vendredi 18 mai 2018

Serial Killeuse de C.J. Skuse - Editions Denoël

4ème de couverture
Vous pensez que Rhiannon est simplement cette jeune assistante éditoriale, un peu terne et effacée, pas bien jolie, celle que personne ne remarque au bureau ? Souvenez-vous, elle a fait la une des journaux il y a une vingtaine d'années : cette enfant, seule survivante d'un massacre chez sa nourrice, c'était elle ! Toutes les télés en ont parlé et ont diffusé les images de cette gosse terrifiée par plusieurs jours de séquestration. Depuis, Rhiannon a grandi, s'est "reconstruite", comme on dit : un job, un petit copain, des amis qui parlent mariage et fringues, tout semble normal. Mais le soir, Rhiannon n'est plus la même : elle écume les sites de rencontres sur Internet, se balade dans les coins malfamés de la ville, drague certains types louches. Et, secrètement, elle fait des listes de "gens à tuer" : depuis le caissier de Lidl qui l'a fait attendre, jusqu'au chauffard qui a failli la renverser, tous ne méritent qu'une chose : sa vengeance. Vous croyez qu'elle plaisante, vous avez tort !
Mon avis
Je remercie les éditions Denoël pour cette lecture.

Le jour, Rhiannon est une jeune assistante éditoriale assez banale mais qui a quand même des habitudes peu communes. Le soir, elle se révèle et sort de l'ombre ! Son passe-temps favori est de faire la collection de petites figurines (dont elle prend grand soin), de s'occuper de Tink (sa petite chienne) et de faire des listes de gens à tuer pour tout et n'importe quoi... Rhiannon fait partie aussi des MIAL (Meufs Impossible A Lâcher) pour avoir un semblant de vie "normale", mais entre nous, elle les déteste ! Les apparences sont parfois trompeuses...
Mais Rhiannon n'est pas celle que l'on croit. Souvenez-vous, elle a "survécu" au drame chez sa nourrice où elle avait été laissée pour morte. Depuis ce temps, elle a changé et a des envies de meurtres à tout bout de champs... Nous allons donc suivre Rhiannon (alias Rhee) pendant six mois de sa vie.

J'avais été très attirée par la quatrième de couverture et surtout par le fait que Rhiannon soit la seule survivante d'un drame. Je pensais que l'intrigue porterait sur cette partie, j'avais donc hâte d'en savoir plus mais je me suis lourdement trompée... Vous l'aurez donc compris, je n'ai pas accroché avec cette lecture et je vais vous expliquer pourquoi. 

"Serial Killeuse" est écrit sous forme de journal et cela ne m'a pas dérangé du tout au contraire, je pense que c'est pour cela que je n'ai pas abandonné ma lecture de 540 pages. Une journée correspond à un chapitre. Tous les chapitres commencent invariablement par une liste de gens à tuer faite par Rhiannon, ce qui, à la fin, devient très rébarbatif. De plus, j'ai trouvé que le style était brut de décoffrage et tombait très vite dans le "vulgaire". Quant aux personnages, ils sont quasiment inexistants car Rhiannon prend énormément de place. Seuls Craig (son petit copain), Julia et quelques autres personnages ont de brefs passages mais la vraie star c'est Rhee. Je n'ai pas eu d'empathie pour Rhiannon, au contraire, suivant certaines situations, j'ai été estomaquée, déçue d'elle, énervée. Au final, je me suis rendu compte qu'elle était complétement perdue, qu'elle se cachait derrière cette façade car elle n'avait personne sur qui réellement compter. Rhiannon est un personnage fort qui vous fera passer par une palette d'émotions noires, glauques. 
Néanmoins, malgré tout ce que je "reproche" à ce livre, il faut reconnaître que le style de l'auteur est très fluide et heureusement pour moi !  

En bref, je n'étais tout simplement pas la cible pour "Serial Killeuse", une comédie cynique et noire, mais je suis certaine que ce livre saura trouver son public.

# By Aurélie :) 
 

jeudi 17 mai 2018

Les jumeaux de Piolenc de Sandrine Destombes - Editions Hugo Thrillers

**** Chronique de Jess ****

 
Août 1989. Solène et Raphaël, des jumeaux de onze ans originaires du village de Piolenc, dans le Vaucluse, disparaissent lors de la fête de l'ail. Trois mois plus tard, seul l'un d'eux est retrouvé. Mort.

Juin 2018. De nouveaux enfants sont portés disparus à Piolenc. L'histoire recommence, comme en macabre écho aux événements survenus presque trente ans plus tôt, et la psychose s'installe. Le seul espoir de les retrouver vivants, c'est de comprendre enfin ce qui est arrivé à Solène et Raphaël. Au risque de réveiller de terribles souvenirs.
 

Je remercie les Editions Hugo Thrillers pour cette nouvelle lecture.

Premier livre que je lis de Sandrine Destombes et je pense que ce ne sera pas le dernier. En voyant l'avis dithyrambique d'une copine blogueuse, je n'ai pas pu m'empêcher de vouloir le lire. Surtout que dès qu'une histoire parle de jumeaux ça m'emballe! J'ai lu beaucoup de polars qui mettaient en scène des jumeaux et en général ce sont toujours des lectures excellentes.

Cette chronique va vous paraître peut-être un peu bizarre mais j'argumenterais ce que je pense comme d'habitude. Ce livre est un méga coup de cœur. Tous les ingrédients d'un bon polar sont réunis. Des rebondissements en veux-tu en-voila, un puzzle quasiment impossible à dénouer.
Un cold case de plus de 30 ans. En 1989, Solène et Raphaël disparaissent sans laisser de trace. Quelques mois plus tard, le corps de Solène est découvert. Pour Jean Wimez, le gendarme en charge de l'enquête à l'époque, l'enfer commence. Il va passer sa vie à se casser les dents sur cette affaire. Dans la vie d'un policier, il y a toujours une enquête qui va le marquer. Pour Jean, c'est l'histoire des jumeaux de Piolenc.
Alors quand une enfant disparaît de nos jours dans la même petite ville, l'angoisse revient. Surtout quand cette petite fille revient deux jours plus tard avec un message de la part de Solène qui est morte 30 ans plus tôt.
 
Jean va aider Julien Fabregas qui a pris sa place à la tête de la gendarmerie. Alors le voilà mon bémol : Fabregas !! Alors je ne sais pas si c'est moi qui l'ait interprété comme ça ou si c'était voulu de la part de l'auteur (faudrait que j'en discute avec elle peut-être) mais j'ai trouvé qu'il était d'une incompétence hors-norme! Plusieurs fois, j'ai bondi en me disant "mais il est bête ou il le fait exprès !?". Ces choix dans l'investigation ont retardé l'enquête.
Par contre, j'ai adoré le personnage de Jean qui m'a fait de la peine. Il a passé la quasi totalité de sa carrière sur cette affaire. Il est devenu ami avec le père des jumeaux et il va enfin peut-être savoir ce qu'il s'est passé il y a 30 ans.
 
Alors franchement ne cherchez pas à dénouer cette bobine de fils car vous n'y arriverez pas. Les rebondissements vont s'enchaîner tout au long du livre pour mon plus grand bonheur. La plume de Sandrine est fluide sans chichi superflus, pas de temps mort ni de longueur. Tout s'enchaîne à la perfection. En plus j'ai appris des choses sur la psychologie et sur les jumeaux en particulier ce qui n'est pas pour me déplaire ;-)
J'avais quand même compris certaines choses (d'où ma déconvenue vis-à-vis de Fabregas). Mais alors le final, mon dieu mais quel final !! Je n'ai jamais lu un bouquin pareil je pense. Mais (oui encore un petit mais) je suis déçue car j'aurais aimé avoir un épilogue un chouille plus long. Car au vu du dénouement, il aurait vraiment été intéressant d'avoir le ressenti de certains personnages sur ce qu'il s'est réellement passé.
Je pense que Sandrine Destombes n'a pas volé son prix. Ce polar est passionnant, intrigant, addictif !
Un seul conseil, foncez!

mercredi 16 mai 2018

La fille de la plage d'Alexis Aubenque - Editions Hugo & Cie

**** Chronique de Jess ****

 
QUATRE AMIS, QUATRE HISTOIRES D'AMOUR, UNE JEUNE FILLE AMNÉSIQUE DÉCOUVERTE SUR UNE PLAGE... QUI EST-ELLE ? D'OÙ VIENT-ELLE ? QUE VEUT-ELLE ?

Santa Barbara, la ville de tous les fantasmes, de tous les rêves. Ses plages, ses collines verdoyantes, mais aussi ses boutiques de luxe, son centre-ville typique, ses villas de prestige au bord de l'océan... Santa Barbara, la ville de tous les fantasmes, de tous les excès. En ce début d'été, Nathan, Sandy, Keith et Jason rêvent d'expériences inédites, de jeux amoureux et d'indépendance. La fac est finie, à eux la liberté, le soleil, les soirées au bord de l'océan ! Mais l'arrivée dans leur vie d'une jeune fille retrouvée inconsciente sur la plage, Ginger, va bouleverser à jamais leurs destins. Parce que Chelsea ne sait plus qui elle est, chacun va s'interroger sur sa propre existence, se confronter à ses doutes, à ses désirs et à ses contradictions, et faire face au défi le plus exigeant qui soit : la découverte de soi-même. La quête de Chelsea va devenir celle de tous, au risque de briser le pacte qui les unit depuis l'enfance. Tandis que leurs parents, absents ou accaparés par leurs propres failles, échouent à les éclairer dans ce voyage initiatique, ce sont les figures étonnantes d'un professeur de danse, d'un peintre biker et d'une grand-mère pleine de sagesse et d'énergie qui vont les aider à affronter les révélations qui les attendent.
 
 
Quand votre auteur chouchou de polar s'essaie à un autre style de livre, vous n'hésitez pas une seconde et vous foncez droit devant pour le lire. Surtout que moi en dehors des polars, j'aime les feel good ou les lectures un peu plus légère. Mais je me suis quand même demandé comment Alexis allait s'en sortir avec ce roman qui met en scène une bande de jeunes adultes. En ayant tourné la dernière page, je peux vous affirmer qu'il a dû prendre un pied d'enfer à écrire ce livre.
 
Nathan, Sandy, Jason et Keith sont amis depuis l'adolescence. Ils ont fait un pacte de sang pendant leur jeunesse et ont juré d'être toujours là pour les uns et les autres. Ils vivent à Santa Barbara, sont pour la plupart d'entre eux millionnaires voir milliardaires et vivent des vies de rêves.
Lors du bal de fin d'année, Nathan et Laura trouvent sur une plage, une jeune fille qui a perdu connaissance. Nathan appelle ses amis qui l'aident à l'amener dans le yatch de ce dernier.
Qui est cette fille? Pourquoi a-t-elle perdu la mémoire? Les jeunes gens vont tout faire pour l'aider à retrouver la mémoire. De plus, Chelsea (car c'est son prénom) est loin d'être moche et va en faire craquer plus d'un!
 
Comme d'habitude, Alexis nous embarque aux Etats-Unis et plus précisément à Santa Barbara. J'ai eu l'impression de faire un voyage pendant ma lecture. L'impression de voir ces paysages californiens magnifiques, de sentir le soleil et le sel marin sur ma peau, d'admirer l'océan et de me balader dans les rues commerçantes pour faire du shopping, de faire un feu de camp sur la plage avec ma bande de potes. J'ai aussi eu l'impression de faire partie de cette bande de copains. Ils ont beau avoir 20 ans, on les sent fragiles toujours à la recherche de quelque chose malgré qu'ils aient tout ou presque.
L'histoire commence doucement, Alexis prend le temps de nous présenter ses personnages.
 
Mon petit côté ado attardée fait que j'ai adoré cette lecture. J'adore les séries américaines qui mettent en scène des bandes d'ados ou des films américains du même genre. J'ai donc totalement adhéré à cette lecture addictive. Certains passages et dialogues peuvent être un peu culcul et très sentimentaux mais personnellement, j'ai été complètement happée par l'histoire et trouvé les personnages super attachants. Je ne suis pas sûre que dans la vraie vie, les jeunes de 20 ans qui vivent à Santa Barbara soient aussi fleur bleue mais j'aime à penser que c'est le cas.

 
Dans ce roman, Alexis nous montre son côté sensible et amoureux des histoires. Je suis ravie qu'il se soit lancé dans ce genre de roman car après le polar, il excelle dans le feel good! Bon il n'a pas complètement abandonné le côté enquête de l'histoire car il y a quand même une affaire ou deux à résoudre dans cette histoire.
Son style et sa plume ne change pas. J'en suis toujours autant addict et je lis toujours ses livres trop vite à mon goût !
Il ne nous épargne aucun détails croustillants dans la vie sexuelle de nos 4 amis. Nous connaissons tout des personnages, leurs sentiments, leurs attentes, leurs amours, leurs peurs.
Je le dis haut et fort : Bravo Alexis pour ce roman! Tu as très bien fait de te prendre au jeu d'un style qui ne t'appartenait pas mais que tu as réussi à t'approprier. Et je retire ce que je t'ai dit dans mon message, je veux bien une suite à cette histoire et te connaissant je sais que tu ne pourras pas t'en empêcher ;-)
 
Je remercie les Editions Hugo & Cie pour cette lecture en avant-première.

Saint Maur en poche 2017
 

mardi 15 mai 2018

De battre la chamade de Sophie Tal Men - Editions Albin Michel

**** Chronique de Jess ****


En commençant son internat de médecine à Brest, Marie-Lou est très vite happée par le tumulte de l'hôpital. Un concentré d'humanité où les rencontres, les émotions, les disparitions aussi, font grandir, mûrir. Plus qu'un apprentissage, c'est une prise de conscience, sur soi et sur le monde. C'est là que bat le cœur de la vie.
Côté sentimental, les choses ne sont pas moins compliquées... Comment retenir l'instable et insaisissable Matthieu dans ses filets ? Lui qui a dû mettre la médecine entre parenthèses pour retrouver son père disparu ?
On retrouve l'énergie et la fraîcheur de l'auteur des Yeux couleur de pluie et de Entre mes doigts coule le sable dans ce roman du quotidien mouvementé de Marie-Lou et Matthieu. Un chassé-croisé amoureux sans répit, un portrait sans fard du monde hospitalier, des histoires d'amitié, beaucoup de résilience pour une vraie surprise.


Encore une fois une lecture que j'attendais avec impatience depuis un an! Le troisième volet des aventures de Marie-Lou et de Matthieu.
Nous les avions quitté sur le départ de Matthieu pour la Réunion. Il partait à la recherche de son père qui était parti sans laisser de trace trois ans auparavant.
Marie-Lou part de Brest pour faire son stage de neurologie à Quimper. Elle va vivre à l'internat avec ses amis qui l'ont suivi et en rencontrer de nouveau. Elle va faire la connaissance de Cédric Breton chef de service qui est un personnage assez farfelu ;-)

Dans cette suite, Marie-Lou va douter, se poser beaucoup de questions sur son couple surtout qu'il va lui arriver quelque chose dont elle ne s'attendait pas vraiment. En ce qui concerne son avenir dans la médecine elle n'a aucun doute : elle est faite pour ça!
Je n'en dirais pas plus sur l'histoire pour ne pas vous gâcher votre lecture.

J'ai eu beaucoup de plaisir à retrouver des personnages que j'aime  Et Marie-Lou et sa bande en font partie. Comme je le disais sur ma précédente chronique d'Entre mes doigts coule le sable j'ai vraiment l'impression de retrouver des amis après un an d'absence. On retrouve les mêmes ingrédients que dans les deux premiers romans qui en font un coup de cœur. Une lecture qui se lit trop vite, les pages défilent et une fois la dernière page lue on est triste de les quitter car cette fois c'est sûrement définitif. Le style est toujours fluide et sans fioritures.

Avec ce nouveau roman, Sophie Tal Men a fait battre mon cœur. J'ai aimé ce qui arrive à Marie-Lou et Matthieu. J'adorais déjà le personnage de Marie-Lou mais je l'ai aimé encore plus dans ce dernier tome. J'ai aimé la façon qu'elle a de voir le monde qui l'entoure. J'ai aimé ses amis, ses histoires drôles qui peuvent virer à la catastrophe. J'ai aimé aussi Matthieu ce loup solitaire et son drôle de caractère.

C'est donc avec tristesse que je quitte Marie-Lou, sa bande et leurs histoires. Donc si vous ne connaissez pas encore les romans de Sophie Tal Men, n'hésitez pas une seconde. En plus, c'est bientôt l'été et les lectures sur la plage et ses romans seront parfaits pour ça!

Je remercie les Editions Albin Michel et Sophie pour son petit mot.



Mes chroniques :



Saint Maur en Poche 2017




samedi 12 mai 2018

L'aile des vierges de Laurence Peyrin - Editions Calmann Levy

**** Chronique de Jess ****



Angleterre, avril 1946. La jeune femme qui remonte l’allée de Sheperd House, majestueux manoir du Kent, a le cœur lourd. Car aujourd’hui, Maggie Fuller, jeune veuve au fort caractère, petite-fille d’une des premières suffragettes, fille d’une sage-femme féministe, entre au service des très riches Lyon-Thorpe.
Elle qui rêvait de partir en Amérique et de devenir médecin va s’installer dans une chambre de bonne.
Intégrer la petite armée de domestiques semblant vivre encore au siècle précédent n’est pas chose aisée pour cette jeune femme cultivée et émancipée. Mais Maggie va bientôt découvrir qu’elle n’est pas seule à se sentir prise au piège à Sheperd House et que, contre toute attente, son douloureux échec sera le début d’un long chemin passionnel vers la liberté.



Il y a un an je découvrais les livres de Laurence Peyrin avec Miss Cyclone (lien vers ma chronique en fin d'article) qui avait été une superbe découverte. Suite à cette lecture je me suis empressée de lire les autres livres de l'auteure et ces lectures ont confirmé mon premier ressenti : Laurence Peyrin est une auteure à suivre!
Je ne pouvais pas passer à côté de son dernier roman. Je remercie les Editions Calmann Levy pour cette lecture.
Outre le fait que l'auteure une fois de plus nous embarque entre 2 pays, j'ai trouvé ce roman très différent des précédents dans le style qui est plus soutenu et recherché. On sent une vraie évolution dans la plume de Laurence Peyrin. Une femme est encore à l'honneur dans ce roman : Maggie.

Maggie est une jeune veuve de 26 ans qui arrive un matin pour travailler en temps que femme de chambre dans un manoir du Kent. Ce n'est pas du tout la vie qu'elle espérait. Avec une grand-mère infirmière et militante, et une mère sage-femme qui ont révolutionné la condition féminine elle rêvait de faire de grandes choses pour suivre ces femmes exceptionnelles. Son rêve devenir médecin.
Elle va donc se retrouver dans ce manoir et c'est un bond au siècle passé qu'elle va faire. Car à Sheperd House le temps semble figé. Les employés de maison et les règles imposées vont souvent taper sur les nerfs de Maggie qui compte bien faire valoir ses droits. Elle n'aura pas sa langue dans sa poche quand quelque chose la dérange. Elle va quand même rencontré quelques personnes exceptionnelles dans ce manoir.

L'auteure a très bien su dépeindre la vie du Manoir et nous donner cette ambiance de fin XIXème au point que parfois j'oubliais qu'on était en 1946.
Le personnage de Maggie a un caractère fort et affirmé. Elle peut être parfois agaçante avec ses principes et donner l'impression d'être hautaine. J'ai eu plusieurs fois envie de la secouer et de lui dire d'écouter son cœur au lieu de la morale. J'ai été contre certain de ces choix, j'ai espéré qu'elle ne prenne pas telle ou telle décision. Mais le roman n'aurait pas été aussi prenant si tout avait été linéaire.
C'est une femme tourmentée qui vit au travers des femmes de sa famille. J'ai eu l'impression tout au long de ma lecture qu'elle faisait ce qu'elle devait faire pour les autres et non pour elle. Une façon de se punir?
Dans tous les cas, Maggie aura un destin hors du commun et elle aura une vie des plus trépidante.

Le roman se décompose en 2 parties, la première en Angleterre et la seconde partie à New-York. Comme vous le savez si vous lisez mes chroniques, j'aime voyager dans le temps et dans d'autres pays. C'est la marque de fabrique des livres de Laurence Peyrin. C'est ce qui fait que j'adore ses livres.
L'amour est aussi présent dans chacun de ses romans. Des amours impossibles ou compliqués mais toujours de magnifiques histoires pleines de sentiments. On vit ces histoires au travers des personnages. La passion, la crainte, la peur, le doute, la douleur de perdre celui qu'on aime, les choix que l'on doit faire.

C'est encore une fois un énorme coup de cœur ! Je suis triste de quitter Maggie. De plus la construction de ce livre m'a fait penser à un autre livre que j'ai énormément aimé De l'eau pour les éléphants de Sara Gruen. Car tout commence de nos jours pour ensuite faire un bond dans le passé pour que l'auteur nous raconte la vie d'un personnage. Car dans L'aile des vierges Laurence Peyrin va retracer toute la vie de Maggie.
Laurence continue donc à nous offrir des romans magnifiques, pleins de sentiments. Elle fait partie des auteurs dont j'affectionne la lecture des romans et j'espère qu'elle nous offrira encore de belles lectures!




Mes chroniques sur les livres de Laurence Peyrin :





Saint Maur en poche 2017

mercredi 9 mai 2018

Les blessures du silence de Natacha Calestrémé - Editions Albin Michel

4ème de couverture
Une femme a disparu. Son mari évoque un possible suicide, ses parents affirment qu'elle a été tuée, ses collègues pensent qu'elle s'est enfuie avec un amant, et autant de témoignages contradictoires qui ne correspondent pas avec la description qui est faite de cette mère de trois petites filles.
Qui croire ? Qui manipule qui ?
Connaît-on vraiment la personne qui vit à nos côtés ?
Au fil d'une intrigue aussi poignante que déroutante, Natacha Calestrémé dépeint les effets de l'emprise et de la perversion, les silences qui accompagnent cette violence invisible, les pièges dans lesquels tombe l'entourage... et donne peut-être les clefs pour s'en libérer.


Mon avis
Je remercie les éditions Albin Michel pour cette lecture.

Amandine Moulin a disparu depuis le 5 septembre 13h, son portable ne borne plus et personne ne semble l'avoir vu ... Elle laisse derrière elle un mari hautement respecté de par sa profession et ses trois petites filles. C'est le commissariat de quartier qui est chargé de l'affaire cinq jours après sa disparition. Pourquoi Henry (son mari) a-t-il tant tardé à déclarer la disparition de sa femme ? L'enquête piétine... A la demande du Commissaire Filipo, l'enquête est transférée sur sa brigade. C'est donc Yoann Clivel qui sera en charge de trouver des solutions à ces nombreuses énigmes. Qu'est-ce qui est arrivé à Amandine Moulin ? Fugue, suicide, meurtre,... ? Il semblerait que tous ne soient pas d'accord sur la raison de cette disparition... Et vous, qu'en pensez-vous ?

"Les blessures du silence" aborde plusieurs thèmes tels que le harcèlement et la manipulation au sein du couple. Ces violences existent bel et bien, même si celles-ci sont invisibles et donc plus perverses. Comment sortir de cet engrenage qui ôte toute volonté ? qui détruit toute autonomie ?

L'histoire alterne entre Amandine, notre maman disparue et Yoann Clivel, le major en charge de résoudre cette enquête. Dans les chapitres dédiés à Amandine, nous remontons six mois en amont afin de comprendre comment Amandine en est arrivé là. Nous avons des sortes de flash-backs qui nous dépeignent la vie d'Amandine (son quotidien, son travail...). Nous sommes spectateur de son mal-être, de son quotidien, de ses pensées, de ses interrogations... Comment sortir de cette situation dans laquelle on ne s'en rend pas forcément compte tout de suite ? Quelles sont les solutions envisageables ?
Et puis, nous avons Yoann qui nous raconte l'enquête à la première personne du singulier. Mais Yoann est plus qu'un major, car à travers cette enquête, il nous expose sa vie personnelle...

La mise en abîme du personnage d'Amandine est excellemment traitée. On assiste à la lente déchéance d'Amandine. Nous constatons qu'elle est tributaire de son mari qui la bride de plus en plus et plus qu'il ne le faut. Tout n'est que brimades, réflexions, rabaissement... tout pour la tirer par le bas et l'amenuiser à petit feu (autant psychologiquement que physiquement). Une main psychologique malsaine qui se renferme sur elle inexorablement. Tout au long de ma lecture, je me suis demandée s'il l'avait tuée, si elle s'était suicidée ou si elle avait pris sa vie en main et fuit pour vivre une autre vie sous un autre nom.

Dans ce roman, Natacha Calastrémé s'applique à nous dresser des portraits psychologiques qu'elle met en avant avec une main de maître. Nous assistons à une "mise à nu" des personnages. Elle dissèque chaque trait de caractère, chaque acte, chaque pensée... Son style est fluide et sans fioritures.
Pour finir sur une touche de lumière, l'auteure nous propose des armes pour aller vers un avenir plus serein. 

En bref, un sujet tabou superbement traité où les descriptions psychologiques servent ce roman à 100%. Un magnifique roman psychologique qui dénonce une violence réelle trop peu reconnue par la loi.

# By Aurélie :) 

lundi 7 mai 2018

Les lumières de Cape Cod de Beatriz Williams - Editions Belfond

**** Chronique de Jess ****

 
Avec pour toile de fond la bonne société de l'Amérique des sixties, Beatriz Williams livre le magnifique et troublant portrait d'une femme prise au piège de la passion, du pouvoir et du mensonge.

1966, Cape Cod.
" Tiny " c'est Christina, la troisième sœur de la famille Schuyler, la plus élégante, la plus douce, la plus parfaite. Mariée à Frank Hardcastle, homme politique très influent, Tiny mène une vie de gala et de cocktails dans les jardins cossus de Cape Cod, où les Hardcastle ont établi leur bastion. Mais alors que Frank est donné favori pour les élections présidentielles, deux événements viennent troubler la vie a priori idyllique de sa belle épouse : c'est d'abord les courriers menaçants d'un maître chanteur ; puis, les retrouvailles inattendues et déstabilisantes avec le vétéran Caspian Harrison, de retour de la guerre du Vietnam. Avec ce premier amour qui réapparaît, c'est tout le passé de Tiny qui ressurgit. Un passé bien moins lisse qu'il n'y paraît, fait de passion, de mensonges, de drames. Et dont l'écho, s'il venait à gronder, pourrait nuire à la réputation irréprochable de toute la famille Hardcastle...
Les sentiments ont-ils une place dans la course au pouvoir suprême ?
 
 
 
Voici le deuxième roman d'une trilogie sur les sœurs Schuyler. Le premier La vie secrète de Violet Grant (ma chronique ici) mettait en scène Vivian. Dans ce nouveau roman une autre sœur est mise en avant Tiny.
Beatriz Williams reprend les mêmes ingrédients que pour son premier roman. Une alternance de chapitre qui mêle passé et présent. Mais un passé moins lointain que dans son premier roman. Ici seulement 2 ans sépare les deux périodes.
 
L'histoire alterne donc entre 1966 et 1964. Pour l'année 1966 nous avons le point de vue de Tiny. Elle est l'épouse de Franck Hardcastle promu à un brillant avenir dans la politique. Tiny a la vie que sa famille lui a destiné : l'argent, de belles demeures, un train de vie que toutes les jeunes filles rêvent d'avoir. Mais Tiny ne s'est jamais senti à l'aise dans ce rôle. Elle ne supporte plus la vie qu'elle mène, les faux-semblants. Et l'arrivée de Caspian va renforcer ses sentiments. Et quand en plus elle reçoit des lettres d'un maître chanteur tout va se bousculer en elle.
 
Caspian c'est le cousin de Franck. C'est lui qui nous raconte ce qu'il s'est passé deux ans auparavant. Il est tombé fou amoureux d'une jeune fille qui n'est autre que Tiny. Mais les deux jeunes gens ne savent pas qu'ils sont liés par leur famille. Elle, veut fuir avant son mariage cette vie qu'elle ne souhaite finalement pas avoir. Lui va tenter de l'aider comme il le peut sachant que dans une douzaine de jours il repartira se battre au Vietnam.
 
L'alternance de chapitre comme pour son premier opus nous donne qu'une seule envie vite tourner les pages pour savoir ce qu'il s'est passé ou ce qu'il va se passer pour Tiny.
Les personnages sont très bien dépeints et l'ont a vraiment l'impression de faire un bond dans le passé et de rentrée dans l'aristocratie américaine avec ses codes de conduites et ses bonnes manières. J'ai eu des sentiments ambivalent envers Franck, le mari de Tiny, et des sentiments forts pour Capian ce héros de guerre que j'ai imaginé beau, grand, fort avec une prestance qui fait qu'on ne peut que tomber sous son charme.

 
C'est la deuxième fois que je lis un roman qui se passe dans les années 60 des Etats-Unis et c'est toujours un véritable bonheur de lecture. L'auteur a pris son temps pour nous raconter l'histoire de Tiny et de Caspian. J'ai même eu parfois envie de lui dire d'accélérer un peu mais je pense que c'était fait exprès pour qu'on puisse savourer cette histoire d'amour impossible.
 
Encore une fois tous les ingrédients sont là pour en faire un très bon roman qui se lit tout seul. Une très bonne pause polar.
Il me tarde de lire le prochain roman de Beatriz Williams qui mettra cette fois en scène Pepper, une autre sœur de Tiny qui est également dans ce livre.
Et si vous vous demandez s'il faut lire avant La vie secrète de Violet Grant je vous confirme que non car chaque histoire est indépendante. Seul le lien familiale entre les protagonistes explique la trilogie.  
 
Je remercie les Editions Belfond pour cette lecture.