de se rendre dans le village d'où est originaire sa famille. 
C'est là qu'il rencontre Valentin, un retraité à la fois bourru et attachant, qui s'avère être un cousin. Alors que Damien s'apprête à repartir, sa voiture tombe en panne, et le voilà contraint de passer quelques nuits sur place. C'est le début d'une grande amitié entre les deux hommes.
Au fil du temps, Damien va en apprendre un peu plus sur l'histoire de Valentin, mais un mystère demeure : pourquoi le surnomme-t-on le "valet de pique" ?


Mon avis
Je remercie les éditions De Borée pour cette lecture.

Pour rendre service à sa grand-mère et son oncle, Damien, jeune trentenaire part de sa chère ville : Montpellier, pour aller en Lozère dans un village perdu. Tout se passait bien, il avait trouvé le fameux château en ruine que lui avait demandé d'aller voir son oncle et il avait vu l'ancienne maison où avait habité son arrière grand mère. D'ailleurs, il avait fait la rencontre d'un cousin, Valentin, qui l'avait accueilli à bras ouvert. Quand Damien a voulu reprendre la route pour Montpellier, la voiture était en panne... En attendant, il appris à connaître de mieux en mieux Valentin et appris le surnom de celui-ci : le valet de pique ♠️ ! Tout porte à croire que ce surnom n'a rien de glorieux et le rabaisse sans cesse. Valentin souffre de ce surnom et n'en connaît pas l'origine. Afin d'enlever ce poids à son cousin, Damien mènera son enquête... Quels sombres secrets pèsent sur sa famille ? Quelles en seront les conséquences ? Peut-on arriver à conjuguer passé et présent ? 

J'ai pris beaucoup de plaisir à lire cet ouvrage car pour changer, ce sont des hommes qui sont nos protagonistes au cœur de l'action. Le valet de pique (Valentin) est mis en avant et nous apprend tout un tas de choses comme la préparation d'un civet, d'une tête de veau,... un fin cuisinier qui ravira vos papilles. Eh oui, il n'y a pas que les filles qui sont aux fourneaux ! 

Je me suis beaucoup attachée à Valentin, un homme ours en apparence mais le cœur sur la main. J'ai été émue par sa tristesse et j'aurais voulu l'aider comme l'a fait Damien. J'ai été navrée devant l'injustice qu'il avait subi depuis sa plus tendre enfance. Valentin serait un très bon ami! On ne veut que son bien. 

À travers les origines de l'auteure, nous découvrons la Lozère et ses petits villages environnants. Marie de Palet nous guide de Montpellier à Blacheres, en passant par le Pont de Millau et ses multitudes de routes en épingle quand on passe par la corniche.

Une lecture apaisante qui fait du bien, qui se lit toute seule. Ajoutez-y une fluidité doucereuse et ce n'est que du bonheur :) un roman réaliste à découvrir et une auteure à suivre !

# By Aurélie :)

mardi 29 août 2017

Concours - A gagner un exemplaire "Ne dis rien à papa" de François-Xavier Dillard

CONCOURS

 

A GAGNER UN EXEMPLAIRE DU DERNIER BEST-SELLER EN DATE

 

"Ne dis rien à papa" de François-Xavier Dillard




Pour cela, il vous suffit de répondre à cette unique question :
Quel est le premier ouvrage que François-Xavier Dillard a écrit ?


Pour participer, rien de plus simple ! Envoyez votre réponse à livresaddictblog@gmail.com

Clôture du concours au jeudi 31 août à 21h.

 
Bonne chance ! :)
 
Aurélie et Jessica

lundi 28 août 2017

Résilience de Damien Leban - Editions Fleur Sauvage

**** Chronique de Jess ****

Sur la tempétueuse île de Vinalhaven, l'éminent truand George Karletti est torturé à mort devant sa famille. Le shérif local bâclant volontairement l'enquête, ses deux adjoints reprennent discrètement l'investigation.

Entre chasse à l'homme, pression de la mafia et influences politiques, l'archipel maudit est alors mis à feu et à sang...



Encore un auteur dont j'entends beaucoup parler sur les réseaux sociaux et ce mois-ci je me suis enfin décidée à lire un de ses livres. Et encore une fois je regrette de ne pas avoir lu cette pépite plus tôt!
Je ressors de ma lecture essorée, ce livre est un coup de cœur et comme je n'ai pas envie de quitter la plume de Damien je vais de ce pas commencer le deuxième polar que j'ai dans ma bibliothèque.

Dans ce polar, Damien Leban nous embarque sur l'île de Vinalhaven. D'entrée de jeu ou de chapitre nous sommes happés par l'histoire. Une mère de famille rentre chez elle et se retrouve sous l'emprise d'un homme en noir qui menace son fils. La nuit va virer au cauchemar pour cette famille. Le lendemain, son mari est retrouvé mort après avoir été torturé. Cet homme n'est autre que le fils d'une grande famille de mafieux, Georges Karletti.
Dans le même temps, Mickael Simmons s'évade de la prison de l'île. Tout porte à croire que l'homme en noir et Simmons ne sont qu'un seul homme.
S'ensuit une chasse à l'homme lors d'une tempête mémorable. Le shérif Hanson sous les ordres du Maire qui n'est autre que son père va bâcler l'enquête sur la mort du mafieux. Soi-disant que la mère  de Karletti leur a demandé.
Mais les deux adjoints au shérif n'ont pas dit leur dernier mot et décident d'enquêter de leur côté. Desmond et Lauren vont faire une sacrée équipe. Deux personnages que l'on sent blessé et au passé trouble.
Ils vont découvrir des choses qui ne vont pas leur plaire et les meurtres vont continuer.

Ce polar est tout simplement génial tellement il est prenant! L'atmosphère est tout bonnement excellente. Tout est mis en scène pour nous ravir. L'île, la tempête, le shérif qui est pourri jusqu'à la moelle, les deux adjoints sympathiques, le côté horrible des scènes de crime. J'ai un peu retrouvé les mêmes sensations que lorsque je lis un livre d'Alexis Aubenque (et je peux vous dire que c'est un sacré compliment car j'adore les livres d'Alexis!). Les rebondissements sont aussi au rendez-vous et parfaitement semés dans l'enquête pour nous donner une petite claque quand on s'y attend le moins.
J'ai été complètement bluffée par l'intrigue et les retournements de situation que je n'ai pas vu venir une seule seconde. Un zéro faute donc pour ce polar qui est diablement bien écrit.
Encore un auteur que je vais suivre de très près. Je suis ravie de voir que les auteurs français sont très bons dans le polar et de voir que je vais encore passer de bons moments de lecture.

Noeux Les Mines 2016

samedi 26 août 2017

Ne dis rien à papa de François-Xavier Dillard - Editions Belfond


**** Chronique de Jess ****

Quatre jours et quatre nuits se sont écoulés avant que la police ne retrouve la victime dans cette ferme isolée. Quatre jours et quatre nuits de cauchemars, de douleurs et de souffrances, peuplés de cris et de visons imaginaires en face de ce jardin dans lequel elle a été enterrée vivante.

Sur un autre continent, loin de cet enfer, Fanny vit avec son mari et leurs jumeaux Victor et Arno. Leur existence bien réglée serait parfaite si elle ne percevait pas, au travers des affrontements qui éclatent sans cesse entre ses enfants, chez l'un, une propension à la mélancolie et, chez l'autre un véritable penchant pour le mal. Chaque jour elle se dit qu'elle ne pourra plus supporter une nouvelle crise de violence, ces cris qui la replongent au coeur d'images qu'elle voudrait tant oublier... À n'importe quel prix!

Et lorsqu'un nouveau voisin s'installe dans la grande maison, elle souhaite offrir le portrait d'une famille parfaite. Mais chaque famille a son secret et le sien est le plus terrible qui puisse exister.



Voici un livre que j'attendais avec impatience de lire. Je n'ai même pas suivi le conseil de François-Xavier d'attendre d'avoir accouché pour le lire tellement j'avais hâte de commencer l'histoire. J'ai tellement aimé tous les livres de François-Xavier que pour moi c'était une évidence que j'aimerais aussi celui-ci.
Je referme ce livre avec déception. Déception car je m'attendais à recevoir une claque comme dans Fais-le pour maman. Ma déception a été que j'avais tout compris dès les 50 premières pages, toute la trame, le coupable, le pourquoi et le qui est vraiment qui.
L'histoire se découpe entre passé et présent, et entre les différents personnages qui forment ce roman. Une histoire à tiroirs. Nous avons Fanny, fleuriste célèbre qui vit maritalement avec Mickael, peintre et leur jumeaux de 9 ans, Victor et Arno. On sent qu'il se cache quelque chose dans cette famille qui veut paraître parfaite. Il y a aussi leur nouveau voisin, Glenn, jeune pianiste célèbre qui vient de s'installer.
Et d'un autre côté nous avons une enquête criminelle. Des médecins sont tués de façon horrible. Dubois et Michaud vont tenter de retrouver le coupable.
Et entre les deux nous avons le passé avec un drame familial en Australie. Un mère a tué ses enfants et son mari et s'est envolé. Mais l'un des enfants a survécu au drame.
Nous avons aussi le passé d'Hélène, jeune étudiante qui a vécu un drame pendant ses études.
Nous nous doutons bien que tout est lié et assez vite donc nous comprenons tout.
Je pense que l'auteur a fait exprès de découper son roman de telle sorte qu'on comprenne rapidement l'histoire. Peut-être que finalement son but était de décrire la noirceur et le psychologique. Car ce roman est très noir, voir glauque. Il dépeint le pire de ce qu'une mère peut faire à ses enfants et sa famille. Le pourquoi est bien sûr psychologique, les suites et conséquences d'un événement qui ne peut que vous marquer dans la chair et l'esprit.
Le psychologique est donc le point fort de ce thriller. François-Xavier est très bon de ce côté là. La tension est aussi présente tout au long du livre, on ressent de l'angoisse pour certains personnages et le calvaire qu'ils peuvent ressentir. Le style de l'auteur est toujours aussi addictif et les pages se tournent s'en que l'on s'en rende compte. D'ailleurs je l'ai quasi lu en une soirée c'est vous dire.
Bon je m'attendais quand même à avoir un petit ou gros rebondissement de dernière minute mais malheureusement non.

*****

L'Avis d'Aurélie :

François-Xavier Dillard nous livre son 4ème roman "Ne dis rien à papa". Un roman qui regroupe quatre histoires différentes. Tout d'abord, nous avons une famille heureuse avec Fanny, Mickaël et leurs jumeaux de 9 ans : Arno et Victor, cependant, nous sentons une très forte tension chez Fanny. Elle est psychologiquement torturée et on sent qu'elle a énormément souffert. Quelques temps plus tard, un nouveau voisin, célèbre pianiste s'installe dans la maison d'à côté. En parallèle de ce quotidien, Dubois et Michaud mènent une enquête horrible, des médecins sont retrouvés littéralement brisés. Enfin, nous apprenons deux faits divers, deux abominables histoires : en Australie, une mère (Hélène) a décimé sa propre famille et n'a jamais été retrouvée. Un drame familial qui a fait coulé beaucoup d'encre et qui n'a pas dit son dernier mot avec un dernier survivant... et une jeune fille qui s'est fait violer pendant ses études...

Ces quatre histoires complètement différentes vont finir par se rejoindre pour n'en former plus qu'une vous vous en doutez ! 
Toutefois, j'avoue avoir été déçu d'avoir compris pas mal de choses même si j'ai eu ma petite surprise à la fin. Vous comprendrez si vous le lisez. Néanmoins, même si j'avais plus ou moins compris en partie l'histoire, j'ai pris énormément de plaisir à livre ce livre. Il se lit tellement rapidement. François-Xavier a un style très addictif, rajoutez à cela de très courts chapitres qui nous plonge successivement dans les différentes histoires. Du coup, on a qu'une hâte c'est d'arriver au chapitre suivant afin de découvrir la suite. 

François-Xavier a choisi d'agir sur le psychologique et c'est superbement réalisé ! Les sentiments tortueux tels que l'angoisse, le doute, et la peur sont la trame de ce livre. La torture que s'inflige Fanny est excellemment travaillé. D'autres personnages souffrent également comme les jumeaux avec l'un introverti et l'autre extraverti, ou comme un médecin que l'on suivra pas à pas dans sa mise à mort. Chacun à sa part d'ombre, de souffrance..., de vengeance. Un livre à ne pas mettre entre les mains de tout le monde. 

"Ne dis rien à papa" est un vrai page-turner qui ne fera pas long feu entre vos mains. 

# By Aurélie :)

jeudi 24 août 2017

La maison de Lou de Josette Wouters - Editions De Borée

4ème de couverture
Promise à Alfred Dethys, futur hériter d'une riche famille possédant la plupart des terres du village, la jolie Lou hésite pourtant à se donner à lui. Lorsqu'en 1916 elle croise Alexander Van Driès, jeune architecte au service de l'armée belge, ses dernières hésitations s'envolent. C'est certain, elle n'épousera pas Alfred Dethys mais ce bel officier qui la demande en mariage. Malgré les menaces de son père, qui ne se résout pas à voir partir sa fille avec un inconnu, Lou va suivre l'homme qu'elle aime et prendre à bras-le-corps cette nouvelle vie qui l'attend. 
Une vie parfaitement heureuse, jusqu'au jour où la crise de 1929 fait voler en éclats toutes les belles promesses d'un avenir radieux.


Mon avis
Je remercie les éditions De Borée pour cette lecture.

L'auteur nous dépeint la vie de Marie-Louise Caron appelée "Lou". Nous sommes à Gravelines, Lou est la fille d'un maréchal-ferrant et aide son père devant l'afflux de travail. Lou est promise à Alfred Dethys. Cependant, ces temps-là sont incertains, la Première Guerre Mondiale est bien là et Lou fait la rencontre d'Alexander, un architecte belge venu construire des baraquements hospitaliers. Alors que la destinée de Lou était toute tracée, cette rencontre va bouleverser sa vie par bien des aspects. Dans un premier temps, Lou refusera de se marier avec Alfred. De ce fait, elle sera reniée par ses parents à l'annonce de son mariage avec Alexander. Ils déménageront à Caen et vivront une vie d'un autre standing : riche et opulente. De cette union naîtra Robert-Alexander. 
Toutes les conditions idéales étaient réunies pour que Lou soit heureuse et à l'abri de tout toute sa vie. En 1929, le crack boursier fait ses premières victimes et vient semer la zizanie... 

Qu'arrivera-t-il à Lou ? Par où devra-t-elle passer ? Quelles en seront les conséquences ? Tant de questions auquel "La maison de Lou" répond.

Josette Wouters signe ici un roman bouleversant. Elle y conte la vie de Lou avec tellement de sentiments (l'amour, la joie, la crainte, la peur, l'angoisse, la mort, la vie,...). En fait, il y en a tellement que je ne peux pas tous les citer. Tout ce que je peux vous dire c'est que ce roman respire la vie et qu'il pourrait très bien être réel. Toute l'histoire de Lou est parfaitement crédible et romancée joliment. J'ai pris beaucoup de plaisir à suivre Lou tout au long de sa vie (joies et déboires). Une femme courageuse et prête à tout pour son enfant. Etant maman depuis un peu plus d'un an maintenant, je ne peux que comprendre Lou et j'aurais agi de la même manière, pour le bien de mon fils. Que ne pourrait-on pas faire pour notre progéniture ? Personnellement, je me battrais toujours pour lui, il décuple mes forces (mais nous nous éparpillons là !). Par contre, j'ai pris en horreur Alfred du début à la fin ! (vous comprendrez bien en le lisant). Quant à Alexander que j'avais trouvé jusque là charmant et aimant, je reste encore septique sur l'attitude à adopter... 

Un roman qui se lit très rapidement tant le style est fluide et l'écriture légère. De plus, de belles descriptions de plages, de dunes sont à l'honneur.

Un roman qui remonte le temps jusqu'à la première guerre mondiale en passant par le crack boursier pour finir à l'aube de la seconde guerre mondiale. Un retour en arrière décrit à sa justesse et qui deviendra le temps d'un instant : réel. Celui-ci ravira les passionnés d'histoire et d'une belle histoire, celle de Lou. 

# By Aurélie :)

mercredi 23 août 2017

Le dernier violon de Menuhin de Xavier-Marie Bonnot - Editions Belfond

**** Chronique de Jess ****

Rodolphe Meyer a été un célèbre violoniste. Le public l’'adulait, les critiques l’'encensaient. Il a été, il n'’est plus. L'’alcool a vaincu l'’artiste. Reclus, il vit en compagnie du prestigieux Lord Wilton, qui fut jadis le violon de Yehudi Menuhin, modèle absolu de Rodolphe.
Un héritage va précipiter le destin de Meyer. Émilie, sa grand-mère, lui lègue une ferme isolée, dans l’'Aveyron, au pays de Victor, l'’enfant sauvage immortalisé par François Truffaut. Au lendemain de l’'enterrement d’'Émilie, en pleine tourmente de neige, une panne de voiture piège Meyer dans la propriété ancestrale. En état de déréliction, le violoniste interroge son enfance volée par un père ambitieux, les secrets de sa mère, les rencontres avec le génial Menuhin, ses succès et ses échecs. Jusqu’'au jour où Victor apparaît. Le faune a pris l’'apparence de Rodolphe. Il est son double, sa part sauvage, celle que le musicien doit détruire pour ne pas perdre son âme.


Je remercie les éditions Belfond pour cette nouvelle lecture. J'ai adoré les romans de Xavier-Marie Bonnot que j'ai eu l'occasion de lire (La dame de Pierre et La vallée des ombres) J'aime son style, sa façon de décrire le monde et les descriptions qui prennent une part importante de l'histoire. Les sentiments sont aussi très présents et toujours très juste.
C'est donc avec un grand plaisir que je me suis lancée dans son dernier roman. Le sujet du livre me tenait particulièrement à cœur moi qui est aussi joué du violon. Ce livre est une ode à la musique et à Menuhin.
Rodolphe est un violoniste célèbre qui a tout gâché en s'enfonçant dans l'alcool. Il est passé de statut de "superstar" à quelqu'un de quasiment peu connu, c'est tout du moins ce qu'il pense. Sa grand-mère vient de décéder et il est l'unique héritier de la propriété de l'Aveyron.
Il se rend donc aux funérailles et décide de rester quelques jours dans la demeure.
Mais son passé et ses démons vont resurgir. Son double maléfique va venir le hanter sous la forme de Victor. Il va donc nous raconter différentes parties de sa vie d'avant (son enfance, les liens qu'il entretenait avec sa famille, le violon, son enfance volée, la rencontre avec le grand Menuhin....)
Ce livre est merveilleusement écrit. La musique est tellement présente qu'on a l'impression d'entendre les différentes symphonies décrites par l'auteur. C'est un roman intime et noir, sur les états d'âme d'un artiste sur le déclin qui souhaite quand même s'en sortir.
J'ai passé un agréable moment à lire ce livre. J'aurai eu le temps j'aurai pu le lire en une journée mais finalement je suis contente d'avoir pris le temps de le lire et de le savourer à sa juste valeur.
Encore une fois, Xavier Marie Bonnot nous démontre qu'il n'a plus rien à prouver dans son talent d'auteur, de conteur de belles paroles et qui sait se renouveler.
J'aurai envie de le relire en écoutant toutes musiques décrites dans ce roman. Je pense que je ne peux que vous conseiller de le faire.

Je suis ici pour vaincre la nuit de Marie Charrel - Fleuve éditions

**** Chronique de Jess ****

" Il est désormais trop tard pour reculer. Trop tard pour ne pas sauter à pieds joints dans le cercle."
Paris-Alger-Ravensbrück. Trois lieux pour retracer l'existence d'Yvonne Bellot, née Yvonne Brunel-Neuville, dite " Yo Laur ", fille d'artiste, artiste elle-même et arrière-grand-tante auréolée de mystère de l'auteure et narratrice de ce livre.

Enfant douée dans l'ombre de son père, élève talentueuse en quête de modernité, observatrice singulière dans la casbah d'Alger, Yo Laur fut tout cela, et aussi une épouse toquée de son homme, une frondeuse, une aventurière... jamais une mère. Elle a traversé des décennies de progrès, de beauté et de sauvagerie mêlés, défié les normes de son genre, croisé les légendes, de Gertrude Stein à Charles Nungesser, vécu comme elle l'entendait avant de s'éteindre parmi les femmes et les enfants du camp où elle fut déportée.
En reconstituant le puzzle familial à l'aide des pièces d'archives et de son imagination, Marie Charrel a tenu le pari d'éloigner sa peintre des ténèbres de l'oubli. Au-delà du témoignage sur cette femme exceptionnelle, se font écho, à cent ans d'écart, deux existences qui résonnent d'un même désir : vaincre la nuit pour vivre libre.



Je remercie Marie pour sa confiance et pour m'avoir permis de lire son nouveau roman en avant-première. J'ai connu les écrits de Marie Charrel grâce à son livre Les enfants indociles que j'avais énormément aimé (ma chronique ici). C'est donc avec un grand plaisir que j'ai commencé ce livre.
Ce livre est une sorte de biographie sur la peintre Yo Laur qui est née à la fin du XIXème siècle et qui est morte en 1945 dans le camp de Ravensbrück. L'auteure qui est sa petite-nièce a toujours été intriguée par un tableau qu'elle voyait dans sa famille. Mais à l'époque, personne ne voulait répondre à ses questions sur l'auteure de la peinture.
A l'âge adulte elle décide donc de partir à la découverte de la peintre, de sa vie professionnelle et personnelle, et de ce qu'elle a accompli au cours de sa vie.
Les chapitres alternent les recherches de l'auteure et les différents pans de vie de Yo Laur. Le livre se découpe en 3 parties selon les grandes phases de la vie de la peintre (Paris, Alger, et le camp).
Il est très intéressant de voir le chemin que Marie a parcouru pour retrouver la trace de la peintre. Moi qui suis très sensible à la peinture, je n'ai pu qu'aimer le parcours de cette femme au destin hors du commun. Yo Laur était une femme très indépendante, toujours à la recherche du perfectionnement. 
Sa vie en Algérie a été faite de belles rencontres (son mari André qu'elle a épousé sur le tard) et lui a ouvert l'esprit sur la peinture. Il n'était pas facile d'être une femme artiste-peintre au début du siècle. Elles étaient souvent méconnues et dans l'ombre des hommes. Pourtant elles étaient souvent de très grandes artistes voir même meilleures que les hommes.
La dernière partie du roman qui se déroule dans le camp de Ravensbrück est vraiment très émouvante. Je trouve que l'auteure a su décrire parfaitement la vie du camp et faire ressortir les horreurs qui s'y déroulaient.
J'ai été charmée par la vie de Yo Laur et je comprends l'enthousiasme ainsi que la ténacité de l'auteure à rechercher la vérité sur cette femme. Moi qui ne connaissais pas du tout la peintre, j'ai été curieuse d'aller voir sur Internet les toiles qu'elle avait peinte.
Je vous conseille d'en faire de même car ses peintures sont sublimes :-)

*****

L'Avis d'Aurélie :

Je remercie Marie Charrel pour l'envoi de son livre. Avec "Je suis ici pour vaincre la nuit", nous découvrons une grande dame, Yo Laur, peintre, et qui n'est autre que la grande tante de l'auteure Marie. Quand Marie était petite, elle était attirée par un tableau de Yo Laur. A chaque fois qu'elle posait des questions, tous les membres de sa famille esquivaient le sujet et ses questions restaient sans réponse. Marie n'a jamais oublié ce tableau et a décidé de mener son enquête pour savoir pourquoi le sujet était "tabou". Comme elle a su faire par le passé avec son "vrai père", elle part sur les traces de Yo Laur. 

Ce livre est une biographie de la peintre Yo Laur. Le livre reprend les trois grandes étapes de la vie de Yo Laur. En passant de Paris à Alger pour finir à Ravensbrück. L'auteure va se rendre à Alger puis à Ravensbrück afin de retrouver les traces de Yo Laur, de voir où elle avait vécu, de s'imprégner de sa vie... L'auteure nous raconte la vie de Yo Laur et alterne avec ses recherches de nos jours. Marie a réalisé un travail de recherche important, on voit que cela lui tient vraiment à coeur. Ce n'est pas un simple caprice. Il y a un réel besoin de savoir, d'un retour aux sources. Elle n'a eu de cesse d'écrire des courriers à des tas d'organismes afin de couvrir le plus de pistes possibles. Beaucoup de ses demandes n'ont pas abouti, ou d'autres se sont révélées être de vraies surprises. 

Les descriptions que ce soit au niveau des tableaux de Yo Laur, au niveau des paysages, des questionnements, tout est habilement expliqué pour être au plus réel. Un travail de longue haleine qui a le mérite d'être reconnu. On ne peut qu'apprécier la persévérance de Marie afin de faire lumière sur ce mystère familial. Je ne peux que vous conseiller de lire cet opus singulier qui sort du lot. 

Une lecture émouvante où les pages se tournent toutes seules. J'ai été littéralement embarquée par l'histoire de Yo Laur. Marie a su me faire vibrer à travers l'histoire de Yo Laur. Une histoire pas commune. Une histoire qui m'a touchée. Un livre qui s'est révélé être une vraie pépite. Un bel hommage/témoignage délivré par sa petite nièce, Marie Charrel. 

Si vous aussi vous voulez être transporté par le personnage de Yo Laur et l'histoire de ses peintures, lisez-le et vous ne serez pas déçu !  


# By Aurélie :)

Détails sur le produit

  • Broché: 352 pages
  • Editeur : Fleuve éditions (24 août 2017)
  • Langue : Français

mercredi 16 août 2017

Play de Franck Parisot - Editions Albin Michel

**** Chronique de Jess ****

Un serial-killer sévit sur New York. Sur chaque scène de crime, la police retrouve une clé usb contenant un message qui leur est adressé. Le point commun entre les victimes : toutes aimaient exposer leur vie sur internet... Les inspecteurs Brigde, Alves et Morgans se mettent à la recherche de celui qu'ils nomment " le cyclope ", en raison de la caméra frontale qu'il utilise pour filmer le calvaire qu'il fait endurer à ses victimes avant de les mettre à mort.
Mais le tueur les observe... Un grand thriller qui en maîtrise tous les codes et rivalise d'ingéniosité avec ceux des maîtres du genre.

Voici un livre que j'avais depuis longtemps dans ma bibliothèque. En le revoyant passer sur les réseaux sociaux je me suis décidée à le sortir. Je pense que j'ai trouvé mon coup de cœur 2017, je dirais même plus mon coup de foudre! La dernière fois que j'ai ressenti autant de plaisir à lire un polar date de ma lecture du Tueur intime de Claire Favan. Et si vous me connaissez vous savez à quel point j'aime les livres de Claire et que pour l'instant je n'avais trouvé personne lui arrivant à la cheville et bien je pense que j'ai trouvé. La qualité d'écriture et de l'histoire est au rendez-vous.
C'est simple ce livre est une tuerie au sens propre comme au figuré. Et c'est la première fois que je suis contente qu'un livre fasse autant de pages. Je n'avais d'un côté aucune envie de le terminer et d'un autre côté j'avais envie de connaître le fin mot de l'histoire. Mais j'ai décidé de le savourer comme il se doit.
Par contre âmes sensibles s'abstenir car les scènes de crime et de  mise à mort sont vraiment très gore et très dures à lire! Personnellement ça ne m'a pas dérangé. Je me demande seulement où l'auteur a eu de telles idées!
L'histoire en elle-même est vraiment très bien pensée et bien ficelée. Des cadavres sont retrouvés en plein New-York. Les corps retrouvés ont été malmené des pires façons. Et sur chaque cadavre il y a un indice pour l'inspecteur Bridge du 6ème precinct. Comment le tueur le connaît-il? Quel est le lien entre eux? Bridge prend cette affaire personnellement. Mais attention lui et son équipe vont avoir à faire à un tueur particulièrement intelligent. Les cadavres vont s'amonceler et le jeu de piste va ne plus finir.
On ne s'ennuie pas une seule seconde dans ce livre. Les descriptions sont tellement bien écrites qu'on a l'impression de regarder un film. Ce roman est vraiment très visuel ce qui est très agréable.
Ce polar m'a aussi fait penser à Seven c'est pour dire à quel point j'ai aimé.
En bref ce bouquin est un putain de bon livre! Si vous l'avez dans votre bibliothèque sortez le vite sinon courez l'acheter vous ne serez pas déçu!

mardi 8 août 2017

Memoria de François-Xavier Cerniac - City Editions

**** Chronique de Jess ****
Observée, traquée, isolée... Depuis son réveil à l'hôpital, Claire a basculé dans un véritable cauchemar. Elle se rappelle juste avoir aperçu une silhouette menaçante dans son appartement avant de s'écrouler. Aujourd'hui, en découvrant les bandages autour de ses poignets tailladés, la jeune femme soupçonne que la mort de son père, neurochirurgien, a été maquillée en suicide. Claire est-elle poursuivie par le même tueur ? Que cherche-t-il ? Et comment se défendre contre un ennemi parfaitement invisible ? Au fil des jours, les morts s'accumulent et des enfants sont atteints par un mal étrange.
Claire n'a pas d'autre choix que de se plonger dans un douloureux passé. Et au bout du chemin, se trouve la vérité. Terrifiante.


Depuis le temps que j'avais ce livre dans ma bibliothèque et que j'entends parler de François-Xavier j'ai enfin sauté le pas et lu Memoria. La quatrième de couverture m'a alléché, mon choix a donc vite été fait.

Claire, 23 ans, se retrouve à l'hôpital à la suite d'une "tentative de suicide". Je mets les guillemets car elle n'est pas suicidaire et est sûre d'avoir vu quelqu'un dans son appartement. Du coup elle remet en cause le suicide de son père, un neurochirurgien réputé. Et si on avait maquillé sa mort en suicide? Elle va donc enquêter pour essayer de trouver la vérité.
Et d'un autre côté nous avons Déli, une jeune femme du même âge que Claire mais qui n'a pas eu la même vie. Les chapitres alternent entre passé et présent. Nous allons savoir qu'elle a été la vie de Déli, une enfant battue, mal aimée. La vengeance va être au cœur de l'histoire. Mais pourquoi?

Bon j'avoue avoir trouvé la trame relativement rapidement. Mais malgré ce petit point négatif j'ai passé un excellent moment de lecture. J'ai dévoré ce livre en une journée. Les personnages sont très bien travaillés tous autant qu'ils sont. Le personnage de Déli est tout simplement machiavélique et curieusement j'ai ressenti de l'empathie pour cette jeune femme, à cause de tout ce qu'elle a vécu.

Les chapitres courts donnent une rapidité dans la lecture, et les pages se tournent très vite. Car on a qu'une envie c'est de savoir comment cela va se terminer. Le style de l'auteur est vraiment très agréable à lire. Bon par contre petite déception en terminant la dernière page! Il y a une suite! Il va donc falloir que je me la procure rapidement pour continuer l'histoire!

Un auteur à suivre de très prêt!



25ème heure du livre du Mans 2016

lundi 7 août 2017

La brûlure des anges de Pierre Gaulon - Editions Fleur Sauvage

**** Chronique de Jess ****

Aix-en-Provence, plein été.
Alors qu’'elle rentre chez elle au beau milieu de la nuit, Louise est victime d’'une tentative de viol. Sa vie bascule quand un providentiel protecteur massacre à mains nues ses agresseurs. L’étudiante en psychologie n'’a pas le temps d'’apercevoir le visage de son héros, seulement une cicatrice courant le long de son bras droit.
Dans une région caniculaire dévastée par les incendies, Louise, aidée d’'un journaliste au chômage, fera tout pour retrouver celui à qui elle doit la vie. Mais elle ignore que les démons sont aussi des anges déchus.
Une enquête qui les mènera jusqu’'aux plus profonds paradoxes de l’'âme humain.

Il y a 3 ans je découvrais la plume de Pierre Gaulon avec La mort en rouge et Noir Ego.
J'avais dès le premier été conquise par le style de l'auteur.
C'est donc quasiment les yeux fermés que je me suis plongée dans La brûlure des anges.
Pierre a le don de nous emporter dès le premier chapitre. Ce livre ne déroge pas à la règle.
Louise, une vingtaine d'années, rentre seule de soirée. Elle se fait agresser par trois gars qui tentent de la violer. Heureusement, un homme arrive et met à terre les trois individus. Dans le feu de l'action Louise n'a pas eu le temps de voir ni de remercier son sauveur.
Traumatisée elle se renferme sur elle-même jusqu'à ce que Quentin, un journaliste, sonne à sa porte pour l'aider à retrouver son fameux ange gardien.
Car pour Louise tous les signes prouvent qu'un ange veille sur elle. Mais ce qu'ils vont découvrir ne va pas du tout leur plaire....
L'histoire va alterner avec des chapitres dans le passé qui va nous raconter la vie du fameux ange gardien de Louise. Nous saurons rapidement qui il est et nous pourrons comprendre le pourquoi de certains faits. Mais un rebondissement de dernière minute va faire chanceler tout ce que nous croyons pour acquis. J'aime être trompée de la sorte!
Encore une fois je suis emballée par l'écriture de Pierre Gaulon et par l'histoire. Il sait se renouveler et ne pas faire dans le déjà vu et ça me plait.
Les deux personnages principaux sont tous les deux attachants et leur amourette ne gâche rien au plaisir de la lecture bien au contraire.
Une enquête menée par des personnes autre que la police change agréablement. Même si les personnages ont aussi leur passé glauque.
Par contre, j'aurai préféré une fin plus gaie. Mais je pense que ça aurait changé la perception du livre et tout gâché donc je respecte le choix de l'auteur.
Si vous ne connaissez pas encore cet auteur je vous le conseille grandement.

samedi 5 août 2017

Incarnatio de Patrick S. Vast - Editions Fleur Sauvage

4ème de couverture
Alex Shade, tueur à la hache qui a apporté gloire et fortune à James Simmons, devient son pire cauchemar quand le romancier se met à croire que le personnage qu'il a créé s'est incarné et le pourchasse...


Mon avis
Je remercie les éditions Fleur Sauvage pour cette lecture.

Alex Shade est le personnage récurrent qui a rendu célèbre James Simmons. Les livres de James Simmons sont de vrais best-seller ! Pourquoi me direz-vous ? Si vous aimez les thrillers, vous en deviendrez vite addict aussi ! 

Une nuit, sa femme se réveille et ne trouve pas son mari à côté de lui. Elle sait qu'il est un peu perturbé ces derniers temps et décide d'aller dans sa pièce d'écriture. Quel choc quand elle voit qu'il n'y a personne et qu'il y ait écrit "help me" sur l'écran... Il semblerait que James Simmons ne soit plus dans la réalité et se croit persécuter par son personnage récurrent, un tueur en série... Il est retrouvé dans le local d'entretien dans un état cataleptique... Dans la vie réelle, des meurtres ont lieu comme dans ses livres...  
Malédiction, manipulation, persécution, folie, que se passe-t-il dans cette ville si tranquille ? La fiction rejoindrait-elle la réalité ? 

"Incarnatio" est le premier ouvrage que je lis de cet auteur et je ne suis pas déçu. James Simmons est un célèbre auteur qui remporte un succès fou avec son tueur en série Alex Shade. Pourtant, à force de vivre avec son personnage, il se croit persécuté par celui-ci. Il dit être poursuivi,... Mais, revenons à la base, comment lui est venu l'idée de sa toute première histoire où il a donné "vie" à son tueur en série ? 

Chaque personnage a sa place et son histoire. Tout est lié et superbement travaillé. De multiples pistes sont possibles, envisagées et fouillées. 

Patrick Vast sait appâter son lecteur dès les premières pages. Les actions descendent en cascade et sont précises. Tout est calibré proprement sans temps mort. Un rythme soutenu qui fait que j'ai lu ce livre en deux soirées ! Ce livre est un vrai page-turner !

Une très belle réussite. Le sujet du livre est aussi singulier, j'ai adoré suivre les "délires" d'un auteur à travers son personnage de serial killer étant moi-même une fan inconditionnelle ! 

Fleur Sauvage confirme la qualité de ses auteurs ainsi que de leurs écrits :)

# By Aurélie :)

jeudi 3 août 2017

Le dernier refrain de Katia Valère - Editions De Borée

4ème de couverture
Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, Edna de la Bruaudière se retrouve confrontée à la réalité. Face à la ruine de ses parents, dont l'entreprise n'a pas survécu aux années de conflit, elle est contrainte de travailler. Mais Edna est une forte tête et n'a qu'une ambition : devenir chanteuse. Elle monte à Paris, prend des cours de musique, de chant, de théâtre : un apprentissage rude et sans pitié pour cette jeune fille pas encore majeure. Bien plus qu'un métier, c'est la vie qu'elle va apprendre...


Mon avis
Je remercie les éditions De Borée pour cette lecture.

Edna de la Bruaudière n'a que 16 ans lorsque la Seconde Guerre mondiale s'achève laissant ses parent ruinés. Pour aider ses parents, elle va devoir travailler mais ce n'est pas forcément cette envie qui tente Edna. Pourtant, elle ira jusqu'à se faire humilier afin d'aider ses parents. Mais Edna n'est pas une fille comme les autres, elle a un rêve ! Elle espère devenir une grande chanteuse lyrique. N'est-ce pas le rêve de toutes les jeunes filles de cet âge ? Devenir célèbre... Mais le milieu des paillettes est imprévisible et pour tenter d'y accéder Edna va devoir redoubler d'efforts pour entrapercevoir le vedettariat. 

"Le dernier refrain" est un témoignage autobiographique de l'auteure. Elle reprend les principaux événements de sa vie afin d'arriver à son but ultime : devenir Chanteuse et plus précisément Chanteuse Lyrique. 
Ce roman est aussi une affirmation qui démontre le monde des Artistes et son hypocrisie mondaine.

Nous allons donc suivre les péripéties d'Edna depuis une boutique de prêt-à-porter où elle sera humiliée, puis elle deviendra dame de compagnie et gouvernante en Belgique.
Après cela, elle ira rejoindre la capitale afin de prendre des cours de chants, de théâtre,... mais tant d'efforts pour ne pas avoir la certitude d'être reconnue, est-ce bien nécessaire ? 

La carrière d'Edna débutera mais pas forcément comme elle l'aurait souhaité. Un autre genre s'offre à elle... Quels sacrifices Edna devra-t-elle faire ? 
Et puis, n'oublions pas tous les garçons autour d'elle. 
L'idéal est-il là où on le cherche ? 

J'ai toujours adoré les ouvrages des éditions De Borée mais pour la première fois, je suis déçue (eh oui, cela arrive!). Pour ma part, j'ai trouvé qu'il y avait beaucoup trop de longueurs, j'ai commencé à "m'accrocher" à l'histoire qu'à partir de la 110ème page (sur 508 pages). Je pense qu'il y a bien 150 pages de trop. Toutefois, il faut reconnaître que le personnage d'Edna est bien travaillé, fort de caractère et d'une éducation inégalable. 

J'ai aussi passé de bons moments, quand Edna évoque qu'elle joue aux petits chevaux avec sa famille. Cela m'a fait repenser à tous ces jours, où toute la journée, ma sœur, mon arrière grand-mère et moi-même jouions aux petits chevaux, au loto, aux dominos...

Une lecture qui n'a pas su me séduire, mais peut-être que pour vous le charme opérera...

 # By Aurélie :) 

Le doute de S.K Tremayne - Editions Presse de la cité

**** Chronique de Jess ****


Un an après le décès accidentel de Lydia, l'une de leurs filles jumelles, Angus et Sarah Moorcroft décident de tout recommencer en changeant d'environnement. Ils rejoignent alors une petite île écossaise qu'ils ont héritée de la grand-mère d'Angus.

Mais l'emménagement ne se passe pas aussi bien que prévu ; Kirstie, leur fille survivante, se met à affirmer qu'elle est en réalité Lydia. Alors qu'un brouillard glacial enveloppe l'île, l'angoisse va grandissant.

Que s'est-il vraiment passé en ce jour fatidique où l'une des deux sœurs a trouvé la mort ?





Ca fait un bout de temps que j'entends parler de ce livre. J'ai profité de ma rencontre avec l'auteur à St Maur en Poche pour lui acheter ce livre.
Je suis très attirée par les histoires psychologiques qui mettent en scène des jumeaux. J'en ai lu beaucoup des très bons et des moins bons (Je vous ferais une petite liste en fin de chronique si vous aussi vous êtes intéressés).

Voici donc ici l'histoire de jumelles. Kirstie et Lydia. La dernière est décédée suite à un accident chez ses grands-parents il y a plus d'un an. Ses parents, Sarah et Angus, décident de quitter Londres à la suite d'un héritage et de partir vivre en Ecosse sur une île. Ils veulent se reconstruire après le drame qui les a touché.
Ils sont tous les deux confiants et ont hâte de recommencer leur vie. Mais Kirstie commence à avoir un comportement étrange et prétend qu'elle est Lydia, que ses parents se sont trompés le jour de l'accident. En fait, Lydia et Kirstie sont de vraies jumelles que rien ne peut différencier. A part peut-être leur comportement. Sarah commence sérieusement à douter et essaye de se rappeler de ce fameux jour. Angus de son côté cache quelque chose à sa femme. Mais quoi? nous le serons tardivement dans notre lecture. Chacun à ses secrets et on a qu'une seule envie savoir ce qu'il s'est réellement passé le jour de l'accident.

L'ambiance de ce livre fait vraiment froid dans le dos. Ce livre est angoissant, glaçant au possible. L'atmosphère de l'île y joue beaucoup. Comme si elle était hantée par des esprits malveillants qui souhaitent rendre dingue les habitants.
Nous nous sentons nous aussi isolé de cette île et de ses secrets. La tension est palpable du début à la fin. L'auteur ne nous laisse aucun répit.
Un thriller psychologique que l'on ne peut pas poser tant on souhaite connaître le dénouement.

D'autres histoires qui mettent en scène des jumeaux :
Deux gouttes d'eau de Jacques Expert
Pas de deux de Sophie Aubard
A sa place d'Ann Morgan
Duelle de Barbara Abel


St Maur en Poche 2017


mardi 1 août 2017

Joyeux suicide et bonne année ! de Sophie De Villenoisy - Editions Denoël


**** Chronique de Jess ****

«Tu fais quoi à Noël?
Moi je me suicide et toi?

Bien sûr, dit comme ça, ça peut paraître sinistre, mais à quarante-cinq ans c'est ma meilleure option. Ce n'est pas comme si je faisais des malheureux autour de moi. Comme si j'abandonnais mari et enfants. Je n'ai ni chien ni chat. Même pas un perroquet pour me pleurer.
Et puis ça me laisse deux mois pour faire connaissance avec mon vrai moi.
Deux mois c'est court. Ou long, ça dépend de ce qui se passe, en fait.


J'ai connu les écrits de Sophie De Villenoisy grâce à son roman Question de standing (ma chronique ici). J'avais beaucoup apprécié le style et l'humour de l'auteure. Lors de ma rencontre avec Sophie au salon St Maur en poche je lui ai donc pris Joyeux suicide et bonne année qui m'avait l'air d'être un très bon roman pause polar.
Comme je suis plus pause polar en ce moment j'ai décidé de vite le lire.

L'histoire de Sylvie Chabert, 45 ans, sans mari ni enfant. Une femme plutôt quelconque ni moche ni belle. Elle ne fait pas vraiment attention à son apparence. Elle est une employée modèle qui a toujours fait tout dans les règles depuis sa plus tendre enfance.
Après la mort de son père elle se retrouve vraiment toute seule et décide qu'elle veut choisir la date de sa mort. Ce sera le 25 décembre. Mais avant cela elle prend rdv avec un psy afin de dire tout ce qu'elle a sur le cœur. Le psy ne va pas empêcher Sylvie de mettre son plan à exécution mais il va lui donner des exercices à faire entre chaque séance.
Dès lors la vie de Sylvie va commencer à changer.

Encore une fois je sors de ma lecture très emballée. Un deuxième roman qui confirme donc mon point de vue sur l'auteure. Elle a une plume addictive qui fait que les pages se tournent sans que l'on s'en rende compte. Et on arrive à la fin déçu de quitter l'histoire, on en voudrait plus! Le personnage de Sylvie est drôle, attachant, on a envie de devenir sa copine et de l'aider.
Ce livre est drôle, pétillant, émouvant, un vrai moment de détente sans prise de tête. Un livre qui se lit d'une traite et qui fait du bien.
Si vous aimez les romans feel good je ne peux que vous le conseiller.



St Maur en Poche 2017